La ligne droite des 2 dernières semaines entre angoisse et excitation !

Tout s’est accéléré en mai/juin et nous voilà déjà à 2 semaines de la date fatidique du grand jour !

Comme toi sûrement, ça fait déjà quelques temps que mon moral fait le yoyo. Je passe de l’impatience de l’arrivée du jour J, à l’angoisse parce que tout n’est pas prêt, au ras-le-bol qui me donne envie de tout envoyer promener (syndrome « on part se marier à Las Vegas » bien connu des bride-to-be).

Mais, pour mes 2 dernières semaines, c’est plutôt angoisse et excitation mêlées. Il ne me reste qu’une semaine de boulot, j’ai la chance d’avoir pu prendre la semaine pré-mariage en congés.

La dernière ligne droite des 2 dernières semaines entre angoisse et excitation !

Crédits photo (creative commons) : Marcelo Braga

La liste des choses à faire

Fin mai, j’avais préparé une liste ouverte (comme l’échelle de Richter) des choses restantes à faire pour le grand jour.

Et, à ma grande horreur, début juillet, très peu de lignes étaient rayées sur cette liste. Angoisse, sueurs froides, torrent de larmes, griffage de visage et arrachage de cheveux… Voilà, à peu près, mon état émotionnel intérieur. Extérieurement, je déclare simplement : « On y arrivera jamaaaaaaaaais, on est à la bouuuuuuuurre, c’est la mère-de (restons polis tout de même) ! » et Chéri tempère, comme depuis 14 mois, : « Mais noooon, ça va le faire tu verras ».

Pour essayer d’organiser le maëlstrom dans ma tête, j’ai utilisé le rétroplanning du coaching Dentelle. Il est super bien fait, très détaillé et même si, au final, je ne m’en suis pas servi (parce que, prise dans les événements, j’avais oublié de l’imprimer), il m’a permis de me rasséréner en dédramatisant les 2 derniers jours.

Ce qui m’angoissait le plus, c’était tout le boulot que mon Chéri devait encore faire pour le travail du bois. Et j’étais un peu dépendante de lui aussi, puisqu’il me faisait les supports des noms de table et les supports des menus. Mes tâches à moi touchaient à leurs fins (broderies et couture), il ne me restait plus que le vernissage des supports et à trouver une idée lumineuse pour utiliser le blé que nous avions récupéré l’année précédente.

C’est la dernière semaine où tout s’est vraiment accéléré. Mon frère et ma belle-sœur sont arrivés chez nous le mercredi avant le mariage. C’est super sympa de pouvoir profiter un peu de ses invités de cette manière, mais ça veut également dire ranger un minimum et faire à fond un peu de ménage.

Pendant que je vernissais tout en discutant avec ma belle-sœur, mon frère était exploité sans vergogne par Chéri pour les travaux de menuiserie. Mon frangin était content de nous filer un coup de main et de travailler le bois, chose qu’il n’avait plus faite depuis longtemps.

Grâce à leur aide précieuse, nous avons terminé les préparatifs le jeudi et nous étions parés pour la mise en place du vendredi. Chéri me l’avait dit que ça allait le faire.

Mais, qui va s’occuper des enfants ?

Mais pourquoi étais-je toujours un chouia stressée ??? Heuuuu, réfléchissons… Ah oui, il a plu toute la semaine et bien qu’une solution de repli soit possible en cas de pluie, elle ne m’enchante guère puisqu’elle est bien moins pratique que le gigantesque jardin du château. À ça s’ajoute la question baby-sitter qui ne s’est résolue que le vendredi soir à 19 heures.

Il y avait une vingtaine d’enfants prévus au repas. Bon parmi eux des ados et pré-ado, mais des enfants quand même. Nous leur avions réservé une salle pour eux. Mais cette salle se trouve à l’étage, en dessous de notre salle de réception et bien qu’il y ait une majorité de « grands » nous ne voulions pas les laisser sans surveillance. Bizarrement, l’effet de groupe peut amener à des cataclysmes qui peuvent ébranler l’équilibre géopolitique d’une réunion de famille. Il y avait surtout quelques petits et nous souhaitions qu’une attention particulière leur soit apportée pour permettre aux parents de profiter de la soirée. Nous avions donc prévu d’avoir 2 baby-sitters. Ainsi, il y aurait toujours une surveillance en bas dans le cas où il faudrait accompagner un petit à l’étage auprès de ses parents ou pour jouer dans le jardin du château.

Nous avions prévu de faire appel à 2 sœurs qui avaient déjà gardé Mini-Moi. Je leur en avait parlé en début d’année et les avait revu début mai. A priori c’était entendu, sauf que les jobs d’été m’ont rendu la vie impossible. Nous avons appris, un bon mois à l’avance, qu’elles ne seraient plus disponibles mais nous pensions que ce n’était qu’un léger contretemps. Nous avons donc sollicité les animateurs de divers centres de loisirs, mais ils étaient déjà pris ou pas intéressés. Plus nous approchions de juillet, plus j’angoissais d’autant que nous avions confirmé au propriétaire du château que nous aurions bien des baby-sitters pour la réception.

Finalement, notre salut est venu des réseau sociaux ! Dans un acte désespéré, Chéri a lancé un appel à candidature et le fils d’une amie s’est porté valeureux volontaire. La seconde personne nous a contacté le vendredi pour nous dire qu’elle était intéressée et disponible. Ouf, nous avions nos baby-sitters.

Il ne nous reste plus qu’à mettre en place la salle de réception, mais ça je te le raconterai une prochaine fois…

Et toi, tu as aussi fait une to-do-list tellement longue que rien n’était barré dessus ? As-tu toi aussi fait appel à des baby-sitters ? Certains de tes invités t’ont-ils donnés un coup de main inattendu ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “La ligne droite des 2 dernières semaines entre angoisse et excitation !”

  • L’angoisse des derniers jours. Que de souvenirs !
    Comme nous nous sommes mariés dans notre ferme, que faire des petits (28) ?
    On a trouvé la baby sitter au dernier moment, c’est une animatrice qui était avec le centre de loisirs en visite à la ferme. Ouf.
    La maman d’un copine à mon fils a une petite compagnie de théâtre et du coup je lui ai demandé si elle accepterait de faire son spectacle “petits” au vin d’honneur parce que s’il pleuvait , je n’avais pas envie de voir les enfants avec leurs beaux vêtements courir dans la ferme. Et c’était une super idée.
    Coût réel 150€ et pour nous 75€, prix ami.
    Et nos musiciens ont chanté quelques chansons pour les enfants aussi pendant le vin d’honneur.
    Et l’animatrice s’est occupée des enfants au repas (12 petits – de 6 ans) et après pendant la soirée (80€).
    Vraiment une dépense que je ne regrette pas.

  • Finalement avec les 2 baby-sitters c’était royal, ils ont été adoptés par les plus petits et tout le monde était détendu. Comme toi Cécile je ne regrette pas ce poste de dépense.
    Sofia, au final on ne retient que le bonheur du jour J 😉

    • Je ne regrette pas non plus le spectacle pour les enfants parce qu’il a plu au vin d’honneur.
      On a pu s’échapper 30 min avec le photographe pour nos photos de couple. On ne voulait pas refaire ça un autre jour.
      C’était très décontracte, spontané.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *