Catégorie : Chroniques d’une future mariée

Des invitations comme on les aime (pas)

Des invitations comme on les aime (pas)

Quand je furetais sur les blogs mariage bien avant la demande, je ne comprenais pas l’engouement ni les énervements liés au faire-part. Je me demandais comment il était possible de se prendre autant la tête pour un bout de papier qui allait de toute évidence finir au fond d’un tiroir.

Une fois la demande passée, j’ai dit à Chéri que nous pourrions simplement nous inspirer des faire-part “infographie” qui font fureur sur le web et que ça irait très bien comme ça. Pour moi, le sujet était plié…

Quand la mariée cherche ses accessoires

Quand la mariée cherche ses accessoires

Pour rappel, j’ai commandé ma précieuse en novembre. Je dois la revoir fin juin, avec pour mission d’avoir trouvé tous mes accessoires d’ici-là. 

Allez hop, on se met au boulot.

Une organisation menée à la baguette !

Une organisation menée à la baguette !

On ne peut pas dire que dans la vie de tous les jours, je sois une fille très organisée, je suis même plutôt tête en l’air. Mais en contrepartie, quand je fais quelque chose (par exemple organiser mon mariage !), je veux essayer de faire du mieux que je peux et tendre vers la perfection, même si je sais que c’est impossible de l’atteindre. J’ai donc ce côté très pointilleux, et je ne supporte pas « l’à peu près » : si quelque chose doit être fait, il doit être bien fait. Je reconnais que c’est parfois énervant pour les autres…

Bref, concernant le côté organisationnel pur du mariage, comme je savais que c’était un peu ma faiblesse, je n’ai rien voulu laisser au hasard.

Bienvenue à Mademoiselle Red, future mariée de décembre 2017 !

Bienvenue à Mademoiselle Red, future mariée de décembre 2017 !

Je suis Mademoiselle Red, âgée de 21 ans (je suis jeune, mais j’y reviendrai !), franco-polonaise d’origine, mais née et résidant en Belgique. J’épouse Monsieur Blue en décembre, entourée de ma famille venue des quatre coins de l’Europe et de nos amis les plus proches.

Au programme, un mariage qui nous correspond : tous les deux amoureux de la nature, nous avons décidé de mettre celle-ci en avant et de concevoir notre décoration sur ce thème, après avoir trouvé un lieu de mariage correspondant à merveille à notre style !

Récit de quête n° 23 : la décoration

Récit de quête n° 23 : la décoration

Dès le départ, je n’avais pas très envie d’investir beaucoup dans ma déco. D’abord, parce que ce n’est pas un poste prioritaire pour moi (par rapport au photographe/vidéaste par exemple). Et aussi parce que comme notre salle a déjà du caractère (il s’agit d’une ancienne grange) : elle se suffit à elle-même et nous ne souhaitions pas la « masquer », comme nous l’aurions fait avec une salle des fêtes, par exemple.

J’aimais notamment beaucoup ses superbes charpentes de bois et je ne voulais surtout pas les cacher. Chéri, par contre, avait envie d’ajouter de grands voilages sur les poutres du plafond. Enfin, en fait, un seul grand voile sur toute la longueur de la salle (afin de quand même garder la vue sur les charpentes de bois).

Bienvenue à Mademoiselle Biche, future mariée de décembre 2017

Bienvenue à Mademoiselle Biche, future mariée de décembre 2017

Il faut que je t’avoue… Dès la clôture des candidatures pour devenir mariée chroniqueuse d’hiver 2017-2018, j’actualisais ma boîte mail toutes les trente minutes environ. Jour et nuit. Et… j’exagère à peine ! Complètement névrosée, la fille ! Puis ENFIN, j’ai vu apparaître dans ma messagerie : « Nous t’accueillerons avec grand plaisir en tant que chroniqueuse !! ». Cris d’allégresse, danse de joie, course de la victoire aux quatre coins de mon appartement…

Tu t’en doutes donc : je suis extrêmement heureuse de rejoindre la team Dentelle !

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

On avançait dans l’année, les préparatifs allaient bon train, on était en mars 2017, et il nous restait encore quelques mois devant nous. J’ai donc commencé tout doucement à me dire que j’allais pouvoir réceptionner ma robe, la faire retoucher et la mettre dans un coin jusqu’à la big fiesta. Tout ça se concrétisait, et surtout se rapprochait. On nageait dans le bonheur…

Jusqu’à ce fameux soir de mars, où un coup de téléphone est venu faire éclater la belle bulle fragile dans laquelle j’évoluais depuis plusieurs mois : la boutique où j’avais commandé et payé ma robe de mariée avait fait faillite.

La bague de fiançailles au masculin

La bague de fiançailles au masculin

En octobre 2016, nous fêtions donc nos dix ans de relation, et j’avais envie de marquer le coup. Après m’être creusée la tête pendant plusieurs semaines, je n’arrive pas à me décider. À force de regarder ma bague de fiançailles à longueur de journée, une idée me vient : et si moi aussi, je lui offrais une bague de fiançailles ? Après tout, il n’y a pas de raison que seule la future mariée en porte une. C’est décidé, moi aussi je vais faire une demande en mariage.

Pour cela, je décide de partir sur un album photo retraçant toute notre histoire, et sur une bague, bien entendu !

Good news everyone !

Good news everyone !

Aujourd’hui, ma Bride, je vais te parler DIY. Peut-être que tu n’es pas familière de ce langage, je t’initie donc : le DIY c’est-à-dire Do It Yourself, ou, pour les non-anglophones, Fais-Le Toi-même, correspond concrètement à ce que l’on appelait avant les “travaux manuels”. Mais en anglais, c’est plus classe.

Un mariage au budget limité rime souvent avec DIY. Pourtant, il faut se méfier de ces trois petites lettres : parfois c’est tout sauf économique ! Oui mais parfois, ça l’est vraiment, et dans notre mariage, s’il y a un poste hyper économique dont nous sommes très fiers, c’est le faire-part.

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Les premiers essayages

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Les premiers essayages

Avoir changé de date de mariage et avoir un an et demi de préparatifs de plus m’a totalement déstabilisée dans mes repères temporels initiaux. Je n’osais pas regarder et encore moins essayer des robes tant on me disait que c’était trop tôt.

Du coup, j’ai pris mon temps. J’ai même failli en prendre trop. J’ai eu un petit coup de stress lorsque j’ai su que la sœur d’une amie qui se mariait après moi avait déjà trouvé sa robe. Nous étions à un an du mariage, il fallait que je commence sérieusement à me pencher sur la question.