La recherche de la robe : essayages et questionnements – Partie 2

Je t’ai laissé au moment où, les yeux remplis de joie, je pensais doubler mon budget robe !

La responsable de la boutique n’avait pas tardé pas à gentiment me mettre au pied du mur, en me disant que cette robe allait certainement partir très vite si je ne me décidais pas maintenant, que c’était inespéré de trouver une robe de cette créatrice à ma taille (« Taille-moi les hanches à la hache, j’ai troooop mangé de chocolat »).

Je n’ai pas cédé sur le coup et je suis allée déjeuner avec mes deux amies pour prendre un peu de recul. Et l’une d’entre elles a eu une réflexion très juste à mon sens. Elle m’a fait réaliser que nos alliances, symboles de notre union, que nous allions porter toute notre vie, disposaient d’un budget inférieur à celui de la robe pour laquelle j’étais prête à signer sur le champ. Pas faux !

Cette deuxième journée d’essayage se poursuit…

La boutique Fortunée est accueillante et la personne qui nous reçoit est charmante. Elle a ce sourire franc qui facilite tout de suite la prise de contact.

Un peu échaudée par mon expérience précédente, je précise à nouveau mon budget.

Les essayages se passent bien mais sans réel coup de cœur. Les robes que j’essaie sont, encore une fois, très différentes de ce que j’ai pu passer avant mais rien ne me plait. Néanmoins grand changement : je ne me dis pas que c’est de ma faute, mais que le modèle de la robe n’est tout simplement pas des plus flatteurs (on avance, on avance).

Je termine cette journée avec un sentiment d’inachevé car je n’ai toujours pas trouvé ma robe, ou enfin plutôt si mais pas à mon budget. Le doute m’envahit : et si je ne trouvais rien qui me plaise à part la robe Elsa Gary et qu’en plus je la laissais passer sous mon nez…

Ayant appris à anticiper mon impatience, j’avais pris un troisième et dernier rendez-vous parisien en fin de semaine. Je décide donc de prendre le risque de perdre mon coup de cœur et d’attendre le dernier rendez-vous.

La délivrance

J’ai rendez-vous ce matin-là chez Graine de Coton et je suis reçue par Alexandra. La boutique est très cosy, on s’y sent tout de suite bien. Les robes que j’ai repérées sur le site sont sorties. J’en ai repéré 8 (eh oui je mets toutes les chances de mon côté)…

Alexandra nous demande de prendre 5 minutes pour ouvrir les housses, toucher les robes et en éliminer deux car il faut bien compter 10 minutes par robe (honnêtement, ça pourrait presque être une discipline olympique !). Cet exercice s’avère plus simple que prévu ! Et zou deux en moins ! Toutes les housses ont une étiquette avec la robe en photo, son prix, le créateur et un descriptif. J’adore !

Les essayages commencent et ça se passe comme j’aurais toujours voulu que ça se passe ! Alexandra est présente mais pas omniprésente, elle sait quand intervenir pour laisser à ce moment son intimité. Deux coups de cœur pour les deux premières robes que j’essaie.

Les Mariées de Provence - Modèle Basilic

Crédits photo : Les Mariées de Provence - Modèle Basilic

Pronovias - Modèle Ginesta

Crédits photo : Pronovias - Modèle Ginesta

ginesta_c1

Crédits photo : Pronovias - Modèle Ginesta

Les robes sont magnifiques toutes les deux, mais dans des styles différents.

La première, avec cette étole repositionnable, me plait beaucoup car elle permet de changer l’esprit de la robe en cours de journée, elle est parfaitement à ma taille et rentre de loin dans mon budget.

La seconde, c’est mon côté paillettes, princesse. Je trouve que la ligne de la robe est vraiment très belle et les différentes matières donnent un très bel effet à la robe. Elle possède cette jolie traine qui part du dos, je tourne et retourne dans la boutique…

J’ai longuement hésité.

Alexandra m’a laissé les réessayer, on a pris plein de photos et, voyant mon indécision, elle nous a conseillé d’aller déjeuner et de prendre le temps de la réflexion. La robe Pronovias avait été sélectionnée par la future mariée du premier rendez-vous de l’après-midi. Elle m’assure cependant que des robes arrivent toutes les semaines, et qu’il ne faut pas se mettre trop de pression.

Nous sommes allées déjeuner et, en revoyant les photos, je n’arrive pas à défaire mes yeux de la robe Pronovias, de ses jolis détails sur les bretelles, du décolleté, et de cette traine.

Finis les regrets de mes essayages passés, c’est elle ! Soulagement et bonheur.

Au retour du déjeuner, Alexandra me confie ma robe dans une énorme housse (je devrais la ramener pour les retouches en mai), la robe pèse une tonne mais je me sens plus légère que jamais !

Et toi alors ? Pour quel type de robe as-tu craqué ? T’es-tu sentie soulagée d’avoir trouvé ton habit de lumière ? Ou bien tu cherches encore ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



9 commentaires sur “La recherche de la robe : essayages et questionnements – Partie 2”

  • C’est marrant je me revoie aller dans ses magasins ou je n’avais pas trouvé mon bonheur, mais garde un excellent souvenir. Eh oui il faut savoir que que on taille 42 comme moi il y a beaucoup moins de choix en occasion car souvent c’est des robes de défilé ou d’exposition.

  • Super que tu aies trouvé ton bonheur, dans tes prix et dans une boutique où la vendeuse est quelqu’un de bien. En voyant tes photos, ça m’a fait penser que j’aurais adoré essayer des robes « les mariées de Provence », juste pour le plaisir (parce que j’avais déjà trouvé ma robe, un modèle Elsa Gary) mais je n’ai pas eu le temps lorsque je suis allée chez mes parents où il y a une boutique « les mariées de Provence » (il y avait assez à faire comme ça !). Oui et non pour la remarque de ton amie : je voulais une alliance « un peu originale » certes, mais qui puisse « aller avec tout » (avec mon style hippie, comme mes tenues classes, et que je me sente à l’aise même avec le sac à dos de montagne sur le dos !) ; finalement on trouve des alliances à prix correct. Alors que la robe, pour moi c’était soit acheter une robe qui n’est pas vendue en tant que robe de mariée (et donc à petit prix, bien que tout soit relatif…) soit avoir une robe Elsa Gary (avec des couleurs, du sisal etc…). En tout cas, hâte de te voir dans ta robe !

  • Je t’imagine très bien dans cette robe, elle est magnifique, tout comme toi d’ailleurs!
    J’avais à peu près les mêmes complexes que toi avant mon mariage et la bonne robe aide grandement à tout oublier! Tu seras radieuse dans ce modèle j’en suis sûre!

  • Oui je pense en effet que ce genre de boutiques peut révéler de belles surprises ! A condition de ne pas avoir de critères trop précis ! En plus certains des magasins dans lesquels je suis allée proposaient de racheter la robe après la cérémonie à environ 50% de son prix ! Ce qui peut être avantageux 🙂 Moi aussi j’ai trop hâte de la revoir, mes derniers essayages ont lieu vendredi, je suis impatiente de l’essayer avec les chaussures, la lingerie et les accessoires … Dernière ligne droite ou presque 🙂

  • En voyant la première photo de ta robe je la trouve jolie mais pas mon style et lorsque j’ai vu la magnifique traine qui part du dos…wouah!!
    En tout cas tu as bien fait de ne pas te précipiter

  • drôle de coïncidence car j’avais également eu un coup de coeur pour le modèle Basilic, essayé aussi chez Graine de Coton – super accueil au passage !
    j’ai finalement opté pour un modèle Elsa Gary, même si c’était un peu plus que mon budget initial…
    bons préparatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *