Mon mariage coquelicot – Les préparatifs de la veille, 1ère partie

Tu as pu assister à notre mariage Coquelicot, tout du moins le début. Mais depuis, j’ai reçu les superbes photos de ma cousine sur les préparatifs de la veille. Alors aujourd’hui, je vais vraiment tout te raconter !

Voici comment nous nous sommes organisés la veille, pour réussir à tout finir vers 22h et aller passer une bonne nuit, bien méritée, pour nous deux comme pour nos invités.

Le vendredi matin, ma mère et moi devions faire l’état des lieux des gîtes et récupérer les clés pour les invités qui arriveraient au fur et à mesure dans l’après midi, ou tard dans la soirée. Le gîte est en bordure du parc qui jouxte la salle. Nous arrivons, et là, première surprise de taille : une énorme benne à déchets verts est posée au milieu du parking devant les gîtes !

La responsable des gîtes est déjà sur place. Charmante, elle a allumé tous les chauffages. Rappelle-toi nos 3° et les flocons de neige…

Ma mère fait le tour avec elle, pendant que j’installe dans chaque gîte un coffret d’accueil. Carton de remerciement pour leur présence, petits pots de confitures, chocolat en poudre, thé, café, sucres, éponge et produit vaisselle. Une attention qui leur a beaucoup plu !

J’en viens ensuite à lui demander ce que fait cette benne là. Le parc appartient à la communauté de communes et les gîtes aussi. Mais elle ne peut rien faire…

Me voilà donc à devoir passer 4 coups de fil pour trouver le bon interlocuteur et lui expliquer que la benne ne peut pas rester. Nous attendons 20 personnes dans ces gîtes, et certains viennent en camping-car, en plus… A 14h, la benne a disparu, ouf !

Du stress dont je me serai bien passée, mais depuis 15 jours, je suis rodée aux situations inattendues !

Du coup, ma mère a filé seule pour l’état des lieux et la remise des clefs de la salle. Je la rejoins et là, deux autres surprises : nous ne pouvons avoir ni la clef des vestiaires, ni celles du portail de la cour. Nouvelles directives du Maire…

Le traiteur paëlla doit pourtant impérativement se placer dans la cour, avec son camion-labo… Et hop, encore des coups de fil pour négocier !

Pour le vestiaire, rien à faire. Pourtant, cette pièce ne contient qu’un portant et des cintres en plastique… Mais j’ai bien mieux à faire que de perdre du temps pour ça. Une fois cela résolu, nous devons faire de nombreux aller et retour pour tout amener.

Une petite pause déjeuner avec Chéri, et le grand déménagement débute à 14h00.

La salle

C’est une simple salle des fêtes,  avec comme atout principal, en plus de nous permettre de tout faire sur notre commune – grand et unique argument de mon chéri pour éliminer de suite mon idée de salle en bord de mer – : le cachet des poutres en bois, et surtout un superbe parquet pour danser !

Mais quelle bonne idée de tout faire sur notre commune ! J’avoue que c’est bien plus simple pour tout gérer.

Dans l’après midi, pendant que je faisais de nombreux aller retour pour tout emmener à la salle et récupérer la vaisselle chez le loueur, mon amie-témoin, ma mère et deux autres amies se sont collé aux décos du plafond.

J’avais prévu plusieurs boules blanches et à peine une dizaine de pompons rouge, plus des lampions rouges. Je t’avoue que je me demandais bien si cela allait suffire…

Au bout de 15 minutes à les entendre pester contre ces « fichus pompons » – je t’épargne les vraies injures – qui ne veulent pas se déplier », je me suis dit que 10, ça suffisait bien en fait ! Il a fallu que je les motive pour qu’elles ne les mettent pas à la poubelle en mon absence… En leur disant que d’autres y étaient arrivés avec une centaine ! Et qu’elles pouvaient me remercier de ne pas avoir craqué pour autant de pompons. Et hop, je les laissais là, car je devais courir ailleurs.

Bref. 4 heures plus tard… Oui, 4 heures pour préparer 3 guirlandes de plafond… Car il a fallu tout déplier, dans la joie et la bonne humeur donc, et surtout faire un brainstorming de 1 heure pour imaginer comment faire avec si peu. Mais elles ont malgré tout utilisé 80 mètres de fil de pêche !

Future mariée, prévois large et surtout, prend 10 secondes pour dire à tes amies, qui s’y colleront  avec bonne volonté, que le fil  de pêche c’est super costaud, et qu’il n’est pas utile de le doubler. Au risque de ne pas en avoir assez pour décorer la petite salle du vin d’honneur… Tu me vois venir ?

Eh oui. Là aussi, j’ai improvisé, entre deux passages éclair : « Machine, colle les cœurs rouges – ceux qui sont lancés sur le parvis de la mairie – qui restent sur ce mur, et au milieu, on collera une grande photo de nous deux. » Ce jour-là, les impressions A4 de mon imprimante était grandes, par ce qu’on avait rien d’autre sous la main pour combler le vide intersidéral de notre monde de déco à mini budget…

C’était épique, mais on a bien rigolé ! Nous savions toutes que nous n’en étions qu’au début de la mise en place, que le pire allait arriver et on prenait ça avec humour. Conclusion, le rendu me plait et n’est pas trop chargé. Et pour cause…

Salle Mlle Coquelicot

Je plaisante, mais elles ont assuré et je n’en finis pas de les remercier.

Les renforts

Puis sont arrivés nos familles et nos amis proches, venus en renfort en fin de journée et jusqu’à 22h.

Cela nous a beaucoup aidé, même si je ne savais plus où donner de la tête à devoir répondre à  20 questions par minute, tout en les accueillant au fur et à mesure. Quelle effervescence autour de nous. Quel bonheur de les voir tous là !

  • J’ai enfin fait la connaissance de mon petit cousin, le fils de ma cousine-témoin, né à la même date que moi !
  • Ma mamie, venue du Sud Ouest, était toute heureuse de participer au repassage d’un drap blanc avec ma mère…

Je n’ai pas eu la droit de poser de questions sur la présence de ce drap. Mais on ne la fait pas à une  Bride to Be qui a passé plus de 12 mois à peaufiner son mariage et qui, de plus, a surpris ses parents en pleine nostalgie un dimanche, avec des photos de moi partout sur la table du salon !

repassage-drap
  • Au détour d’une conversation entre le neveu de mon mari et sa femme, j’ai appris qu’un nouveau bébé était en route. « Non chérie, toi tu ne portes rien… ». Et elle, grand sourire : « Oui, je suis enceinte ! »
  • Tout ce petit monde a aidé à mettre toute la salle en place et a fini par les délicats coquelicots sur les tables.
  • Il y a eu un grand rassemblement auquel je n’ai pas eu le temps d’assister, près de l’entrée.
plan tables

Tu as deviné pourquoi ? C’était le lieu crucial de l’affichage du plan de table… A ce propos, le moment le plus tendu a été, en fin de soirée, le sacro-saint placement des porte- nom, tous parfaitement pliés à l’équerre par mon amie-témoin.

pliage noms

Commençant sans doute à fatiguer comme nous tous, elles perdaient patience, ne comprenant pas pourquoi je n’arrivais pas à aller jusqu’à elles, de l’autre côté de la salle, en moins de 15 minutes…

Eh bien tout simplement parce que tout le monde avait quelque chose à me dire : « Merci pour les confitures », ‘ »Où est le percolateur ? », « Est-ce qu’on déballe les gâteaux du candy bar, où on attend demain, car ils vont sécher ? », « Alors ta robe, dis-moi ? Je te jure, j’dirai rien au marié… », « Hum, un délice, la tarte aux pommes ! »… Enfin, tu imagines la scène.

J’avais préparé des enveloppes avec les porte-noms : 1 enveloppe = 1 table. Mais moi seule pouvait leur dire dans quel ordre placer les gens par table. « Et surtout, une fille, un gars, une fille, un gars ! » me criaient-elles de l’autre côté de la salle. Oui. Mais pour notre table, pas si simple.

J’ai respecté les envies de chacun, mais je suis repassée ensuite modifier, à la demande du marié – mon futur époux donc – pour qui je pouvais bien le faire, « Met-moi C. à côté, pour qu’on discute ». Et le C. en question était un gars… Sacrilège ! Repéré, et que nous avons re-modifié  tous les deux, en jetant un dernier coup d’œil à notre belle salle de mariage, quand tous les invités avaient filé.

Bref, une bonne ambiance, qui aurait pu donner lieu à un joyeux fouillis. Mais c’était sans compter sur la présence d’amis du métier et de ma témoin super organisée, qui m’ont aidée à tout gérer parfaitement.

Nous avions installé un buffet froid dans la petite salle d’à côté. Ce qui fait qu’entre deux missions, chacun pouvait aller se restaurer et bavarder, et faire connaissance avec l’autre famille. D’ailleurs, au bout d’un moment, ma cousine-témoin est venue me chercher et m’a imposé de m’asseoir et de manger ! Avec une autre amie, elles se sont chargées de faire patienter les uns et les autres, les incitant à faire de même.

pause dîner

Nous avons même pris le temps de fêter l’anniversaire de maman !

tarte maman

Une soirée familiale un peu spéciale et un peu décousue, donc, mais qui a permis à tous de faire connaissance de manière détendue !

Dans ma prochaine chronique, je te détaillerai la déco des tables, si tu veux t’en inspirer…

Et toi ? Tu as reçu un vrai coup de main, pour tout installer ? Tu as eu l’impression de devoir être un peu partout à la fois ? Tu étais super organisée aussi ? C’est à toi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



6 commentaires sur “Mon mariage coquelicot – Les préparatifs de la veille, 1ère partie”

    • 300 !!
      Mazette et combien de bonnes âmes pour les déplier … ??
      Prévoit du temps pour ça.
      Bon courage
      ça devrait être magnifique avec tous ces pompons !!

  • Très jolie ton plafond,je comprend pour le dépliage des pompoms pour notre part, nous avions commencé la veille avec ma soeur et ma mère a sorti d’immense carton pour les mettre dedans (très utile de commencer avant), pour des questions de sécurité pas possible d’accrocher les lampions aux poutres de notre salle de reception donc nous avons seulement installer les pompoms à hauteur humaine. Pour cela j’avais une équipe de choc, 4 pas plus dont ma témoin, ma soeur, mon mari et moi. J’ai délégué et fait confiance pour la déco de la salle du vin d’honneur (là nous pouvions mettre les lampions !!) car je devais aller chercher les centres de tables.
    Si bien que le soir rien eu à faire à part profitez du soleil et du BBQ entouré des amis qui arrivaient au fur et à mesure.

    La clé de notre réussite, un planning de Melle Dentelle (qui fait quoi quand ….) et une équipe de choc, je ne les remercierait jamais assez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *