Mon élégant mariage technophile : le retour de noces et l’après-mariage

Le brunch des jeunes

Nous dormons quelques heures à peine, car il est bientôt déjà 10 heures. Nous avons rendez-vous avec « les jeunes » pour bruncher sur la terrasse de l’hôtel d’en face (où nous aurions initialement dû passer notre nuit de noces).

Il me semble que le retour de noces n’est pas une tradition suisse. Monsieur Pragmatique et plusieurs de nos connaissances ont été surprises par mon idée de bruncher ensemble le lendemain de notre mariage. C’est vrai que j’ai rarement vu des mariages où de nombreux invités dormaient sur place, et que cet événement y est en général intimement corrélé.

Mon chéri n’était initialement pas particulièrement emballé par l’idée d’organiser une troisième journée de fête, surtout après une très courte nuit. Puis il lui est apparu que nous devrions de toute façon nous lever au plus tard vers 11 heures le dimanche matin pour le check-out de notre chambre d’hôtel, car nous décollions depuis Zurich le lundi pour notre voyage de noces (j’avais fait du lobbying en faveur d’un départ le mardi, séduite par les arguments de Madame Ebichu de rester aussi longtemps que possible dans notre bulle, mais la différence de prix des billets d’avion nous a convaincu de partir le lundi).

Nous nous sommes donc levés moyennement frais après moins de cinq heures de sommeil, nous sommes douchés et habillés en quatrième vitesse, et avons fait nos valises et rendu la chambre. Nous avons ensuite traversé la route pour rejoindre la boutique-hôtel Carlton où nous avions décidé de faire un retour de noces réservé aux moins de trente ans (il nous fallait bien un critère arbitraire pour ne pas inviter de nouveau plus de cent personnes, puisque presque tout le monde était rentré dormir chez soi et était donc encore à proximité !).

Crédit photo : photo personnelle

Je n’ai pas de photo de nos tenues du brunch, mais nous avons remis à peu de choses près les mêmes pour notre premier anniversaire de mariage que tu vois là.

Nos amis affluent sous peu, et nous nous installons librement autour des trois tables en longueur installées sur la terrasse. Mademoiselle Pétillante est parmi les dernières à arriver, car elle a fait un détour pour rendre les clefs de la Maison Puillérane au concierge et faire un tour de contrôle avec lui (rien à déplorer sinon un bout de bois arraché d’une porte qu’il réparera lui-même gratuitement).

Crédit photo : photo personnelle

Nous sommes une petite trentaine, la terrasse est privatisée pour nous, l’hôtel nous a préparé un joli buffet bien garni. Nous avions opté pour la formule « brunch classique » et nos invités peuvent en plus commander un plat chacun sur la carte. Le menu va du saumon fumé au moelleux au chocolat, en passant par l’œuf cocotte et le mini-burger, et le choix est cornélien. Voyant certains de nos convives encore très motivés, nous autorisons les serveurs à servir du champagne, sans oser y toucher nous-mêmes (et le supplément qui nous a été facturé correspondait à 13 coupettes !).

Quelques nuages gris montrent leur nez, et une petite pluie fine se met à tomber, mais nous sommes au final bien à l’abri sous les parasol géants.

Des amis n’ayant pas pu se libérer la veille se joignent à nous à l’occasion de ce brunch, et nous recevons encore plusieurs enveloppes, que nous glissons dans notre jolie urne nuptiale, que, tout comme notre arbre à empreintes, nous avons failli ne pas avoir à temps à cause d’un blocage de ma carte de crédit (suite à une fraude) à quelques semaines du mariage !

Crédit photo : Emma Godfrey Photography (http://www.emmagodfrey.com/)

Crédit photo : Emma Godfrey Photography

La jolie boîte en bois (trouvée sur une boutique Etsy qui n’existe plus), au couvercle gravé à nos initiales, et arborant sur chaque côté une image suggestive de notre destination de lune de miel. Pour éviter les petites mains baladeuses dans la boîte au cours de notre fête, j’avais fixé temporairement le couvercle avec de la patafix ! (et ma maman a tenu à la cacher pendant le repas, car nous étions alors dans une autre salle)

L’ambiance est très décontractée lors de ce brunch, juste ce qu’il fallait pour redescendre doucement sur terre avant de rentrer chez nous à l’autre bout de la Suisse en début d’après-midi.

Dans le train, pendant les deux heures que dure le trajet, nous parcourons le livre d’or, ouvrons les enveloppes et lisons les cartes. Ces petits messages nous permettent de continuer à profiter des bons moments de notre fête, et de passer outre les petits couacs et légères déceptions dont je te reparle sous peu.

À part cela, nous sommes très surpris de découvrir à quel point nos invités ont été incroyablement généreux pour notre voyage de noces. Nous nous réjouissons de pouvoir faire des petites folies en amoureux au Japon dès le lendemain !

Nous rangeons l’essentiel dès notre retour chez nous, sans prendre garde à la note que j’avais fait de transférer mes salomés Repetto dans la valise du voyage de noces, puis mangeons un sandwich et filons nous coucher, la tête encore pleine d’étoiles de notre merveilleux mariage : décollage le lendemain en milieu de journée pour le pays du soleil levant pour quasiment trois semaines !

L’après lune de miel

J’ai préparé un article complet sur notre voyage de noces, et je souhaiterais te parler plutôt maintenant de l' »après ».

Le retour à la réalité mondaine

Après notre mariage, et après notre retour de lune de miel, il nous a fallu revenir au monde réel. Je me suis lancée de nouveau dans ma recherche d’emploi (car j’avais démissionné de façon à terminer mon travail quelques semaines avant notre union), tandis que Monsieur Pragmatique a enchaîné des journées de boulot assez chargées. Un vrai contre-coup après notre évasion en amoureux !

En quelques semaines, je signais un contrat de travail, pour un poste dans lequel je m’épanouis encore aujourd’hui. Quelques mois plus tard, nous avons déménagé dans un appartement plus grand, avec une première chambre d’enfant, à quelques minutes de notre logement précédent. Monsieur Pragmatique a changé à son tour deux fois d’emploi et s’est orienté un peu plus vers la conception logicielle.

Et c’est dans ce contexte que je suis tombée enceinte un peu plus d’un an et demi après notre union ! Aujourd’hui, nous sommes d’heureux parents depuis un peu plus de cinq mois.

Niveau logistique juste après le retour du voyage de noces, nous avons fini de récupérer dans nos familles les éléments de décoration nous appartenant, de même que le surplus de miel, nous avons demandé encore et encore à nos invités leurs photos, et revendu le surplus de vin et de champagne à nos amis à l’approche des fêtes de fin d’année.

Nous avons aussi appris la disparition de la peluche Yoshi que j’avais ramené du Nintendo Store à New-York pour Mademoiselle Banzaï, et qu’elle nous avait prêté pour la table « course arc-en-ciel », et j’ai été vraiment déçue que quelqu’un puisse l’avoir ainsi volée ! J’ai offert une autre peluche à ma sœur pour compenser cette perte, mais ce n’est pas vraiment la même chose…

Les souvenirs

Nous avons reçu nos photos de mariage pendant que nous étions au Japon, et les avons regardées encore et encore… et encore… et encore… sans nous lasser de parcourir la galerie numérique.

Tout au long de l’année qui a suivi notre mariage, nous avons reçu les gages du jeu des douze mois (nous avons dû rappeler leur gage à certains amis, ceci dit, et cela n’a pas été évident sachant que personne n’avait pensé à noter qui avait pioché quel mois de l’année !). Je n’ai pas pris de photos à chaque fois pour immortaliser ces excellents moments passés ensembles, mais je crois que j’aurais vraiment dû !

Nous avons décoré notre nouvel appartement avec divers éléments de notre bel événement.

Crédit : photos personnelles

Nous avons réalisé avec plus d’un an de retard notre bel album de mariage, et j’ai pris des photos supplémentaires de nos accessoires pour illustrer ce que la photographe n’avait pas pu voir.

Crédit photo : photos personnelle

J’ai bêtement oublié d’inclure ces photos dans ma chronique sur notre mise en beauté ou dans celle sur nos préparatifs ! Donc voici maintenant les accessoires de Monsieur Pragmatique pour le mariage religieux

Crédit photo : photos personnelle

L’éventail du marié (à gauche) et celui de la mariée (à droite)

Et pour finir, j’ai mis très tardivement notre site web à jour, avec un avis de recherche pour la peluche perdue, les clichés de la photographe, et un aperçu de notre voyage de noces.

La papeterie

Les remerciements aux invités

Nos cartes de remerciement ont été réalisées par la photographe en suivant la ligne graphique directrice de notre mariage à base de losanges. Nous avons choisi un format A5 en carte pliée sur le haut, et un papier avec un beau grain. Nous les avons envoyé quatre mois après le mariage.

Crédit photo : Emma Godfrey Photography

Extérieur (à gauche) et intérieur (à droite) de nos cartes de remerciements

Crédit photo : photo personnelle

Produit fini, de dos

Nous avons accroché avec un trombone en forme de cœur dans chaque carte de remerciement une photo de notre voyage de noces au dos de laquelle nous avons écrit un petit mot personnalisé. Nous avons autant que possible fait en sorte de choisir une photo correspondant à leur cadeau de mariage (en guise de liste de mariage, nous avions fait une liste d’activités envisagées pour notre voyage de noces et que nos convives ont subventionnées).

Les faire-part d’annonce

Au-delà de servir pour inviter les gens à ton mariage, les faire-part peuvent aussi servir à effectivement « faire part », c’est-à-dire informer, de ton mariage. Je voulais donc envoyer des cartes différentes à nos employeurs et à ces connaissances un peu perdues de vue que nous n’avions pas invitées. Réutiliser la carte de remerciement me semblait inapproprié, donc j’ai conçu un autre modèle, basé sur nos faire-parts d’invitation.

J’ai repris la maquette de nos invitations, remplacé les photos de notre séance d’engagement par des photos du mariage, et changé le texte. Cette fois, je me suis aussi chargée de l’impression, la découpe, le pliage en accordéon et la mise sous plis (alors que toute cette partie fastidieuse avait été déléguée à Monsieur Pragmatique pour les invitations). Voici le résultat :

Crédit photo : photo personnelle

J’ai ajouté sur chaque carte un petit mot à la main au dos de la carte, dans le ciel bleu en-dessous de « Nous nous sommes mariés », avec entre autres les identifiants à utiliser pour accéder au contenu sur notre site.

J’ai aussi utilisé ce faire-part pour remercier ceux de nos invités qui n’ont pas pu venir, mais qui nous ont offert un cadeau de mariage.

Les remerciements aux prestataires

Pour remercier les prestataires, nous avons également utilisé le faire-part d’annonce, mais nous y avons ajouté une photo du mariage mettant en valeur leur prestation, et avons écrit au dos de la photo un petit mot de remerciements.

Les albums photo

Notre magnifique album a été réalisé par la photographe. C’est un vrai objet de luxe, avec sa couverture en cuir et ses épaisses pages glacés à ouverture flatbook. Nous avons mis du temps à nous atteler à cette tâche (plus d’un an après notre retour de voyage de noces), mais nous avons pris grand plaisir avec Monsieur Pragmatique à choisir quelles photos garder de chaque partie du mariage. La composition a été réalisée par la photographe, puis discutée et adaptée selon nos remarques.

Nous voulions réaliser nous-mêmes les albums pour nos familles, mais n’avons pas cessé de procrastiner sur ce front. Mais nous y avons travaillé de nouveau après notre deuxième anniversaire de mariage, dans le but de pouvoir le leur offrir au Noël suivant… avec des photos de la naissance de notre petit loup ! C’était l’excuse parfaite pour compenser le retard sur la réalisation de ces albums !

Nous avons donc créé un livre photo basé sur notre album de mariage (en allégé et avec plus de photos de chaque famille destinataire que de nos amis), avec 4 pages vierges à la fin pour « les prochains chapitres ». Et nous avons collé des photos de leur première rencontre avec notre bébé sur la première de ces pages de « suite ». Mes parents, beaux-parents et les grands-parents de Monsieur Pragmatique ont tous été très touchés par ce cadeau.

Le pressing

Plus de six mois après le mariage, je me suis enfin décidée à faire nettoyer ma robe. Je voulais pouvoir reporter la jupe courte et le bustier, mais conserver la jupe longue de cérémonie dans un bel emballage, et je voulais donc faire appel à un pressing spécialisé. J’avais lu plusieurs mésaventures avec des pressings de quartier qui avaient abîmé galons de dentelle et chiffonné le tulle, ou encore marqué de façon durable un bustier en repassant sans précaution les baleines.

Je suis tombée sur Mademoiselle Dentelle sur un article détaillant l’offre de JoInTheCity (mais j’ai oublié de lire les commentaires négatifs des lectrices à la fin de l’article…), et j’ai lu d’autres recommandations à leur sujet sur d’autres forums de mariage. Mais d’après leur site, ils avaient surtout l’air d’être actifs en région parisienne… Je les ai donc appelés pour en savoir plus.

La personne que j’ai eu au téléphone m’a rassuré qu’ils avaient déjà eu des clientes suisses, que la livraison de la robe nettoyée se faisait via DHL, que je devais simplement leur faire parvenir ma tenue dans un carton assez grand (par exemple un carton d’appareil électroménager) et qu’il n’y avait pas de crainte à avoir au sujet de la logistique de l’envoi. Je ne partageais cependant pas leur insouciance, mais ne m’attendais clairement pas à la mésaventure que je m’apprêtais à vivre.

Pour m’assurer d’éviter des droits de douane ou de TVA surprise dans un sens comme dans l’autre, j’ai contacté les postes et douanes française et suisse, ai appris qu’il fallait faire une déclaration préalable concernant cet envoi transfrontalier pour le distinguer d’un import/export de marchandise de type « vente ». J’ai donc envoyé au pressing la liste des démarches à faire (c’est-à-dire une déclaration de « perfectionnement actif » auprès de la Poste française (afin que le colis ait le bon statut et qu’aucune TVA ne leur soit facturée sur la valeur initiale de la robe, puis indication « retour d’exportation avec réparation » clairement visible sur le colis contenant la robe nettoyée et colis déclaré comme « réparation » avec précision du montant de la prestation de nettoyage et non de la valeur de la robe, pour que je n’ai à payer que la TVA sur la prestation). J’ai demandé au pressing de me confirmer quand la déclaration de perfectionnement actif serait faite, afin que je n’envoie pas mon colis trop tôt, et j’ai imprimé de nouveau les instructions d’envoi dans le carton…

JoInTheCity a été très responsif jusqu’au moment où j’ai accepté leur devis. Le pressing a ensuite mis plusieurs semaines à me confirmer réception de ma robe, puis plusieurs mois pour effectuer le nettoyage, et a enfin demandé paiement de la prestation avant l’envoi-retour, mais comme leur site ne permettait pas les paiements avec une adresse à l’étranger il a fallu faire un virement bancaire direct de façon indépendante de ma commande via leur site. À ce moment-là, je n’étais plus trop en confiance vis-à-vis de ce prestataire.

Ma robe m’est revenue nettoyée plus de six mois après mon envoi initial, avec plus de 400 francs suisses de TVA à payer (c’est-à-dire plus cher que la prestation de nettoyage pourtant pas donnée !). À ce moment-là, je voulais juste récupérer ma robe de mariée, j’avais peur qu’elle retourne au pressing si je refusais la livraison du colis, et j’ai donc commis l’erreur d’accepter de payer ce montant pour pouvoir recevoir le carton.

Suite à cela, j’ai fait remarquer à JoInTheCity leur erreur (ils avaient indiqué le montant de la robe et non celui de la prestation sur le carton, et l’avait classifié comme « cadeau » (hors la TVA n’est certainement pas omise lors de l’import d’un cadeau de plus de 3000 francs suisses !!)… J’ai demandé au pressing de me rembourser ces frais supplémentaires causés par leur erreur, d’autant plus que je leur avais indiqué de façon détaillée la procédure à suivre. Ils on tout simplement ignoré mon email. Je les ai appelés à de nombreuses reprises et ils n’ont jamais décroché. J’ai fini par estimer qu’il ne s’agissait pas d’une erreur de leur part, à publier des commentaires négatifs sur leur service, et je leur ai envoyé une lettre recommandée exigeant la correction de cette situation. À ce jour, j’attends toujours de leurs nouvelles. Je n’ai pas eu l’envie ni le courage d’engager des poursuites à leur encontre (d’autant plus que nous ne sommes pas dans le même pays), et vis donc aujourd’hui avec le poids de m’être ainsi faite arnaquer.

La boîte de conservation est très belle, et le nettoyage de ma robe était bon. Mais la traîne était tout froissée dans la boîte de rangement et le tulle déchiré de la jupe courte déchirée n’a pas été réparé (mais il se peut qu’il s’agisse d’un vrai travail de couture supplémentaire à faire, pour lequel je recontacterai la créatrice de ma robe)… Bref, je suis très déçue de cette prestation et surtout de la qualité du service qui n’a pas assumé son erreur. Ceci dit, si tu habites la région parisienne et as la possibilité de traiter avec eux en face à face dans un contexte dont ils ont vraiment l’habitude (et non en mode international comme moi), ton expérience sera peut-être tout autre !

Nos anniversaires

Lors du Noël qui a suivi notre mariage estival en Lavaux, au bord du lac Léman, et notre voyage de noces au Japon, je suis tombée sur une offre imbattable pour une nuit romantique dans un hôtel-spa cinq étoiles qui avait un restaurant gastronomique japonais et offrait une vue imprenable sur le lac Léman. Autant te dire que je n’ai pas hésité longtemps devant le clin d’œil à la région de notre mariage et à notre fantastique lune de miel ! Et je me suis amplement réjouie de faire cette surprise à mon mari tout neuf !

Une fois le bon (secrètement) en poche, j’ai donc convenu avec Monsieur Pragmatique de l’organisation suivante : je m’occupe de nos anniversaires de mariage impairs et lui des anniversaires pairs. Quant-à notre anniversaire de couple en avril, nous avons décidé de ne pas cesser de le fêter, et nous avons inversé la responsabilité d’organisation, avec la consigne de garder nos anniversaires de couple plus légers que ceux de mariage. Si nous n’avions pas fait le mariage civil et la cérémonie religieuse à un jour d’écart, nous aurions peut-être « remplacé » notre anniversaire de couple par celui de l’union légale.

Crédit photo : photo personnelle

Le programme pour nos deux ans de mariage ? Comme j’étais enceinte de cinq mois, nous avons fait tout simplement un bon restaurant dans la région zurichoise suivi d’une longue et agréable balade en campagne.
Et pour nos dix ans de couple ? C’est tombé il y a quelques semaines, en plein confinement COVID-19… Monsieur Pragmatique a acheté une bouteille du champagne de notre mariage, commandé un plateau de sushis géant, et nous avons savouré cela sur notre terrasse.

Aimerais-tu faire un brunch le lendemain de ton mariage ? Serait-il plutôt géré par un hôtel ou organisé/improvisé à la bonne franquette ? Qu’as-tu prévu pour après le mariage ? Une petite pause avant le voyage de noces pour rester dans votre bulle, ou le retour direct à la vie réelle, ou un départ immédiat en lune de miel ? Offrirais-tu un album photo de ton mariage à tes parents ? Quels éléments de décoration réutiliserais-tu dans votre logement ? Qu’as-tu prévu pour vos anniversaires ? Dis-moi tout !



2 commentaires sur “Mon élégant mariage technophile : le retour de noces et l’après-mariage”

  • Tout d’abord, toutes mes Félicitations à tous les deux pour petit bébé Rationnelle/pragmatique !!
    Pour revenir au mariage tu m’as donné faim avec votre brunch ! Je ne savais pas que ce n’était pas dans la tradition en Suisse. Les plus de 30 ans n’étaient pas trop vexés ?
    Quelle histoire avec ta robe ma pauvre :/ pas cool ! mais bon l’essentiel c’est que tu aies pu la récupérer !!
    J’aime bien l’idée d’organiser un an sur deux chacun votre tour votre anniversaire de mariage 🙂 Vous etiez très beaux pour vos un an en tout cas ! très mignonne ta petite robe ! Hâte de lire ton voyage de Noces au japon 😉

    • Merci pour notre première extension de la famille pragmatico-rationnelle 🙂 C’est un bébé très observateur, et nous n’imaginons plus notre vie sans lui même si ce n’est pas facile tous les jours.
      Vis-à-vis du brunch limité à 30 ans, je crois que les plus âgés ont apprécié de ne pas avoir à faire une croix sur leur grasse matinée pour un autre événement, donc c’était un win pour tout le monde. Merci aussi pour ma tenue. Elle vient de chez Maje, je l’ai trouvée de façon inattendue lors d’une séance shopping pour la tenue de Mademoiselle Guimauve ! Pour le brunch, je la portais avec un boléro doré et mes salomés.

Commente ici !