Les tourments de la préparation du mariage religieux quand on n’est pas pratiquant

Quand Doudou et moi avons commencé à parler de mariage, il a toujours été question de se marier à l’église, comme une évidence. Je n’ai jamais été férue de catéchisme, ni de messe, mais je suis croyante. Pour moi, la religion ça se ressent chacun à sa façon.

Doudou, par contre, est athée. Il est contre les religions dans leur ensemble : « à part provoquer des guerres, ça ne sert pas à grand chose ». Je ne te dirais pas qu’il comprend que je crois en Dieu, mais il le respecte.

Les tourments de la préparation du mariage religieux quand on est pas pratiquant

Crédits photo (creative commons) : Katsu Nojiri

La religion et nos familles

Tu l’auras peut-être compris, je ne suis pas pratiquante. Mes parents sont également croyants mais pas pratiquants. Ma mère et sa marraine prient, elles allument souvent des cierges. C’est un peu une coutume à chaque fois que l’on se trouve à un tournant de notre vie, comme un examen ou l’annonce d’une maladie. Ça nous accompagne dans l’épreuve à traverser.

Elles se rendent quelques fois sur des lieux de pèlerinage entre filles. Mais ça reste une démarche indépendante d’un organisme autre que la famille. Elles n’appartiennent à aucune paroisse et elles ne vont jamais à l’église.

Dans la famille de Doudou, sa Maman est croyante et ses grand-mères l’étaient aussi. Ses parents se sont mariés à l’église, mais ses sœurs et son père ont à peu près la même opinion sur la religion que lui.

Mon frère, quant à lui, a développé une aversion pour la religion au décès de mon arrière grand-mère, il avait 9 ans.

Comment ça se passe pour se marier à l’église ?

Une des premières choses que j’ai faite après la demande, c’est d’appeler la paroisse de mon village pour me renseigner.

D’abord, il a fallu savoir quel jour et à quelle heure la personne en charge des mariages est joignable. Youhou, uniquement le samedi matin, trop pratique comme créneau quand on est pâtissier.

Ensuite, j’ai appris qu’il y a une paroisse et un prêtre pour plusieurs villages, une communauté de paroisses.

La dame commence à prendre certains renseignements : noms, prénoms, date du mariage, etc. Je lui explique que nous habitons à La Réunion et que nous arriverons sur place 6 jours avant le mariage. Elle me dit que, dans ces conditions, il faudra monter le dossier dans notre paroisse ici, et faire la préparation au mariage religieux ici aussi. Euuuh, ok…

Je lui dit que mon futur mari est athée, et elle me répond direct : « Vous êtes obligés de faire la préparation et puis ça ne fera pas de mal à votre mari » ! J’ai raccroché étonnée par cette rigidité ! Là, je commence à prendre conscience que si tout le monde fait preuve d’autant d’ouverture d’esprit, mon mari y compris, ça ne va pas être facile.

Personne ne s’est marié dans ma famille depuis longtemps et nous avions appris que très récemment qu’il fallait faire une préparation au mariage religieux.

Doudou a accueilli la nouvelle avec beaucoup d’agacement. Lui qui est timide et réservé, ça ne l’enchante pas de se retrouver entouré d’inconnus pour parler de ce que ça représente pour lui « le Mariage ».

Je commence à me renseigner autour de moi pour savoir comment ces préparations se déroulent dans ma commune. En fait, il n’y a que deux rencontres par an, sous forme de deux réunions animées par un couple de paroissiens mariés, bien-sûr (sinon ça ne rime à rien), et qui se déroulent, attention… roulement de tambour… le dimanche matin !!! Youhou, re-trop-pratique pour des artisans qui bossent ce jour-là !

Je ne sais pas vraiment ce que je croyais, peut-être qu’il suffisait de se pointer devant l’église avec sa jolie robe et son homme sous le bras… Bienvenue à Mlle Naïve et son monde de nuages roses spécial mariage !

La prochaine fois, je te raconterai l’avalanche de couacs que j’ai rencontrée pour monter ce fichu dossier !

Et toi, vas-tu te marier à l’église ? Pourquoi as-tu choisi cette cérémonie ? Ton fiancé et toi êtes-vous croyants, pratiquants, ou pas du tout ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



107 commentaires sur “Les tourments de la préparation du mariage religieux quand on n’est pas pratiquant”

  • Je ne comprends pas… Pourquoi se marier à l’église si ça représente plus de contraintes qu’autre chose pour vous? Heureusement qu’il faut un minimum de préparation. On ne se marie pas comme on va acheter son pain.
    En fait je ne comprends pas les couples qui se marient uniquement parce que « ça s’est toujours fait commme ça dans ma famille ».

        • +1
          Sans jugement de valeur, je trouve malgré tout dommage de ne se marier religieusement que parce que « ca se fait »… si tout ce qui rend solennel ce mariage à l’église est pesant… autant faire une cérémonie laïque ! au moins par respect pour la communauté et les paroissiens qui s’investissent dans les ateliers de « préparation » et qui n’aimeraient sans doute pas que ceux ci soient vécus comme une corvée !

  • Pas de mariage religieux pour nous nous ne sommes croyant ni l’un ni l’autre (même si nous avons une certaines spiritualité).
    En fait la seule chose que je vais regretter c’est cette fameuse préparation car jusque là on ne m’en a dit que du bien. Mais effectivement dans votre cas cela n’a pas l’air simple, avec vos emplois du temps !

    • Les week-end Amour et Engagement, même s’ils sont proposés par un mouvement chrétien (Vivre et Aimer), sont généralement très ouverts. Avec mon mari (qui est athée), nous avions fait un week-end Amour et Engagement avant de nous fiancer. A cette époque, nous n’avions pas encore choisi si nous allions nous marier à l’église ou pas. Le week-end lui a plu, alors qu’il avait vraiment accepté pour me faire plaisir au départ. Cela nous a permis de réfléchir à plein de choses sur notre couple avant de se lancer dans les préparatifs du mariage. Je pense que même des couples totalement athées peuvent s’y retrouver (il y aura quand même un temps de réflexion sur la foi et l’éducation religieuse des enfants, mais c’est assez minime dans le week-end).

  • Etant croyante et pratiquante, je suis un peu étonnée de ce que tu racontes. Bien sûr, si tu ne vas pas à l’église tu n’es pas au courant des dernières nouvelles. Mais ne pas savoir que les paroisses se sont regroupées en communauté de paroisses (ce qui complique la présence du curé dans l’endroit que tu veux !) alors que ça c’est de plus en plus fait sur les 10 dernières années est étonnant. Ne pas aller à l’église ne veut pas dire ne pas être un minimum au courant de ce qui se passe dans son Eglise. De même pour la préparation au mariage, c’est très vieux.
    Il est vrai que vos horaires peuvent compliquer la situation, mais c’est une démarche dans l’Eglise catholique que vous faites, Eglise connue pour sa rigidité. De plus, le mariage est un sacrement, pas juste une bénédiction : il est normal qu’il y ait une préparation plus longue qu’une seule rencontre.
    Nous faisons notre préparation à 300km de notre lieu de vie, au moins 5 rencontres en tout qui nécessite une présence sur place. Personnellement, j’ai hâte de faire tout ça. Ma paroisse est très ouverte, j’y ai grandi et adore les gens là-bas. Même si la préparation et la recherche de mon certificat de baptême s’annoncent compliqués, entre autre par la fermeture de l’endroit où il a eu lieu, ce sacrement est très important pour moi. Lire ton prochain article sur la préparation du dossier va m’amuser je crois 😉 (on a déjà eu un aperçu des pièces à fournir)

    • Juste en passant (et suivant ce que nous a dit le prêtre qui nous a marié), le certificat de baptême doit être demandé par le prêtre qui vous prépare.
      Normalement, la démarche de contacter la paroisse où vous avez été baptisé lui revient, car ainsi il est sur et certain de ne pas avoir de « faux » (soit un faux certificat soit un certificat où les fiancés ont effacé la mention d’un divorce)
      A voir avec lui, ça fait toujours un soucis en moins à gérer !!

      • Merci Mme Irbis, mais je le sais 🙂 En fait, j’ai été baptisée par un prêtre de la mission croate dans un couvent alsacien qui est maintenant fermé. Tu vois le problème ? Je cherche donc l’endroit où se trouvent les registres (dans une autre paroisse de la même ville ? disparus ?) ou s’il faut contacter le diocèse. Une fois que j’aurai cette info, je la donnerai à ma paroisse. Je n’ai pas envie que 2 semaines avant le mariage on m’annonce qu’ils n’ont toujours pas le certificat parce que c’est plus compliqué que prévu ! On a déjà assez eu de frayeurs comme ça ^^

        • Normalement, les registres sont conservés dans 2 endroits du diocèse (c’est pour ça qu’on signe plusieurs fois lors d’un mariage et baptême).
          Tu peux t’adresser directement auprès du diocèse d’origine.
          Par contre, ça dépend des paroisses: nous, c’est la paroisse oû nous nous sommes préparés qui demandait les extraits pour être sûre qu’il n’y avait pas de modifications faites (par exemple un fiancé ayant déjà été marié religieusement et qui ne veut pas que ça se sache pour pouvoir se marier de nouveau à l’église).

          • Oui je sais. Mais il est peut-être plus simple, si les registres sont encore dans la même ville, de demander l’extrait là-bas plutôt qu’au diocèse (ça prend peut-être moins de temps). Une fois l’endroit trouvé (la même ville mais plus au couvent, ou le diocèse) je communiquerait la réponse à ma paroisse qui pourra faire là-bas la demande. Comme mon cas est compliqué, je préfère ne pas les embêter avec ce problème si je peux le régler pour eux !

    • Dans le cas de Mlle Roudoudou, il ne s’agit pas d’un sacrement (dans le cas des mariages dispars, c’est à dire lorsque l’un des mariés n’est pas baptisé, le mariage n’est pas sacramentel puisqu’il faut avoir reçu le sacrement du baptême pour recevoir un autre sacrement). Cependant, l’église catholique accorde tout même une grande importance à la préparation de cet engagement, car elle veut s’assurer que chacun des conjoints s’engage librement, et que celui qui est chrétien pourra continuer à vivre sa foi et à pratiquer sa religion (évidement, quand le conjoint catholique ne pratique pas, la question se pose surement différemment).
      Après, je suis catholique pratiquante, j’ai quand même découverts plein de choses sur le fonctionnement de l’église lors de ma préparation au mariage (et comme nous avons eu la chance de rencontrer un prêtre avant de commencer la préparation au mariage, j’ai même appris des choses au couple qui était censé nous préparer au mariage et qui n’était pas très au fait des particularités pour les couples dispars).

      • Même si dans la cas de ce couple il ne peut pas y avoir sacrement, comme tu dis, c’est quand même important pour la personne catholique qui a été baptisée. S’imaginer qu’il n’y a pas de préparation pour une telle étape était pour moi le point étonnant (leur démarche prend quand même sa source dans la demande du sacrement du mariage catholique que font les couples où les deux personnes sont catholiques, par exemple).

        • Je pense que c’est effectivement important pour Mlle Roudoudou, et ça l’est aussi pour l’église catholique, comme je le disais dans mon commentaire.
          Après, même si la préparation au mariage est normale, que cela agace son mari qui lui est athée et n’a accepté le mariage religieux que pour faire plaisir à Mlle Roudoudou, ça peut se comprendre aussi.
          Et moi aussi j’ai pesté contre les personnes qui s’occupent de l’organisation des mariages dans la paroisse où nous nous marrions et qui ne comprenaient pas qu’en ce mariant début mars et en habitant à 800 km de là, on les tannent pour savoir quel serait le prêtre qui nous marierait dès le mois de décembre. « Mais, les agendas ne sont fait qu’en début d’année ! » On aurait bien aimé qu’ils fassent une exception, ça m’aurait évité d’apprendre à 6 semaines du mariage qu’ils voulaient que ce soit un prêtre retraité qui a fait un sermon morbide au mariage de ma cousine. Heureusement que mon aumônier de lycée qui est maintenant dans une paroisse à quelques kilomètres de là (ce que je ne savais pas) a accepté de nous marier ! On sait bien que ces personnes sont bénévoles (j’en connais une partie, elles sont très gentilles), qu’elles font ce qu’elles peuvent, qu’elles ne savent pas tout, etc. mais on peut parfois avoir des réactions un peu égoïste sur le moment, car justement c’est important pour nous !
          Après, ma conviction est que la foi catholique doit être vécue dans l’église, qu’une religion ce n’est pas « à la carte », et que même si on n’applique pas tous les dogmes dans sa vie (personne n’est parfait, même si nous sommes tous appelés à la sainteté), il faut essayer de les comprendre, voir ce qu’ils veulent nous dire, pourquoi l’église pense que c’est ce qui est bon pour l’homme. Mais je ne peux pas juger Mlle Roudoudou, je ne suis pas dans son cœur. Même les prêtres disent qu’il leur est très difficile de refuser un baptême ou un mariage, car ils ne sont pas Dieu, ils ne peuvent lire les cœurs.

          • Il y a sûrement des arrangements qui peuvent être fait pour les timides, athées ou non (pas obligés de partager sa vision de la vie sur tout, s’ils ne sont pas à l’aise). Quand on se lance dans un mariage religieux, alors qu’on y croit pas, il faut savoir passer au-dessus, sinon c’est perdu d’avance. Et ce qu’une personne dit au téléphone n’est pas reflet de ce qui va être partagé lors des rencontres. C’est dommage de noircir le tableau dès le départ, alors que c’est une préparation pour une fête !
            Nous aussi on a eu nos déboires lors de l’inscription. Alors pour le choix du prêtre, on a pris les devants. Pareil, ils ne l’auraient décidé que pour le début de l’année (je suppose pour notre 1ère rencontre avec tout les couples début janvier). Lors de l’envoi du STD aux invités, on en a fait un spécial pour le prêtre qu’on voulait avec une demande à la fin pour qu’il célèbre le mariage (on avait déjà fait avec lui la bénédiction des fiançailles). Il a été enchanté ! Nous avons donc notre heure incongrue et notre prêtre, on espère juste que le couple qui nous accompagnera sera libre les we où nous avons déjà prévu de faire les 300 km pour rentrer !
            Et je suis d’accord, tout le monde n’est pas parfait ! Il faut juste présenter aussi le bon côté des choses, pas que le mauvais 😉

  • se marier á l église est aussi un engagement ( pour les deux ) : vous vous engager á élever vos enfants dans la foi catholique (baptème, catéchisme…) … ca sera évoqué dans la préparation. De plus ce sont des bénevoles qui animent ces préparations: ok c est le dimanche matin dans ton cas et des gens travaillent mais il y a aussi des gens qui bossent le samedi ou d autres jours… ils font ce qu ils peuvent… et la préparation au mariage permet de se poser des questions qu on ne s était jamais posees auparavant.

    • Non, on ne s’engage pas forcément à élever nos enfants dans la foi catholique. Tout est discuté avec le prêtre et rien n’est obligatoire et prédéfini à l’avance.

      Nous nous sommes mariés à l’église et nous avons dit à notre prêtre que nous ne souhaitions pas baptiser nos enfants mais que nous leur laisserions le choix de le faire si un jour ils en avaient l’envie. Chose que le prêtre a très bien compris et qui a été indiqué sur les papiers que nous avons signé.

  • Nous sommes croyants et pratiquants dans ma famille (bien que je puisse nettement moins pratiquer désormais en travaillant en hotellerie et horaires décalés), mon futur mari quant à lui est juste baptisé.
    J’ai été mariée une première fois uniquement civilement et pour moi le vrai mariage, celui qui compte est celui fait devant Dieu.
    C’est pourquoi j’ai appelé ma paroisse il y a 3 semaines (donc vers le 10 octobre) pour m’entendre dire que malheureusement ce ne serait pas possible car juin et juillet sont déjà plein niveau plannig des mariages :/ grosse déception car la date de notre mariage a déjà été bougée une fois pour soucis personnels et mon papa étant malade a déjà commencé à bloquer ses séances de dialyse ici (les miens vivent à plus de 1000kms)… Notre mariage se fera sur le Cap Corse -nous vivons à Bastia-, rockabilly 50s pas par coquetterie mais car nous amons cette époque et que je collectionne ce qui s’y rapporte au niveau mode 🙂
    J’ai donc contacté sur le conseil du prêtre de ma paroisse la paroisse à côté du lieu où nous allons faire notre fête et là nous croisons les doigts car nous attendons leur réponse espèrons espèrons 🙂

  • Les filles j’ai écrit 4 chroniques sur le mariage religieux, dans la première, celle là, je commence par présenter la situation pour que vous compreniez bien le reste.
    Comme je l’ai dit pour moi la religion se ressent chaqu’un à sa façon. Quand j’ai dit que c’était évident pour tous les deux de se marier à l’église malgré l’athéisme de Doudou, c’est parce que ça fait partie de moi et non par habitude familiale !
    Ma foi ne dépend ni de la régularité de mes passages à l’église, ni des possibilités de me libérer pour suivre la préparation.
    Le mariage religieux est très important pour moi, mais on se marie à deux, et l’aversion de Doudou pour tout ça compte aussi beaucoup.
    Je n’avais pas envie d’étaler mes convictions profonfes, et je suis triste que vous m’ayez mal compris.

    • J’ai peut-être mal compris ce que tu as écrit, mais comme je l’ai lu ça donnait : tu veux demander le sacrement du mariage dans l’église catholique, mais tu ne sembles pas connaître le mode de fonctionnement (communauté de paroisses, préparation au mariage, et autre carcan imposé par cette église) et tu t’étonnes de la rigidité que tu peux rencontrer (horaires, méthode… des personnes qui font ça bénévolement quand même). Les cathos sont quand même un peu connus pour ça, je ne dirais rien de plus que récemment le synode sur la famille ^^

  • Pas de soucis Mlle Roudoudou on a hâte de lire la suite 🙂 Ne sois pas triste l’essentiel c’est de partager avec nous tous et çà c’est bien çà nous permet de réfléchir et d’avancer aussi !

    • merci c’est adorable 🙂 au pire j’irai frapper à toutes les paroisses aux alentours mais bon je croise les doigts pour la 2nde au téléphone le diacre était déjà plus compréhensif que mon prêtre d’ici…

  • Je suis protestante (et non Jojo, moi non plus je ne savais pas comment se divisent les Eglises catholiques- Tu sais comment s’organise le système musulman toi?) et divorcée, et mon fiancé est catholique.
    J’avais envisagé un mariage dans une église, mais vu la situation ça me semblait compliqué – surtout que j’aurais voulu qu’il y ait une influence protestante (je suis pratiquante et fille de pasteur..).
    De toutes façons on a opté pour une cérémonie « soft » protestante dans notre jardin, célébrée par un ami pasteur.
    Comme ça ça nous ressemble vraiment et c’est plus pratique 🙂

    • Bonjour Brunette ! Je me suis peut-être pas exprimée assez précisément, mais je parlais du mode fonctionnement dans les églises et paroisses catholiques. D’après la description faite par Mlle Roudoudou (messe, prêtre…), je suis partie du principe qu’elle était croyante catholique. Moi non plus je ne sais pas exactement comment ça se passe chez les protestants, j’ai juste quelques notions, et quand il y a des articles dans les journaux sur les rencontres des représentants protestants. J’ai le droit de m’étonner du niveau de connaissance qu’a une personne qui demande le sacrement du mariage dans l’église catholique. Sinon, les commentaires ne seraient pas autorisés pour ces articles.

  • Bah alors c’est quoi ces réactions un peu limite? Mlle Roudoudou a bien dit qu’elle n’était pas pratiquante, elle n’est donc pas forcée de connaitre par coeur le fonctionnement de l’église!
    Hâte de lire la suite, nous on va débuter la préparation fin Novembre, et Monsieur non plus n’est pas très enthousiaste! ^^

  • Je suis hâtée, mon mari est agnostique (je n’ai pas dit que nous n’avons pas de spiritualité !). Comme tu dis, chacun vis sa spiritualité, voir sa religion, à sa façon. De ce que me disent les personnes croyantes, il y a certes une « préparation au mariage », mais… certaines paroisses acceptent de marier les couples SANS cette préparation. Ce que tu racontes sur la réaction des personnes contactées pour une cérémonie religieuse me fait bondir : la dame aurait pu te soutenir (pas simple ni pour lu ni pour toi comme situation, et une belle preuve d’amour des deux côtés que d’être à l’écoute de l’autre) au lieu de te sortir « ça ne fera pas de mal à votre mari »… et ce sont ces mêmes personnes qu prétendent être dans l’amour du prochain ?!!! Ah ah !!!! Bon courage à vous deux. J’espère que vous aurez la cérémonie religieuse à laquelle tu tiens, mais que le curé sera une personne ouverte (heureux que ton mari hâté ait accepté cette cérémonie, plutôt que critique !).

  • J’ai hâte d’en savoir plus! Nous avons fait notre préparation au mariage religieux ici au Québec et nous discutons souvent avec le prêtre qui va nous marier en France. À Montréal la préparation se fait sur un seul week-end, c’est vraiment agréable. Nous avons rencontré plein de monde et nous avons beaucoup insisté sur la communication au sein du couple. C’était très intéressant!

  • Ne t’inquiète pas, ton article est très intéressant et j’ai hâte de lire la suite. Nous aussi on va commencer la préparation bientôt, Mr Colorado est athé, je suis catholique, croyante et un peu pratiquante et je ne suis pas incollable sur tout le déroulement de la préparation non plus parce que c’est la première fois que je me marie… 😉

  • Mlle Roudoudou, j’espère que tu as réussi à te dépatouiller dans les diverses embûches administratives liées au mariage religieux. Que vous avez réussi à trouvé l’organisation, voir le compromis qui vous convienne à tous les 2 et que votre mariage religieux soit le reflet de vos convictions personnelles.

  • Article très intéressant Mademoiselle Rondoudou. Tu as l’honnêteté de dire que tu as découvert des choses sur le mariage religieux au moment où tu l’organisais ! Je suis sûre que c’est le cas d’énormément de futurs mariés.

  • Bonjour Mademoiselle Roudoudou,

    Effectivement pourquoi se marier à l’Eglise si cela ne représente rien pour vous?
    Se marier à l’Eglise demande une certaine « adhésion » à la religion catholique je crois.

    C’est d’ailleurs pour cela que l’Eglise demande à ce que les futurs mariés se préparent au mariage : le mariage est un sacrement pour l’Eglise et ne peut pas être donné aux futurs époux sans réflexion de leur part. (quelle place de la foi pour les époux, que veulent-ils transmettre à leurs enfants….)

    Et pour les tracasseries administratives, il faut un peu d’indulgence. Les prêtres sont débordés (car peu nombreux), et ce sont des bénévoles qui les aident (donc des amateurs).
    Nous ne sommes pas dans une boutique et pas dans la logique marchand/client.

    Bon courage pour le mariage!! 🙂

    Astrid

  • J’espère de tout coeur que vous rencontrerez des gens tolérants pour votre mariage religieux. C’était important pour moi de me marier à l’Eglise (et même surtout dans une église en particulier, celle du village familial, celle où j’allais à la messe avec mon arrière grand-mère ) et Chéri qui est athé l’a très bien compris. Peut être que si la dérogation n’avait pas été accordée (on s’est mariés à 400kms de chez nous) on aurait fait une cérémonie laïque parce que pour moi se marier dans une église où on n’a jamais mis les pieds avant, dans un lieu sans signification personnelle n’avait pas de sens pour moi.
    La façon de vivre sa foi est particulière à chacun.

    Je suis un peu choquée des commentaires qui s’étonne que Mlle Roudoudou ne soit pas au courant de certaines choses. Déjà les regroupements de paroisses sont assez variables et changent au gré des départs à la retraite des prêtres (il y a encore un an la paroisse du prêtre qui nous a mariés était indépendante et je m’attendais à demander une autre dérogation pour que cela soit lui qui nous marie). Et les modalités des préparations sont différentes pour chaque paroisse (une collègue a eu doit à 10 rdv de préparation quand nous on en a eu 5 au total avec soit le prêtre du lieu d’habitation soit celui du mariage).

    • Tu es choquée (c’est pas un peu fort ?) que l’on s’étonne de certaines choses, moi je suis étonnée que tu sois choquée pour si peu. On ne fait que commenter le point de vue évoqué par Mlle Roudoudou. Les modalités de préparation sont peut-être différentes d’une paroisse à l’autre, mais cela semble évident qu’il y en ait une pour un sacrement (on peut difficilement se déclarer catholique sans avoir un peu de notion sur les sacrements). Et pour les communautés de paroisses (le regroupement a lieu depuis longtemps), ce n’est pas parce que là où on vit il n’y en a pas qu’on ne peut pas se tenir au courant de ce qui se passe dans l’Eglise à laquelle nous croyons et dont nous demandons un sacrement (ce qui veut dire que c’est important pour soi). Vivre sa foi est bien sûr quelque chose de personnel, mais vivre sa foi catholique sans l’Eglise catholique (sans s’intéresser à ce qui s’y passe), ce n’est sûrement pas facile.
      Ceci n’est bien sûr que mon opinion, mais je voulais juste te répondre parce que tu sembles avoir mal pris certains commentaires (on n’agresse pas Mlle Roudoudou, on ne fait qu’exprimer notre opinion).

  • Tu représentes une grande partie des gens qui se marient à l église je pense, sauf que toi, tu as eu l honnêteté de dire ce qu il en était de votre foi dès le premier coup de fil. Personnellement, à peu près dans la même situation que vous, nous avons opté pour une cérémonie laique. Mais je vois, et je sais que tous les prêtres ne fonctionnent pas pareil, et certains sont plus ouverts d esprit que d autre. N oublions pas qu une des valeurs essentielles selon moi pour un bon catholique est la tolérance!

  • Nous avons eu le cas inverse avec mon mari qui voulait aller à l’église, et moi qui y allais parce que c’était important pour lui. J’ai certes été baptisée et fait ma première communion, mais à l’heure actuelle je ne me considère pas comme croyante, et c’est la même chose pour une bonne partie de ma famille.
    Cela dit, nous avons exposé cette situation dès le début au prêtre qui s’est occupé de notre préparation de mariage (qu’on faisait à domicile juste avec lui). Et finalement, même si certaines questions soulevées durant la préparation ne me parlaient pas forcément, d’autres au contraire étaient intéressantes.
    Et le jour J, tout s’est très bien déroulé. Et même mon père qui est pourtant allergique à tout ce qui est religion (et qui dit toujours qu’il ne comprend rien quand il va à l’église !!) est allé voir le prêtre pour lui dire que la cérémonie était très belle et que ce qu’il avait dit lui parlait !
    Quant aux couacs, une semaine avant la date du mariage, on revoit le prêtre pour vérifier que notre CD de musique marche bien sur sa sono. Et là il en profite pour nous dire qu’il n’a toujours pas récupéré mon certificat de baptême !!! alors qu’on faisait la préparation avec lui depuis plus de 8 mois… Bref, ça s’est arrangé, de toute façon nous on ne pouvait rien y faire…
    Bon courage pour la suite ! j’espère que les séances de préparation vous conviendront à tous les deux

  • Je crois qu’une mise au point s’impose…
    Je ne me sens pas agressée mais jugée!
    Je me demande ce qui vous permet de dire que se marier à l’église « ne représente rien pour moi ». Le fait que je n’aime ni les messes ni le catéchisme?
    Comme on peut s’exprimer librement je vais vous donner mon point de vue, c’est des réactions comme celles-ci qui font qu’il y a de moins en moins de pratiquants et que l’Eglise a besoin dans certains endroits de bon coup de balais! Heureusement notre Pape tente d’amorcer un changement nécessaire!
    Alors oui, mais horaires de boulot « titanesque » me rende très peu disponible, c’est un fait! Je voulais souligner la difficulté pour les gens comme moi à s’adapter. En aucun cas je me plains, il est bien normal que les bénévoles ne soit pas à MA disposition, et pour en avoir rencontré à différents moments de ma vie ils sont formidables et ça aussi je le raconte plus tard.
    Mes trois prochaines chroniques sur le mariage religieux sont dans la tradition de Mlle Dentelle sincère et sans tabou, avis aux amatrices…

    • C’est le risque, Mlle Roudoudou… tu écris en sachant ce que tu veux dire, mais bien sûr tu ne peux pas tout nous raconter sur un tel sujet, mais nous lisons sans savoir tout ce que tu vis (tu vois la différence ?). C’est pourquoi c’est si difficile d’écrire… c’est prendre le risque de ne pas être comprise comme on aurait voulu le dire ! De ce que moi j’ai lu, il ressortait beaucoup de négatif, sans raison derrière, d’autres ont peut-être vu la même chose et ont donc commenté…

    • Bien dit, Mlle Roudoudou.. c’est très frustrant de voir que dès que l’on touche un peu à la religion, les gens se mettent sur la défensive.
      Je trouve ton article instructif et c’est une version qui mérite d’être entendue. (mais j’ai quand même envie de me désabonner des commentaires de celui-ci :P)

    • Au contraire Mlle Rondoudou, je trouve que tu as su garder une très bonne distance en écrivant cette chronique.
      Tu aurais pu tomber dans le jugement suite à la réflexion de la femme de la paroisse où tu dois te marier. Au contraire, tu as été dans l’analyse en parlant du caractère (parfois buté… c’est le bon terme ?) de ton Chéri.
      Quand à la communauté de paroisses, je suis sûre que plein de personnes vont régulièrement à la messe sans même savoir ce que c’est. Ils sont allés voir les heures des offices à l’Eglises et s’y rendent sans se poser plus de questions…

    • En tant que bénévole, rat d’église, cul béni, ( choisis la mention qui te convient le mieux), je vais te répondre sincèrement. Ton commentaire m’a laissé un goût amer. Je n’ai pas voulu commenter au départ car je savais que ça allait finir en bain de sang anti- catholique avec des commentaires comme celui ou tu dis que ce genre de comportement fait que l’église se vide, on est traité de réac voir associé à la manif pour tous lol ( ou pas! ).
      J’ai fini par répondre car je vois que tu ne comprends vraiment pas en quoi ton comportement m’a moi personnellement blessée. Je ne reviendrais pas sur les autres commentaires car pour moi ils n’ont pas touché à l’essentiel du problème.
      Je suis une récente mariée, et aussi une bénévole donc je pense comprendre l’innocence avec laquelle tu es tombée dans la préparation au mariage. Mais d’un autre côté je suis une « laïque  » très investie dans ma paroisse, entre autre par le biais des préparations à la confirmation, de l’animation des liturgies, du ménage, secrétariat et plein d’autre choses annexes.
      En tant que jeune mariée, je ne comprends pas l’intérêt de célébrer une messe catholique quand on est pas pratiquant. Dans le cadre de la bénédiction, je trouve que tout dépend des pratiques religieuses même occasionnelles des mariés. Par contre je crois que j’arrive à comprendre l’envie de se marier à l’église. Oui je fais une grande différence entre se marier à l’église et avoir un sacrement de mariage catholique.
      Ce qui m’a ennuyé dans ton article, c’est qu’il m’a donné cette impression d’être à ta merci. Je n’ai jamais dit que tu l’as dit mais c’est ce que j’ai ressenti. Car quand tu ne pratiques pas, quand tu ne t’investis pas dans une paroisse c’est comme ça qu’elle meure.
      Avec la pénurie de vocations actuelle, c’est des bénévoles comme moi qui font que toi, tu peux ne jamais t’investir et avoir quand même la possibilité de te marier à l’église, car et ça c’est un appel général que je lance, même si tu n’adhères pas au dogme catholique si cette église est propre le jour de ton mariage; si elle est chauffée; si tu as une sono fonctionnelle; si les bancs ne sont pas cassés ou tout poussiéreux; si les toilettes sont propres; si vous ne vous retrouvez pas à 4 couples le jour du mariage, si le prête ou le diacre n’oublie pas la date etc…. C’est grâce à des bénévoles comme moi. Mais moi le jour de mon mariage sur quel bénévole je vais pouvoir compter?
      Un truc tout con dans ma paroisse il n’y a pas assez de couples pour les préparations aux mariages, du coup qui s’est qui s’y colle c’est toujours les mêmes, je suis heureuse de partager ses moments avec les couples qu’on suit mais j’aimerais bien aussi avoir de l’aide.
      Que d’autre chrétiens, cathos, spirituels ou religieux se rendent compte qu’en disant: » bah moi j’ai juste besoin de ça » c’est l’esprit de communauté qui est bafoué, et les gens comme moi sont sur les dents quand des gens comme toi se présentent tout guillerets pour nous dire qu’ils veulent se marier demain. ( big caricature lol!)
      Je suis en activité, mon époux aussi, je travaille à l’hôpital donc entre horaires de m…… et rappel des qu’il manque du monde, on a tous un planning et des vie de dingues. Mais je le fais quand même pour toi ( pas toi personnellement on est bien d’accord hein) mais qui le fait pour moi?
      Je te fais le parallèle avec les impôts, ça nous mets tous en rogne quand certains abusent ou ne déclarent pas tous leurs revenus, ou s’enrichissent illégalement tout en bénéficiant d’aides de l’état, auquel toi tu cotises et auquel toi tu n’as jamais droit, bah c’est un peu pareil.
      Quand à ce commentaire selon lequel, le pape François a amorcé des changements qui n’existaient pas, et que moi ou d’autres font fuir les gens comme toi. Je me défendrais en te disant que les idées véhiculées par notre nouveau pape sont vieilles de vatican 2. Peut être que si tu / on étais/t plus nombreux à s’investir on pourrait s’en rendre compte. Ce concile nous a laissé un héritage énorme sur lequel l’église ( en terme d’institution ) a très mal communiqué, et du coup les gens ont l’impression de découvrir des nouvelles choses mais elles sont vielles du pape Léon XIII ( 1962 ). Si il n’y a pas de jeunes pour se faire le relais de la nouveauté, bah c’est comme si on demandait à des gens de plus de 80 ans de se faire le relais de la révolution technologique actuelle. Après je ne juge pas que tu ne saches pas pour la préparation ou d’autres choses, je voulais juste te faire voir les choses de mon point de vue. Avec mon époux on essaye toujours d’accueillir les couples du mieux qu’on peut mais parfois je t’avoue que je perds patience.
      Après je ne juge pas ta façon de concevoir ta spiritualité, pour moi c’est entre toi et Dieu, mais derrière toute cette belle spiritualité, il y’a de la sueur, de l’organisation, du temps que je passerais bien ailleurs, de l’argent indirectement investie pour que tu aies le mariage dont tu rêves et ça c’est tout le mal que je te souhaite.

      • Merci pour ton message. Certaines personnes ne comprennent pas que pour vivre sa foi il faut être plusieurs, sinon elle s’éteint et ne s’enrichit pas (Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.) Merci pour ton engagement de tous les jours !

    • De mon coté, catholique également, je suis complétement d’accord avec ta façon de voir Madame Roudoudou, et encore plus avec ton dernier commentaire! Je te souhaite bon courage pour cette préparation et plein de bonheur pour ton mariage 🙂

  • Je crois que les intentions et/ou interventions ont été mal interprétées. Effectivement, se considérer comme catholique n’est pas nécessairement synonyme de pratiquant, d’autant que je considère qu’il y a plus d’une façon de pratiquer sa foi (la messe n’ayant pas le monopole du coeur :). Quant aux préparations, effectivement cela dépend de chaque paroisse et des fiancés qui s’y présentent. Pas facile d’aborder certains sujets lorsque l’un des deux est athe ou agnostique (je me souviens du curé disant à mon futur que la préparation lui permettra de comprendre les enjeux et engagements de ce sacrément, et qu’il pourra ainsi en connaissance de cause décider de s’unir –ou pas– … Euh non, comment dire, j’ai payé les accomptes et tout, faut pas lui dire ça mon Père lol).
    Bref, j’ai entendu dire une fois que le mariage civil trait commun CDI et le sacrement religieux comme un engagement à vie.. j’aime bien cette image, qui rappelle qu’en effet il y a des enjeux derrière et qu’il faut en donner un sens.

  • Les filles malgré un peu d’agacement merci pour tous ces commentaires qui vont me rendre plus vigilante à ma manière d’écrire.
    Effectivement cette chronique peut sembler négative, et quand on ne me connais pas personnellement, on ne peut pas connaître mes convictions.
    😉

    • En tout cas mlle roudoudou je l’avais compris comme ça : pas facile quand on est débordé et quand un membre du couple fait cet acte uniquement pour l’autre.
      Je trouve personnellement ta chronique bien écrite et je trouve que ton mari a fait une très belle concession pour toi, je ne suis pas sûre que j’aurais réussi a la faire si mon fiancé avait voulu que nous nous marions a l’église.

      En tant qu’athee je n’ai pas eu l’impression que tu dénigres l’église mais plutôt que tu exposes des problèmes logistiques et que tu regrettes peut être un petit manque de pédagogie de la part de ton premier contact, surtout avec la distance géographique.

      Je prendrai bcp de plaisir a lire tes prochaines chroniques comme j’en ai eu a suivre ton mariage civil et même si je ne prépare pas de mariage religieux.

      A très vite !

  • Wahou, les gens sont vite agacés dites-donc!

    Je suis bien d’accord avec toi Mlle Roudoudou. Je ne vois pas pourquoi tu devrais être au courant du fonctionnement de l’église du coin ou de la paroisse du fait que tu sois croyante. On est en 2014, on a plus besoin de l’église pour vivre sa foi. Donc c’est normal que tu découvres tout ça et que ces pratiques pas toujours modernes te chiffonnent.

    Je ne sais plus qui disait dans un commentaire que l’église n’était pas un service mais je ne vois pas pourquoi elle ne le serait pas en fait. Je me répète, on est en 2014, si les petites églises veulent survivre, elles vont bien devoir lâcher du lest et s’adapter (ce qui est quand même en bonne voie d’après les quelques amis qui se sont mariés à l’église. Petit village, curé désespéré qui a du coup été très cool).

    Et moi non plus je ne savais pas qu’il fallait une préparation. J’imagine que ça doit être très fastidieux et prendre du temps alors qu’il y a bcp à organiser. Je comprends que ton chéri athée ne soit pas forcément emballé.

    Comme tu le dis, la religion c’est perso, tu dois faire ce qui te convient et ne surtout pas te plier contre ta volonté à de vieilles traditions! Courage pour faire accepter ton point de vue et j’ai hâte de lire la suite de tes aventures! on va rire je pense au prochain billet 🙂

    • Melle Nãevis, je suis bien d’accord qu’on puisse penser qu’en 2014 on est pas besoin d’une église pour vivre sa foi. Mais alors pourquoi du coup aller demander une célébration au mariage. Si c’est juste pour la pierre, demander la possibilités à votre paroisse d’utiliser juste le bâtiment.
      Je çrois que c’est moi qui est parlé de service et ce que j’ai dit c’est elle n’est pas à ton service. Pourquoi car pour moi l’église est certes au service des croyants mais elle est avant tout le fruit de la communauté. Si personne ne la fait vivre mais qu’on vient tous juste quand ça nous arrange comment on fait. Je crois que bcp d’entre vous qui ne fréquente pas ne se rende pas compte que c’est nous les laïques qui la font vivre, les prêtes ( trop peu nombreux ) ne pourraient plus faire grand chose sans tous les laïques, et c’est la que ça irrite de se dire qu’on met tout en œuvre pour des gens qui après ( des fois même sans dire merci ) s.en iront jusqu’à la prochaine fois où ils auront besoin. C’est pour ça que je faisais le parallèle avec ta cotisation citoyenne aux impôts et l’agacement qu’on ressent quand certains abusent du système. Dans une société ou tout est consommable, l’esprit de communauté dans l’église c’est un peu tout ce qui reste.
      Tu dis aussi que la préparation te paraît fastidieuse et la tu touches au cœur de ma mission, et franchement la tu est blessante. Tu ne sais pas ni de quoi elle est faite, ni comment elle est amenée. Sache déjà que pour une grande majorité des couples c’est les moments qu’ils préfèrent dans la préparation au mariage. Ce temps fait pour prendre de la hauteur sur les DIY, plans de table et autre est souvent très bénéfique. Mais la encore si tu considère que c’est une perte de temps rien ne t ‘obligé à passer par là, maries toi selon tes croyances, voir même dans une église mais sans la célébration catholique. ( n’oubliez pas que les églises se louent! ). Après tu fais ce que tu veux, c’est vrai mais comprend aussi que ça peut en barber d’autres.
      Si toi quand tu donnes de ton temps bénévolement pour le service des autres ça te fait rire, que quand toi tu as besoin d’aide tu ne trouves personne, c’est bien. Mais moi ce n’est pas le cas et j’essayais juste de montrer à Melle Roudoudou le plus respectueusement possible ( j’espère vraiment ne pas l’avoir froissé ), pourquoi elle a reçu des réactions si vives, et pourquoi elles risque d’avoir en face d’elle des gens parfois agacés.

      • Le fait que des gens ne disent même pas merci (cf. 2ème témoignage d’Ornella) n’est pas propre à l’église. C’est malheureusement la société actuelle. Il y a des gens « bien » partout et des gens « pas bien » partout aussi : chez les athés comme chez les croyants.

      • Mais justement, l’église n’a t-elle pas autant de mal à survivre parce qu’ils ont de trop vieilles traditions qui ne correspondent plus aux communautés actuelles?
        Je soutiens les systèmes très solidaires mais peut-être les gens n’ont-ils plus du tout cette image de l’église puisqu’elle n’a pas assez évolué avec la société.
        Ce que j’essaye de dire, c’est que c’est normal de ne pas aller vers la vieille tata qui va toujours nous engueuler pour quelque chose haha. L’église a tout à gagner à être plus cool, les brides-to-be ont le droit de se marier à l’église, et les curés n’ont pas à être des Mireilles ^^
        C’est trop dommage de gâcher une préparation de mariage à un couple qui en avait vraiment envie non?

        Courage Mlle Roudoudou!

      • Sorry, le comm’ s’est coupé.
        Et non, je te rassure, ça ne me fait pas rire que des bénévoles aident à la préparation enfin! C’est tout à votre honneur plutôt!
        Alala je compatissais pour son chéri qui est athée, c’est quand même clair.
        Enfin bref, dès qu’il s’agit de religion les gens s’enflamment et je suis désolée mais je pense avoir été très modérée dans mon premier comm’. Surtout si on compare aux croyantes qui ont répondu à Mlle Roudoudou de ne carrément pas organiser son mariage à l’église. Relax les filles 🙂

        PS: On peut louer une église oO On en apprend tous les jours!

      • Ornella, je comprends ton point de vue, et ton sentiment de « solitude » quant au monde religieux.

        Pour autant, je trouve que ce sont des personnes comme Mlle Roudoudou qui font également vivre l’Eglise: et oui, sans elle (sans nous, jeunes futures mariées), il n’y aurait pas de sacrement du mariage, donc moins besoin de prêtres ou de bénévoles comme toi… (oui je sais, il existe bien d’autres sacrements, m’enfin le mariage représente une belle part hein! ^^)

        Aussi, tes propos peuvent également être mal interprétés (comme tu interprètes également, selon ta sensibilité, ceux de Mlle Roudoudou): on peut lire (je peux lire) dans ton commentaire que tu préférerai qu’il y ait moins de mariés pour qu’on ne te sollicite pas trop…! (Ne te fâche pas, c’est juste un exemple pour te dire qu’on peut avoir plusieurs lectures d’un commentaire, d’un article…mais qu’il faut savoir prendre de la hauteur et se mettre à la place des gens sans faire leur procès)

        Tu vois, tout est une question de sensibilité…ou de recul quant à la lecture d’un commentaire d’une future mariée qui a juste exprimé son sentiment envers l’église catholique!

        • Je reviens juste sur le début de ton commentaire : comment une personne qui ne va jamais dans une église (c’est ce que Mlle Roudoudou entend par non pratiquante d’après moi) peut faire vivre l’Eglise ? L’Eglise catholique a besoin d’hommes et de femmes qui sont actifs, pas juste qui viennent payer 100€ pour faire leur mariage à l’église. Tu vois ce que j’essaie de dire ? C’est un mouvement vivant d’hommes et de femmes. Si c’est juste pour le mariage, tout en sachant qu’il n’y aura rien après (elle n’est pas pratiquante, elle insiste bien dessus), c’est vraiment dommage. Les prêtres et les bénévoles ne sont pas là que pour les sacrements, mais pour la vie quotidienne d’une église, d’une paroisse, d’une communauté de paroisses, de l’Eglise catholique. Les sacrements ne sont que des étapes dans la vie d’un catholique, qui se dit catholique s’il s’intéresse un temps soi peu à l’Eglise catholique (sinon, il est peut-être juste chrétien ?) C’est la succession de problèmes et points négatifs (sans aucun éclairage positif dans cet article, as-tu lu qu’elle était enthousiste de faire cette préparation malgré les horaires difficiles ? que c’est une joie ? (à part l’évidence dont elle parle aux débuts)) qui nous fait un peu mal, nous qui vivons dans notre Eglise et souhaitons que d’autres viennent y vivre, pas juste y vivre une célébration de mariage. Voilà mon point de vue.

          • Jojo, à dire vrai je suis de ceux qui pensent qu’on peut vivre pleinement sa foi religieuse sans aller à l’Eglise.
            J’ai été élevée dans cette religion, j’ai eu des cours de catéchisme toute ma vie (de l’âge de 6 ans à l’âge de 18 ans…) et pourtant aujourd’hui je ne vais que très rarement à l’Eglise…

            Je me retrouve en Mlle Roudoudou car, comme elle (ou plutôt comme sa famille), je me tourne vers Dieu dans les moments difficiles. Je ne pense pas que communier à l’Eglise m’apportera plus que communier seule chez moi…

            Je suis d’accord, ce n’est pas mon exemple qui fera vivre l’Eglise, mais pour autant, si demain il n’existait plus d’Eglise, qu’est-ce qui m’empêcherait de prier, de communier ou de penser à Dieu?

            Tu vois, dans ma paroisse, le fait de ne pas aller à l’Eglise tous les dimanches ne les a pas du tout choquer. Je pense qu’ils vivent aussi avec leur temps, qu’ils s’adaptent, et c’est sans doute ça qui a manqué à la personne qu’a eu Mlle Roudoudou au téléphone: de l’adaptation et de la compréhension… 🙂

        • Alors Nanopps sache que je ne me fâcherai pas qu’on ait pas le même point de vue que moi, sinon ça sert a rien de discuter.
          Je vais te piquer mais en tant que mariée tu ne représente pas le cœur de ma mission pastorale. Le cœur de la mission pastorale même si peu de gens y vont reste la messe, et qu’il y’ait 10 personnes ou 100 ( genre à Pâques) il faut quand même la préparer. Et même quand il n’y a pas de messe célébrer le dimanche, il y en a en semaine. Et même quand il n’y en a pas du tout, bah faut quand même faire le ménage, le secretariat….
          Sache que dans une paroisse les mariages représentent à peine 25 à 30% des sacrements. On a beaucoup plus de baptême ( enfant ou adulte )par exemple ou d’ « extrême onction » ou de réunion à la con pour de la com du cathé etc…. Et la différence avec d’autres sacrements c’est qu’il fait partie des sacrements ou on a peu de retour de la part des participants. Il n’a pas ou alors rarement l’effet boule de neige du baptême, ou tu revois bien souvent les gens au détour d’un couloir ou d’une messe. Il est fédérateur dans le cellule familiale mais pas forcément dans la communauté religieuse. Et on a un peu l’impression de travailler pour rien.
          Je ne demande pas qu’on vienne me dire merci ou une quelquonque reconnaissance, je ne veux pas qu’il y ait moins de mariés. Je veux qu’ils comprennent ce qui a été mis en place pour eux pas par une institution mais pas des gens lambdas pour qu’ils puissent d’une manière ou d’une autre le réinvestir auprès d’autres.
          Je ne pense pas et ce n’est pas mon intention de faire un procès. C’est la notion de communauté qui me fait tilter.
          On a peut être pas la même définition de faire vivre une église. Par faire vivre, j’entends la préparer au service des autres. Le fait qu’il ait 10 couples qui veulent se marier, 20 enfants à baptiser n’est pas ce qui va faire qu’une église va tourner si personne derrière n’accepte de préparer ce qu’il y’a en amont. C’est un peu comme les fermetures de maternité, y’a quand même des femmes qui veulent accoucher mais elles iront dans une autre maternité plus loin. Là c’est pareil, ce n’est hélas pas un marché d’offre et de demande, au sens strict du terme.
          Je suis d’accord à 200% que ce soit une question d’angle de lecture. C’est pour ça que je parle de ressenti et d’impression par rapport à ce qu’elle écrit, et avec lequel je me dépatouille moi-même. J’essayais juste de lui montrer ce qu’il y’avait derrière des réactions qui l’ont agacée.

    • Quand on dit avoir besoin du sacrement du mariage catholique, c’est qu’on a besoin de l’Eglise catholique. Elle a tout autant besoin de nous. Si chacun vit égoïstement sa foi catholique (ce qui à mon sens n’est pas possible, cette foi s’enrichit au contact des autres, même si ce n’est pas chaque dimanche, les autres sont nécessaires) dans son coin, l’Eglise va s’effondrer (heureusement ce n’est pas prévu pour demain) et les gens qui souhaite ce « service » ne le trouveront plus.
      Si demander le sacrement du mariage catholique est important, c’est que l’Eglise catholique nous apporte quelque chose. Eglise qui nous demande régulièrement de la soutenir si on se tient au courant de ce qui se passe. Sinon ce n’est pas le bon endroit. Il n’y a pas que le catholicisme ! Les sacrements sont fondamentales chez les catho, et ce n’est pas quelque chose que l’on distribue à tout va sans préparation. Si on demande ce sacrement, c’est qu’on connait les préparations aux baptême, à la 1ère communion, à la confirmation, rien de différent pour le mariage, il faut aussi le préparer. J’espère que tu peux comprendre mon point de vue.

  • En effet le terme « choquée » était un peu fort mais je voulais éviter la répétition du mot « étonner » dans ma phrase. Disons que j ai ressenti beaucoup de jugements et pour ma part il existe un manque de tolérance et d ouverture aux autres de la part de l église catholique (et pourtant je suis consciente qu’on a eu bcp de chance dans notre préparation au mariage mais bcp de témoignages me rendaient un peu anxieuse quand à l’accueil que nous aurions vu le caractère athée de mon chéri). Ce qui fait entre autre que j’ai tendance à m’en détacher (j’ai fait du catéchisme et même ma confirmation) je continue de me dire croyante et chrétienne mais pas forcément « catholique » car je n’aime pas le dogmatisme.

  • je suis athée, mon mari est croyant et nous nous sommes mariés dans la paroisse de belle-maman par l’oncle de mon mari.
    Je me retrouve dans ton article ayant eu moi aussi quelques déboires avec l’organisation de la préparation religieuse de notre mariage. (ce fut même plus compliqué que le mariage administratif)
    Nous avons tous nos raisons de vouloir se marier d’une manière ou d’une autre et je ne pense pas qu’il y en ais de moins valable que d’autres et je pense que personne n’est apte a juger une autre sur ces raisons. c’est entre la personne et son Dieu.

  • Oula, que de commentaires négatifs… personnellement j’ai très bien compris ce que tu voulais dire, car des la première ligne tu écris que tu es croyante… je ne vois pas en quoi tu n’aurais pas ‘le droit’ de te marier à l’église… et les paroisses ont des modes de fonctionnement parfois très différent entre elles que c’est bien normal de ne pas tout savoir dès le début… Continue d’écrire sincèrement et tant pis pour ceux qui ne comprennent que ce qu’ils veulent 🙂

  • Je reviens… sans faute d’orthographe cette fois j’espère !
    Je trouve le témoignage d’Ornella touchant et intéressant. C’est toujours formateur que quelqu’un nous rappelle ce qui se passe « de l’autre côté de la barrière »

    Mais certaines réactions montrent des personnes croyantes méprisantes envers les autres.
    Des phrases comme « on ne se marie pas comme on achète son pain », « l’église n’est pas un service », « comment ça tu n’es pas au courant » etc… sont blessantes. Bon, il est vrai que par écrit, c’est toujours délicat : Madame Roudoudou a pu laisser transparaître qu’elle ne comprenait pas que les rendez-vous ne se fassent que le week-end alors que ce n’était pas ça, mais une simple constatation que c’était difficile pour eux / les personnes croyantes ont pu laisser transparaître de l’intolérance alors qu’elles voulaient peut-être juste rappeler certaines choses.

    Je m’insurge néanmoins contre l’idée que madame Roudoudou et son mari ne pourraient pas aussi célébrer leur union à l’église, sous prétexte que madame Roudoudou n’est pas pratiquante et ne connaît pas tout. Elle a bien dit qu’elle était croyante et que se marier à l’église lui semblait naturel, faisant partie d’elle.
    J’irais même plus loin : comme le disait madame Sourire dans un de ses articles, ce n’est pas toujours aussi simple que « tu es croyantes tu te maries religieusement, tu n’es pas croyante tu ne te maries pas religieusement ». Mon époux et moi avons la chance d’avoir eu des familles qui ont accepté notre décision de ne passer ni par l’église ni par la synagogue sans faire de scandale. Mais si cela avait été une blessure trop grande pour nos parents, qu’aurions-nous fait ? Maintenir notre position au risque de « perdre » nos parents ? Nous marier religieusement : pas honnête vis à vis de nos convictions, mais pour l’amour de nos parents ? Ce n’est pas aussi simple que « le bien et le mal », la vie nécessite parfois des compromis.

    Je trouve bien triste la réaction de la personne bénévole au téléphone. Je m’explique : être croyante et se marier avec une personne non-croyante (et vice-versa) ne doit pas être simple. C’est une belle preuve d’amour que d’accepter la croyance/non croyance de l’autre. Que la personne bénévole dise qu’il faut une préparation ok (ce serait une autre discussion !), mais… pour des bonnes raisons : que le mari athé connaisse mieux la religion de sa femme, que le couple comprenne le pourquoi du déroulement de la cérémonie. Mais dire « ça ne fera pas de mal à votre mari » c’est culpabilisant pour la femme croyante (en tout cas je l’aurais pris ainsi) et ça signifie que l’on espère convaincre le mari athé. Alors oui, ce genre de phrase rebute et contribue au rejet de la religion. Ornella, toi tu as senti un « bain de sang anti-catholique », moi j’ai plutôt senti du mépris, du jugement et de la radicalité de la part des catholiques ! C’est la preuve qu’il faut-aussi difficile que ce soit-être à l’écoute de l’autre. Comme je le disais au début de mon texte (lui aussi trop long!) ton témoignage m’a touché et intéressé. Mais si Vatican II a apporté une évolution… on ne le ressent pas en entendant certains propos (pas seulement sur ce blog mais dans la vie de tous les jours)…

    • Alors pour les fautes d’orthographe je ne jetterai pas la pierre car moi même j’ai super honte une fois le message posté.
      Tu sais pour moi le problème c’est qu’on prend souvent pour porte parole des gens qui finalement n’y connaissent pas grand chose. Pour que le message passe il faut des voix, et surtout que les jeunes prennent toute leur place. Bcp de rats d’église comme moi viennent et absorbent mais n’ont aucune idée de l’évolution et des pas énormes et des bouleversements de l’église depuis 50 ans. C’est un peu comme si on prenait les acteurs des ch´tis comme représentant de la jeunesse française. ( Ouille notre qi prend cher ). Encore aujourd’hui et je crois que ça été cité plus haut, on dit qu’on se marie à l’église pour faire des enfants, la phrase exacte c’est qu’on se marrie pour donner du fruit. En pré beaucoup de gens croient que l’extrême onction existe…..
      En aucun cas je ne pense que le mariage catholique et le sacrement soit réservé aux seuls pratiquants, des fois des non pratiquants, ou des occasionnels ont une spiritualité bien plus grande. Ce que je dis c’est qu’on ne peut la demander et refuser qu’elle implique des choses comme la préparation au mariage.
      On est bien d’accord que la personne au téléphone en disant ça lui fera pas de mal est hors propos et qu’elle porte un jugement. Mais je nuance son jugement car elle a du interpréter ça comme une volonté de conversion de la part du compagnon. Ce qui est toujours certes hors propos.

  • Tout d’abord, merci melle Roudoudou pour ton article.
    Je suis un peu étonnée de ces quelques commentaires « négatifs ». Ce n’est pas évident d’écrire une chronique et dans celle-ci melle Roudoudou posait le postulat, les bases de son histoire…
    Laissez-lui le temps d’écrire la suite avant de crier au scandale !
    Tout le monde a le droit de s’ exprimer, certes mais c’est dommage qu’elle se sente jugée par certaines.
    De plus melle Roudoudou, je suis persuadée que ton article a parlé à beaucoup d’entre nous (soit par un futur mari athée, soit par une méconnaissance des différentes démarches).
    Tu as eu le courage d’être entière et honnête.
    Hâte de lire la suite…

  • @ Nanoops (je ne pouvais plus te répondre sous le commentaire) Je peux entendre que certains vivent leur foi tout seul (même si pour moi, toute seule ma foi diminue, elle s’enrichit au contact des autres, de leurs expériences, je trouve des gens ayant la même foi que moi et qui peuvent me soutenir dans les moments durs et les moments de joie). Il y a une différence entre ne pas aller à l’église tous les dimanches et ne jamais y aller. Je suis moi-même passée par une période avec moins de messes (études ou communauté de paroisses énorme où la messe n’a lieu qu’une fois par mois dans le village), mais quand je rentre dans ma paroisse d’origine ou les fêtes catholiques et leur préparations restent des moments où je sais que j’y serai.
    Prier, croire en Dieu peut se faire tout seul. Mais faire vivre l’Eglise tout seul ? Pas vraiment… Le mariage dans une église catholique non plus ne se fait pas tout seul, il faut le savoir (et s’en douter, c’est le catholicisisme !).
    Je ne vois pas que le manque d’ouverture de la personne au téléphone : elle lui dit que la préparation est obligatoire, donc il va falloir la faire chez elle comme ils n’arrivent que 6 jours avant en France (rien d’étonnant : nous on fera 300 km pour chaque rencontre de préparation, c’est notre choix) et pour la remarque que ça fera du bien à son mari : par le mariage dans l’Eglise il s’engage à respecter ce qu’entraîne cette démarche, il est donc important qu’il sache exactement ce que ça veut dire.
    Comment communies-tu seule chez toi ?

    • Oui véronique c’est le principe de louer juste les murs ( bon tout en respectant les lieux, une striptease party passerait moins bien ). Mais ça laisse très libre du contenu (toujours dans une certaine mesure).
      Après moi j’ai dit ce que j’avais à dire sur le sujet, je pense qu’il est temps que je laisse couler. Bons préparatifs à toutes!

  • Bonjour,

    Juste un message parce que j’en ai assez de lire sur différents témoignages que les gens de l’église ne sont pas assez disponibles.
    Sachez simplement que nous sommes tous des bénévoles, en général impliqués dans plusieurs activités, et que nous avons aussi un travail (et oui!).
    Pour ma part, je suis cadre, avec les horaires qui correspondent, et je passe environ la moitié de mes soirées dans les différents services de ma paroisse. Ce qui fait que je suis rarement chez moi avant 23h, sans avoir diné évidemment.
    Donc quand j’entends des gens hurler parce que vraiment, on a des horaires pas pratiques…

    • Eh du calme !!! Ornella a très bien expliqué les chose, et comme elle l’a fait gentiment, on a envie de l’écouter. Madame Roudoudou s’est simplement mal exprimée comme elle l’a dit dans une de ses réponses : elle ne voulait absolument pas dire qu’elle reprochait les horaires aux bénévoles, mais que ces horaires posent problème avec son boulot. Eh oui, « Lagrogniasse » travaille beaucoup, mais les autres aussi !!!

  • Il me semble que le cœur de l’article de Mlle Roudoudou parle de ses difficultés d’allier ses horaires d’artisan avec les horaires de préparation au mariage. Il ne s’agit pas de dénigrer le manque de disponibilité du personnel de l’église mais plus de témoigner sur les obstacles qui se présente sur notre parcours de futurs mariés.
    Au passage, les bénévoles font du travail formidable, et Mlle Roudoudou ne remet pas cela en cause, elle ne fait que témoigner. Même si pour moi les obstacles qu’elle a rencontré ne se sont pas présenté (j’étais déjà au courant pour la préparation), je me garderais de m’éloigner du sujet. Toutes les paroisses ont des fonctionnements différents, et il est assez difficile de rester à jour (à moins d’avoir des contacts sur place au courant, j’ai eu cette chance). Merci Mlle Roudoudou pour ton témoignage! Ne te censure pas, ton article résonne chez beaucoup de futur(e)s marié(e)s

    • On ne lui demande pas de se censurer, tout comme nous avons le droit de nous exprimer selon le ressenti qu’on a en lisant un article qui ne dépeint que les difficultés qu’elle a rencontrées, avec des petites remarques qui moi me font réagir au 1/4 de tour, parce qu’elles viennent de quelqu’un qui ne présente qu’un tableau noir dans tout l’article. Aucun reflet positif, même à la fin elle ne parle que du « fichu » dossier… ça n’a pas l’air d’être une partie de plaisir, alors que moi j’ai hâte de pouvoir écrire ma lettre d’intention !

      • Jojo, tu disais toi-même dans un précédant commentaire que ce n’est pas simple d’écrire, alors fais preuve d’un peu de compréhension ! Dire « ce fichu dossier » est une expression, c’est juste une façon de dire que ce n’était pas simple, mais ce n’est pas méchant. C’est vrai que madame Roudoudou n’est pas positive, mais elle a reconnu elle-même qu’elle s’était mal exprimée. J’imagine qu’elle voulait faire part de ses difficultés dans cet article, sans penser à mal, et qu’elle avait prévu de raconter comment tout s’est bien déroulé ensuite. Quand vous lisez un article sur la difficulté de monter son dossier en mairie, sur les éventuels désaccords entre futurs époux, sur les soucis relationnels avec les parents etc… vous n’en faites pas tout un foin, vous en souriez j’espère. Alors faites de même avec les églises SVP. Bises à madame Roudoudou pour qui lire tout ça ne doit pas être facile.

        • Véronique, je répondais à Mlle Ebichu pour lui montrer ce qui m’a fait réagir, avant que Mlle Roudoudou vienne dire qu’elle s’est mal exprimée. Ca permet de mettre en lumière le pourquoi de ma réaction, vu que Mlle Ebichu vient expliquer le coeur de cet article, et donc nous redire que nous n’avons pas compris ce que l’auteur voulait dire. Je me répète oui, mais ça me semblait sensé à cet endroit.
          Je pense que toi et Mlle Nanoops connaisser l’article que les photographes de mariage qui a fait beaucoup de commentaires ? Ce n’est pas que l’Eglise. D’ailleurs, c’est le 1er article sur le mariage à l’église que je vois faire autant de commentaires… il y a sûrement une raison. Concernant les articles sur les mairies, il y a p’tet aussi des employés de mairies qui commentent, mais seulement elles doivent être moins nombreuses sur ce blog…

      • Je rejoints Mlle Ebichu: je pense que Mlle Roudoudou n’a fait que partager avec nous ses « déboires catholiques » 🙂
        Sans rire, toutes les semaines il y a des chroniques sur « mon traiteur est pas cool » ou « mon DJ est franchement naze » ou encore « t’as vu la tête de mes faire-parts »…mais ça ne déclenche pas autant de polémique…

        Je pense que comme l’a dit Ornella, une fois qu’on s’est exprimée, qu’on a dit à Mlle Roudoudou tout le bien qu’on pense de son billet, on peut peut être passer à autre chose?

        Allez Mlle Roudoudou, on attend de te lire pour la suite! 🙂

      • je dirai que la lettre d’intention est bien la seule chose positive du dossier religieux ( et ce n’étais quand même pas facile a écrire ( et je connais une mariée qui a dut la recommencer plusieurs fois car son prêtre n’en étais pas satisfait). j’ignore quels soucis a du faire face Mlle ROUDOUDOU dans son dossier de mariage. Mais Personnellement retrouvé 32 ans après l’endroit et la date de ton baptême lorsque ta maman ne s’en rappelle pas. voir que ladite paroisse fait partie d’une communauté de commune et que dont il faut trouvé le bon presbytère ou envoyer ta demande, le tout a 1600km de l’endroit ou tu vis et dans une langue que tu ne maîtrise pas complètement. et que a 5 jours du mariage tu ignore ou est ton dossier ( quelque part entre la paroisse ou tu vis et la paroisse ou tu va te marier via les evechés) je pense que tu peux te permet re de dire « fichu dossier ».

        ( un conseil a tous les mariés qui ne se marient pas dans les paroisses ou elles se préparent : surtout déposez votre dossier bien en avance pour qu’il ai le temps de voyager…)

  • Chère Mademoiselle Roudoudou et autres mesdames (ou mademoiselles ?), Je suis française, et Madame roudoudou aussi il me semble. De ce fait, il suffisait de lire mot à mot puis phrases à phrases son billet pour le comprendre: quelle chance il était également français cet article =’D. Aller c’était de l’humour piquant je l’avoue….
    Et bien moi je ne suis pas catholique, je ne suis pas musulmane, je suis juste moi, un tout petit grain de poussière dans l’Univers qui assez souvent se demande quand même s’il n’y aurait pas quelqu’un, que la vie est trop bizarre… Je sais pas. Mais ce que je sais enfin j’espère, c’est que s’il y a un dieu, une entité, quelque chose , il saura lire en nous et comprendre nos choix. POINT BARRE.

    Si mademoiselle Roudoudou se reconnait en la religion catholique, que « ça lui parle » c’est qu’il y a une raison non? Je sais pas c’est vous les catholiques non? La foi c’est puissant , on la ressent ? Alors pourquoi chercher midi à 14heures….

    Ah et je suis d’accord quelque part avec les bénévoles, en parlant de communauté et bien il est vrai que s’il manque de respect et de moyens humains, un peu d’huile de coude, tous ces « services » seront de moins bonnes qualités: moins bons échanges, temps de prières moins fréquents? église délabrée (des œuvres d’art pour certaines…). alors moi perso ça me fait une belle jambe, mais je trouve ça dommage pour les personnes qui ont besoin de leur Eglise, c’est dommage de laisser pourrir tout ça.

    Mademoiselle roudoudou pardon pour ce long message, mais tu as raison de te marier devant Dieu même si tu ne pratiques pas. C’est un engagement lourd de responsabilité, beau, courageux, et très engagé. Devant Dieu, ce n’est pas rien quand même. (pas devant les internautes!!!!!)

  • Oula, ça juge sec par ici!!! Personnellement j’ai beaucoup aimé ton article Melle Roudoudou, il explique bien les difficultés qu’on peut avoir à préparer un mariage loin de son lieu d’habitation… Car en fait, mesdames et mesdemoiselles, ce n’est que de ça dont elle parle, elle ne fait pas un procès à l’église! On peut critiquer une Mireille pour les robes de mariées, mais avoir une femme pas agréable au bout du fil quand on contacte sa paroisse, c’est tabou???!!!!
    Et puis, croyant c’est croyant, elle ne peut/ne veux pas pratiquer régulièrement : et alors???? Elle est quand même croyante non? Ne pas ressentir le besoin/ avoir le temps d’aller à l’église tous les dimanches, ça ne veux pas dire ne pas croire en dieu et au sacrement du mariage! Et vouloir se marier à l’église pour une croyante, c’est quand même logique : OUI pour les grandes occasions un croyant même pas particulièrement pratiquant va ressentir le besoin d’aller à l’église! Et lui dire « oh ben pourquoi tu veux te marier à l’église, tu pratiques pas donc t’en as pas besoin » ça me gonfle, c’est faire preuve d’une certaine intolérance je trouve! Non-pratiquant réguliers, passez votre chemin, les « réguliers » ne veulent pas vous voir dans LEURS églises!!! Je trouve ça triste, et effectivement ça ne donne pas une belle image de la religion catholique, ni envie de passer le flambeau à nos enfants…
    Bravo mademoiselle Roudoudou pour ton article, il était très bien écrit et très respectueux! Dommage que certaines ne respectent ni ton travail ni tes opinions! J’adore tes articles même si je ne postes pas souvent. Continues comme tu le fais, fais un mariage qui te ressembles avec TES opinions, TES croyances, et laisse parler les gens, il y’en a toujours qui ne comprennent pas qu’on puisse vivre différemment d’eux…

  • Mlle Roudoudou, je trouve ton article tout à fait compréhensible 😉
    D’autant plus que mon Doudou et moi nous sommes mariés civilement en métropole et religieusement aux Antilles, une situation proche de la tienne donc 🙂
    Je suis comme toi, croyante mais non pratiquante et Doudou et également croyant mais très réfractaire à tout le cérémoniel catholique. Bref nous nous sommes mariés à l’Eglise et donc devant Dieu car c’était une évidence, et nous avons choisi l’Eglise catholique car nous avons été élevés dans cette religion.
    Je te rejoins également pour dire que préparer un dossier de mariage à 8000km du lieu de la cérémonie ce n’est pas facile ! Nous avons eu la chance de tomber sur un prêtre génial et compréhensif dans la paroisse où nous nous sommes mariés et heureusement pour nous car celui qui nous a préparés, dans notre paroisse de résidence en métropole, était nettement moins aimable.
    Nous avons été sensible à l’engagement des couples de laïcs qui réalisent les séminaires de préparation de façon très conviale, même si le message nous a parfois paru bien peu moderne.
    J’attends avec impatience tes prochaines chroniques 🙂

  • Bonjour,
    Je voudrais profiter de l’article de Mlle Roudoudou pour demander vos conseils avisés, puisque malgré les commentaires divergents, j’arrive tout de même à comprendre les points de vue de chacun. Je suis athée et mon futur mari catholique pratiquant dans une paroisse particulièrement traditionaliste. Voilà 6mois et demi que nous avons rencontrés l’abbé qui devrait nous marier et qui devait demander une dispense à son diocèse. Après 2 relances (et donc 6 mois et demi d’attente), on a enfin un autre rdv avec lui la semaine prochaine pour commencer une préparation au mariage (et ce, bien qu’on ait toujours pas reçu cette dispense). Mais dans mon coeur, maintenant, et bien que je veuille encore faire plaisir à mon fiancé et accepter de me marier dans SON église, je me sens rejetée par elle (pendant tout ce temps, nous n’avons toujours pas pu déterminer de date de mariage, ni préparer quoi que ce soit relatif au mariage), j’en ai également beaucoup voulu à mon fiancé. Je comprends que cette foi soit très importante pour lui, mais j’ai peur de ne pas avoir la force de faire face à tous les « bâtons dans les roues » qu’il y aura encore (par ex, taire que l’on vit déjà ensemble et autre joyeusetés T_T).

    • Sofia, en as-tu parlé avec ton fiancé ? n’y a t’il pas de possibilités de vous orienter vers une autre paroisse où tu te sentirais peut-être mieux ?
      Quant au fait que vous viviez déjà ensemble cela est raement un frein de nos jours pour un mariage religieux sauf dans certaines paroisses très conservatrices.
      Surtout ne garde pas tout çà sur le coeur, courage 🙂

    • Sofia, il me semble que pour obtenir la dispense pour un mariage dispars, il faut déjà avoir écrit les lettres d’intention, et à mon avis, vous n’en êtes pas encore là. Après, la dispense ne dépend pas de la paroisse, mais du diocèse, et en général, si vos lettres d’intention montre que vous êtes prêt à respecter les 4 piliers du mariage catholique, ça ne pose pas de problème (il existe des modèles de lettre d’intention, celles pour les conjoints athées sont spécifiques, ils n’ont pas besoin de s’engager à élever leurs enfants dans la foi catholique, en revanche ils doivent s’engager à respecter la foi et la pratique religieuse de leur époux/épouse).
      Mon mari est athée, et nous n’avons pas attendu d’avoir la dispense pour fixer la date du mariage.
      Mais ton commentaire me fait un peu peur. J’ai l’impression que tu n’oses pas t’exprimer par peur de la réaction du prêtre qui doit vous marier. La préparation au mariage doit donner lieu à un dialogue ouvert. C’est l’occasion pour toi de mieux comprendre la foi de ton fiancé, mais aussi pour vous deux de bien définir ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas pour l’avenir, et notamment pour vos enfants. Si vous mentez pour « sauver les apparences », parce que vous avez peur d’être jugé, je ne suis pas sure que cela vous apporte beaucoup.

    • Sofai, rassures toi, je ne pense pas qu’on vous pointera du doigt parce que vous vivez « déjà » ensemble…
      Mon amoureux est un peu frileux à l’idée de se marier à l’Eglise, et heureusement, on a pas mal d’amis qui se sont mariés sur ces dernières années. Ils nous (enfin surtout lui) ont rassuré en nous disant que ces préparations étaient très ouvertes. C’était plus un dialogue entre couples qu’un jugement de ta foi…et beaucoup de couples qui se marient à l’église ont déjà des enfants!
      Courage à toi, je suis sure que tout va se débloquer vite!

  • La participation du couple à une préparation au mariage est nécessaire pour que sache dans quoi il s’engage par cette démarche (même le non baptisé est concerné, c’est pourquoi il doit être présent). Je te félicite de vouloir faire cela avec ton futur mari, cela devrait aussi t’apporter des choses (pas sur le plan religieux, mais sur le plan vie de couple par exemple, j’ai eu un aperçu du programme de notre journée avec le Centre de Préparation au Mariage, et en gros chez nous seul le dernier atelier de la journée concernera la religion), par contre ce qui me fait peur c’est le côté traditionaliste que tu évoques. Est-ce que ton fiancé est tout à fait à l’aise avec les choses que vous devez taire ? Est-ce qu’il comprend ta position ? Est-il conscient de ta gêne ? Est-ce qu’il te soutient ou se range du côté de sa paroisse ? Comme le dit Dellycat, il serait peut-être possible de trouver une paroisse moins conservatrice (tous les catholiques n’ont pas les mêmes opinions que cette paroisse), si le plus important pour ton fiancé est de se marier dans une église tout en te permettant d’être à l’aise (je vis avec mon fiancé, et ce n’est pas un problème du tout pour mon curé !). Dans le cas où il ne serait pas d’accord de changer de paroisse et qu’il ne te soutient pas, je ne peux que te souhaiter beaucoup de courage. Affronter seule tout ça ne sera pas facile

  • il y a une phrase qui m’a fait bondir « pourquoi n’aurais tu pas le droit de te marier à l’église? » mais ce n’est pas un droit!! ce n’est pas un « service » que tu achètes! Oui il y a une préparation qui permets de refléchir au sens de sa foi, de son engagement aussi.
    je suis de tout cœur avec toi Ornella, notre Eglise manque de gens comme toi…
    certes chacun vit sa foi à sa façon, mais dans le cas de la chroniqueuse le futur est athée! pour le coup qu’est ce que cela lui apporte? le mariage est un sacrement qui engage la vie religieuse de la famille. Au vue de ce que dit la future mariée je doute que ses enfants soient baptisés et élèves dans la foi catholique.
    Alors trouvez ça intolérant si vous voulez mais se marier à l’église juste pour avoir de belles photos je ne comprends pas!!

    • et pourquoi le fait qu ‘une des personne du couple ne croit en rien devrais empêcher les enfants d’avoir la foi?
      Je suis athée et pourtant je compte élevé mes enfants dans la foi catholique car c’est ma culture a eux ensuite de faire leur choix. mais je ne vois pas pourquoi ( a partir du moment t ou le conjoint n’est pas totalement réfractaire a la religion) le conjoint croyant devrais etre spolié de sa foi sous prétexte que l’autre est athée. pour moi cela fait partit des nombreux compromis a faire dans un couple. De plus avoir ou ne pas avoir la foi n’est pas immuable personne ne peux dire de quoi demain sera fait.
      Faire le choix de se marier a l’église n’est peut être ni un droit ni un service mais ce n’est pas a nous (individu imparfait) de juger des motivations et de la foi d’autrui.

    • « La chroniqueuse » comme tu l’appelles, elle a pourtant été claire, je ne vois pas comment le faire comprendre mieux qu’elle : elle EST CROYANTE!!! C’est marqué dans le texte, en français en plus, si si je te jure!!! Elle ne nie pas non plus le fait qu’il faut une préparation,elle explique juste que, pour elle, avec ses horaires d’artisans, c’est compliqué! Ce n’est même pas une critique envers l’église, elle relate les difficultés d’organisation qu’elle rencontre!!!
      Et si c’était juste pour avoir de belles photos, pardon, mais il y’a plein de beaux endroits, nul besoin d’une église pour ça! Ce que ça peut apporter à la mariée??? Je sais pas, peut être tout simplement être unie devant dieu selon ses convictions religieuses à elle, par exemple??!! Ce que je trouve d’autant plus beau, c’est son homme qui accepte de se marier à l’église pour elle. Quand à l’éducation de ses enfants, je suppose qu’ils seront élevés dans la tolérance, avec maman qui leur inculque sa foi, papa qui reste en retrait, et les enfants qui choisiront plus tard de croire… Ou pas, car il s’agit là d’une liberté.
      Moi-même sans-religion-fixe (croyante mais attachée à aucune religion particulière), je suis en train de préparer le baptême catholique de mon fils. Le papa est catholique, mais pourtant c’est moi qui organise tout, qui rencontre le prêtre, qui choisi les textes… Pourquoi? Parce que bien qu’étant non catholique, c’est important pour le papa, donc pour moi aussi. En aucun cas je n’empêcherai mon fils d’avoir une éducation catholique. Le mariage à l’église pour un athée, ou quelqu’un d’une religion différente, est justement très important, ça permet effectivement de prouver qu’on respecte la foi de son conjoint et que l’on y fera pas obstacle. Je trouve que c’est un beau signe d’amour… Et de tolérance!!!

      • Je me permets d’intervenir car je fais aussi partie de ceux qui ont eu une lecture différente de l’article et des interventions. Oui tout est écrit en français merci j’ai vu et je crois savoir lire. Mes réactions quant aux bénévolat font suite au commentaire de Melle Roudoudou. Le tout premier juste en dessous de celui de Dellycat. Elle y dit justement que sa foi ne dépend ni de ses passages à l’église, ni de ses possibilités à y suivre la préparation au mariage. Du coup j’essayais de mettre en perspective que pour avoir aussi des préparations adaptés aux horaires des artisans et ou n’importe quel métiers aux horaires compliqués, il faut qu’on est des gens qui en connaissent les problématiques. Or le problème est le même partout, on manque de bénévoles, car tout le monde s’en lave les mains. Je ( et je dis bien je ) considère que même en contradiction avec le dogme, ce que je fais, je le fais avant tout pour ma communauté. Il n’a pas de critique de l’église, elle met en exergue des difficultés d’organisation mais qui sont finalement intrinsèquement lié au fonctionnement de l’église qui est avant tout participatif. J’essayais juste de relever que plus on aura de gens qui réfléchiront comme ça, plutôt qu’en se disant, j’ai bénéficié de ça, je pourrais donner ça pour que d’autres à l’avenir puisse en bénéficier aussi, plus il sera difficile même pour les non pratiquants, les occasionnels, de se rendre dans une église. Je sais lire et parler le français, et ce malgré mes fautes d’orthographes. Je crois avoir le droit d’avoir une autre interprétation que la tienne, et je ne pensais pas que l’exprimer faisait de moi une illettrée voir une intolérante. Je suis bien d’accord que la notion de foi n’est ni mesurable ni quantifiable, surtout par d’autres êtres humains, que le désir d’une bénédiction nuptiale est personnelle. mais je reste persuadée, que si les gens veulent du changement dans leurs églises, si ils veulent qu’elles leur ressemblent, cela passe par leur investissement pour faire entendre leurs voix.

        • Je ne m’adressai pas à toi Ornella, ne le prend pas mal. Je respecte beaucoup ce que tu fais, effectivement il faut des gens comme toi pour faire vivre l’église, sur ce point nous sommes d’accord! Mais je pense vraiment par contre, en ce qui te concerne personnellement, non pas que tu est illettrée ce n’est pas ce que je voulais dire, mais que tu n’as pas compris les propos de Melle Roudoudou pour ce qu’ils étaient : je t’assure (bien que je ne sois pas l’auteur, en tout cas je l’ai ressenti comme ça), qu’elle ne critique pas le fonctionnement de l’église en soi ni son organisation, et encore moins les bénévoles! En tout cas merci, car c’est en partie grâce à toi et aux gens comme toi qu’on peut encore se marier à l’église!

      • Merci de me prendre pour une imbécile illettrée de surcroît!! Visiblement il faut aller dans votre sens et surtout ne pas oser dire ce que l’on pense…. bonne continuation à toutes…

        • Pour répondre à Kristine : non, je ne te prends pas pour une imbécile illettrée, mais pour quelqu’un de fermée, qui n’accepte pas les différences, qui voudrait que tout le monde ait la même façon qu’elle de vivre sa religion. Comme toi, je trouve que l’Eglise manque de gens comme Orenella… mais pas pour les mêmes raisons que toi ! Toi, c’est parce qu’Ornella est pratiquante et très engagée, moi parce que bien que pratiquante, elle explique gentiment sa position (eh oui, quand on dit les choses avec bienveillance, on est écouté avec respect) et ne rejette pas systématiquement le ressenti des autres. Mademoiselle Extrême a merveilleusement bien résumé les choses : à relire je te dis !!!

  • « Taire que l’on vit déjà ensemble » ??!!!!!! C’est le Moyen-Age dans sa paroisse ou quoi ?! Il y a une différence entre « accepter de se marier à l’église » et « s’écraser, nier sa sensibilité ». Je trouve très beau de « faire plaisir à l’autre » de se montrer ouvert, d’accepter les croyances de l’autre. Mais de là à tout accepter, NON. Chacun doit respecter l’autre, et si cette situation te rends mal à l’aise (on le serait à moins !), il faut pouvoir en discuter, trouver un terrain d’entente. Communiquer n’est pas toujours si simple, mais il FAUT le faire, et tant pis si ça signifie avoir quelques tensions. On peut se marier à l’église, s’intéresser à la religion de l’autre, vouloir comprendre le déroulement d’une messe, mais en étant entourée de personnes bienveillantes. On peut apprécier certains textes religieux, et ne pas vouloir de certains autres textes par exemple. Le nombre de fois où je suis ressortie en colère d’une messe parce que j’avais entendu des choses qui pour moi sont inadmissibles. Et dans ces cas là, on ronge son frein pour ne pas faire de scandale. Mais quand il s’agit de son propre mariage, il vaut mieux être heureuse d’entendre telle ou telle parole, se sentir bien… tout simplement. Bon courage.

  • Merci pour vos retours en tout cas. Bien sur, on en discute souvent avec mon fiancé mais pour lui, cela représente tellement (de l’ordre de son rêve d’enfance quand il se marierai).

  • Je pense que c’est super de vouloir faire plaisir à ton fiancé en acceptant de te marier à l’église, mais il peut aussi faire un effort en essayant de trouver un prêtre avec lequel vous serez tous les deux suffisamment à l’aise pour vous exprimer sans vous auto-censurer. D’autant plus que je pense que ça lui sera bénéfique à lui aussi. Après, ce n’est pas facile parce qu’à moins de connaitre suffisamment bien un prêtre pour qu’il accepte de vous marier, vous êtes obligé de faire avec les prêtres de la paroisse. Mais si vous n’avez encore rien réservé, vous pouvez peut-être vous renseigner dans différentes paroisses et choisir l’église où vous vous marierez en fonction du prêtre ? (Mais peut-être aussi que le prêtre que vous avez déjà rencontré peut très bien entendre que vous vivez ensemble sans refuser pour autant de vous marier !)

  • soyons honnete la plupart des couples se marient a l’eglise parce que ca se fait, parce que ca donne un sens plus solennel au mariage qu’une ceremonie civile faite en 10 min, souvent c’est un lieu majestueux et magnifique, c’est le rêve de petite fille pour beaucoup! j’ai toujours rêvé de ce coté magique, je ne me marierais qu’a la mairie simplement par conviction, je ne suis absolument pas croyante et mon futur n’est plus pratiquant ( et pas croyant ), et vu les formalités je pense que j’aurais vite changé d’avis si on avais evoqué le mariage religieu ^^ mais apres tout chacun fais le mariage de ses reves et seule l’eglise a son mot a dire sur la question!

  • Comme je l’ai encore dit récemment à une amie, on peut avoir la foi sans connaitre la Bible et divers textes sacrés par cœur, sans aller à l’église, sans être pratiquant non plus.
    Et même sans cela, je ne trouve pas offensant que des personnes non pratiquantes, voir même pas forcement croyantes se marient à l’Eglise : cela fait partie d’une certaine tradition chrétienne française, comme les jours certains jours fériés aux moments de fêtes religieuses.

  • Que de commentaires durs! Pourquoi se marier religieusement alors qu’on ne « pratique « pas? D’une part parce que Dieu « n’appartient » pas a ceux qui pratiquent mais est la pour tous les hommes, d’autre part, vous ne savez pas ce que l’Esprit Saint fait pour ce couple qui se marie quand bien meme il ne « pratique » pas, seul Dieu sait lire dans les coeurs! (Reponse de mon pretre et c’est cette reponse qui a fait que nous voulions vraiment un mariage religieux, qui je precise,est gratuit chez nous!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *