La distance et la demande en mariage : une relation de cause à effet – Partie 1

Ah, la demande en mariage, c’est un peu le « Il était une fois » d’un mariage en fait, non ? Le début d’une belle aventure quoi !!!

Autant te prévenir, si tu t’attends à une belle demande romantique, avec fleurs, chansons, copains qui dansent (comme dans une vidéo connue), destination exotique, paillettes et licornes, je préfère te prévenir : ça ne s’est pas du tout passé comme ça pour nous ! En fait il n’y avait pas besoin de tout ça. Il y avait la seule chose qui compte : nous (d’accord, et la bague aussi !).

Avant de te dévoiler ce moment très émouvant pour moi (je souris encore bêtement devant mon clavier en y repensant !), brossons un peu le tableau si tu le veux bien (si tu ne veux pas, on va le faire quand même, si si c’est important !).

La distance et la demande en mariage : une relation de cause à effet - Partie 1

Crédits photo (creative commons) : Latteda

Les débuts de notre relation

M. Manchot et moi nous sommes rencontrés au club de rock’n roll de notre université. Eh oui chez les Manchot-Tinkerbell, on aime danser (info spéciale, c’est plus ou moins le thème de notre mariage) !!! Mais ce n’était pas le moment pour nous d’être ensemble. Vois-tu, quand je l’ai rencontré, j’étais en couple et je partais pour une année d’étude à Québec (coucou Mlle Ebichu !). Quand je suis revenue (célibataire), lui partait pour 6 mois en Antarctique pour sa thèse (TADAM, voici l’explication de son pseudo ! Et s’il te plaît ne va pas confondre manchots et pingouins, ce n’est pas du tout la même chose, sujet sensible !!!). Donc, en fait, pendant un an et demi on s’est croisés.

Quand il est revenu d’Antarctique par contre, on s’est très vite trouvés. C’était le moment tout simplement. En gros, il m’a appâtée en me montrant des photos de manchots trop mignons, et je l’ai achevé avec des pancakes du tonnerre ! Et PAF ! Pas des Chocapics mais une belle histoire qui commençait (et puis franchement tu l’aurais vu à son retour, crinière au vent, bronzé par un petit passage en Australie, il avait un faux-air d’Indiana Jones !).

Et le mariage dans tout ça ? Bah le mariage, on n’en a pas parlé tout de suite, on avait le temps, on voulait se découvrir, faire l’expérience de la vie à deux, etc. ! De mon côté, j’étais plutôt dans l’optique « on se marie et on fait les enfants après ». Oui, j’ai été élevée aux contes de fées, aux princesses Disney, etc. Ça laisse des traces. Je me suis toujours arrêtée devant les boutiques de robes de mariées (mon papa habitait devant un magasin Cymbeline, un vrai bonheur pour moi !), et de manière générale ça me faisait rêver.

M. Manchot, le mariage, ce n’était pas vraiment son truc. Enfin il n’était pas réfractaire à l’idée, mais bon disons qu’il avait la fâcheuse tendance à se figer quand le mot fatidique était prononcé. Un peu comme un cerf pris dans les phares d’une voiture quoi… Mais bon on avait le temps ! (Cette phrase revient souvent, bizarre…).

Le départ de M. Manchot et ce que ça a impliqué

3 ans de bonheur plus tard, on a emménagé ensemble et tout se passe bien. Nous sommes en juillet 2013 et une décision importante se pose à nous : M. Manchot a décroché une bourse pour un contrat post-doctoral (après la thèse donc) dans un super centre de recherche en Allemagne. Après un an de chômage et plusieurs projets avortés, il s’est beaucoup investi dans ce projet qui aboutit enfin. Moi, je suis en CDD dans un laboratoire à Lyon où je me sens très bien. Ma chef veut me garder, mais rien de sûr encore.

Nous décidons donc que, pendant deux ans, nous vivrons séparés.

Pour toi à qui je vais narrer notre mariage et donc parler d’un bout de notre vie, je vais essayer de t’expliquer quelles sont les raisons qui nous ont poussées à prendre cette décision, qui peut sembler pour le moins bizarre. Parce qu’elle n’a pas été dure à prendre en fait, aussi fou ça peut te sembler. Pour nous, un couple n’est pas une entité indivisible. Ce sont deux être distincts qui s’aiment et choisissent d’être ensemble. Mais “être ensemble” pour nous n’implique pas obligatoirement “vivre ensemble” (même si on est d’accord qu’on préférerait). Nous sommes deux personnes suffisamment indépendantes (folles, inconscientes, naïves peut-être aussi) pour pouvoir envisager 2 ans de séparation. De plus, nous avons une complète confiance l’un envers l’autre.

Et par-dessus tout ça, j’aime M. Manchot. C’est pour ça que je l’ai “laissé partir”. Parce que je préfère le voir heureux loin de moi que malheureux près de moi. Et crois-moi, au bout d’un an de chômage à tourner en rond et à voir tous ses projets d’avenir bloqués (ce qui impliquait les nôtres), il avait besoin de partir pour avancer (et puis il devenait franchement pénible pour tout t’avouer !).

Sache aussi que je ne considère pas cette situation comme « un sacrifice de ma part » (comme me le disent certaines personnes). M. Manchot m’a impliquée dans sa décision, depuis le début de sa démarche. J’ai eu le choix. Le choix de lui dire « non je ne le sens pas, reste ici avec moi ». Alors j’ai essayé de regarder vers l’avenir, vers notre avenir. Je ne pouvais simplement pas l’empêcher de partir, sachant que ça briserait toutes ses opportunités de carrière. Surtout que professionnellement parlant, je n’avais rien d’assuré non plus. Cette longue séparation, c’est un peu un pari pour un meilleur futur ensemble.

On savait que ces deux ans n’allaient pas être simples à vivre mais, après tout, ce n’était pas notre première expérience de la distance et on se sentait assez forts pour surmonter ça. On s’est quand même mis comme condition n° 1 qu’après, on serait ensemble, physiquement, quoiqu’il advienne !!! Après tout l’Allemagne n’est pas loin (même si bien sûr, le centre de recherche où travaille M. Manchot se trouve au nord du pays, loin de nos frontières) et il n’y a pas de décalage horaire (très pratique pour s’appeler). Depuis 14 mois que nous vivons comme ça, je n’ai jamais regretté cette décision et lui non plus.

Pourquoi ne suis-je finalement pas partie le rejoindre ? Eh bien parce que j’ai décroché un CDI dans mon laboratoire et que je suis super contente ! Sachant que la situation professionnelle de M. Manchot reste précaire pour le moment, je suis vraiment contente de pouvoir assurer un peu de stabilité à notre « foyer ».

La question du mariage à ce moment : euh… je passe mon tour !

Comme tu peux l’imaginer, le sujet du mariage était passé aux oubliettes, avec pas mal de regrets de mon côté je te l’avoue. Dans ma tête, je me suis dit que finalement on essaierait d’être parents avant et que la question du mariage se poserait peut-être après, si elle se posait un jour. J’avoue, ça m’a fait verser quelques larmes, mais je préférais renoncer au mariage que repousser (encore) le moment où nous essayerions d’avoir un mini-nous (ah bah voilà, c’est le moment où on a arrêté de dire “on a le temps” en fait !). Et je ne m’imaginais pas mener les deux projets en même temps, même si je suis très admirative de celles qui le font !

Fin octobre 2013, M. Manchot part donc pour l’Allemagne.

Et je te raconte la suite très vite (oui je peux sentir que tu me détestes, car en fait je t’ai raconté ma vie sans même te dévoiler ce qui t’intéressait réellement ! Rassure-toi, j’ai presque honte !).

Et toi, as dû prendre une décision qui bouleversait vos projets de vie ? Toi aussi tu t’es dit que finalement le mariage ce n’était pas si important (surtout pour te convaincre toi-même ?). Raconte-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



13 commentaires sur “La distance et la demande en mariage : une relation de cause à effet – Partie 1”

  • halaaaaaaalaaaaa!!! 6 mois en Antarctique, je suis super jalouse! Si on pouvait ça serait notre voyage de noce ^^
    Et je compatis, moi aussi chéri en post-doc, donc stabilité financière très discutable héhé

    • Ca j’aimerais bien aussi (enfin ailleurs que dans des zoos ou aquarium), mais ils vivent loiiiiiiiin ! Et du coup pourquoi la Famille Pingouin ? Je suis curieuse :p.

      • Je travaillais sur les pôles et plus particulièrement les pingouins avec mes petits élèves (je les ai toujours trouvé trop mignons et la littérature de jeunesse leur rend bien justice ; j’ai quelques albums fabuleux !!!) quand nous avons appris ma grossesse. Nous avons souhaité garder le secret du sexe de notre bébé jusqu’à sa naissance donc pas possible (ni envie, en fait :-D) de nous lancer dans une déco princesse ou super héros ! Il nous fallait du neutre et doux…et pourquoi pas la banquise ? J’ai acheté um pingouin, puis deux, puis trois…puis tout le monde nous en a offert ! C’est un peu devenu notre animal “totem” !
        Voilà, tu sais tout !!! 😀

  • Tu as bien fait de le laisser partir, c’était une chance pour lui ! Et qu’est-ce que 2 ans dans toute une vie ?
    Moi j’avais décidé de partir un an à Dresde pour la fin de mes études, et cela avant de rencontrer Chéri. Je l’ai fait, parce que je ne voulais pas changer mes plans scolaires (avoir un double diplôme, c’est toujours bien !) pour un garçon 😉
    J’ai eu ensuite une demande en mariage alors qu’on n’habitait pas ensemble (900 km nous séparaient, même en France la distance peut être grande !). Malheureusement pour lui, son chef a décidé de se débarrasser de tous ses employés, il est donc venu me rejoindre (pour moi, c’était plutôt bien !), le temps que mon CDD se termine. Après le mariage, et la fin de mon contrat, on verra où on ira. Lyon semble être attirant pour nous deux (d’ailleurs, si tu as des pistes pour un futur emploi pour moi… 😉 )

    • Quand je suis partie à Québec (alors que j’étais folle amoureuse de mon copain d’alors), c’est exactement ce que je me suis dit : mon avenir professionnel passe en premier pour le moment, si ça doit tenir ça tiendra. Ca n’a pas tenu mais je sais que rester n’aurait rien changé à ça. Je suis contente pour toi que ton amoureux se soit rapproché de toi, même si c’est triste pour son travail (voyons le positif dans toute situation !). Pour des pistes d’emploi sur Lyon, je ne sais pas dans quelle branche vous travaillez donc je ne sais pas si je peux t’être utile, mais c’est une grande ville donc il y a de bonnes chances que vous trouviez tous les deux ! !

  • Quel volonté d’avenir que de vivre séparemment. J’avais soif de voyage pour ma carrière pro et bébé est arrivé donc si aujourd’hui je ne tiens plus à bouger ce n’est pas tant pour mon chéri (désolée monsieur) mais pour mon fils….
    Le mariage aura lieu à une date encore indéfinie mais nous aimons l’idée bien qu’on ait tout fait à l’envers => le bébé => vivre ensemble => se marier ( bientôt?) !!!

    hâte de lire la suite

  • Ah mais si moi je voulais me marier avant d’avoir des enfants (dans la mesure du possible), je comprends tout à fait ceux qui ont des enfants avant et font “tout à l’envers” comme tu dis. Il n’y a pas “d’ordre établi” selon moi, le bon ordre, c’est celui qui se présente à nous et qu’on choisit de suivre non ? Et pour ta soif de voyage, ce n’est peut-être que partie remise qui sait ?

  • Nous avons vécu quelque chose d’un tout petit peu similaire.. Je dis un tout petit peu car chéri est parti du nid de couple que nous avions formé une fois son diplôme en poche, et je devais le rejoindre une fois mes études terminées. Au final il n’est resté que 8 mois, et à la fin de son contrat il est revenu vivre avec moi. Mais ces 8 mois ont été assez difficile, malgré notre motivation qui était de nous dire qu’un poste fixe et bien payé ne pouvait pas se refuser !
    Et pour nous aussi, c’est le mariage d’abord et bébé après, même s’il me tarde d’y arriver car en voir partout autour de moi me donne encore plus envie de pouponner !! Mais c’est surtout parce que je suis terriblement égoïste, et je ne veux pas porter un nom différent de mes enfants & leur père ^^

    • Pareil pour moi, je veux le même nom de famille. 8 mois c’est déjà très long, vous avez été courageux 🙂 !

  • J’admire! J’ai rerencontré Monsieur un mois avant qu’il parte à l’autre bout de la France pour un an…et 4 mois après son retour (4 merveilleux mois ensemble!) d’un accord commun, il a accepté un poste génial à nouveau dans le Sud! Pour nous, le mariage (été 2016) sera la fin définitive de la distance si je n’arrive pas à le rejoindre avant! Heureusement qu’on se voit quand même souvent…

  • Je me sens triste car je voulais aller au Quebec pour faire des études superieur, cela dureras deux ans mais mon copin lui il fait son Doctorat en France..
    Il devrait venir dans 6, ou 8 mois nous comptons a fonder une famille il a deja 3 licences et mnt il a un doctorat et moi je voulais avoir au moins 1 licence je sais plus quoi faire si je dois aller étudier ou faire ma vie..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *