Et un jour, mon EVJF « trop de la balle » : notre escapade madrilène et la suite de mes surprises

Ça y est, je connais ma destination !

J’ai de témouines fabuleuses, des amies super et je suis tremblante de bonheur lorsque nous nous mettons en route pour passer les contrôles. Une fois dans le hall des départs, je fais sensation auprès des petites filles ! Aaaah ça, le tutu-à-traine-rose ça ne loupe pas ! On se pose un peu mais, surtout, mes défis commencent.

On m’explique le concept créé pour moi. Je vais devoir réaliser des défis pour, au final, gagner de (super jolis) badges à accrocher sur mon t-shirt. J’aurai des défis ponctuels et quelques défis permanents, comme prendre des photos de Mini-Monchéri partout ou guider mes amies dans Madrid. En cas de refus ou d’échec, je devrais piocher un gage. En cas de réussite, j’aurais gagné mon badge et aussi parfois le droit de piocher une récompense (l’âne et la carotte, tout ça tout ça).

Mon premier badge gagné avant le départ ? Il s’intitule « Et j’ai créé Monchéri ». Bhe oui, ce n’était pas rien ce défi reçu par La Poste il y a quelques semaines ! Check !

Comment j’ai commencé à gagner des badges

J’ai donc tout de suite pu entamer ma course au badge de la parfaite hôtesse de l’air de luxe. Pour ce faire, j’ai eu la grande chance d’avoir une vingtaine de mètre-ruban Ikea rien que pour moi (mon amie V. avait pris sa mission « récupération de mètres » à cœur apparemment) pour mesurer les valises de chaque personne de notre Gate, et vérifier ainsi leur aptitude à monter dans l’avion. Ni une, ni deux, jonglant entre le français, mon petit anglais et mon espagnol rouillé (à vite dérouiller, j’en étais consciente), j’ai sorti mon humour de merde pour faire des blagounettes et j’en ai profité pour mesurer les enfants et m’assurer qu’eux non plus ne dépassaient pas la taille réglementaire du bagage à main. Bref, j’étais déjà lancée !

Et heureusement. Parce que dans l’avion, j’ai eu, entre autres, deux défis-de-malade. Mes amies pensaient d’ailleurs que je rechignerais un peu à m’exécuter mais il n’en fut rien (la baguette est magique, je te dis !). Je peux d’ailleurs d’ores et déjà te dire que j’ai réalisé tous les défis qu’elles m’ont lancé sur le weekend et je n’ai donc jamais eu de punition ! Ahaaaaaah ! J’ai gagné !

Mais revenons à nos moutons. Nous sommes dans l’avion et, avant que les hôtesses ne passent dans les rangs, j’ai dû aller gentiment à l’autre bout de l’avion et prendre des nouvelles des passagers. J’ai moi aussi pris mon rôle à cœur et j’ai salué chaque passager, demandant comment il allait, si le vol se passait bien, etc. J’ai juste laissé les dormeurs tranquilles ! Et tu sais quoi ? Les gens étaient surpris, mais tout le monde a bien réagi, tapant un peu la discussion au passage. Mais avec ça, je n’avais toujours pas mon badge. Pour le mériter, j’ai dû retourner au milieu de l’avion et (ne crie pas ! je l’ai bien vécu !) chanter « Dans sa maison un grand cerf » avec la gestuelle d’une hôtesse de l’air. Et je me suis exécutée ! J’ai même eu droit à mes premiers applaudissements (et derniers, en fait, parce que quand je chante, ce n’est pas vraiment un ravissement) et à une demande de « bis ». Siiiiiii, je te jure ! Ça m’a valu de me faire deux super copines-choristes de 4 et 6 ans. La classe quoi. Mais je l’ai eu, mon badge “Hôtesse de luxe” ! Check !

À notre arrivée sur le sol madrilène, j’ai eu droit à une nouvelle surprise de taille : mon amie C., elle aussi enceinte et qui habite en Suisse, nous attendait dans le hall ! Wouuuuh, gros moment d’émotion et surdose de motivation ! J’adore mes amies !

Quelques défis plus tard (dont un cumulet, mon dieu que ça faisait longtemps !), j’ai identifié notre destination : une super auberge de jeunesse dans un quartier topissime. Grâce à ça, j’ai gagné mon badge « Boussole d’or ». Check !

Défis de mon EVJF à Madrid !

Crédits photo : Photo personnelle

Comme tu le vois, j’ai dû danser la Macarena dans le métro. Et un gentil petit touriste comme nous m’a rejoint dès la troisième note ! Sa copine n’en revenait pas ! Je ne connais pas ce Monsieur, mais aucune de nous n’a oublié sa spontanéité.

Tu as compris l’idée de mon EVJF, et je ne vais pas te faire le compte des petits défis que j’ai eu à accomplir ce jour-là. Par contre, je peux te dire que nous avons passé une soirée du tonnerre ! Après tapas et sangria (pas des verres, des cruches !), je nous ai négocié un parfait petit forfait fiesta dans un bar dansant. Je ne sais pas si tu es déjà allée à Madrid mais, à côté des boîtes de nuit (concept auquel je n’accroche pas du tout), c’est comme ça que ça fonctionne là-bas, tu as des quartiers remplis de bars dansants, avec des racoleurs dans les rues qui tentent de te faire venir dans leur bar plutôt que dans celui du voisin à coup de boissons gratuites ou plutôt de forfaits « l’entrée + X boissons pour X € ». C’est pratique, mais très très très harcelant/horripilant, en fait. Du coup, je nous ai vite négocié quelque chose d’assez festif avant que nous en tuions un et nous avons passé la soirée dans un super bar à danser entre copines en sirotant mojitos, bulles et shots. Et bon, avec mon statut de bride-to-be, j’ai raflé quelques boissons supplémentaires et l’ambiance est vite montée… Gloups !

À 4 heures, certaines montrent des signes de faiblesses et après un petit tour par la plaine de jeux, nous rentrons au dortoir rejoindre les deux femmes enceintes qui avaient déjà appuyé sur « pause » plus tôt dans la soirée. Il est 4h30, et je m’endors alors comme un bébé, sans me douter que le réveil sonnerait seulement trois petites heures plus tard… Alors, galère ou pas galère ?!

Comment nous sommes parties à l’assaut de Madrid

DRIIIIIIIIIIIIING ! Il est 7h30 ! Debout là-dedans ! Bon, j’avoue, ça fait longtemps que les réveils ne sonnent plus comme ça. Mais c’est tellement plus visuel !

Et à la grande question « galère ou pas galère ? », je peux te répondre que non, étonnamment pas galère ! Je suis même la première à m’être levée, boostée à mort par la simple idée d’être-à-Madrid-avec-mes-amies-pour-mon-EVJF-parce-que-je-vais-épouser-l’homme-de-ma-vie-purée (à dire très vite sans respirer) ! Et là, le ballet des douches a commencé. Dix filles doivent y passer ! Heureusement, vu le timing, « efficacité » est le maître-mot ! Et nous voilà déjà en train de déjeuner. Un bon petit déjeuner avec lard, œufs à la coque, viennoiserie, jus d’orange frais… ou pas ! En vérité, dans cette auberge, c’est plutôt du genre de « pitch » en sachets individuels et du jus d’orange à base de concentré lui-même à base de concentré d’orange. Mais dans un malentendu ça passe et surtout, surtout, nous avons fait une tournée du Dafalgan (paracétamol). Chacune a eu droit à son petit comprimé, tel le calumet de la paix revisité.

Et puis c’était parti mon kiki ! À nous, Madrid !

On me présente une chaussette. Je la reconnais cette chaussette, elle est à Monsieur Monchéri ! On m’explique donc que, en plus de mes défis récurrents « photographier Mini-Monchéri » et « faire la boussole », je vais devoir trouver l’homme de ma vie grâce à elle ! En gros, je suis le Prince Mlle Peps, et je dois retrouver ma Cendrillon Monsieur Monchéri grâce à sa pantoufle de verre chaussette. Mais pour tenir la route, je ne dois l’essayer qu’à des hommes qui correspondent à la même description que Mini-Monchéri, à savoir : jeans, chemise bleue à carreaux et yeux bleus. Yeux bleus ! À Madrid ! C’est plutôt rare chez les Espagnols tout de même. Mais ce qui est sûr, c’est que tous les hommes en chemise bleue à carreaux et jeans que nous avons croisé ce jour-là ont donc eu droit à une hurluberlue plantée devant eux avec pour seule phrase d’entrée : « Hola señor ! Podria ver tus ojos por favor ? » (Bonjour Monsieur ! Est-ce que je peux voir tes yeux s’il-te-plaît ?  – oui parce qu’en plus, en espagnol, je tutoie tout le monde par facilité). Et bien tu sais quoi ? Ça a cartonné ! J’ai même trouvé quelques Monchéri potentiels et la majorité a bien voulu essayer ma chaussette. (À Bruxelles, je me serais pris des vents monstrueux, c’est sûr et certain ! Vive Madrid !)

Défis de mon EVJF à Madrid !

Crédits photo : Photo personnelle

Et non, cet homme n’est pas mon Prince charmant ! Tant pis, on aura essayé !

Je ne vais pas te raconter en détail tout ce que nous avons fait, ce serait beaucoup trop long et ennuyeux pour toi. Nous nous sommes baladées entre le Palais royal et le parc de Retiro, en passant par la Puerta del Sol, sous un soleil de plomb et 30 degrés. Parfait ! (Si ce n’est qu’étant la seule sans chapeau, j’ai failli avoir une insolation et elles ont renoncé à me faire boire de la sangria en se disant que j’aurais été saoule dans l’heure. Pas faux ! Et puis j’étais suffisamment excitée comme ça.)

Nos pas étaient rythmés par mes défis. Elles ont été surprises parce que j’ai tout réalisé sans broncher, avec entrain et efficacité ! Elles m’ont avoué avoir été un peu dégoûtées de ne pas pouvoir me donner de punition ou que j’en réalise certains si rapidement. Héhé, quand je te dis que ma baguette était vraiment magique ! Je ne te liste pas tous les petits défis que j’ai dû faire (genre trouve des glaçons dans le sac-à-main d’une touriste en une minute, mais ouiiiiiii bien sûr !), mais seulement ceux qui m’ont permis d’accéder à un badge pour que tu aies une idée de l’étendue de mes talents. Hu-hum :

  • Badge « Pin’s Baby Doll » : j’ai dû trouver une petite fille pour jouer à la poupée avec moi et Mini-Monchéri… Ne trouvant pas d’enfant, j’ai essayé avec une asiatique (petite mais adulte) mais malgré toute ma bonne volonté, elle n’a pas collaboré. Et puis j’ai trouvé ma petite espagnole parfaite et c’était super drôle de jouer à la dinette, assise par terre, en espagnol. Check !
  • Badge « Honey » : j’ai dû trouver du miel (et ce n’est pas facile quand tu ne peux pas l’acheter) et un gars qui accepterait de tremper ses doigts dedans pour le manger devant l’Ours de Madrid. Check ! Ah, j’ai aussi dû trouver 3 hommes très très poilus et faire une photo avec eux devant l’ours. Et là encore, non seulement tu dois trouver des hommes assez poilus que pour être validé, mais en plus tu dois trouver un homme qui a la patience d’attendre que tu en trouves deux autres super poilus. Et ce n’est pas gagné d’avance ! Mais check quand même!
  • Badge « Je peux toujours le faire » : j’ai dû parvenir à rentrer dans le bâtiment de mon ancien appart (Oups, j’ai menti !) et me filmer à tous les étages avant de parvenir à ma porte (au 5e, 111 marches bonjour !), et être ressortie en moins de 4 minutes 30. En bonus, je suis même rentrée dans mon ancien appart et j’ai filmé ma chambre ! Check !
  • Badge « Danseuse » : parce que j’ai dû faire la Macarena dans le métro, le Gangnam style à la Puerta del Sol, et peut-être autre chose mais je ne m’en rappelle plus. Check !
  • Badge « C’est par ici » pour le guidage toute la journée. Check !
  • Badge « Finger in the nose » : je ne me rappelle plus, mais je l’ai gagné ! Serait-ce ma déclaration d’amour à Monsieur Monchéri devant le Palais royal ? Aucune idée mais euuuh check !

Et enfin, mon défi le plus difficile de tous (elles pensaient que je n’y arriverais pas, mais c’était mal me connaître) :

  • Badge « T’as cartonné » : au Parc de Retiro, il y a un lac. Sur ce lac, il y a des petites barques que tu peux louer par quart d’heure. Tu fais la file, tu payes, tu passes les barrières et tu montes dans la barque. C’est minouche, c’est romantique. Et moi, j’ai dû parvenir à m’incruster sur une barque d’amoureux, et à ce que le garçon me chante une chanson ! Et tu sais quoi ? Ni une ni deux, je me suis fait adoptée par un adorable petit couple international (Mlle Argentine et M. Britanique). Et tu sais quoi d’autre ? Mlle n’a même pas embarqué avec nous ! Son Chéri m’a emmenée faire un micro-tour (mais quand même, moi j’avais dit qu’à un mètre du bord c’était bon) et il est revenu la chercher quand il m’a déposée. Adorables non ? Pour ce qui est de la chanson, comme il m’a posé la question en anglais, je n’ai pas su quoi répondre et donc il a suivi ma seule idée… Merry Christmas ! Youhou ! Bon, j’ai fini par rechanter « Dans sa maison un grand cerf » tellement M. Britanique semblait gêné par l’affaire, mais j’ai réussi mon défi ! Check !

Défis de mon EVJF à Madrid !

Crédits photo : Photo personnelle

Gagnam Style baby !

Après tant d’émotions, nous sommes reparties en direction de l’aéroport et nous avons dit au revoir à mon amie suisse.

Et là, mauvaise surprise ! Grève des bagagistes, deux heures de retard. Miss Masoeur a très mal vécu ce retard et paraissait fort stressée sans vouloir m’expliquer… Moi, j’ai essayé de la rassurer, lui disant que mon EVJF avait été fabuleux et qu’on finirait tout de même bien par rentrer ! Parce que je pensais que mon EVJF était terminé.

Oui mais ça, c’était avant…

Et toi, as-tu eu de nombreux défis à réaliser, juste quelques-uns ou aucun ? As-tu aimé ou pas ? T’es-tu toi aussi transformée en Serial-défieuse grâce à une baguette vraiment magique ? Raconte-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



16 commentaires sur “Et un jour, mon EVJF « trop de la balle » : notre escapade madrilène et la suite de mes surprises”

  • Olala ! J’avoue t’a du cran ! J’aurais jamais pu faire tout ça … Je suis très timide … Et j’avoue que pendant le mien j’ai été assez refractaire au defi. A part 2/3.

    • Oui après nos amies savent aussi à qui elles s’adressent 🙂 Elles nous connaissent! Que t’avaient-elles demandé de faire que tu n’as pas voulu faire?

      • J’ai bien voulue faire la bise a tous les maitres nageurs que je croisais, de faire des pompes, de mettre ma culotte sur la tête … mais j’ai fais en sorte de passer a coté du se faire offrir une glace, aller demander aux voisins des capotes …

  • Je suis écroulée de rire derrière mon ordi à glousser comme une pintade 🙂 non non ça n’alerte pas le patron… Je pense que ce genre de situation doit déclencher une monter de “weddings hormones” ça doit pouvoir se prouver scientifiquement hein !!! J’adore ce genre de délires et j’aurai adoré ce type “d’épreuves” mais mes amies, toutes bienveillantes, sont beaucoup plus sages.
    Ceci dit, c’est à creuser pour d’autres occasions. Et un grand merci pour cette bouffée de rigolade

  • wouaaa respect! t as super bien joué le jeu. Vous avez du passer un w end de dingues!
    Et maintenant jai “dans sa maison un grand cerf” dans la tête. Merci 😉

    • De rien Laura! Je t’avoue que je l’ai de temps en temps en tête aussi depuis ce weekend-là! Le point positif c’est que pratiquement toutes mes amies ont des enfants maintenant, donc ça passe inaperçu quand je chantonne cette douce mélodie Hum!

  • La suite, La suite !!

    En attendant, je te dis ça franchement, t’as assuré ! Moi même pour vendre des bonbons (et autres objets bizarres..), j’étais pas très à l’aise… Alors de là à réussir tous ces défis ! Mais en même temps on est restées dans ma ville, pas facile quand on a peur de rencontrer quelqu’un qu’on connait …
    Elles ont vraiment eu beaucoup d’imagination tes copines !

    • Oui je pense qu’à Bxl, j’aurais eu plus de mal. Non pas parce que c’est mon pays et une ville dans laquelle j’ai passé plusieurs années, mais parce que l’accueil aurait été différent. J’ai vraiment eu de la chance et le contexte madrilène est propice aux défis! (le soleil aide aussi)
      Mais dis-moi, tu es SUPERBE sur ta photo Madame Châtaigne! Tu viens nous raconter ton mariage sur le blog?

  • Waou et bien tu as assuré ! J’espère que je n’aurais pas tant de choses à faire pour mon EVJF et surtout surtout qu’on ne me fera pas lever à 7h sinon je serai beaucoup moins au taquet que toi lol! En tout cas ils ont l’air cool à Madrid, à Paris je ne sais pas si les gens réagiraient aussi bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *