Ambrym – Nouméa – Sydney… les étapes de notre parcours amoureux

Je m’aperçois que je t’ai raconté un tas de choses dans mes précédentes chroniques mais absolument pas comment j’ai rencontré Chéri sur le sommet d’un volcan, à l’autre bout de la planète, ni de sa demande en mariage dans l’une des plus belles villes du monde. Si tu aimes les voyages et l’aventure c’est par ici que ça se passe !

Ambrym - Nouméa - Sydney... les étapes de notre parcours amoureux

Crédits photo : Wikimedia

 J’ai rencontré mon mec par petite annonce !

Avril 2012 : je parcours un journal gratuit quand mon attention est attirée par une petite annonce qui parle d’un trek sur l’île d’Ambrym au Vanuatu : 10 jours pour traverser l’île à pied en passant par les sommets et ses deux volcans en activité. Je fais des bonds de cabri car j’adore les treks, les trails, la nature, l’aventure et ce voyage est fait pour moi…

Hélas, le départ est dans un mois et demi et j’ai déjà des engagements professionnels programmés. Je pose le journal dans un coin et je n’y pense plus. Deux jours plus tard, je l’ouvre à nouveau et la même annonce me fait de l’œil avec insistance. Je connais ce type de signe alors j’appelle pour prendre des renseignements. Pas de chance, il n’y a plus de place, le trek est limité à 12 personnes. Ok, tant pis !

Un mois plus tard, vers 8 heures du matin, le téléphone sonne. C’est Michel, le guide “volcans” qui m’annonce qu’une place vient de se libérer et il veut savoir si ça m’intéresse. On est à 15 jours du départ et ça paraît chaud car j’ai toujours deux interventions professionnelles calées sur la période. Sans trop y croire, j’appelle mon client pour voir s’il serait possible de modifier mes dates et, contre toute attente, on me dit que ça ne pose aucun souci ce qui est rare dans ma profession. L’affaire s’est réglée comme par magie (nos anges gardiens sont déjà à la manœuvre) et je fais un détour par l’agence pour payer mon billet. Le Destin est en marche !

Le 25 mai, je rejoins le groupe à l’aéroport avec mon barda (casque, masque à gaz, tente, etc.) et nous nous envolons pour Port-Vila sur l’île principale de Vaté où nous passons la première nuit et achetons des vivres car il n’y aura plus de possibilité de ravitaillement ensuite. Le lendemain matin, nous reprenons un coucou pour notre destination finale, l’île d’Ambrym, réputée dans tout l’archipel pour sa puissance énergétique et ses traditions de magie noire. Jusque là je ne prête que peu d’attention au groupe, je suis venue pour marcher et la socialisation n’est pas ma priorité. Après deux jours de marche, nous arrivons enfin au camp de base sur la caldeira.

La caldeira d'Ambrym

Crédits photo : Photo personnelle

La caldeira d’Ambrym avec, au fond, le volcan Benbow et son abondant panache de vapeurs

Nous devrons attendre deux jours la fenêtre météo propice pour accéder au premier volcan. J’en profite pour découvrir les alentours et, en rentrant de balade, je tombe sur un des participants occupé à peindre la fumée blanche du volcan sur un carnet de croquis. Intriguée je m’approche et lui demande ironiquement s’il me dessine un mouton. Il saisit l’allusion littéraire et nous rions de bon cœur. Nous resterons jusqu’à la nuit à discuter de nos vies, de nos amours et de nos emmerdes avec l’impression très nette que nous nous connaissons déjà depuis mille ans. Au cours du reste du voyage, nous trouvons toutes les occasions possibles pour nous rapprocher, faire la cuisine, marcher l’un à côté de l’autre…

Le retour à la maison est un peu compliqué car nous sommes repris par nos agendas chargés, puis un voyage professionnel de futur Chéri pour quelques semaines loin de Nouméa. Nous vous voyons néanmoins plusieurs fois et ce n’est que deux mois plus tard, à son retour, qu’il m’invite à dîner et que nous échangeons notre premier baiser. Cinq mois plus tard, je m’installe chez lui avec mon fiston et mon chat sous le bras.

Fais tes valises…

Juillet 2013 : notre histoire a un an. J’ouvre mon agenda et constate qu’une semaine entière de septembre est barrée au stabilo rose avec une mention manuscrite qui précise : “Réservé – Ne pas accepter de mission ! ». Il se trouve que cette fameuse semaine inclut un jour particulier, celui de mon 45e anniversaire. Il n’y a pas de hasard et je commence à envisager toutes les possibilités. Bon, une semaine c’est pour un voyage quelque part, c’est sûr… mais où ? Je tente de ruser plusieurs fois pour en savoir plus, rien à faire, il brouille les pistes.

À une semaine du départ, je trouve enfin un post-it dans mon agenda qui précise « Fais tes valises 😉 ! Vêtements mi-saison confortables + une tenue élégante ». Je le maudissais de me faire toutes ces cachotteries en me demandant bien ce qu’il mijotait. Ce n’est qu’à l’aéroport que je découvre enfin notre destination et je fais des bonds de… kangourou : nous partons pour Sydney, ville que j’adore plus que tout. Les trois heures et quelques de vol passent à toute vitesse et, à l’arrivée, Chéri glisse un petit papier au taxi qui file vers le centre-ville. Une magnifique surprise m’attend car nous séjournons au “Manor House”, ancienne résidence du Gouverneur, un endroit d’un charme suranné.

Les jours qui suivent sont consacrés à sillonner la ville et sa magnifique baie. Nous sommes ensemble tout le temps, sauf durant quelques heures où Chéri me propose habilement d’aller faire un peu de shopping pendant qu’il ira faire une course pour un collègue qui bla bla bla bla…

Une demande en mariage à Sydney !

Crédits photo (creative commons) : Skeeze

Le jour de mon anniversaire arrive et nous partons en excursion à Manly, magnifique station balnéaire à 45 minutes en ferry du centre. Tout sera magique durant cette journée passée à se promener en amoureux, à observer les dauphins, à se baigner dans une minuscule crique d’un charme fou.

Vers 18h30, la nuit commence à tomber et Chéri m’annonce que nous sommes attendus. Il sort soudain de son sac la tenue élégante que j’avais mise dans ma valise et je me change sur la plage. Il a même pensé à prendre mon collier et un rose à lèvres… C’est donc toute pimpante que je le suis vers l’unique restaurant de la plage où une table nous attend. Le serveur nous amène deux coupes d’un excellent vin blanc pétillant australien et nous trinquons à la lueur des quelques bougies qui éclairent notre table posée dans le sable. Les derniers promeneurs commencent à quitter les lieux, nous sommes presque seuls au monde. Chéri lève son verre, nous trinquons les yeux dans les yeux et, quand je repose mon verre, je découvre un petit écrin posé sur mon assiette. Je l’ouvre fébrilement et y découvre une superbe bague. Chéri m’observe avec un petit sourire complice et désigne mon annulaire gauche afin que j’y passe le bijou tandis qu’il murmure une phrase en anglais qui se termine par « Will you marry me ? ». Je ne sais pas si c’est le vin, mais j’ai soudain chaud, mes idées s’affolent et je bredouille. Je rassemble toute mon énergie mais rien ne sort, je suis habitée par tellement d’émotions qui se télescopent que je réussis juste à lui sourire les yeux mouillés de larmes tout en admirant ma main gauche et son nouveau bijou. Je me jette alors dans ses bras et nous restons un long moment ainsi serrés l’un contre l’autre, silencieux. Je ne sais plus trop où je suis et, jusqu’à la fin du dîner, j’ai la sensation de flotter dans un monde irréel. Avant de manquer le dernier ferry pour Cirular Quay, nous repartons main dans la main, dans la nuit, le long de la promenade qui longe la plage. La traversée de la baie, sous un ciel étoilé, avec l’Opéra de Sydney en toile de fond restera un souvenir inoubliable… même si je n’avais d’yeux, à ce moment-là, que pour les petites étoiles qui brillaient à mon annulaire gauche.

Ce n’est que le lendemain que j’ai su toutes les cachotteries que Chéri avait imaginées pour cette surprise et notamment ses repérages de bagues sur Internet et la pseudo-course pour un collègue afin d’aller récupérer le précieux bijou qu’il avait commandé. Il m’a avoué avoir craint jusqu’à la dernière minute que la taille ne soit pas la bonne même s’il avait subtilisé une des mes bagues pour en prendre la mesure et la communiquer au créateur australien…

Et toi, as-tu rencontré ton futur mari dans des conditions inhabituelles ? T’a t-il fait des cachotteries pour organiser la demande en mariage ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



6 commentaires sur “Ambrym – Nouméa – Sydney… les étapes de notre parcours amoureux”

  • C’est une belle histoire qui nous montre encore une fois que le destin fait bien les choses !
    La bagues que ton Chéri t’a offerte est celle que tu nous montre dans ta chronique sur la réalisation de ton save-the-date ? Si tel est le cas Monsieur a du goût…
    PS: ce trek avait l’air fantastique… tu me donnes des envies de voyage de noces….

  • Le destin fait bien les choses et moi je crois beaucoup en ce genre de signes. 🙂
    La demande en mariage de ton chéri est magnifique, préparée avec tant d’amour et d’attentions c’est merveilleux !

  • Je crois que ton chéri est complètement full in love de toi, Mlle Ambrym ! 😀 Votre rencontre était placée sous le signe du destin, merci de partager ça avec nous et de nous inviter à voyager 🙂

  • Wouaaa la semaine de dingue ! Il s’occupe vraiment bien de toi 😉 Votre histoire est vraiment jolie et associée aux volcans ! ça donne un petit côté brulant à l’histoire, surtout si on parle de magie et d’énergie !! Cette ile à l’air mystique, c’est superbe !

  • Belle rencontre !!! Et quelle belle demande en mariage aussi !!
    Et puis Sydney… MA ville préférée au monde !! J’y suis allée plusieurs fois (en habitant en Nouvelle Calédonie, c’est vraiment la porte à côté!), puis une fois que je vivais en France je suis allée y vivre cette fois ci quelques mois ! Et c’est là bas que j’ai rencontré mon mari, donc forcément cette ville est gravée dans nos coeurs

  • L’amour est magique…un désistement pour un trek et le destin fait son oeuvre ! C’est le genre d’histoire qui me rend complètement gaga. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *