Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

Le travail du photographe professionnel pour un mariage, le pourquoi des prix


Publié le 9 avril 2013 par Alice la lutine

Les professionnels que tu rencontres à l’occasion de la préparation de ton mariage sont souvent bien différents de ceux que tu croise tous les jours. Et les tarifs qu’ils affichent ont parfois de quoi faire bondir : « Mais pourquooooooooooooi ?! ».

Effectivement, les écarts de prix entres certains, qui proposent le même service en apparence, sont énormes. Pour les prestataires de mariage, c’est comme pour tout : il y a l’entrée de gamme, le grand luxe, et bon nombre de services intermédiaires.

Tout est toujours une question de possibilités et de choix. Bien sûr, tu peux ne vraiment pas avoir les moyens pour embaucher un professionnel. Ou préférer mettre l’argent ailleurs. Ou choisir quelqu’un qui se fait la main. 

Mais voilà, on ne peut pas exiger les mêmes résultats. Le tout est d’en être bien consciente, de façon à faire tes choix de manière éclairée.

Il y a une dizaine de jours, sur ce sujet, c’est une fleuriste qui t’a expliqué son travail et les prix qui en découlent.

Aujourd’hui, place au photographe ! C’est Laurence, de *LEM* Photographie, qui prend le clavier pour aborder ce sujet qui fâche. Elle vient expliquer et détailler tout ce qui se cache derrière le tarif d’un photographe.

photos de couple nature LEM Phtootgraphie

Crédits photo : *LEM* Photographie

En me baladant sur les blogs ou les forums dédiés au mariage, j’ai pu constater qu’une remarque était assez récurrente : « Les photographes ? Ils sont si chers (pour ce que c’est) ! ».

En tant que photographe professionnelle, je me devais de rétablir la vérité, et Mademoiselle Dentelle m’en a donné l’occasion.

Nous allons tâcher de procéder par ordre.

1. Pourquoi prendre un photographe pro ? Tonton Jules a un nouvel appareil (ça doit prendre de belles photos, un appareil comme ça).

Pour plusieurs raisons. Déjà, Tonton Jules est un invité, et il aura peut-être envie de participer à la fête lui aussi. Il vous sera difficile de lui en vouloir si, au lieu de prendre en photo votre fille qui récite un poème, il a préféré lever une coupette à votre santé.

Puis, Tonton n’a sans doute pas le matériel professionnel adéquat. Nous avons, entre autres, des objectifs très sensibles, qui nous permettent de photographier dans des lieux sombres (églises), sans utiliser de flashes qui rendent la lumière plus crue, et font des ombres portées disgracieuses.

Ensuite, Tonton ne maîtrise peut-être pas toutes les données techniques liées à la photo : lumière, vitesse, isos… OK. Mais dans un contre-jour ? Dommage d’avoir des photos floues pour un réglage mal maîtrisé…

Et enfin, Tonton Jules a beau avoir lu le mode d’emploi de son réflex, il n’a pas l’expérience d’un professionnel. Nous avons couvert des dizaines de mariages, ils se ressemblent tous plus ou moins dans le déroulement. Nous savons quand être en alerte, quand il y aura un moment de creux, quand nous concentrer sur vous, et quand sur vos invités. Et nous sommes là pour ça. C’est notre métier.

« Oui mais c’est cheeeer ! »

Oké, c’est là que le bât blesse, tâchons d’expliquer. Et peut-être qu’à la fin, tu seras d’accord pour admettre que oui, c’est un budget, mais que non, ce n’est pas cher pour ce que tu en retireras.

Déjà, précisons que je parle là de vrais pros. C’est à dire de personnes dont c’est l’activité principale, qui les fait vivre, dont c’est le métier, qui se mettent à jour, s’améliorent et ont le souci de bien faire leur travail.

Nous voyons fleurir un peu partout des amateurs, parfois éclairés – mais souvent pas – qui s’improvisent pros, le temps de la saison des mariages (« qui me font toute la journée pour 200€ ! »), et dont la qualité de travail est incertaine. (Sans parler de la valeur morale discutable de ce procédé.)

photo de mariage LEM Photographie

Crédits photo : *LEM* Photographie

2. Donc, le prix d’un photographe, c’est quoi ?

Mettons les choses au clair tout de suite : ce n’est pas un salaire ! C’est une entrée de fonds BRUTE, dont sont défalqués les frais suivants :

  • Cotisations
  • Assurances
  • Essence
  • Fournitures (DVD, clés USB, pochettes, cartes de visite)
  • Matériel (appareils, objectifs, éclairages…) et son entretien (nettoyages, réglages)
  • Matériel informatique (ordinateur, mais aussi logiciels divers et leurs mises à jour)
  • Accessoires (pour photobooth, séances boudoirs, séance nouveaux-nés…)
  • Référencement (oui, ça se paye d’être dans un annuaire pro)
  • Collaborateurs (maquilleuse, coiffeuse, deuxième shooteur)
  • Frais ponctuels (repas sur le pouce, chambres d’hôtel pour séance)
  • Stages de mise à niveau.

(C’est à dire tout ce qui est plus ou moins payé par ton patron, si tu es employée.)

  • ET éventuellement, s’il en reste un peu, un SALAIRE, youhou ! Un salaire pour les heures de travail, donc, visibles (prise de vue)… Et invisibles ! (Déplacement, post-traitement des photos – qui double, voire triple les heures de prise de vue -, la mise en galerie, le gravage des DVD, etc.)

D’où seront défalqués tous les frais habituels de Madame Tout le Monde (impôts, loyer, crédits, frais de garde pour les enfants, etc.). La vie, quoi. Sauf que… Nous sommes principalement des professionnels saisonniers. Donc, le salaire touché en été doit également nous faire vivre pendant la saison creuse.

Donc, à ce point, tu comprendras qu’un professionnel ne peut PAS pratiquer des prix ras le plancher, non seulement parce qu’il ne s’en sortirait pas, mais aussi parce que s’il a tous ces frais, c’est pour t’assurer une prestation de qualité, à TOI !

Tous ces logiciels, ces stages, ce bon matériel, c’est pour être plus compétent, plus original, plus rapide, et capter au mieux les plus beaux instants de ta vie. Un amateur, ou un photographe low cost ne pourra pas avoir ce niveau. Impossible.

J’ai l’habitude d’utiliser une métaphore pour expliquer les tarifs. Nous sommes comme des compagnies aériennes… Il y a les low cost (Easy Jet) et les hauts de gamme (Lufthansa). Les deux ont du matériel en bon état (du moins j’espère !), et les deux vont t’emmener à destination. Mais dans quelles conditions ? Avec quelles prestations ? Quel confort ?

Après, c’est juste une question de choix et de priorités. Mais on ne peut pas demander à un service low cost de fournir les mêmes prestations que le haut de gamme. C’est financièrement impossible (ou c’est qu’il y a quelque chose de pas clair derrière).

Et en aucun cas, ça ne fait du prestataire haut de gamme un escroc pour autant !

mariage à l'église LEM Photographie

Crédits photo : *LEM* Photographie

3. Dans ce cas, je fais quoi, moi, avec mon petit budget ?

Déjà, peut-être qu’il faudrait rééquilibrer le budget global du mariage en redéfinissant les priorités. Oui, la plupart des postes sont incontournables. Mais c’est quoi le plus important ? Un deuxième trou normand au repas, ou des images qui resteront TOUTE ta vie ?

Ensuite, bien comparer les photographes, et pas seulement au vu de leurs tarifs. Demande à les rencontrer, déjà pour le feeling, puis pour voir un peu plus que leur portfolio. (Parce que, ça va sans dire, comme pour absolument tous les professionnels et tous les corps de métiers, et quels que soient leurs tarifs – haut de gamme ou low cost -, il y en a de mauvais, ou des qui ne tiennent pas leurs promesses.)

Et si le photographe te plaît, c’est là qu’il faut discuter avec lui de ce qu’il peut vous proposer qui entre dans votre budget, quitte à faire l’impasse sur quelques heures.

En fait, c’est vraiment une question de qualité/prix ici, et non de quantité/prix. Aussi, ça m’amène au point suivant :

Priorise les images que tu désire. Il n’est peut-être pas nécessaire d’engager le photographe pour le repas/soirée, par exemple. La plupart du temps, vos invités seront en train de mastiquer… Des préparatifs à la fin du cocktail, avec un vrai photographe qui vous donnera de belles images d’excellente qualité technique et artistique, même s’il y en a moins, c’est peut-être mieux que des centaines de photos médiocres et mal cadrées, dans une lumière improbable.

Pense aux « options » : vraiment un petit budget pour un photographe tout au long du mariage ? Délégue à plusieurs invités le jour J pour ne pas les assommer, et offre-toi une séance engagement et/ou un Day After avec un vrai pro, que tu auras choisi avec soin.

séance photo boudoir LEM Photographie

Crédits photo : *LEM* Photographie

J’ai parlé principalement des prestations mariage, vu que nous sommes sur Mademoiselle Dentelle. Mais c’est, bien entendu, valable pour tous les forfaits d’un photographe.

J’espère, grâce à ces explications, avoir réussi à t’éclairer un peu, et avoir répondu à des questions que tu pouvais te poser. Mais aussi, avoir réussi à chasser l’étiquette d’escroc qui est parfois collée aux photographes professionnels.

Et si tu as encore des questions… Je suis à ta disposition !

Et pour toi ? Engager un photographe professionnel et expérimenté était important ? Est-ce que c’était important dès le début, ou bien tu t’en es rendue compte au fur et à mesure de tes pérégrinations ? Ou au contraire, tu as fait l’impasse sur ce poste ? Pourquoi ? Raconte !

Commentaires

83   Commentaires Laisser un commentaire ?

Aurélie Allanic Photographies (voir son site)

C’est la période où fleurissent ce genre d’articles, et celui-là est particulièrement bien écrit, juste assez sincère et léger pour être bien reçu par tous ; j’aime beaucoup la métaphore de la compagnie aérienne !
Et comme l’écrit Laurence sur son site, « plus qu’une question de tarifs, choisir son photographe est une question de complicité, d’entente et de communication ».
Une idée pour vous offrir les services du photographe de votre choix malgré un budget serré : découpez la prestation (photos de couple / photos de la cérémonie / etc) et mettez-là sur votre liste de mariage ! Les personnes qui offrent des cadeaux sur les listes de mariage sont souvent des gens très attachés à « ce qui reste », là ils seront servis !

le 09/04/2013 à 08h38 | Répondre

Madame Flocon

L’article est bien écrit et utilise de bonnes métaphores. Il est certain qu’il existe plusieurs niveaux de qualité de prestation comme pour tout et qu’il faut choisir combien on veut investir.
Moi par contre ce qui me déplaît dans le métier de photographe est qu’on a aucune garantie en sigant avec quelqu’un… Ma photographe est diplômée, fait partie de tous les réseaux de photographes du coin, d’associations, a des contacts, est référencée partout, est partenaire de grandes enseignes (galeries Lafayette, Cymbeline…), elle fait les salons du mariage…. Et pourtant! Elle fait des photos magnifiques et c’est pourquoi nous avons craqué pour elle.
Par contre, après avoir versé 30% du prix (conquéquent), quelle déception! Rendez-vous annulés au dernier moment (le matin même par exemple, alors que nous avions posé RTT), rendez-vous carrément pas honnorés sans prévenir, difficultés à la joindre… Parfois pendant des semaines! Pour la séance engagement nous avons reporté 6 fois!
En plus elle n’a pas le permis et habite à 60km de chez nous mais ne nous l’a jamais dit, nous l’avons découvert après le mariage en ne comprenant pas vraiment pourquoi certaines choses devenaient si compliquées…
De plus il nous manque beaucoup de clichés importants à nos yeux le jour J (bon elle avait été remplacée car malade, c’est encore autre chose là). Mais c’est vraiq ue zéro photo de ma maman ça pique, aucun portrait d’invité à l’église, pas de photos de nos amis…
Pour le Day After nous avons fait appel à quelqu’un d’autre et ça s’est extrêmement bien passé, je regrette de ne pas avoir pris cette perosnne pour le jour J mais à l’époque j’ai fait confiance aux partenariats et au salon du mariage pour choisir… Grossière erreur.

Ce que je veux juste dire c’est qu’une renommée peut se bâtir sur un très bon travail de qualité (ma photographe est vraiment talentueuse) mais on a aucune garantie sur le comportement avant d’avoir signé et donné un accompte et là, c’est trop tard…

le 09/04/2013 à 09h25 | Répondre

Johanna Marjoux (voir son site)

Mademoiselle Flocon,

C’est vraiment regrettable ce qu’il s’est passé….Mais c’est un peu le cas avec tous les prestataires…Tu peux avoir un traiteur, super, dégustation impec, très bon feeling..Et puis, une fois que tu as signé, tu n’as plus aucun contact et ton mariage est une cata (Plats froids, serveurs désagréable etc)…Avec une salle, c’est la même chose, j’ai eu des mariés qui avait loué un très joli domaine..La propriétaire était très sympa mais une fois sur place…C’était le flou artistique….

le 09/04/2013 à 09h40 | Répondre

Madame Flocon

Bonjour Johanna,

Oui tout à fait, tu as raison.
Cependant, un repas raté, un DJ qui bousille la soirée… Oui c’est catastrophique. Des photos non prises ou ratées, sur le coup, ça ne gâche pas la journée ni la soirée. Mais après, pas de souvenirs… Comme dit dans l’article, c’est tout ce qui reste.
Nous avons aussi eu des soucis avec ntore salle, la propriétaire a été très incorrecte le lundi suivant notre mariage et nous a fait laver de la vaisselle non utilisée par nous… Sur le coup j’étais en colère mais maintenant je n’y pense plus, alors que mes photos, j’y pense toujours.

Mais effectivement quand on voit les sommes engagées, quel que soit le prestataire, ça serait bien d’avoir des garanties mais malheureusement, ce n’est pas possible.

le 09/04/2013 à 09h51 | Répondre

Pierre (voir son site)

Oulalala … Vu ton temoignage ça sent la fauxtographe …
Attention aux portfolios sur internet: certains se constituent de books en piquant des photos sur le net ! Toujours demander a voir un ou des mariages en ENTIER ! Et n’hesitez pas a demander des references … Des anciens mariés ! Etre sur des salons ou avoir des partenaires ne veut strictement rien dire (il suffit de payer …)

le 08/04/2014 à 01h38 | Répondre

François Brie (voir son site)

Bonjour
C’est vrais qu’il faut payer mais pour certain avoir un beau souvenir sans se ruiner, ça serai bien ! (il n’y as pas que des fortunés dans la société)
Je souhaite me lancer maintenant comment faire j’ai tous l’équipement studio portatif et pour l’extérieur
Que doit je faire de plus pour exploser dans la profession
Cordialement
François

le 09/04/2013 à 09h33 | Répondre

winnie

J’ai bien aimé cet article, mais je ne vois pas trop ce que les impôts, crédit, garde d’enfants font là …. Comme il est écrit, ce sont les frais de Mr et Mme Tout le monde, donc je trouve qu’ils n’ont pas lieu d’être cités dans un article censé « justifier » le tarif d’un photographe pro. Mais bon, c’est mon avis.
Ensuite, ça dépend aussi des photographes, car quand il est dit que des frais tels que essence, hotel, repas sont à enlever du tarif, ce n’est pas toujours vrai, certains prestataires les réclement en PLUS. Donc au final je trouve la justification des frais assez mince, quand j’enlève les frais qui pour moi n’ont pas lieu d’être.
Mais, après, c’est sûr que je bave toujours autant devant de magnifiques photos pros, et qu’elles me font toujours autant rêver. Et je pense ne pas pouvoir m’en passer le jour J ^^

le 09/04/2013 à 10h15 | Répondre

Myrabelle

Winnie, justement, la garde d’enfant etc, c’est pour te faire comprendre que le salaire qu’elle touche, c’est pas d el’argent de poche, c’est ce qui lui sert à vivre, une fois que les impots etc ont récupéré leur part. Et quand tu pense que grosso modo, la photographe ne sera payée qu’entre mai et septembre, ca fait quand meme quelques mois ou elle va serrer les fesses en esperant qu’elle aura l’argent qu’il faut pour subvenir à tous ses besoins, payer son loyer etc. Donc forcément, le budget photographe l’été est un peu élevé, pour prévoir le peu de prestations l’hiver…

Pour ce qui est des frais de déplacements et de logements, certains photographes les incluent dans leur budget, d’autres font un devis séparé. Ma photographe habitait en fait à 10min de chez moi, où je célébrais le mariage, ben j’ai juste payé le forfait 5h de photos, avec donc: les photos de couple, la cérémonie à la mairie, le vin d’honneur, et le photobooth qu’elle m’a offert car c’était une première pour elle (et je pense qu’elle réitérera car c’était vraiment super, ca a plu à tout le monde). J’ai regrété après coup de ne pas l’avoir pris aussi pour la soirée (ce qui m’aurait fait passé de 250€ à 500), mias finalement, j’ai les photos els plus importantes, et mes parents, qui étaient sceptiques sur l’utilité d’engager une photographe, ont finalement admis que ses photos valaient le coup.

Dernier conseil: le bouche à oreille reste un excellent moyen de se faire un avis sur un photographe… si il était bien au mariage d eta copine, ya pas de raisons qu’il soit mauvais au tien!!! (ceci dit, j’ai une amie qui a pris le meme photographe que sa témoin qui s’était marié 3 mois avant, il a été mauvais dans les 2 cas, photos à peine post traitées, mises en ligne pour selection, sans trier les bonnes et els mauvaises, aucune recherche d elumière etc, et ca n’a aps empeché une 3eme amie de prendre le meme.. .comme quoi, parfois, la médiocrité, ca convainc aussi…)

le 09/04/2013 à 11h24 | Répondre

winnie

Oui, mais en tant que salarié « normal », on ne négocie pas notre salaire en fonction du prix de la nounou, donc je trouve que ces frais là ne sont pas justifiables.
Après, pour ce qui est du reste, je connais plusieurs saisonniers, donc c’est vrai que je connais les fonctionnement de la rémunération brute etc, mais n’abusons pas, les saisonniers ne sont pas (enfin, en règle générale) au chomage les 9 mois restants de l’année ! Mais je le concède, ce sont des situations plus compliquées à gérer.

Enfin, parenthèse fermée, je respecte les arguments de l’article, et chacun justifie ses frais comme il le souhaite, après libre à nous de les accepter ou non. Il y a tellement de talents que chacun fini par trouver son compte je pense 🙂
Et j’ai toujours autant d’admiration pour le travail fourni par un photographe pro

le 09/04/2013 à 17h55 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Winnie, si tu relis, je ne compte pas la nounou dans les frais imputables à mes clients, mais je me sers de ça comme exemple pour expliquer que ce qui reste après les frais, est juste mon salaire (quand il en reste). C’est à dire que comme tout le monde, j’ai besoin d’un salaire pour vivre.

Enfin, la justification de mes frais n’a RIEN de personnel. Dans n’importe quelle entreprise, la voiture de fonction et l’essence, entre autres, s’il y en a, sont à la charge du patron, charge qu’il répercute sur le prix de sa marchandise.
Je trouve ça assez étrange que ce qui paraît convenu et acceptable dans le fonctionnement d’une entreprise, s’avère injustifié aux yeux de certains particuliers, comme les tiens, dans le cas d’un travailleur indépendant.

le 09/04/2013 à 20h16 | Répondre

winnie

Oui, justement, les frais tels la nounou sont perso, ce sont des frais qui sont imputables à n’importe qui, donc je comprends pas l’intérêt d’en parler puisque ce n’est pas spécifique au travailleur indépendant.
Et pour le reste, je ne dis pas que c’est injustifié de prendre des frais de déplacement, je trouve cela d’ailleurs normal, mais quand il est dit qu’ils sont imputables au tarif, je précisais juste que certains les demandait en plus.
Enfin bon, à la base, je n’ai rien contre les tarifs appliqués. Je pense juste que si quelqu’un trouve que les tarifs sont trop chers, ce n’est pas cet article qui le fera changer d’avis. Enfin en tout cas ce serait pas mon cas.
Mais ça n’a rien d’un reproche 😉

le 09/04/2013 à 21h43 |

Milune (voir son site)

Bien sur qu’il vous faut un salaire pour vivre on ne dit pas le contraire, mais c’est vrai que justifier votre prix en disant que vous incluez le prix de votre nounou parce qu’il faut bien les faire garder pendant que vous travailler, ce qui est vrai, est limite, dans le sens ou dans le monde du travail une personne ayant des enfants ne va pas être payer plus qu’une autre sans enfant faisant le même boulo, parce que elle, elle a une nounou à payer. On ne dit pas non plus ( en tout cas moi je ne dis pas) que votre travail ne vaut pas ce que vous demanendez, je pense que si vous appliquez ce tarif c’est que c’est justifier, mais évitez juste de dire qu’il faut bien que vous payez votre nounou, pour ma part ça a cassé toute votre argumentation !! Moi je pense qu’un pro n’a pas à justifier ces tarifs, toute personne intéligente sait bien que ce n’est pas votre argent de poche ( j’ai eu le même soucis à le faire coomprendre à certaines famille en étant nounou) mais si vous voulez le justifier je vous conseil de le faire autrement !!

le 11/04/2013 à 13h07 |

Emma

On va faire plus simple, hein!
Quand tu paies une prestation , allez 700 euros, il reste environ dans la poche du prestataire déclaré et j’insiste là dessus, 40% de la somme , soit 300 euros. Pour 8 h de travail sur place plus la vingtaine d’heure ( et je suis sûre que c’est sûrement plus), on arrondit à 30, ça fait 10 euros de l’heure… à peine plus que le smic donc… Il faut savoir également que l’on paie ses charges sur l’année N-2 , en clair si tu as fait 100 000 euros en 2013, tu paieras des charges sur ce montant en 2015 et même si 2014 a été une année pourrie…Et quand on est à son compte, pas de chômage, donc faut aussi prévoir de jouer les écureuils pour le cas où….Mais bon…
Après c’est comme tout le reste, moi je prends la métaphore de la robe haute couture Dior et celle de chez Tati… pas la même gamme, pas le même prix… c’est juste la loi du marché, de la qualité et de la reconnaissance…et du temps de travail … Certaines remarques me choquent parce qu’on a l’impression parfois que les prestataires de mariage sont à peine considérés comme des êtres humains, qui mangent, ont un toit à payer, des enfants… le servage , c’est fini, hein lol.
des fois j’ai le sentiment que certains trouvent anormal qu’on ne puisse pas les rendre corvéables à merci… Çà vaut pour les fleuristes, les coiffeurs…. Vous trouvez normal d’être payé à votre valeur, ben là c’est pareil….
J’ajoute que je ne suis pas photographe,mais prestataire de mariage, oui et désolée de voir que la notion de « tout travail mérite salaire » ne semble plus vouloir dire grand chose…

le 09/04/2014 à 21h01 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

C’est effectivement ce que j’ai voulu dire, ce n’est pas de l’argent de poche mais bien le salaire qui reste, avec lequel nous vivons. 🙂

le 09/04/2013 à 17h56 | Répondre

Sabrina

Je suis assez d’accord avec Winnie. Je comprend que c’est une prestations qui, la plupart du temps, vaut le prix qu’on paye parce que c’est une journee de travail de plusieurs heures d’affillees debout, l’esprit en alerte, parce que le travail de retouche est consequent, que le materiel est cher et que lorsque le photographe est declare il a des charges.

En revanche, excusez-moi, mais « on se fiche un peu » (sans vouloir etre vexante) de savoir que vous avez la nounou ou les impots sur le revenu a payer, nous aussi, et on ne s’en sert pas comme d’un argument pour faire baisser votre prestation… J’entends bien l’argument qui consiste a dire que vous voulez seulement nous faire prendre conscience que ce n’est pas de l’argent de poche, mais personne n’a jamais pretendu le contraire, seulement que la prestation est chere pour ce que c’est, or la valeur des choses est tres subjective…

(desolee pour les accents, j’ai un clavier qwewrty)

le 09/04/2013 à 20h34 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Ouf, heureusement que vous ne vouliez pas être vexante, j’aurais pu mal le prendre ! 🙂
Et bien si, justement, les clients qui évoquent leur budget pour négocier les tarifs à la baisse parlent exactement de ça: le coût de la vie. Alors quoi ? Je fais des tarifs serrés à mes clients, qui remboursent juste les frais pros, et je ne garde aucun salaire ?
Et justement, je paye comment mes propres frais personnels du coup ? Vous en en fichez, visiblement, pas moi. (Ah tiens, je suis peut-être vexée finalement, mince ! )

Je serais curieuse de connaître votre réponse quand votre patron vous dira « Vous voulez une augmentation parce que vous avez la nounou à payer ? Je m’en fiche. Vous êtes bien assez payée pour le travail que vous me rendez. Pas d’augmentation.  »
(Peut-être serez-vous vexée ? )

J’estime que mon travail vaut largement les tarifs que j’en demande, et je travaille beaucoup pour assurer une prestation de qualité, pour vois des étoiles dans les yeux de mes clients. Ce n’est donc pas cher « pour ce que c’est », ne vous en déplaise.
Mais je suis bien certaine que vous chercherez et trouverez un photographe à votre mesure, le jour où vous chercherez un. 🙂

Vous devriez peut-être lire ceci, si ce n’est déjà fait:
http://www.patrickalves.fr/2011/11/photographe-de-mariage-pas-cher/

le 10/04/2013 à 19h59 |

winnie

Ah, merci, je finissais par croire que j’avais un esprit bizarrement tourné pour être la seule à penser ça ^^.

*LEM*, finalement vous venez pour justifier un tarif, et vous vous vexez si certains ne partagent pas votre point de vue.
Ces commentaires ne sont pas là pour tourner aux « règlements de compte », ce n’est pas le but, et c’est inutile de faire ça sur un site comme celui-ci, mais je trouve votre lien assez curieux.
On annonce un prelèvement d’environ 65% de taxes, j’aimerais savoir quelles sont-elles ?? Car apparemment le matériel et son entretien, ainsi que l’essence n’est même pas compté. Je pense que ce taux est un peu exagéré.
De plus, on voit dans le tableau en dessous qu’un étudiant gagne + de 10€ NET de l’heure…… Je pense que ça se saurait, quand on voit le nombre de personne au smic………..
Enfin bon, je vais m’arrêter là. Nos points de vue divergent et ces conversations seront sans fin !

le 10/04/2013 à 23h51 |

Mylène

Winnie, Sabrina,

Je vous conseille de prendre note des conseils qui pourraient vous servir (s’il y en a un qui finalement ressort positivement du lot à vos yeux) et de faire l’impasse sur vos critiques. (« vous ne comprenez pas l’intérêt » de parler de certains sujets…  » vous venez pour justifier un tarif »… alors qu’il s’agit de réponses à une question. Quand on pose une question ou que l’on demande des renseignements : on voit l’intérêt que la personne y réponde généralement. Concernant les tarifs ; Chaque personne négocie son salaire par rapport à son savoir-faire et ses compétence + frais divers)

Comme vous le dites, au final tout est subjectif. Il faut que chacun trouve son bonheur. Et ce dernier n’est pas le même pour tous.

Tout le mal que je vous souhaite est d’avoir des photos aussi parfaites que les miennes… de prendre votre pieds autant que moi en les faisant… de tomber sur un(e) professionnel(lle), comme LEM, qui aime son métier et qui saura le faire ressortir à travers ses photos ! Et avec qui vous aurez plaisir à retravailler pour les prochaines ‘grandes occasions’.
Et tout ceci, à un prix que « vous-même-personnellement » jugerez bon pour la prestation fournie.

le 11/04/2013 à 09h56 |

Rey (voir son site)

Bonjour,
Le magazine Profession photographe à écrit un article sur ce blog et certain commentaire….C’est simple, parlons gros sous puisque cela semble poser problèmes…. une prestation à 1500€ ce découpe ainsi pour une entreprise et un artisant. Nous ne parlerons pas ici des Auto-entreprise (dont le statut est en cour de révision) dont les charges semblent moins élevé mais dont l’intégralité du chiffre d’affaire est considéré comme bénéfice net (pas de frais déductibles, TVA et autre …)
-20% TVA
-35% charge social
-25% investissements divers ( internet-micro, licence logiciel, transport ect…)
Un travail correctement fait demande (jours mariage, transport, post-prod)
30 à 40 heures….soit 500€ net % 35 = 14€ /heures…..
Tiens! Rien de bien extraordinaire!

le 28/08/2013 à 09h21 | Répondre

Valicka

En fait, Winnie, je crois qu’elle voulait justement souligner que ces frais la lui servent à vivre toute l’année (avec les dépenses de Monsieur et Madame toutlemonde), même si la rentrée d’argent ne se fait surtout qu’en été (comme tous les saisonniers, d’ailleurs).
Mais je suis d’accord avec toi qu’on ne peut pas trop compter les frais d’hôtel ou d’essence dans les tarifs, car moi j’ai surtout observé que c’était « en plus »…
Pour ma part, après avoir trouvé ça « trop cher » (et je pense que c’est la première réaction de tout le monde, et on peut le comprendre… comme quand j’ai fait la somme de ce qu’allait coûter le mariage et que je me suis dit wouaw), je me suis dit qu’avoir un vrai photographe, j’en avais rêvé depuis longtemps… donc banco ! (et en plus, on a exprès choisi une petite jeune, pour l’aider un peu 😉 )

le 09/04/2013 à 10h53 | Répondre

Valicka

ces frais-là*, pardon la première phrase est incompréhensible 😉

le 09/04/2013 à 10h54 | Répondre

Fenwer

Je pense que ce qui est le plus dut à imaginer pour nous, est que ce que nous payons correspond à sa rémunération brute. En fait, on réfléchit toujours en terme de salaire net (qu’on a sur notre compte) et pas de salaire brute (la plus grosse somme sur la fiche de paye) et donc c’est un calcul qu’on a pas l’habitude de faire.
Ici, le photographe ne touche pas 100% de ce qu’on lui donne mais perd une grosse partie en prélèvements et cotisations obligatoires. En plus de ça, il paye des impôts (logique, bien sûr). Mais sur ce qu’on lui donne, il touchera quoi au final ? 60% ? (je ne sais pas précisément)

le 09/04/2013 à 11h03 | Répondre

Milune (voir son site)

Heu … Après réfléxion, si la photographe travail comme elle le dit que de Mai à Septembre je ne vois pas bien comment elle peut payer des impôts !!

le 10/04/2013 à 01h14 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

En même temps, si j’en crois tous les commentaires que tu laisses, tu pars du principe que nous sommes juste là pour escroquer les mariés. Pourtant, entre les différents témoignages et le lien avec chiffres à l’appui que j’ai laissés, sont clairs.
En ce qui me concerne, je renonce à te convaincre que ce n’est pas le cas. 🙂

le 10/04/2013 à 08h30 | Répondre

Milune (voir son site)

Non non, je ne vous prend pas du tout pour un escro, pour moi un escro serait quelqu’un qui prend la tune, même 100 euros, et qui ne rendra pas le travail. Donc rassurez-vous je ne vous prend pas du tout pour une escro. Et je ne parle pas de vous en particulier je ne connais pas vos tarifs, mais je ne comprends pas pourquoi, et pour moi vos expliquations ne m’aident pas à comprendre, pourquoi certains photographe s’en sorte avec des tarifs à 500 et d’autre à 1000 ou même plus, pour la même qualité de service. Je pensais que cet article m’aiderait à comprendre ou justifierais celà et en fait non je trouve ça un peu dommage.

le 10/04/2013 à 12h13 | Répondre

Madame Lutine

Les photographes travaillent PRINCIPALEMENT de mai à septembre, pas exclusivement. De même qu’un restaurateur dans une zone touristique peut faire jusqu’à 50% de son chiffre d’affaire sur l’été, ce qui ne veut pas dire qu’il ne travaille pas tout le reste de l’année.
Bien sûr qu’on peut avoir des impôts, puisque les impôts s’intéressent à la globalité d’une année… L’idée c’est quand même de parvenir à avoir un revenu à l’année comparable à un revenu à l’année de l’employé lambda.
De plus, il existe des charges inhérentes au fait d’être son propre patron. Des charges qu’on ne voit pas quand on est employé !
Des outils nécessaires pour travailler aussi. Si tu es employé de bureau, c’est l’entreprise qui paye les ordinateur, les logiciels, les fournitures, l’accès internet, etc. Ben là c’est pareil, ça fait partie des frais de l’entreprise, sauf que l’entreprise, le patron et l’employé sont une seule et même personne.
Une fois les charges diverses et variées et le matériel déduit, il reste enfin un salaire.
Et ce salaire est donc soumis à l’impôt. Comme un salaire, quoi… Comme un salaire qui sert à faire toutes les choses qu’on fait avec un salaire.

le 10/04/2013 à 09h45 | Répondre

Fenwer

Même si elle ne faisait que mai à septembre. Ca fait 20 semaines, donc 20 potentiels mariages. Donc, à moins de ne gagner 500 euro par mariage, elle est imposable. Et ça c’est sans compter les mariages hors saison, et toutes les autres choses qu’un photographe peut photographier.

le 10/04/2013 à 10h43 | Répondre

Milune (voir son site)

Fenwer, je suis d’accord avec ce que vous dite c’est pourquoi, lorsque les photographe justifie demander 1000 euros/ mariage car il faut vivre avec ça tout le reste de l’année je trouve la raison un peu légère !!

le 10/04/2013 à 12h16 | Répondre

Fenwer

Le lien que LEM a donné plus bas est pas mal je trouve. Le photographe estime à 42h son temps de travail sur 1 mariage. A toi de voir après à combien tu trouves normal qu’il soit payer en terme de salaire horaire.
Là où je trouve le site moins bon, c’est qu’il donne le « salaire » horaire brut (en fonction de ce que paye le client, qui n’est pas son salaire, mais son chiffre d’affaire) et le salaire horaire net (après avoir tout enlever y compris les impôts, ce qui n’est plus un salaire non plus car c’est avant impôt normalement). Pour être plus juste, je pense qu’il aurait dû donné son salaire brut (en gros chiffre d’affaire moins les taxes).

le 10/04/2013 à 12h47 |

Madame Nya

Comme tout travail, le travail de photographe mérite salaire. Je ne pourrais pas être plus d’accord, étant moi-même travailleur indépendant, donc souvent soumis à l’incompréhension des particuliers face à mes tarifs.

Cela dit, je dirais simplement aux futurs mariés de prendre garde à l’effet de mode dont jouissent certains photographes de mariage et qui gonflent parfois leurs tarifs. C’est la loi de l’offre et de la demande, et si on se place du point de vue des photographes, c’est une aubaine 🙂
Mais du point de vue des jeunes mariés qui n’ont pas forcément le budget, plutôt que de rêver aux photographes omniprésents sur les blogs de mariage, je conseillerais de chercher des photographes moins connus mais tout aussi talentueux et qui ne factureront pas (encore ?) leur popularité.

le 09/04/2013 à 11h27 | Répondre

Madame Feliner

Bonjour,

Je trouve cet article très bien expliqué et argumenté! Un travailleur indépendant doit aussi vivre de son travail et le montant des prestations comporte aussi une part de charge, chose que les gens peuvent avoir tendance à oublier.
C’est vrai qu’avec un budget (parfois serré) à respecter on est souvent à la recherche du « bon plan ». Et puis de prime abord, les montants de certaines prestation peuvent paraitre chères. Sauf que derrière chaque prestataire il y’a aussi un être humain qui a besoin de vivre de ce métier pour continuer à le proposer, justement. Et derrière chaque prestation il y’a une part de travail ‘invisible’ pour les mariés (le montage de la vidéo, le traitement des photos). Par exemple, toutes mes photos ont été retouchées et retravaillées en 10 jours. Non seulement elles étaient impeccables, mais il y’en avait… 800! C’est phénoménal comme travail!

C’est marrant parce qu’hier je racontais justement pourquoi j’avais souhaité prendre un photographe pro de mon point de vue de mariée, cet article vient très bien compléter le sujet! 🙂

le 09/04/2013 à 11h38 | Répondre

Mylène

Bonjour à toutes et tous,

Pour se faire une idée sur la décision à prendre quant au choix d’un photographe, il est effectivement indispensable de comparer des choses comparables… Les conseils de LEM à ce niveau-là sont idéaux.

De plus, personnellement je pense que le bouche à oreille est très intéressant pour l’organisation d’un événement qui compte autant pour soit (mariage ou autre). Il est plus rassurant de suivre le conseil d’un(e) ami(e) en qui nous avons déjà confiance ! Ceci pour un choix qui reste personnel, mais cependant plus sécurisant. (Je confirme que la notion de Good Feeling m’est primordiale. Afin d’éviter les professionnels « reconnus mais néanmoins blasés, voir aigris »…)

Je suis heureuse de faire partie des illustrations de cet article ! La classe… ; )
…et j’en profite une fois de plus pour remercier le travail d’une grande professionnelle qui nous a réalisé un travail formidable… (et en prime : sympa!) Merci LEM

le 09/04/2013 à 12h03 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

*plein de coeurs*

😉

le 09/04/2013 à 16h51 | Répondre

Mme coquelicot

Perso, je suis ravie que notre famille nous ai offert la présence d’un photographe pro.
ils étaient adorables, oui en fait ils étaient 2 !!, un + son assistant.
et ça c’est génial : pense à le demander à ton prestataire…
Son assistant est un vrai pro aussi et il a surement de très belles photos car quand la première photo posée est prise, les mariés se relaxent et c’est là que le deuxième les flashe en toute discrétion.
et puis à deux, ils ont pu couvrir l’arrivée du marié, (surprise à voir bientôt) et celle de la mariée : l’un des photographes était avec moi et mon père dans la voiture pour prendre de belles photos.

Ils ont été au top toute la journée, m’aidant à déstresser, catchant avec la peste de fille de ma maquilleuse qui l’empêchait de me maquiller avec dix milles caprices à la minute…, prenant des tonnes de photos lors du studio photo le soir !!
Un grand succès avec nos invités.
Il me tarde de recevoir leurs photos …
Future mariée, je ne peux que te conseiller de craquer sur ce poste incontournable en suivant les conseils de Mme Hermine pour le choisir 😉

le 09/04/2013 à 12h39 | Répondre

Marie Obrigada

Globalement, je suis tout à fait d’accord : c’est un travail qui engendre des frais et du temps qui doivent bien sûr être payé par la facturation de la prestation. Par contre, ça m’agace de lire une pointe ironique concernant les petits budgets qui doivent choisir entre un photographe ou un trou normand. Je suis désolée mais pour ma part, nous avons vraiment un petit budget et j’estime que mes priorités ne sont pas futiles mais ne permettent pas malgré tout de financer un photographe (pour l’instant). On envisage de faire seulement un vin d’honneur, je compte mettre moins de 200€ dans la tenue… donc il y a de fortes chances que je n’ai pas de photographe professionnel, ni même d’amateur éclairé parce que je n’en connais pas (à part mon promis) et qu’idéologiquement cela ne me convient pas non plus.
Bref, je suis d’accord mais il y a des gens pour qui un petit budget est vraiment un petit budget.

le 09/04/2013 à 12h42 | Répondre

Madame Flocon

Salut Marie!
J’ai tiqué sur la phrase du trou normand moi aussi car pour nous le repas était aussi important que le photographe et nous avons fait tout ce que nous pouvions pour « dégrader » d’autres postes plutôt que de renoncer à un seul plat, comme tu le dis, chacun ses priorités mais ce n’est pas honteux de placer par exemple le repas en top priorité. Pour nous c’était les tenues, le repas et les photos en ex aequo.
Sinon, tu te maries dans quel coin car j’en connais moi des « amateurs éclairés »? Dont un qui a couvert mon mariage aussi et qui est super (mon beau-frère).

le 09/04/2013 à 13h18 | Répondre

Marie Obrigada

J’ai raté ma manip. Je me marie dans un peu plus d’un an, dans le 49 (pas du tout ton coin si j’ai bien suivi) Merci ! 🙂

le 09/04/2013 à 13h43 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

C’est bien pourquoi j’ai parlé d’un « deuxième » trou normand. 😉

le 09/04/2013 à 16h48 | Répondre

Marie Obrigada

Effectivement. Je suis un peu déçue de ne pas pouvoir payer la plupart des choses qui se font habituellement dans un mariage et m’aurait fait plaisir (y compris le photographe et le bon et long repas)

le 09/04/2013 à 19h34 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Je comprends tout à fait. 🙂 Tu peux toujours envisager de vous faire offrir un Day After (Rhabillage) pour Noël, par exemple, ou une jolie séance de couple. Les tarifs pour une séance sont bien plus abordables que pour l’intégralité d’un mariage. 🙂
(Et juste pour préciser: en aucun cas je n’étais ironique, je ne me serais jamais permise ! 🙂 )

le 09/04/2013 à 20h29 |

Milune (voir son site)

Vous êtes photographe vous défendez votre métier et c’est bien normal. Mais sous entendre qu’un photographe à 1000 euros la journée vous fera un plus joli travail que celui à 400 c’est faux. En tout les cas ce n’est pas toujours vrai. Le prix n’est pas forcément un gage de qualité. Une amie s’est marié a payé le photographe 1000 euros il a fait les photos de sa journée et a fait faillite très vite derrière, mon amie n’a jamais vu l’ombre d’une de ces photos. Heureusement que les invités prennent des photos !! Moi j’ai payé ma photograhe 400 euros je ne vois pas ce que j’aurais pu esprérer de mieux, les photo sont super belles, les moments importants sont immortalisé bref il y a tout.
Quand vous détaillez vos prix, vous mettez ( carte de visite, materiel qu’il vous faut pour les photos, référencement) personnellement je ne trouve pas ça normal que ce soit inclu dans le prix, moi je ne fais pas payer mes flyers et tout le materiel que j’ai investit pour exercer mon métier d’assistante maternelle aux parents. Vous me direz sans doute que ça n’a rien à voir mais passons. Le truc que je trouve le moins normal, ce sont les préstataires et ça ( photographe, DJ, traiteur et locateurs de salles confondus) qui double voir triple leur tarif quand on prononce le mot mariage. Là il faudrait que l’on m’explique ce qui justifie ça !!

le 09/04/2013 à 13h40 | Répondre

Aurélie Allanic (voir son site)

Milune,
je ne pense pas que l’objectif de l’article était de dire qu’un photographe à 1000€ fait des plus belles photos qu’un photographe à 400€, mais plutôt d’expliquer pourquoi il n’était pas financièrement tenable de faire des mariages à 400€ « tout compris » ; car là encore il faut être prudent dans ses comparaisons, la diversité des prestations rend leur comparaison difficile : par exemple entre
– le photographe qui ne prendra « que » 400€ (je mets précautionneusement les guillemets car je sais bien que tout cela est trèèèèèès relatif ;-)) et qui livrera seulement un album avec des tirages et rattrapera du chiffre d’affaires sur les tirages qu’il vendra aux invités
– le photographe qui ne prendra « que » 400€ et qui livrera seulement un CD avec 1000 photos brutes, non triées, non traitées
– le photographe qui ne prendra « que » 400€ et qui bossera super bien mais qui a d’autres activités (photo ou autre) à côté des mariages pour lui permettre de vivre
– et on peut dérouler aussi plein d’autres exemples avec ceux qui sont à 1000€
pas facile de comparer…
C’est pour cela que c’est important de choisir celui qui vous plaît humainement, en général si c’est le cas ses valeurs humaines, et donc aussi le prix de son travail, sont basés sur les mêmes critères que les vôtres 😉

(PS : petite parenthèse purement polémique 😉 : effectivement ça n’a rien à voir, mais d’une certaine manière vous faites bien payer aux parents qui vous emploient votre matériel, par le biais de la taxe d’entretien… fin de la parenthèse polémique stérile)

le 09/04/2013 à 15h07 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Je n’aurais pas mieux dit ! Merci Aurélie. 🙂

le 09/04/2013 à 16h50 | Répondre

Milune (voir son site)

Oui je comprends ce que vous dite et je suis d’accord avec vous, mais en lisant l’article la conclusion que je comprenais que vous vouliez faire passer ( mais peut-être me trompais-je) que de payer cher un photographe était une sorte de garantie pour avoir un vrai professionel qui fera du bon boulo jusqu’au bout. Or j’ai eu l’exemple inverse donc je voulais quand même le souligner. Mais effectivement la photographe que j’ai eu à mon mariage a une autre activité à coté, elle m’a remis les photos sur CD avec 800 photos retouchées très belles, un vrai travail de pro.

le 10/04/2013 à 00h26 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Le coût du matériel est reporté sur le tarif pratiqué, c’est normal. Absolument tous les commerçants fonctionnent ainsi. Je n’ai pas de puits de pétrole dans mon jardin qui me permette de m’auto-financer. 😉
Quant aux prestataires qui augmentent leurs prix sous prétexte que c’est pour un mariage, je répondrais qu’il y a des escrocs dans tous les corps de métier, mais qu’il ne faut pas en faire une généralité ! 🙂

le 09/04/2013 à 16h46 | Répondre

Milune (voir son site)

Donc vous êtes d’accord ce n’est pas normal de doubler voir tripler ces tarifs parce qu’on pronnonce le mot mariage ! Alors il y a beaucoup d’escro car quand je cherchais un photographe pour mon mariage 9 photographe sur 10 m’ont fait le coup 😉

le 10/04/2013 à 00h29 | Répondre

Marie Obrigada

Je me marie dans le 49… pas du tout ton coin si je me souviens bien. Mais c’est en 2014 donc d’ici là beaucoup de choses peuvent changer. 🙂

le 09/04/2013 à 13h41 | Répondre

*LEM* Photographie (voir son site)

Quelqu’un de plus doué en maths (ou en compta) que moi a fait un calcul précis: http://www.patrickalves.fr/2011/11/photographe-de-mariage-pas-cher/

C’est très clair et très explicite ! 🙂

le 09/04/2013 à 17h58 | Répondre

Marine Szczepaniak (voir son site)

L’article n’est absolument pas de lui (et il le précise en tout petit en haut).

L’article original se trouve ici : http://www.alohafred.com/blog/un-photographe-mariage-pas-cher

le 11/04/2013 à 12h05 | Répondre

fi

très important les photos… c’est un cout mais ce prix est justifier quand on voit le travail, la beauté des photos, les souvenirs figé sur le papier qu’on pourra regarder tout les jours les années a venir..
je ne pouvait pas faire sans photographe.. tout ceux que je connaisse qui ont fait sans, en sont déçu..
et c’est vrai que le prix ne fait pas le photographe non plus.. 1000euros parfois pour des photos basic et 500 pour des photos un peu plus moderne, frais etc.. y a pas je prend le moins cher.
on choisi son photographe pour les photos et pas seulement pour le prix
c’est ce que j’ai fait pour le mien est il s’avere être amis avec ma témoin et mon homme..

le 09/04/2013 à 21h44 | Répondre

Marine Szczepaniak (voir son site)

Hahaha ! Ca me fait penser au mien d’article !
http://blog.marineszczepaniak.com/752/

le 11/04/2013 à 11h26 | Répondre

elodie

J’aime bcp la conclusion de votre article. Effectivement il faut plutôt penser « j’en ai eu pour mon argent ». Pour ma part dans un premier temps nous avions vu un photographe qui nous proposait une prestation entre 1500 et 2000 euros. Nous avons trouvé ça trop cher et nous nous sommes tournés vers un photographe moins chers, 1200 euros je crois. Mais nous avons été déçus et nous avons refait une séance avec une autre photographe qui nous a couté au total un peu plus de 200 euros (séance + 17 tirages). Au final, je me dis que j’aurai du prendre le premier photographe car clairement nous en aurions certainement plus eu pour notre argent qu’avec le photographe que nous avions finalement choisi…

le 19/05/2013 à 16h16 | Répondre

Anne_So

Ca me fait penser aussi à l’article qui m’a décidé pour ma photographe..nous notre budget n’étant (malheureusement) pas extensible, on a réduit sur le traiteur, et sur la salle, et on LA photographe sur laquelle on a vraiment flashé, et avec qui le feeling est vraiment passé…
Un mariage sans photographe était pour moi impensable!!

le 15/04/2013 à 15h28 | Répondre

Monsieur Famille

Voici un bel article avec deux vidéos, et un comparatif « photo brute » / « photo retouchée »

http://www.studiomartinmorel.com/photographe-mariage-voiron.htm

le 19/05/2013 à 16h20 | Répondre

Dominique (voir son site)

Je vois que ce sujet est chaud, peut importe où on demeure.

Je suis de Montréal au Canada, et je suis également photographe. Il est triste que comme professionnel on doivent autant défendre notre tarification. Comme toute entreprise, tout les coût relié à l’exploitation se doit d’être inclu dans le prix de la prestation, comme tout autre article que l’on désir se procurer.

Un mariage, c’est beaucoup d’heures de travail qui ne s’arrête pas à la fin de la prestation. Contrairement à ce que bien des gens pensent, aujourd’hui, TOUT COMME AVANT, il y a un travail de retouche à faire. Si auparavent elle s’effectuait sous l’agrandisseur dans une chambre noir, aujourd’hui, elle se fait avec plus de précision sous différents logiciels.

J’ai commencé à faire du mariage voilà 25 ans. En 25 ans, je n’ai pas vu les prix prendre leurs envolés comme c’est le cas pour à peut près tout. Les mêmes tarifs pro, mais avec une multitude de nouveaux frais et charge que l’on doit débourser pour se faire voir, et ça c’est sans compter cette nouvelle compétition de gens sans expérience qui ne font que passer dans le domaine en tirant le marché sans cesse vers de nouveaux prix plancher. Décidément, quand on est photographe, ce n’est pas pour faire fortune, mais bien par amour du métier.

Bon mariage à tous, et mes salutations à mon confrère d’outre-mer. 😉

le 21/05/2013 à 19h32 | Répondre

Madame Charleston ^^

Bonjour,

je voulais savoir, si on est moyennement content justement de ses photos du jour J, quel est le principe du shooting « day-after », pour se dire qu’il y a moyen de se ratrapper.. que tout n’est pas perdu si on remet nos costumes(même 1 an après…) et qu’on va dans un beau lieu avec un photographe ? Merci d’avance pour vos réponses.

le 29/05/2013 à 10h12 | Répondre

Aurélie Allanic (voir son site)

Bonjour Madame Charleston,
vous avez tout compris ! Pour le day-after, on se rhabille, on se pomponne, et on fait des photos en toute décontraction ! Ca peut être l’occasion de faire des photos avec LE photographe que vous aviez repéré mais qui n’était pas dispo le jour J ou qui était hors budget pour toute une journée, de faire des photos dans un lieu qui vous plait mais qui était trop loin le jour de la fête, de faire des photos sous le soleil s’il a plu tout votre joli jour, etc. bref, de prendre le temps de faire les photos que vous n’avez pas pu prendre le jour J !

le 29/05/2013 à 11h46 | Répondre

Cari Vilaboa (voir son site)

Bonjour,
Je pense que je peux apporter pas mal de réponses car je réunis 2 choses :
1. je suis licenciée en sc. économiques, spécialité gestion de l’entreprise et je travaille comme analyste financier;
2. j’ai entamé cette année une activité de photographe à titre complémentaire car je suis passionnée de photo depuis quelques années.
J’ajouterai tout de même que j’habite en Belgique donc la législation change un peu…

Je lis ça et là qu’on ne comprend pas pourquoi il est question de compter le coût du matériel. Dans la compta d’une entreprise, on compte TOUJOURS tous les revenus et toutes les dépenses liées à l’activité de cette entreprise et donc aussi et surtout les outils de travail car ils sont indispensables. Pour qu’une entreprise soit saine et durable, il faut que son chiffre d’affaires couvre la totalité de ses dépenses et fasse en plus, si possible, un bénéfice. Alors quand je lis Milune qui dit qu’elle n’a pas inclus dans son tarif d’assistante maternelle ses diverses dépenses pour s’établir, il va falloir qu’elle m’explique alors d’où vient l’argent qui lui a permis de payer toutes ces dépenses et d’où vient l’argent pour remplacer le matériel abîmé ou obsolète et ses consommables… Au départ, on utilise le capital de la société mais si on puise indéfiniment dedans, il finit par disparaître, vous n’avez plus de quoi investir ensuite et vous n’avez plus de liquidités mettant ainsi votre entreprise en danger. De plus, ce capital, il vient bien aussi de quelque part, probablement des économies qui proviennent finalement de vos salaires précédents sauf si vous avez eu la chance d’hériter…
Le matériel photo de qualité coûte cher, voir très cher. On n’est pas dans le kit réflex+zoom d’entrée de gamme à 600€! Savez-vous qu’un boîtier professionnel (sans objectif) coûte dans les 6000€ ? C’est si cher que beaucoup de pros doivent se contenter de la gamme d’en-dessous (environ 2700€) voire encore en-dessous (1700€). A ça, on ajoute au moins 2 objectifs coûtant facilement 1000€ chacun et tous les autres accessoires. L’argent pour acheter et renouveler ce matériel coûteux doit bien provenir de quelque part… Donc, je ne vois pas en quoi il n’est pas normal de compter une part pour son matériel quand on établit ses tarifs. Bien au contraire, c’est logique et totalement sain dans la gestion d’une entreprise de compter un montant à mettre « de côté » pour prévoir le remplacement de son matériel ou le remboursement de l’achat antérieur de ce matériel. CQFD!

Concernant maintenant la disparité entre les tarifs des photographes…
Un bon exemple… le mien! Au risque de me faire « attaquer » par d’autres photographes, j’avoue que le tarif de base que je demande pour une journée (max 12h) pour cette saison est de 400€ttc. Franchement, à ce prix-là, je fais un cadeau aux mariés, je ne fais pas un cadeau au métier, je le sais, mais chacun regarde son propre intérêt et ma raison est simple : je commence à peine! C’est ma première saison et je dois bien attirer mes premiers clients d’une façon ou d’une autre. N’ayant pas grand chose dans mon book pour les attirer, il faut bien que je les attire autrement et le plus facile, c’est les prix. Par ailleurs, l’expérience est facteur de qualité et je me vois mal me faire payer aussi cher qu’un photographe expérimenté qui va faire des photos de folie que je ne suis pas encore capable de faire.
Mais, franchement, si je peux me le permettre, c’est pour une raison bien simple : c’est une activité complémentaire et mon gagne-pain, c’est mon emploi à temps plein d’analyste financier et non pas la photo. Mon salaire m’a permis d’acheter le matériel que je possède et si je devais le renouveler, je peux encore, provisoirement, puiser dans mon salaire et non pas dans mes revenus de la photo.
Maintenant, je vais vous avouer ce que ça me rapporte à moi. En Belgique, on a la chance d’avoir un système assez pratique et avantageux pour les artistes, c’est les bureaux pour artistes. Le principe, c’est que je suis membre d’une asbl qui m’engage le temps d’un contrat, s’occupe de facturer et encaisser, de payer les impôts et taxes, de l’admin et puis me verser mon salaire, le tout moyennant une commission.
Ainsi, pour mon forfait à 400€, voici un calcul simplifié (en réalité, c’est bien plus compliqué) :
– je déduis la tva de 6% (taux spécial pour les prestations artistiques), soit 400/1,06 = 377,35 €
– je retire la commission du bureau pour artiste : 377,35 – 6,5% = 352,82 €
– ces 352,82 € constituent le budget salarial de ma prestation et après impôts, mon salaire net en poche = environ 177€ (l’impôt sur le travail en Belgique est un des plus élevé d’Europe, voire du monde);
– le coût de carburant, mon forfait incluant les déplacements dans un rayon de 70km autour de Bruxelles. Comptant 2 aller-retour à 70km (on voit toujours les mariés au moins une fois avant), soit 280km, soit 25 € de carburant, il reste 177 – 25 = 152 €.
– envoi des photos : 3 DVD lightscribe (me permet de graver un design sur le dvd pour un aspect pro) = environ 6€ + boîtiers environ 3€ + jaquette (papier photo + encre) environ 2€ + poste environ 3€. Total : 14€
Donc, il me reste en poche 138 € pour un reportage de 12h.
Ensuite, pour calculer le salaire horaire net, calculons le temps réellement passé pour un reportage. Pour moi, c’est difficile car traitant les photos 1h par ci, 2h par là, etc, j’ai du mal à savoir exactement le temps passé dessus. Mais, à la grosse louche, disons qu’il faut au moins 1h de traitement pour 1h de prises de vue le jour du mariage. Donc, pour 12h de reportage (les 12h de mon forfait), il faut compter au moins 12h de plus, soit 24h au grand minimum. A cela, on rajoute 2h pour la rencontre avec les mariés (pour parler du déroulement, de ce qu’ils attendent, repérage des lieux,…) et 2h pour la gravure, la création de la pochette et du design sur dvd, impressions et expédition et encore 2h pour le vidage des cartes, les différentes copies sur différents disques durs et autres petites choses. Au total, sans même avoir fait de livre photo, d’impression de photos et autres trucs que font la plupart des photographes de mariage pro, je passe environ 30h à travailler pour un reportage de 12h.
En définitif, 138 € / 30h = 4,60€ nets / heure ! La dame qui fait le ménage chez moi gagne le double !
Et là, je n’ai même pas compté l’amortissement de mon matériel !
Et si je peux me permettre cela, c’est uniquement parce que j’ai mon salaire d’analyste financier !
Bref, seuls les photographes à titre complémentaire peuvent se permettre de facturer à ce tarif et, même ainsi, ils ne le font pas très longtemps. Il ne faut pas oublier aussi ceux qui travaillent au noir… Pas sûr que vous receviez une facture en payant ce prix-là… Mais pour pratiquer des prix aussi bas, quand on est photographe à temps plein, il n’y a pas de miracle…
Ensuite, évidemment, le prix, bien que normalement lié, ne garantit pas la qualité et inversement. Car bien qu’un tarif très bas soit, comme dans mon cas, lié à un manque d’expérience dans le domaine du mariage et un manque de photos disponibles (car faut pas oublier l’accord des mariés…) à montrer aux clients, il faut compter aussi l’expérience passée en tant que photographe amateur et le talent. La photo est un art et le don artistique y est aussi pour quelque chose. Certains font de la photo depuis 20 ans et, même s’ils font de bonnes choses grâce à leur connaissances techniques et leur expérience, ils n’ont pas ce petit plus qui témoigne d’un sens artistique inné. Mais, par contre, vous pouvez avoir la chance de payer votre photographe pas cher car il est en début de carrière et être agréablement surpris par son résultat car, malgré son manque d’expérience pro, il a un don inné couplé d’une certaine expérience amateur. Sans oublier aussi les gens malhonnêtes et peu respectueux mais qu’on peut éviter au maximum si on se renseigne bien à l’avance.
Moi, perso, j’avoue que je ne vais pas garder ce tarif à long terme car ce n’est pas tenable et pas très loyal pour les autres photographes de métier. J’ai un autre travail, d’accord, mais mon but, c’est réduire mon temps de travail de financier et le remplacer petit à petit par la photo. J’ai un fils et un mari et je ne veux pas non plus les sacrifier en travaillant 60h/semaine.
Il y a aussi la loi de l’offre et la demande. Un photographe talentueux et réputé demandera des prix plus élevés car il peut se le permettre vu le nombre de clients potentiels le voulant lui et pas un autre. Plus la demande augmente par rapport à l’offre, plus le prix augmente. Et finalement, quelque chose vaut ce que les gens sont prêts à payer : si un photographe trouve suffisamment de clients prêts à lui payer par ex 2500€, pourquoi se ferait-il payer moins ? Cela ne fait pas de lui un escroc ou un voleur… Evidemment, quand on est la mariée, qu’on a flashé sur les photos de quelqu’un mais qu’on a pas les moyens de se l’offrir, on est déçue de la même façon qu’on l’est quand on a flashé sur la superbe alliance en platine et diamants qu’on ne pourra jamais se payer… C’est la vie !

le 04/07/2013 à 12h31 | Répondre

Florence Dujarric (voir son site)

Merci Laurence et Madame Lutine, ce genre d’article est toujours utile pour remettre les choses dans leur vraie perspective!

Une photographe reconnaissante.

le 18/07/2013 à 14h48 | Répondre

aurelie lavoute (voir son site)

Merci pour cet article , car peu comprenne , quand tu retire les minimum 26.5% de charge tous les mois sur ton chiffre d’affaire , et les impôts , pour les auto entreprise c’est déjà énorme vu l’investissements et le crédit que nous pouvons avoir sur notre matériel photo/ordi/logiciel/coffret DVD/clé USB/prix d’un site ect….

Encore je ne me blâme pas , au vu de celles et ceux qui ont des murs , un font de commerce et des charges à 50% du chiffre d’affaire…..avec matos ect ect (cf plus haut )

Bref une fois que l’on enlève tous il ne reste plus grand chose sauf payer ton crédit , et t’acheter des pâtes pour tenir le mois + payer les factures.

Nous sommes des passionnées , qui adorons ce que nous faisons , cela ne doit pas faire de notre métier un métier gratuit….

En espérant qu’avec votre article nous serons considéré différemment….

Une seconde photographe reconnaissante

le 09/08/2013 à 20h24 | Répondre

Jessica ( Fleur ) (voir son site)

J’ai une question toute particulière pour Laurence.

Voilà je suis jeune photographe fraichement diplômée, je n’ai pas eu l’occasion d’être moi même photographe pour des mariages mais j’ai été assistante.

Mais voilà si je venais à me lancer dans la photo de mariage je serais donc forcément étiqueter  » amateur, ou un photographe low cost  » car oui j’entends bien que je ne pourrais pas avoir dès ma première prise de vue de mariage votre niveau, mais mis à part un prix plus bas ( non pas 200€ il ne faut pas non plus abuser, mais je ne me permettrais pas de pratiquer des prix de photographes qui ont une grande habitude de faire ce genre de photos) comment pourrais-je donné envie aux clients, si les professionnels me donne forcément cette étiquette et clament haut et fort que
–  » prendre pas cher, c’est à vos risques et périls vos photos seront certainement nul, alors un bon conseil mettez le prix et prenez moi, moi !  »

Comment débuté si on ne nous en laisse pas vraiment l’occasion ? Car non je ne suis pas là juste pour la saison mais bien parce que je compte vivre de mon métier de photographe, mais les choses sont encore plus compliquer quand je vois fleurir partout sur internet ce genre de postes [qui font peur aux clients ?]

le 02/09/2013 à 20h15 | Répondre

Cari Vilaboa (voir son site)

Bonjour Jessica,

Je ne suis pas Laurence et j’espère qu’elle aura la gentillesse de te répondre mais je souhaite tout de même intervenir à ta demande.

Si tu as lu mon (très) long commentaire un peu plus haut, tu verras comment moi je commence cette année. Pour moi, il n’y a pas de miracle, personne ne sera prêt à te payer le prix d’un pro sans avoir vu un book rempli de bonnes photos. J’ai donc choisis d’être photographe « low cost » au début et le premier a même été gratuit (pas frapper, hein!!??). Rassurez-vous, chers photographes pros, les gens ne se bousculent pas, comme on pourrait le croire, pour engager un photographe amateur sans expérience même gratos. J’ai d’ailleurs été étonnée du nombre très limité de demandes et, finalement, cela me rassure. Par contre, j’ai un peu plus de succès depuis que j’ai un tout nouveau site, que j’ai quelques jolies photos de mariage à montrer et que je propose des tarifs alléchants (comme j’ai dit, 400€ pour la journée, en Belgique les prix étant inférieur, je dirais que c’est l’équivalent de 500€ en France). Depuis que j’ai commencé en avril, j’ai déjà couvert 4 mariages et j’en ai un autre de prévu ce vendredi, un autre prévu fin octobre et un dernier prévu en avril prochain. Et là, pour les prochaines demandes, je commence à augmenter un peu mes tarifs. Je ne compte pas augmenter mes tarifs d’un coup d’une saison à l’autre, je préfère le faire progressivement à chaque nouveau mariage.
Et je pense que beaucoup de photographes agissent de manière similaire. J’ai d’ailleurs 2 exemples bien concrets et réels :
– Sébastien Roignant, photographe breton, dans son article « Bien tarifer ses prestations de mariage » avoue s’être fait payer en moyenne 500€ la première saison (2010). Cela fait de lui un photographe étiqueté « low cost » à vie? Non, car, par la suite, il a nettement augmenté ses prix et ses tarifs 2013 vont de minimum 1499€ à 7990€ ! Il fait de très belles photos. Il a même fait une conférence au salon de la photo de Paris l’année dernière.
– Philippe Nieus, photographe belge, s’était proposé en janvier 2011, sur un forum belge sur le thème du mariage, de réaliser un mariage gratuitement dans le but d’utiliser les photos pour son nouveau site. Aujourd’hui, son forfait journée est de 1600€ttc (sans livre photos) et il fait de superbes photos.

Moi aussi, au début, j’hésitais à faire ainsi mais je ne voyais pas d’autre solution.

Évidemment, maintenant, il faut que la qualité des photos augmente avec l’expérience. C’est l’expérience mais surtout le talent qui fera si on reste éternellement un photographe « low cost » ou si l’on devient un photographe prisé avec des tarifs qui nous permettront d’en vivre.

Je suis tout de même curieuse de lire l’avis de Laurence…

Bonne journée.

le 03/09/2013 à 09h06 | Répondre

Milune (voir son site)

Moi j’ai pris deux fois des photographe sit low cost , pour notre mariage une personne qui fait des photos par loisir et qui st quand même très belles, et pour mon anniversaire une petite jeune faisant de très très belles photos. Les deux fois ça m’a couté 350 euros et je suis tout aussi ravie je pense que si j’avais pris une « vrai » pro à 1000 ou 1500 euros la journée !

le 06/09/2013 à 23h32 | Répondre

Melody - photographes d'exception (voir son site)

Jessica, tu peux tout à fait te lancer sur le marché avec des tarifs faibles, qui correspondent à ton expérience.
Oui tu n’est pas encore tout à fait pro, oui, tu ne peux pas facturer du haut de gamme, et alors?
Il y a un marché pour tout. Beaucoup de gens recherchent le low cost à tout prix et se fichent de la qualité tant qu’ils ont quelques photos « portables » à l’issue du mariage.
Petit à petit tu vas affiner ton travail et t’améliorer, alors à toi d’augmenter tes tarifs au fur et à mesure en fonction de ta prestation. Tu passera donc du statut de « demi-pro » à « vrai pro » en quelques années et ce sans avoir trompé le client 😉
C’est ainsi que j’ai débuté, et crois moi c’est le meilleur conseil que je puisse te donner.
😉

le 25/07/2014 à 22h48 | Répondre

Rey (voir son site)

Bonjour à tous
20 ans de métier, je pense donc que mes positions sont fiable….
je vous invites donc à lire cette article…
http://www.reportages-photographe.fr/blog/2013/02/25/1300/
bien à vous
Jean-Charles REY

le 03/09/2013 à 19h01 | Répondre

Antoine Monié (voir son site)

Excellent article chère collègue !

Je souhaite partager ma propre métaphore qui me semble assez parlante, notamment lorsqu’on m’écorche les oreilles avec une remarque tu genre « Tu as/oncle Bob a un gros appareil photo, ça doit prendre de belles photos ». Est-ce que parce que ma femme cuisine mieux parce qu’elle possède la gamme complète de poêles, casseroles et couteaux des plus grands chefs? Hélas non… (chérie si tu lis ces lignes sache que je raffole de ta quiche aux lardons crus. Si, si).

Mon point ici est qu’il me semble primordial de comprendre que le prix d’un photographe de mariage est avant tout celui de son expérience, de son oeil et de la fiabilité qu’il doit être en mesure de garantir à ses clients. Voilà où réside la valeur du photographe. J’ai lu plus haut que cette fiabilité n’était pas toujours au RDV, comme l’a décrit Madame Flocon. Ca peut hélas arriver, mais accumuler des signes de non fiabilité doit vous mettre la puce à l’oreille et vous permettre de réagir à temps pour changer de prestataire. Bien entendu, tout ce qui a été cité pour justifier des tarifs moyens d’un professionnel est entièrement juste et permet de comprendre qu’un photographe de mariage est finalement assez mal payé par rapport au temps investi dans la prestation. Je consacre, pour ma part, un temps important à la sélection, « développement numérique » et éventuelles retouches des photos prises parce que j’ai le souci de livrer des images parfaites, racontant l’histoire la journée et témoignant des émotions vécues. Tout ce temps passé, c’est autant de temps à ne pas réaliser de prises de vues pour le compte d’un autre client et ça, ça se monnaye aussi.

Je suis conscient que mes tarifs puissent paraître inabordables ou aberrants pour certains futurs mariés. Mais je reste une personne à qui on peut parler, avec qui on peut discuter. Et lorsque j’ai un coup de coeur pour les mariés, nous parvenons toujours à trouver un terrain d’entente et travailler ensemble. Pour vous donner un exemple, alors que mes tarifs sont plutôt de l’ordre de 1200 à 1700 euros la journée, j’ai accepté cette année un minuscule mariage de 25 personnes, près de chez moi, pour lequel j’ai réalisé une prestation très cadrée: 2 heures de présence, 80 à 100 photos livrées pour un total de 300 euros. J’avais eu un vrai coup de coeur pour les mariés et leur projet de mariage.

Je vais être un poil hors sujet ici mais le conseil que je donne à tous les futurs mariés est de rencontrer 3 ou 4 photographes pour comparer les prix, prestations, etc mais surtout pour choisir celui avec qui le courant passe le mieux. N’oubliez pas que c’est une personne qui va vous « coller au basques » toute la journée, donc autant bien vous entendre avec lui. Pour ma part si je sens que je ne suis pas en phase avec les mariés, je préfère décliner poliment leur offre plutôt que de ne pas avoir envie de travailler avec eux.

le 09/09/2013 à 10h40 | Répondre

Cari Vilaboa (voir son site)

Je suis particulièrement d’accord avec le dernier paragraphe. D’ailleurs, le très célèbre photographe de mariage américain Joe Buissink en parle dans un livre dédié.
Évidemment, il faut rester pro et ne pas refuser un mariage 2 jours avant et planter les mariés alors qu’on a accepté dans un premier temps suite à une erreur de jugement… Il faut assumer ses erreurs.

J’ajouterai ici quelque chose que pas grand monde va comprendre… Mademoiselle Winkle, vous avez parfaitement raison. Je vous remercie pour votre intervention. Comme quoi il faut toujours relire 3 fois ses écrits avant de les poster…

le 09/09/2013 à 14h13 | Répondre

Madame Winkle

Je vous en prie. 😀 Ça fait plaisir de pouvoir échanger avec un professionnel du milieu tout en gardant une bonne humeur!

Bonne continuation à vous.

le 09/09/2013 à 17h12 | Répondre

Pierre (voir son site)

200% d’accord avec vous cher confrere ! L’humain et l’experience c’est 80% de notre job … Merci pour votre intervention.
La fiabilité est par contre un pre requis indispensable et non negociable independament du reste, propre a tout les autres presta. de votre mariage… Un photog, un dj, un traiteur … Etc qui loupe un rdv ou tres en retard: fuyez (hormis si il a pas une tres bonne excuse ! ). Il n’aura pas de seconde chance le jour J.

le 08/04/2014 à 02h08 | Répondre

Diversvent

Bonjour,
Je viens vous faire part de ma propre expérience en tant qu’invité. Ma femme était témoin au mariage de son meilleur ami. Il habite à l’étranger et nous avons cherché pour lui un photographe, car le mariage avait l’émeu dans le 92 et qu’il est venu seulement 10 jours avant.
J’ai demandé un contact à un ami photographe qui m’en a conseillé un. Nous avons visité son site Internet et il nous a plu. Nous avons donc donné ses coordonnées aux mariés. Ils sont rentrés en contact par téléphone et cela s’est bien passé. Il a proposé de les rencontrer dès qu’ils seraient sur Paris. L’un des mariés ne parle pas français et le photographe quand il les a rencontré a tenu la conversation en anglais. Tout s’est bien passé et pourtant j’ai été pris d’un doute. J’ai regardé les forums et j’ai eu très peur. Et puis jeudi le jour J pour les mariés. Le photographe est arrivé à l’heure avec une assistante. Photo des préparatifs puis en route pour la mairie. Photo de la mairie. Et puis vient les photos de groupe. Alors là, le bordel complet et le photographe et son assistante prennent les choses en main. En un rien de temps, tout s’organise. La photo de groupe complet (70 personnes) puis les photos avec le couple des mariés et finir par des photos amusantes de groupe. Ensuite, le photographe emmène les mariés pour des photos de couple et nous on part au resto. Et surpris, son assistante est déjà sur place, elle prend es photos de la salle et des détails des decos de table. Le photographe revient avec les mariés et il prend des photos sur place des invites, il mène son affaire, et à cet instant je me dis, c’est un job ! Repas, dessert, danse, etc…. Le photographe est toujours là pour les moments importants. Et après le dessert, surprise, le photographe à installé son Mac et il nous présente quelques photos de la journée, des mariés, groupes, invités, etc… Et surprise totale. Ses photos sont mieux que celles de son site. Elles sont juste superbes et les photos des mariés, ouahou !!! Et celle des invites !!! On en revenait pas avec ma femme. Il a sublimé tout le monde. On avait fait un très bon choix et très content pour les mariés, ils auront un beau souvenir !!! Voilà, ça valait le coup de faire appel à un professionnel et ma femme et moi on est ravie, les mariés aussi, donc sueur froide pour rien. C’était ma petite expérience.

le 04/01/2014 à 12h17 | Répondre

Stephane (voir son site)

Bel article, superbement complété par le message d’Antoine Monié. De plus lorsque vous vous mariez hors saison ou sur des jours « atypiques », il est possible d’avoir de jolies surprises…

le 10/01/2014 à 23h52 | Répondre

Aurore

Je suis assez choquée par les commentaires de cet article… Ça me désole que certaines personnes pense que nous sommes des escrocs juste un petit rappel pour que vous compreniez que nous sommes loin d’être des voleurs prenons un exemple sur un mariage de 1200euros :
Réponse aux mails de la future mariée : 20 minutes
Rencontre ou rendez vous téléphonique avec les futurs mariés : 1h30
Possible deuxième rencontre afin de signer le contrat : 1h30
Répondre aux différentes questions par mail ou par téléphone de la mariée : 2h
Séance engagement : 1h
Planification de la prestation avec les mariés : 1h30
Préparation du matériel : 1h
Temps passé sur la route : 1h
Prestation réelle le jour du mariage : 10h
Temps de retour sur la route : 1h
Vidage des cartes mémoires : 1h
Sauvegarde : 1h
Tri des photos : 5h
Traitement des photos : 5h
Éventuelle séance après mariage ou trash the dress : 4h
Création de la galerie en ligne : 30m
Création du DVD + envoi : 1h
Mise en page du livre : 5h
Envoi du livre aux mariés : 30m
Rencontre avec les mariés pour débriefer du mariage et pourquoi pas parler d’un autre livre ou de copies : 1h30
TOTAL : 45 heures
Une bonne grosse semaine de travail donc !

Rapportons cela maintenant au coût moyen : 1200 euros TTC (car oui si vous n’êtes pas auto entrepreneur, vous êtes comme moi, soumis à la TVA et donc 19.6% qui part direct à l’état sans réfléchir. Cela fait donc 1003 euros
A cela enlevons les frais divers : Essence / DVD / électricité / assurance matériel / repas .. (je ne parle même pas du prix de notre matériel) pour arrondir, disons 100 euros
Rajoutons également le prix de revient d’un livre photo : 150 euros
Il reste dont 753 euros H.T.
A cela enlevons les charges (environ 40%) : 452 euros
452 / 45 heures de travail : 10 euros de l’heure
Donc en gros pas beaucoup au dessus du SMiC Et ça avec la responsabilité de ne pas louper sa journée, de ne pas casser son matériel et de ne surtout pas perdre les photos et bien sur de faire de magnifiques photos .

Vous trouvez réellement que 1200 euros c’est cher !! Moi pas …..
C’est sur si vous prenez tâta Rachel pour faire vos photos elle va rien vous prendre mais les photos n’auront juste rien avoir avec celles d’un vrai pro .. Et surtout tâta Rachel va jsute louper le mariage a prendre des photos. Et n’aura certaiment pas la même maîtrise qu’un vrai pro.. . Et si vous prenez le frère de votre meilleure amie c’est sur aussi il vous prendra 200 euros mais elle n’aura pas les charges et tout le reste a payé que vous trouver cela cher ok mais arrêter de dénigrer notre travail sans savoir de quoi vous parlez c’est juste agaçant et voir très blessant …..

le 15/01/2014 à 04h16 | Répondre

Melody - photographes d'exception (voir son site)

Les auto-entrepreneur c’est plus de 30% à l’Etat 😉 Bim, aussi!

le 25/07/2014 à 22h51 | Répondre

Antoine Monié (voir son site)

J’ajouterai, pour défendre la profession, qu’il s’agit pour les futurs mariés de raisonner en terme d’investissement plutôt qu’en terme de coût. Oui car, par définition, on « investit » dans ce qui prend de la valeur au fil des ans alors qu’on supporte un coût pour ce qui n’est accessible que dans l’instant. Le traiteur, la décoration, les musiciens sont des postes essentiels mais dont on ne jouit que le jour J. Les mariés ne repartent généralement pas de leur mariage avec une compile des meilleurs morceaux du petit groupe engagé ce jour là, ni avec un doggy bag contenant les restes du succulent repas que le traiteur leur aura servi. En revanche, ils repartent avec des photos qui peuvent les replonger éternellement dans l’ambiance et les émotions vécues. Donc 1200, 1500 ou 2000 Euros pour une vie de souvenirs, ce n’est vraiment pas cher. Sans parler de la valeur qu’auront les photos du marié ému aux larmes ou de la mariée étreignant son père des années après qu’elles aient été prises.

On se marie peu dans une vie (enfin j’espère pour vous) donc autant en faire une fête et en garder des souvenirs jolis et précieux (c’est là qu’intervient le photographe pour ceux qu’on a perdu en route).

le 15/01/2014 à 10h16 | Répondre

jim (voir son site)

Je suis tout a fait d’accord avec cet article, et la vision de Laurence.
Je suis tombé sur cet article par le biais d’un autre sur ce même blog ou les photographes de mariages en prenaient pour leur grade et je suis donc content de voir ici notre honneur sauvé. Effectivement, tout est négociable, si vous aimez les photos d’un photographe, discutez au lieu de l’envoyer valser pour une question de prix. Un mariage est plein de temps morts ou un photographe n’est pas forcément utile… le problème c’est qu’il est tout de même sur place durant 10 a 12 heures consécutives si vous l’engagez pour la journée entière. ciblez quelques moments clés et un shooting couple bien placé dans la journée peut fort diminuer le prix.
Tonton Jules a peut etre effectivement un nouveau reflex qu’il qualifie de « bête de combat », acheté en kit dans n’importe quel magazin d’electro, mais avec le même budget un professionnel ne peut même pas s’acheter son plus petit objectif réellement pro… et la seul façon de pouvoir etre 100% sûr d’avoir des photos en fin de journée est d’avoir tout le matériel en double: deux appareils, 3 ou 4 objectifs différents, 2 cartes mémoires par appareil MINIMUM,… et rien que pour le retour sur l’investissement, il faut se lever tôt et faire beaucoup de mariages.
C’est pareil partout, on peut trouver énormément de prix différents mais au final on n’obtient jamais plus que ce pourquoi on a payé!!!

le 19/02/2014 à 09h32 | Répondre

Cendrillon

Installée en travailleur indépendant (et future mariée), je me retrouve dans l’article et suis consternée par certains commentaires, qui me rappellent ce que j’entends de mes clients à longueur d’année!!

Nous ne sommes PAS salariés : quand vous nous payez 2000 euros, cela nous revient à 1000 euros nets.
Nous n’avons pas droit aux allocations chômage, ni aux RTT, ni aux congés payés, ni aux 35 heures, ni même aux arrêts maladie ! (quand on est arrêté par le médecin, on ne touche RIEN de l’assurance maladie).
Et je ne parle pas des difficultés pour obtenir un prêt ou louer un appartement puisque nous n’avons pas de fiche de paie à présenter et souvent des revenus irréguliers.

Je ne souhaite pas me faire plaindre, j’ai choisi ce statut, mais je suis estomaquée de voir qu’on nous met toujours dans la catégorie de privilégiés qui facturent à mort alors que la plupart d’entre nous sommes précaires.

le 19/05/2014 à 15h16 | Répondre

Pierre Photographe Annecy (voir son site)

Merci Cendrillon pour ce témoignage 🙂

Effectivement, ceux qui comprennent le mieux nos tarifs, c’est souvent les indépendants et entrepreneurs, comme nous ! 🙂 (c’est d’ailleurs à eux que je suis le plus le plus enclins à faire une réduc, par solidarité ahah 🙂 )

Je rajouterais que quand vous nous payez 2000 euros, c’est pas 1000 euros NETS ( -45% et des brouettes aux URSSAF) … car à cela il faut ajouter les frais et notamment l’équipement, l’investissement matériel …. qui représente beaucoup d’argent selon les photographes !

De nombreux calculs ont été fait: n’oubliez pas qu’on engage des milliers d’euros en matos photos sur vos mariages ! et que ce matos, s’use, il nous faut le renouveler régulièrement.

Ex: Chacun de mes objectifs (j’en ai 5) que j’utilise sur un mariage coute au min 1300 HT l’unité ….
Chacun des boitier photo (au minimum 2 pour un pro qui se respecte, pour parer à toute panne) coute + de 3000 HT, et nous devons les renouveler tout les 2/3 ans (pour suivre l’évolution, mais aussi parce que nous shootons bcp lors de mariage et que cela use la mécanique des appareils, qui ont donc une durée de vie « fiable » assez courte.)
Il y a aussi les ordinateurs puissant pour traiter vos photos, l’écran calibré pro qui va avec, les flashs qui cassent souvent au contact de vos invités, les flash de studio pour votre photobooh, les innombrables accéssoires photos hors de prix, parfois inutiles mais souvent indispensables pour vous apporter un petit plus !

Bref, nous pourrions très bien vous faire des prestations lowcost – d’ailleurs il y a de nombreux photographes de ce type … – mais le résultat serait à la hauteur. Il n’y a pas de miracles … A vous, futurs mariés, de choisir, et vous avez le choix parmis la pléthores de photographes et de prix sur le marché !

le 19/05/2014 à 19h12 | Répondre

Melody - photographes d'exception (voir son site)

On oublie aussi de mentionner le fait qu’être travailleur indépendant c’est une prise de risque considérable et un travail acharné lorsqu’on débute.
Je n’ai jamais compté mes dizaines d’heures que j’effectuais « gratuitement » chaque jour pour me lancer sur le marché. Et ce sans garantie d’avoir un vrai salaire un jour.
Maintenant je vis aisément de la photo, mais à chaque fois que je facture une prestation je ne peux m’empêcher de penser que s’il m’arrive quoi que ce soit, je n’aurai aucunes garanties, aucun chômage, aucune retraite (à moins de cotiser pour une caisse de retraite, ce qui serait donc à déduire également des revenus brut… On a pas le droit à l’erreur et pour cela il faut se battre sans relâche. On n’est jamais sur de nos futurs revenus et rien que ça, justifie clairement les tarifs…

le 25/07/2014 à 22h42 | Répondre

CHATELAIN

Je suis tout à fait d’accord avec Mélody, notre photographe de mariage n’était autre que ma témoin et amie de 25 ans, qui a débuté dans le métier par hasard et qui a travaillé dur dur pour percer et aujourd’hui être parmi les meilleures de notre région de l’Est de la France. L’investissement est énorme financièrement, mais aussi humainement. Chaque mariage demande derrière des heures de travail, et les gens l’oublie trop facilement !!! Je suis convaincue qu’un mariage sans photographe pro n’est pas un mariage totalement réussi ! Il ne faut pas toujours parler de budgets inconsidéré, le photographe s’adapte (notamment elle) au budget des futurs mariés, pour que chacun puisse garder un superbe souvenir de ce beau jour !!! https://www.facebook.com/AnneSchaefer.PhotographeMariage

le 07/08/2014 à 13h14 | Répondre

Frederic

Tres bonne article qui remet un peu les choses en place.
Dans un article lu sur un autre site un photographe expliquer qu’une fois les différents frais retirer il lui rester +/-7 a 8€ de salaire heures. Donc oui le photographe peu paretre chere mais n’oublier pas que c’est le seul souvenir que vous garderez de ce grand jour et donc toute proportion gardée le moins chére

le 16/08/2014 à 13h47 | Répondre

Serène (voir son site)

Voilà un topic qui remet les choses en place!
Un photographe trop bas dans le plancher, je suis sûre que ça vous ferais plaisir mais un peu drôle. Merci LEM photographie pour ce texte. Photographe de Mariages , Portraits ou autre c’est un vrai métier tout comme le votre ! cela vous ferait plaisir d’être sous payé alors que vous êtes à temps plein ? en photo c’est pareil c’est du temps plein à créer sa clientèle à respecter des engagements. Sachant qu’on ne fait pas un mariage par semaine ! si on arrive à en avoir 1 par mois c’est chapeau !!!!!!!!!!!!!! turlututu. Vous payez des impôts nous aussi ! LEM résume bien dans l’ensemble …. merci. Vous êtes un salarié de qualité avec des connaissances des compétences que vous mettez au service de votre entreprise ! et c’est pour cela qu’on vous a embauché ! et bien en Photo c’est pareil. Le photographe se présente à vous avec des compétences , un savoir faire , un sens artistique …… tout ceci mérite aussi une vraie reconnaissance qui passe par le côté financier….. En tous les cas un débat très enrichissant, avec un point de vu de chacun intéressant aussi découvrir.

le 19/11/2014 à 17h50 | Répondre

CompagnonMichel (voir son site)

Bonjour,vous savez si vous voulez vraiment vous faire une idée du travail d’un photographe sur un reportage de mariage,et bien le mieux est d’en accompagner un depuis la prise de contact jusqu’au moment ou l’on rends le travail fini,non,et comme ça vous aurez un aperçu

le 01/05/2015 à 19h11 | Répondre

Cottart

Bonjour
Nous avons un budget limité et mon conjoint voudrait faire l impasse de la soirée pour le photographe.

Je voudrais avoir des avis, est ce important d avoir un photographe pour la soirée ( hormis l ouverture de bal ?)

Merci d avance

le 12/07/2016 à 08h52 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?

Rejoins les 15.000 futures mariées coachées par Mademoiselle Dentelle !

Inscris ton email pour commencer ton coaching mariage personnalisé dès maintenant. 1 à 2 mails par semaine pleins de conseils, bons plans et bonne humeur !

Génial ! Je t'envoie un email pour confirmer ton inscription : va vite cliquer dessus !