La non demande en mariage… ou presque – 2ème partie

La dernière fois, je t’ai laissée dans l’expectative. Va-t’il y avoir demande ou non ?

Aujourd’hui, je réponds à cette question !

Comme je te le disais, la forme qu’avait pris la discussion autour de notre hypothétique union ne me plaisait pas du tout. Pour autant, notre décision était prise. Je n’ai pas pu m’empêcher de l’annoncer à l’une de mes amies lors d’un déjeuner, quelques jours plus tard (une de mes témoins).

Nous avions même décidé de la date. Après une réflexion intense, nous sommes arrivés à la conclusion que les ponts du mois de mai, bien qu’intéressants, ne seraient peut-être pas si pratiques que cela pour tout nos invités. Notamment pour ceux avec des enfants et ceux qui travaillent le samedi. Le jour férié étant un jeudi, cela suppose 2 jours de congés à poser pour les travailleurs et 2 jours d’école loupés pour les enfants. Nous avons donc choisi juillet.

Lorsque l’on annonce ce genre de bonne nouvelle, les premières réactions après les félicitations de rigueur, sont souvent : « Montre la bague ! » ou « Comment elle est, ta bague ? » et autres déclinaisons sur le même thème. Eh bien moi, j’en avais pas, de bague ! Et ce fut à chaque fois l’occasion de rappeler à Chéri que oui, une demande c’est bien, mais qu’avec une bague, c’est mieux (ou l’inverse, ça dépend de tes priorités).

Finalement, à force de matraquage petites relances, Chéri a capitulé. Mais comme c’est un homme formidable, il m’a fait la totale ! Sous prétexte de réaliser un repas-test pour une soirée prévue le week-end suivant, Chéri à préparé un petit dîner sympathique.

décor de rêve pour demande en mariage romantique

Crédits photo (creative commons) : Tara Angkor Hotel

Je savais qu’il avait cédé à mes suppliques de bague, car il avait proposé que nous allions la choisir ensemble. En bonne monomaniaque, j’étais partie à la chasse aux bagues qui pouvaient potentiellement m’intéresser sur le net, pour le préparer psychologiquement. Et lui montrer que j’étais assez ouverte sur les modèles.

Comme quelques semaines jours étaient passés sans que nous nous fixions un moment pour faire le tour des bijouteries, je commençais à me poser des questions. Lorsque Chéri m’a proposé de faire ce fameux repas-test, j’ai trouvé ça louche. On ne fait jamais de repas-test, en vrai. On teste directement sur nos convives (oui, on a un petit côté guedin, on est comme ça chez nous).

Mes doutes se sont confirmés lorsqu’un peu avant le début du fameux repas, son amie d’enfance l’appelle pour nous féliciter et accepter sa demande d’être témoin. Comme son grand âge a dû le rendre sourd, le volume de son téléphone portable est assez fort et je perçois des bribes de conversation. Et justement, elle lui demande s’il m’a offert LA bague… Là, il répond que « Non, mais bientôt, et que… ». À son air un peu embêté, mes doutes se confirment : c’est pour ce soir !

Nous passons à table, profitons du très bon repas. Et juste avant le dessert, Chéri chuchote quelque chose à Mini-moi (il est dans le coup, ce sacripant !). Mon ptit loulou se lève, va chercher quelque chose sous l’escalier, pour attirer mon attention. Pendant que je me tourne vers Mini-moi pour recevoir un magnifique bouquet de roses, Chéri est passé de l’autre côté, pose un genou à terre et… me déclame un texte écrit par ses soins. Il finit par ouvrir l’écrin, qui contient une magnifique bague en or blanc sertie d’un saphir.

Bague de fiançailles saphir et or blanc

Je t’avoue ici, toute penaude, que bien qu’à ce moment-là les préparatifs soient bien engagés, et que nous ayons déjà annoncé la nouvelle autour de nous, mon cœur bat la chamade. Mon Chéri m’a fait sa demande, il a organisé un bon repas, mis mon loulou dans le coup et m’a écrit un petit poème pour l’occasion. Alors c’est certain que ce n’est pas du tout le genre de déclaration travaillée pendant des semaines, avec violons, calèche, lâcher de colombes et tout et tout… Mais ce qui compte, c’est l’émotion que j’ai ressentie lorsque je l’ai vu, agenouillé devant moi.

En bonus, tu as droit à 2 anecdotes !

  1.  La réaction de Mini-moi, qui n’avait jusque-là pas du tout capté que nous commencions à organiser le mariage : « Vous aller vous marier ? Génial, on va pouvoir faire la fête ! »
  2. J’ai encore dû attendre un peu, avant de pouvoir enfin porter ma bague de fiançailles.

Je pensais connaître mon tour de doigt et j’ai donné un chiffre à Chéri. La bague n’était pas disponible en bijouterie dans cette taille. Pour qu’il puisse tout de même faire sa demande, la bijouterie lui a proposé de lui confier une bague d’une taille inférieure, que nous devions rapporter lorsque la mienne arriverait. Pour la petite histoire, la bague qui a été commandée se trouvait à Reims ! Ironie du sort, puisque nous y étions quelques temps avant, lors de notre visite à MdC.

Lorsque nous sommes allés récupérer ma bague, nous nous sommes rendu compte qu’elle était beaucoup trop grande, au moins 2 tailles (oui, je ne connais pas mon tour de doigt et j’ai même pas honte !). Il a donc fallu la re-commander, et attendre encore un peu, pour que je puisse enfin recevoir MA bague.

Et toi, ton futur à mis un genou à terre ? As-tu eu un lâcher de colombes, de papillons, une demande travaillée depuis longtemps ? Et finalement le plus important : ta bague, elle était à ta taille ?


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



7 commentaires sur “La non demande en mariage… ou presque – 2ème partie”

  • Oh que c’est beau ! Toutes mes félicitations à toi d’avoir la chance d’avoir un futur mari aussi inventif, même s’il faut un peu le pousser 😉
    Les histoires de taille de bague… j’avais fait mesurer la bague que je portais à la mais gauche (47) et finalement en essayant on a pris un 48… Mais ça me semble quand même un peu trop grand. On essayera mieux pour l’alliance, au moins là je pourrai porter la bague de fiançailles à la main droite ensuite sans problème, en 47 ça aurait été impossible !

  • Et finalement elle est encore un peu lâche sur mon doigt. Mais je sais que parfois j’ai les doigts qui gonflent un peu alors il vaut mieux un peu de marge…

  • Roo comme elle est belle cette bague ! <3
    La demande de mon futur n'était pas aussi romantique que la tienne : pas de dîner romantique, pas de poème, pas de genou à terre… (et pourtant j'en aurais rêvé…!)
    On était retourné au salon de thé où je l'avais emmené lors de notre première rencontre et c'est là, dans ce lieu symbolique pour nous, juste avant de déguster nos cupcakes, bien confortablement assis dans un canapé, qu'il a sorti la bague 🙂 C'était très mignon quand même 🙁 ). Il s’est un peu trop précipité pour l’acheter et n’a pas demandé conseil à ma sœur (meilleure amie et grande conseillère devant l’Éternel) > grosse erreur…
    Mais bon, tant pis, ce n’est pas du tout le plus important pour moi, donc ça ne me dérange pas, mais ça m’embête pour lui, qui l’a payé plus que ce que son budget ne le permettait…
    Je suis une méchante ou pas ? J’ai le droit de ne pas aimer ma bague de fiançailles ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *