De beaux anneaux pour nous lier

J’interromps un court instant le récit du mariage pour te parler de nos alliances, que tu as découvertes dans la chronique précédente.

La recherche de nos alliances

Le début de la quête

Crédit photo (creative commons) : Pexels

Pour nos alliances, il a rapidement été clair que nous voulions tous les deux de l’or jaune.

Je voulais quelque chose de relativement fin, discret, simple et sobre, mais tout de même avec des petits diamants, et un anneau pas trop haut qui puisse s’allier à merveille avec ma bague de fiançailles. Et en même temps, je voulais quelque chose de pas trop classique, de « geek subtil » à notre image.

Monsieur Pragmatique était lui partisan de l’indémodable demi-jonc tout simple, comme celui de ses parents, mais il était ouvert à quelque chose de plus travaillé et sans pierres… si nous parvenions à trouver un coup de cœur.

J’étais persuadée de pouvoir atteindre cet objectif et je considérais par avance un échec qu’il puisse porter un anneau des plus banals comme symbole de notre union. Autant te dire que ça a été une sacrée aventure !

Nous avons fait des dizaines de boutiques, analysé encore plus de vitrines, épinglé des centaines d’images « dans ce style mais pas ça » sur Pinterest, et sommes même allés au Salon du Mariage de Lausanne y voir les alliances. Et à quelques mois du mariage, il n’y avait toujours aucun coup de cœur, ni pour lui ni pour moi, alors que nous ne cherchions même pas des alliances qui se ressemblent ou aient quelque distinction en commun !

Crédits photo : Photo personnelle

Ce modèle, trouvé au Salon du Mariage de Lausanne m’a donné envie d’un cluster de micro-diamants : discrètement diamanté, original mais pas trop… mais pas assez fin

À force de voir et revoir les mêmes styles dans toutes les boutiques, certains modèles, pourtant faisant preuve d’originalité par rapport à des anneaux tout simples, ont même commencé à nous sortir par les yeux.

Une lueur d’espoir

Vis-à-vis de mon alliance, j’ai commencé à un moment à épingler plusieurs anneaux torsadés, et j’ai finalement comme suggestion des alliances en anneaux de Moebius diamanté. Certains me semblaient trop gros, d’autres trop fantaisistes, et d’autres encore trop chargés. Et finalement j’ai vu un modèle de la boutique Etsy elegantjewelbox (qui n’est plus sur Etsy mais dont tu trouveras sur le site de leur boutique la collection Moebius) qui concrétisait mes envies :

Crédit photo : elegantjewelbox

J’ai longuement hésité à commander cette bague, car elle était trop peu chère, je n’avais aucun moyen de vérifier la façon dont les diamants étaient tenus ni même leur qualité, et je doutais de la solidité et durabilité du modèle. Mais Monsieur Pragmatique m’a convaincue que pour moins de 300 francs suisses, le jeu en valait la chandelle (et ne risquait pas de me ruiner au cas où la bague ne me convienne finalement pas).

Je crois que Monsieur Pragmatique m’a suivi dans ce challenge de lui trouver une belle alliance pour me faire plaisir, mais il a finit par se prendre un peu au jeu, en particulier après que j’ai trouvé pour moi la bague ci-dessus.

Lors du désormais traditionnel brunch de l’Ascension organisé par sa maman avec les amis de la famille, Monsieur Pragmatique me fait relever les arabesques d’un médaillon. J’avais remarqué depuis quelques temps qu’il avait commencé à épingler des alliances de style celtique, tout en étant repoussé par leur côté trop trendy et leur manque d’authenticité. Nous avions enfin une direction !

Crédits photo : Photo personnelle

Le médaillon en question

Nous avons continué nos recherches en direction de spirales ou arabesques historiques, et mon chéri à finalement trouvé son bonheur sur Etsy lui aussi, deux semaines après mois, à un mois et demi du mariage ! Il s’agissait d’un anneau à spirales byzantines créé par Abracadabra Jewelry (au cas où il ne seraient plus sur Etsy, tu retrouveras leur boutique ici).

Crédit photo : Abracadabra Jewelry

Il s’agissait d’un modèle un peu fantaisie à mes yeux, mais parfait à ceux de mon chéri. J’avais vraiment peur qu’il se lasse avec le temps du manque de simplicité de cette bague si différente de son envie initiale, mais il semblerait que le nerd en lui aime chaque jour un peu plus porter à son annulaire ce qui aurait pu être une pièce de musée. Il adore le grain sablé entre les spirales, qui donne à la bague un effet ancien, et les petits points sur le contour qui suggèrent un influence étrusque plus que celtique (il est vrai que la spirale est un motif antique assez universel et qu’on en retrouve dans toutes les cultures, mais chacune a son propre twist). Et moi, aujourd’hui, je suis également pleinement convaincue de son choix.

Une alliance d’inspiration mathématique pour moi, un anneau à connotation historique pour lui, c’est ainsi que nous avons choisi de symboliser notre amour et notre complémentarité… et notre geekness. Outre leur couleur, elles ont un autre point commun plus subtil : elles mettent toutes les deux le concept de « lien torsadé » à l’honneur.

Problèmes de tailles

Grosse déception quand j’ai reçu la bague que j’avais commandé : elle était très belle, mais beaucoup trop fine par rapport à mon solitaire de fiançailles qui l’écrasait complètement.

Crédits photo : Photo personnelle

La bague commandée à côté de mon solitaire de fiançailles

J’ai donc été démarcher plusieurs joailliers de la région, et ai contacté Au 13 Or à Lutry sur recommandation d’un couple d’ami mariés l’année précédente.

Contacté uniquement par email et téléphone, et sans avoir en main la bague que j’avais commandé sur Etsy, Stephan Barben a d’abord eu du mal à se représenter ce que je désirais. Mais après un premier rendez-vous en face à face, il rapidement su me proposer le croquis d’une nouvelle alliance dans le même style, et des proportions similaires, mais avec des diamants plus gros en plus petit nombre (5 au lieu de 9) et une bande d’épaisseur et de hauteur contre-balançant les dimensions de ma bague de fiançailles.

Nous avons cherché à concilier imaginaire et faisabilité dans un budget et délai raisonnable, puis il a réalisé un prototype dans un métal moins précieux, et nous nous sommes de nouveau rencontrés à son atelier pour l’évaluer. Ce premier exemplaire nous a permis de discuter sur l’angle exact de la torsion de Moebius et de retrouver l’équilibre qui m’avait tant plus sur le modèle de elegantjewelbox.

Je l’ai contacté à moins d’un mois du mariage, les délais étaient très courts et nous n’étions pas certains que mon alliance puisse être prête à temps (mais nous aurions utilisé l' »alliance d’inspiration » pour les cérémonies si ça avait été nécessaire). Alors qu’il pensait initialement ne pas parvenir à être à la hauteur de mon projet complexe, il a réussi le défi de livrer le bijou terminé le samedi avant notre mariage.

Crédits photo : Photo personnelle

Inspiration vs. modèle final

Monsieur Pragmatique a également eu quelques doutes avant de commander sa bague sur Etsy. Le problème majeur étant que le seul modèle en stock dans la boutique était de deux tailles trop grand, et les délais de fabrication de trois semaines, ce qui impliquait une livraison tout juste à temps si tout allait bien.

Nous avons aussi fait faire des devis pour reproduire ce modèle chez des joailliers suisses, mais aucun n’a pu nous garantir un résultat similaire avec les outils qu’ils avaient à disposition, dans un budget acceptable. De plus, cette alliance de style byzantin était deux fois et demi plus cher que la bague d’inspiration pour mon alliance, et il n’était pas question de la commander « pour voir ». Monsieur Pragmatique ayant eu le coup de cœur pour ce modèle exact, et seulement ce modèle, n’a pas voulu prendre de risque.

Après discussion avec la Abracadabra Jewelry et Stephan Barben, il a choisi de commander la bague qui était en stock et de la faire rétrécir par Au 13 Or. En effet, il suffisait de retirer une spirale pour obtenir la taille exacte nécessaire, puis d’étirer uniformément l’anneau pour lui rendre une forme bien ronde sans irrégularité, et cette correction a été réalisée d’une main de maître par Stephan Barben.

Crédit photo : Emma Godfrey Photography (http://www.emmagodfrey.com/)

Crédit photo : Emma Godfrey Photography

L’alliance de Monsieur Pragmatique en situation le jour J

Et voilà, nous avions les alliances de nos rêves ! Nous n’étions pas inspirés pour une inscription à l’intérieur, et ne les avons finalement pas fait graver. Leur côté absolument unique, et leur histoire, nous suffisent.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Nos alliances

Aparté sur le choix de mes bagues de mariée

Je t’ai raconté le choix final de ma bague de fiançailles il y a quelques temps, et celui de mon alliance à l’instant. Je tiens maintenant à faire un petit aparté conseil pratiques et retour sur certains de mes choix.

Quand les porter

Du fait du côté proéminent de mon solitaire et de la tendance de ma peau à marquer à la moindre griffure (même de mes ongles coupés courts), je dors sans ma bague de fiançailles et de ce fait j’ai le plaisir gratuit d’enfiler mon solitaire chaque matin, ou presque… Puisque pour cette même raison, je ne porte plus mon solitaire depuis la naissance de notre petit loup, de peur de le griffer en changeant sa couche…

De plus, Stephan Barben nous a mis en garde contre le port de nos alliances en mer ou dans un lac, du fait de la contraction du tour de doigt en fonction de la température de l’eau. Nous enlevons donc toujours nos bagues avant d’aller nous baigner, de peur de les perdre, comme c’est arrivé à Madame Claddagh (mais heureusement, son aventure a connu un joyeux dénouement).

Tailles

Nous avons remarqué, au cours des deux longues journées de prospection de solitaires, que le volume de mes doigts variait suffisamment pour ne pas vraiment pouvoir essayer une bague de la même taille au sortir du lit et en fin de journée après des heures de marche. Je savais déjà qu’il y avait des soucis de circulation dans ma famille et cette découverte ne m’a pas vraiment surprise, mais nous avons du coup préférer nous la jouer safe en prenant une taille de marge par rapport au moment de l’essayage. Et grand bien nous en a pris ! Certes, en hiver, je pourrais presque perdre ma bague de fiançailles si je secoue trop la main, mais mes doigts sont tellement gonflés d’un autre côté au réveil qu’il m’arrive de ne pas pouvoir passer ma bague de fiançailles tout de suite !

Avoir expérimenté un an avec la taille de la bague de fiançailles nous a permis de choisir mon l’alliance une demi-taille en-dessous sans trop de crainte de devoir l’agrandir en vieillissant du fait de grossesses qui rendent les doigts potentiellement un peu plus boudinés, ou des articulations qui se déforment un peu avec l’arthrose, par exemple. Et je sais qu’au cas où il me deviendrait tout de même impossible de continuer à porter mon alliance, ma bague de fiançailles sera toujours là. J’ai d’ailleurs du retirer mon alliance à la toute fin de ma première grossesse, mais je pouvais alors encore porter sans problème ma bague de fiançailles.

J’ai brièvement considéré porter ma bague de fiançailles à l’annulaire droit au cas où, malgré ma recherche de hauteur, l’alliance ne passerait pas « en dessous ». Et c’est là que je suis aperçue que ce doigt fait une taille de plus qu’à mon autre main ! Lors de concerts, avant d’applaudir ou de faire de grands mouvements saccadés avec mes mains, je passe donc ma bague de fiançailles à droite où elle tient beaucoup mieux ! C’est aussi ce que j’ai fait au mariage, pour ne pas avoir à me séparer de mon précieux solitaire, et je n’aurais vraiment pas pu faire ça si elle avait été de la même taille que mon alliance ! Une autre possibilité qui s’offre à moi est d’inverser l’ordre alliance-solitaire à ma main gauche de façon à ce que l’alliance, plus petite, bloque la bague de fiançailles. C’est d’ailleurs ce que je fais lors de grands événements familiaux car cela permet de mieux parader avec mes bagues.

Crédits photo : Photo personnelle

Mode normal, mon point de vue – similaire à ce que les autres voient quand mes bagues sont en mode parade

Crédits photo : Photo personnelle

Mode parade, mon point de vue – similaire à ce que les autres voient quand mes bagues sont en mode normal

Qualité

En tant que fille de diamantaire, je ne peux ne pas te parler des 4C : carat, cut, color, clarity. Mais Madame Gariguette a déjà parfaitement résumé de façon concise ce à quoi ces mots font référence, et je te dirige donc vers sa chronique.

Par ailleurs, permets-moi d’ajouter que lors d’un sertissage griffes d’une pierre précieuse, et en particulier si elle est « dans le vide », il est essentiel de vérifier que le joyau soit bien tenu. Tous les bagues ne sont en effet pas faites pour être portées tous les jours, en toutes circonstances, et il n’y a rien de plus triste qu’une pierre qui bouge et tombe ! J’ai donc bien analysé le sertissage de mon diamant, vérifié que les griffes revenaient suffisamment sur la pierre en formant une petite boule pour la tenir, et que la pression exercée sur le joyau était efficace. Pour ce faire, j’ai suivi un conseil trouvé sur je ne sais plus quel site qui préconisait de placer la bague près de son oreille et de tapoter la pierre : tout bruit de frottement, même léger, doit tirer la sonnette d’alarme ! Je ne sais pas ce que vaut vraiment ce conseil si tu trouves ton bijou ailleurs que dans une fête foraine, mais dans le doute, j’ai décidé de le suivre et de te le transmettre.

Pour finir, demande toujours le certificat de ta pierre (possible uniquement si elle n’est pas trop petite), même si ça ajoute au prix du bijou ! Ça te permettra en cas de problème d’assurance et/ou de contre-expertise (suite à un vol ou un accident par exemple) de prouver ce que tu as acheté. Et ça permet aussi d’avoir la preuve que ce pour quoi tu as signé est conforme à ce que tu as reçu.

Mon chéri n’a pas voulu demande ce certificat malgré mes insistances, et j’ai longtemps eu le doute que la qualité « deux toutes petites incrustations » sur laquelle nous nous étions décidés n’était pas exactement ce qui avait été livré ! Il s’avère que les toutes petites incrustations en questions sont placées de telle manière qu’elles apparaissent beaucoup plus grosses selon l’angle d’observation, (et j’avoue qu’il faut aussi savoir où regarder précisément… expérience que j’ai acquise à force d’admirer ma bague sous tous les angles), et je considère aujourd’hui que c’est une part de ce qui rend ma bague parfaitement unique et imparfaite, tout comme le sera notre mariage (merci Madame Gezillig pour cette expression !).

Crédits photo : Photo personnelle

Et voilà, je t’ai tout dis sur nos belles bagues ! Je continuerai le récit du jour J dans ma prochaine chronique. À tout bientôt !

Crédits photo : Photo personnelle

Et toi, aurais-tu pu commander ton alliance en ligne ? As-tu des conseils à partager sur comment choisir ou quand porter ses bagues ? Dis-moi tout !



2 commentaires sur “De beaux anneaux pour nous lier”

  • J’adore vos deux alliances !! C’est dommage que celle d’etsy n’allait pas avec ta bague de fiançailles, mais ton joaillier a assuré ! Et la livraison juuuuste avant votre mariage… le stress !! J’adore celle de ton mari: Monsieur Claddagh a aussi une alliance celtique, qu’il a du coup dessiné et faite faire par le joaillier car impossible à trouver !
    Pour ma part je ne retire jamais mon alliance ni ma bague de fiançailles (sauf en cas de gros ménage de printemps !). Et pour la taille il faut effectivement faire attention… lorsque j’ai mesure mon doigt pour ma bague de fiançailles, c’était en pleine chaleur d’été, et elle était en fait beaucoup trop grande, nous avons du la faire rétrécir. En tout cas, beaucoup de péripéties pour vos alliances mais ça en valait la peine !

Commente ici !