Élucubrations sur la notion de couple et nom de famille…

Nous voilà donc mariés… Honnêtement, la chose n’a pas rien changé à notre vie…

Du moins la sienne…

Moi, je me retrouve régulièrement à jongler avec mon nom de famille et mon nom d’épouse…

D’ailleurs, petite mise au point pour celle qui se poserait la question : depuis peu (il me semble) ton nom de famille à toi, modeste roturière, est et restera TOUJOURS ton nom de référence. C’est ton nom de famille, celui qui vaut en terme de légitimité administrative. Toutefois, tu peux demander à utiliser ton nom d’épouse au quotidien : l’utiliser collé à ton nom de famille, ou bien tout seul, mais sache qu’il ne prévaudra jamais sur ton nom de famille (du moins pour le moment). Sache aussi que, même si je ne connais à ce jour aucun cas, la réciproque est valable : ton cher et tendre peut décider de prendre et d’utiliser uniquement ton nom dans la vie courante s’il le souhaite, ou de coller les 2 ou de n’utiliser que le sien. Idem pour les enfants. Tu peux vérifier ça par toi-même ici.

Ce qui correspond d’ailleurs assez bien à ma vision de couple : non, tu ne seras jamais 1 seule et même personne — ce concept n’engage que moi, je ne cherche à convertir personne, mais pour moi : tu nais seul et tu meurs seul.

Je sais que ça peut paraître ardu et loin de tout romantisme et pourtant c’est, à mon sens, quelque chose d’autrement plus profond et admirable : si l’autre n’est pas « essentiel » à ta vie, construire quelque chose en symbiose avec cette même personne implique un engagement réel et volontaire qui n’est pas guidé par un quelconque besoin, mais bien bien par un acte volontaire. Sans compter que cette notion implique que, oui, tu peux « perdre » l’autre (au sens figuré comme au sens propre), mais que ta vie ne s’arrêtera pas pour autant, ce qui ne veut pas dire que tu ne seras pas triste comme les pierres. Ce respect de l’intégrité/intégralité de l’autre et cette position active et volontaire de l’affection que tu portes à ton conjoint/e sont, pour moi, 2 notions essentielles et intimement liées. C’est ce que moi j’appelle « amour »…

Du paternalisme sociétal…

Tout ça donc pour dire que le fait que le nom administrativement légitime soit ton nom me semble une chose honorable. Mais dans la vie concrète, c’est plus délicat. À titre personnel, j’aime les 2 noms que j’ai reçus et je n’aime pas choisir entre le chocolat et la vanille (c’est aussi pourquoi j’ai renoncé à mon rêve de perdre 10 kilos pour avoir une taille de frelon guêpe dans ma robe), mais utiliser les 2 collés au quotidien, faut reconnaître : c’est chiant. Je rectifie : c’est long !

Or si pour certains actes administratifs légaux, mon nom prévaut (je pense à mon billet d’avion de voyage de noces indexé sur mon passeport par exemple…), la vie courante est encore et toujours franchement patriarcale ! Du coup, si je n’ai pas à minima le nom de mon mari lorsque je donne mon identité, certaines démarches s’en trouvent bloquées, ce qui a le don de me hérisser.

Autre exemple flagrant : ma banque.

Posons les choses : ma banque est la même depuis mon ouverture de compte à 17 ans. C’est une petite agence, qui me connaît réellement (je ne suis pas un nom de dossier uniquement). C’est, de surcroît, la banque auprès de laquelle j’ai souscrit mon prêt immobilier (maison achetée seule pour les raisons que je t’ai déjà expliquées ) toute seule comme une grande.

Monsieur Métal et moi avons, en plus de mon compte perso, ouvert un compte joint peu de temps après l’achat de la maison, pour gérer les factures, etc. La banque sait donc notre situation financière, à savoir : je suis principale pourvoyeuse de salaire du foyer… Et bien ça n’a pas loupé même avec ce passif ou schéma contre-paternaliste : après le mariage je suis devenue, au mieux, M. et Mme Métal — Mymakao ou, au pire, M. et Mme Métal-tout-court…

Alors je ne vais pas partir en guerre — je sais que certaines l’ont fait et je trouve ça très bien, mais je n’ai pas l’âme d’une guerrière sur ces choses-là —, mais il est vrai que ça pique un peu.

Comme je n’ai aucun désir de conserver à tout prix mon nom et que la société est franchement faite pour faire perdurer cet espèce de droit de cuissage moderne, je commence donc tout doucement à m’appeler Madame Métal au quotidien. Ce qui me vaut pas mal de méprises, car je me trompe une fois sur 2 (« Bonjour, je viens chercher ma pizza, au nom de Mymakao s’il vous plait… Ah non, vous n’avez pas.. heu, essayez à Métal, peut-être… » Ça ne fait pas du tout genre « Je viens piquer la commande de quelqu’un d’autre »). Sauf que tu l’auras compris, à quelques rares occasions, on va te demander ton vrai nom à toi et pas uniquement ton nom d’épouse, par exemple pour nos billets d’avion, pour les USA — de surcroît, un pays qui compte des douaniers parfois pointilleux et stressés.

Mis à part ça, rien n’a changé : je vais toujours au boulot toute la semaine et M. Métal s’occupe toujours beaucoup plus que moi de la maison. Va comprendre !

Pourquoi donc se prendre la tête ?

Malgré tout, cette histoire me chiffonne ! Nous en avons encore parlé récemment avec M. Métal. Il faut, avant tout, que tu saches une chose. M. Métal, en réaction ou association (tout dépend du point de vue) à ses origines ibériques, est parfois (souvent), bien plus « féministe » que moi. Quand je dis féministe, j’entends le bon féminisme (attendez, je me cache… je parle bien sur pour moi, hein, je laisse libre à chacun de se positionner – faut pas pousser non plus !). Lui comme moi sommes plus « égalitaristes », et nous n’adhérons pas du tout à la doctrine « chienne de garde » par exemple.

Toujours est-il que M. Métal est parfois beaucoup plus engagé que moi sur ces questions. Et pourtant, le poids de la société ne l’épargne pas. Par exemple, nous avons refait récemment nos passeports et cartes d’identité. À chaque étape, on m’a questionné pour savoir si je voulais faire figurer mon nom marital (ce que j’ai fait pour des raisons que je t’explique plus bas). À l’inverse, à aucun moment, on a demandé à M. Métal s’il voulait faire figurer mon nom sur ces papiers. Ce qui ne l’a pas effleuré une seconde ! Je suis donc bien mariée avec lui, mais la réciproque n’est pas automatique…

Élucubrations sur la notion de couple et nom de famille...

Crédits photo (creative commons) : Jonathan McIntosh

Image détournée au 2nd degré.
Le sujet de la photo est autrement plus grave : j’en ai bien conscience !

Ça change quoi me diras-tu ? Et bien pas mal de choses, en particulier par rapport aux enfants (aux… ?!).

M. Métal et moi ne sommes ni participants des doubles noms (question de simplicité orthographique) – ni des seconds et tierces prénoms (n’en ayant pas nous-mêmes).

Et, forcément, nous souhaitons avoir le même nom que nos enfants sous peine de complications au quotidien (« Vous êtes surs, c’est bien votre enfant » ? Oui, oui véridique ! Bon à savoir : si tu choisis, vilaine femme libérée que tu es, de garder uniquement ton nom de famille, prévois de te balader avec ton livret de famille quand tu auras des enfants, sous peine de te voir refuser des soins hospitaliers pour ton p’tit bout par exemple. Et c’est normal quand on y pense… Ceci dit, quand ça t’arrive, je pense que tu dois bien repenser à tes 10 heures de contractions en tentant d’expliquer à la secrétaire que « oui, c’est bien toi qui l’as sorti de ton ventre, si tu veux je te montre mon épisio… ») !

Tu vois poindre la chose… Au même titre que ça ne l’a pas effleuré que rajouter mon nom sur ces papiers, ça ne l’effleure pas que, comme nous avons décidé intrinsèquement de choisir un seul nom de famille pour nos futurs enfants, on puisse choisir le mien. D’autant plus maintenant que ses papiers tous neufs ne font pas figurer mon nom. La question posée de but en blanc, j’ai bien compris que je l’avais cueilli un peu au dépourvu et qu’en plus, il n’envisageait pas une seconde que nos enfants n’aient pas son nom. Alors il a bien essayé de se rattraper « Non, mais effectivement, il n’y a pas de raison de prendre plus le tien que le mien mais bon, de mon côté, il n’y a plus beaucoup de « Métal », donc… ». Mais oui, mais oui…

Voilà donc mon p’tit coup de gueule/dilemme du jour. Alors je te rassure, j’avais choisi ou j’étais résignée mais avec joie à adopter mon nom marital depuis belle lurette – entre autre, et c’est très important, parce qu’il me plait (et non ce n’est pas automatique : tu peux aimer de tout ton cœur ton M. Patate et désespérer de t’appeler Mme Patate !). Par principe, je trouve important de s’exprimer sur ces questions, car on s’en rend vraiment compte que si la loi a changé, les mœurs en sont encore très loin. Ce n’est qu’en faisant des petits pas qu’on arrivera à obtenir une situation égalitaire.

Alors future potentielle Mme Patate, je t’en conjure, si tu n’aimes pas ton nom, essaye de convertir ton M. Patate à s’appeler comme toi !!!

Et toi alors, quel choix as-tu fait ? Conserveras-tu ton nom de famille (en essayant également de le convaincre qu’il prenne le tien) ou prendras-tu le sien ? Et pour vos enfants, quel(s) nom(s) porteront-ils ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



58 commentaires sur “Élucubrations sur la notion de couple et nom de famille…”

  • Ah la question du nom, on en a débattu longtemps avec mon conjoint. Il sait que je ne suis pas particulièrement fan du sien, qui est très commun (rien que dans notre immeuble il n’est pas le seul, et le facteur se trompe tout le temps on a toujours le courrier de la voisine et réciproquement). Le mien l’est bien moins (sauf en Corse) et a beaucoup plus de charme. Il s’était résigné à que j’accole les deux. Finalement quand j’ai bien voulu ne prendre que le sien (pour une raison de longueur le mien est déjà bien assez long tout seul) il a été l’homme le plus heureux du monde.
    Maintenant il a hate que je porte enfin son nom, moi c’est un peu la seule chose qui me rend triste dans ce mariage, abandonner aux yeux de tous – sauf de l’administration – mon nom que j’aime tant. Et bien sur monsieur n’a jamais voulu entendre parler du fait que ce soit lui qui porte le mien xD

  • J’ai beaucoup souris en lisant ta chronique. J’avoue, et sans être vraiment féministe partager ton avis sur la question ! Pourquoi ne pas grader son nom de jeune fille et pourquoi prendre celui de l’homme ! Comme tu dis, la question mérite d’être abordée. Me concernant, je prendrais je pense à terme celui de mon mari, non pas que je l’aime plus que le mien, mais vu la longueur, ce n’est pas possible d’avoir les deux. En outre, cela m’éviter à les « comment vous dites » ?
    Je prends un nom beaucoup plus simple mais beaucoup moins identitaire je trouve !

    • « Sans etre feministe »… Petit rappel de la definition de feministe « Mouvement social qui a pour objet l’émancipation de la femme, l’extension de ses droits en vue d’égaliser son statut avec celui de l’homme, en particulier dans le domaine juridique, politique, économique »

      Vous etes donc contre l’egalite juridique, politique, economique homme-femme?

      Ca fait mal pour des femmes qui ont au moins le baccalaureat…

      Ici chacun garde son nom et l’enfant aura les 2 noms accoles.

      • Je trouve ce commentaire un peu rude :
        « Ca fait mal pour des femmes qui ont au moins le baccalaureat…
        Ici chacun garde son nom et l’enfant aura les 2 noms accoles. »
        J’ai un niveau d’étude bien supérieur – ce qui n’est absolument une justification en soi, mais comme cela vous semble important – et JE trouve que le mouvement féministe (et non pas la notion) a souvent été galvaudé par des valeurs qui ne me correspondent (traduction : les femmes ne sont pas plus supérieures aux hommes que les hommes ne le sont aux femmes, ce dont une frange féministe voudrait nous persuader). De plus, à titre très personnel, accoler 2 noms est une galère pour l’entrée dans l’apprentissage de l’écriture et de la lecture pour l’enfant (l’égalité homme-femme serait donc plus importante que l’égalité des chances à l’école?). Je vous dis ça avec le sourire, vraiment, mais quand même !

        • Mais vraiment, je ne vois pas pourquoi un enfant serait un échec scolaire parce que son nom de famille fait 5 lettres de plus que celui de son voisin !! Cela vaut aussi pour les enfants dont le prénom est un peu long ou composé. Faut-il appeler tous les enfants Léo ou Léa pour leur assurer une réussite scolaire ? Ce n’est pas en leur évitant la moindre difficulté qu’ils vont passer leur doctorat… 🙂
          Tu peux trouver que c’est une mauvaise idée, ou ne pas aimer les consonances, mais je trouve ton argument un chouilla exagéré… 🙂

  • Commencez par ne plus dire « nom de jeune fille » et « nom d’épouse »… Il s’agit de noms de naissance et de noms d’usage! (et le nom d’usage n’a jamais remplacé le nom de naissance, ce n’est pas récent, ce qui est récent c’est le fait que l’homme puisse lui aussi appliquer les mêmes changements – ou non).
    Pour ma part, j’ai le bonheur de vivre avec un homme qui porte nos deux noms de même que moi. Il ne serait pas allé jusqu’à ne prendre que le mien mais je suis quand même fière et contente parce que c’est important pour nous (on voulait créer « notre » nom) et qu’il y tient, il embête tout le monde avec son nom à rallonge!

    • Effectivement, c’est très juste. J’ai tenté de faire attention à ne pas mettre nom de « jeune fille » – je crois d’allers ne pas l’avoir mis – mais je plaide coupable pour « nom d’épouse » en lieu et place de nom d’usage. Méga culpa.

  • Premier commentaire sur Mademoiselle Dentelle (que je consulte régulièrement en tant qu’aspirante au mariage) !
    Petite précision de juriste-pointilleuse-relou : ce n’est pas depuis peu que la femme garde son nom, c’est depuis 1794. (Loi du 6 Fructidor an II). Pour autant… les banques et autres institutions semblent toujours l’ignorer ;-).
    Et sinon, le nom de famille est maintenant plus égalitaire : le mari peut dorénavant prendre en usage le nom de sa femme et les enfants peuvent avoir le nom de la femme comme le nom du mari voire les deux !
    Personnellement, je ne renoncerai pas à mon nom, rien ne justifie cela (et je ne fais jamais rien sans bonne raison!). En revanche, je prendrai comme nom d’usage « mon nom- son nom » s’il en fait de même.
    Merci à toi de partager ton expérience !

  • Je te rejoins totalement sur ta vision du couple et de l’amour !
    Pour ce qui est des noms, la question ne s’est jamais posé… Parce que je ne m’imagine pas une seule seconde prendre le sien. Je suis une personne « publique » (= je suis indépendante et mes clients me connaissent sous MON nom), et puis c’est mon nom quoi. J’aurais l’impression de me sentir dépossédée.
    Du coup je lui ai quand même proposé de prendre le mien, mais si il n’a rien contre l’idée il n’aime pas particulièrement mon nom (qui n’est pas très glamour), du coup chacun le sien !

  • Par ici, il était plutôt pour que chacun garde son nom et que les enfants portent nos deux noms accolés. C’est moi qui ai insisté pour prendre le sien comme nom d’usage (de toute façon chez moi on croit te faire plaisir en t’appelant à tout bout de champ Mme TonMari…). Les enfants porteront ce nom là. En plus c’est aussi le nom de ma maman et ça c’est un peu la cerise sur le cupcake !

  • C’est une épineuse question…
    J’ai des amis qui se sont mariés et où chacun à pris le nom de l’autre: je trouve ça chouette et je ne savais même pas, avant ça, que c’était possible.
    Je garde mon nom (au grand dam de monsieur) car je pense qu’un mariage ne doit pas imposer un changement d’identité. Si moi je dois changer, pourquoi ce ne serait pas l’inverse? Ca le fait tiquer quand je lui dis ça mais en même temps, il se rend compte que s’il n’est pas à l’aise avec ça, il n’y a pas de raison que je le sois.
    Dans la vie de tous les jours, ca risque d’être rudement plus compliqué je pense mais ca permet d’avoir le choix du nom pour la réservation (et donc d’avoir moins à eppeler!). Les papiers sont pas toujours clair sur quel nom à mettre où et les raccourcis risquent de se faire facilement… On verra bien!

  • Chez moi même pas de débat … autant mon futur monsieur est très égalitaire, autant il est lui aussi très marqué par la société … je ne t’explique même pas comme j’ai été vexée en voyant sa tête quand je lui ai proposé de coller nos noms pour les deux (alors imagine si je lui avais parlé de prendre mon nom!)
    Et à peu près la même si je parle de garder mon nom …
    Mais pas besoin d’être mariés pour se retrouver face à un mur : quand on s’ est pacsés bim la banque a décidé que monsieur devenait  » chef de famille » (sans compte joint pourtant) et comme par magie je me suis retrouvée rapatriée vers sa conseillère à lui. Quand on a acheté la voiture, à deux je précise, le vendeur n’en avait rien à faire de moi, et le jour de la livraison lui a naturellement tendu les clefs en le félicitant pour le choix des options etc etc etc
    les lois changent, les moeurs ça risque d’être encore trèeeeeees long
    Je me marie dans un an et je ne sais absolument pas ce que je vais faire pour le moment mais quand j’y pense prendre son nom et point barre j’ai l’impression de perdre mon identité, pourquoi MOI je devrais devenir quelqu’un d’autre en quelque sorte
    Ahalala j’ai le temps d’y penser mais la société est trop lente pour moi 😉

  • Ah, la discussion sur le nom de famille, tout un programme ! Pour ma part, j’ai un prénom TRES commun, et chéri a un nom de famille TRES commun également (à la Réunion) : du coup, si je prends son nom, je serai Madame Marie MARTIN… ou pas loin ! Et ça m’insupporte d’être noyée dans la foule donc je conserverai mon nom ! A savoir si je colle celui de chéri, pour l’instant c’est plutôt non, pour un côté pratique.
    Pour ce qui est des enfants, je sais que j’aurai à batailler. Je me rappelle la dernière fois que j’étais dans une boutique Orange : une maman voulait ouvrir une ligne pour son fils, et il a fallu qu’elle sorte son livret de famille pour justifier de son statut… N’importe quoi ! Si elle portait le même nom que son fils, elle pourrait tout aussi bien être sa tante, voire un homonyme, non ?!? Etrangement, on aurait jamais demandé au père de sortir son livret de famille !

    • à 100% d’accord !
      Heureusement que cette situation du livret de famille n’est pas des plus courantes (heureusement!), mais il est vrai que ça arrive (comme je l’ai raconté moi-aussi) et que je suis comme toi : ça me laisse TRES perplexe ! La mention du nom n’est pas une preuve de l’appartenance à la famille, loin de là…

  • Les noms de famille ! comme je me retrouve dans ton article !!!! … On en a parlé longtemps, la décision finale n’est pas encore prise, mais pour moi pas question de changer de noms pour plusieurs raison, j’aime mon nom il est peu courant, et mes parents n’ayant pas eu de fils ça m’ennuie de ne pas le garder… Tout le monde me connait sous ce nom, pourquoi en changer ? j’ai l’impression de perdre une partie de moi, d’être dépossédée c’est fort comme mot mais c’est comme ça que je vis et j’aime pas plus que ça celui de monsieur…. Bref au départ cela lui semblait inconcevable que je ne change pas de noms mais quand je lui ai retourné la question en lui demandant s’il était prêt à prendre le mien vu que la loi l’autorisait je pense qu’il a compris ce que je pouvais ressentir à ne plus porter mon nom… je ne sais pas encore quelle sera la conclusion mais ce n’est pas simple et je trouve que la société n’aide pas… les mentalités sont encore loin d’avoir évoluées…

  • Pour ma part, la question ne s’est pas posée, je suis devenue Mme Salé par le mariage. J’aime l’idée de former une famille avec un seul nom (je trouve les deux noms accolés souvent longs et galères, tant à dicter qu’à écrire…oui, je suis un peu feignante). Et puis dans la loi française, quoi qu’il en soit, on garde son nom de naissance toute sa vie, alors je ne « perds » pas le nom que j’ai porté jusqu’à là, je m’en sers moins, voilà tout.
    A titre d’exemple, dans mon boulot, je suis connue depuis trois ans sous le nom de Madame Sucrée. Je ne me voyais pas changer mon nom et devoir l’indiquer à toutes les familles que je suis, ainsi qu’à tous les partenaires avec qui je travaille. J’ai donc gardé ce nom là en nom d’usage du travail. En revanche, en pleine démarche auprès des banques pour un prêt, j’utilise mon nom de femme mariée (d’ailleurs, qu’est ce qu’ils sont sexistes les documents bancaires !!!).
    Désormais, pour toutes mes réservations/commande de pizzas etc j’utilise mon nom d’usage, Madame Salé.
    En revanche, je n’ai pas l’intention, pour le moment, de changer ma carte d’identité, mon passeport ou mon permis.

    Sinon, juste pour vous dire, dans les familles que j’accompagne, un homme a pris le nom d’usage de sa femme, suite à une histoire familiale lourde…comme quoi ça se fait dans les deux sens, pour de multiples raisons !

    • J’ai une question, parce que tu sembles en savoir plus sur le côté pratique. Tu dis que tu n’as pas l’intention de changer ta carte d’identité. Il me semblait que c’était en renouvelant sa carte d’identité qu’on pouvait choisir un nom d’usage autre que son nom de naissance. Comment peut-on utiliser un nom d’usage (celui du mari) pour la banque si on n’a pas refait ses papiers d’identité ? Merci pour ton éclaircissement 🙂

      • En fait c’est le livret de famille (ou plutôt l’acte de mariage qui y figure) qui justifie de « changer » de nom.
        De mon côté je changerai d’abord le nom sur mes papiers d’identité avant de changer celui sur mon chéquier.

        • Je sais, un des cas qui justifie l’utilisation d’un nom d’usage, c’est celui du mariage. Mais peut-on utiliser un nom d’usage (par exemple à la banque) avant de l’avoir notifié aux autorités, en faisant la demande et en donnant le nom d’usage qu’on veut utiliser ?

          • @Jojo oui tu peux changer à la banque sans l’annoncer en mairie ou autre, je l’ai fait. Pour des raisons de timing je n’ai pas eu le temps de refaire ma carte d’identité et passeport (déménagement à l’étranger) et pourtant ma banque FR a mis mon nouveau nom dans le fichier (sur présentation de notre acte de mariage).

          • J’ai fait changer mon nom à la banque grâce à mon livret de famille, pas besoin de mes papiers d’identité pour cela. Ma carte d’identité est encore valable jusqu’en 2019, et mon passeport sera périmé dans cinq ans. Nos réservations de voyages de noces ont été faites avant notre mariage (donc à mon nom de naissance), par conséquent :
            1) je ne vais pas me mettre dans la panade pour le voyage
            2) quand on voit la galère administrative, j’ai pas envie de me relancer là dedans pour un nom !

          • Merci pour vos précisions ! Je pensais qu’à la banque, il fallait le justifier par le changement de nom d’usage sur un papier d’identité. Et donc, on pourrait avoir un nom d’usage différent à la banque de celui sur la carte d’identité qu’on fait que plus tard ?
            Et tant que je ne donne pas le papier qui prouve que je suis mariée, la banque ne pourra pas m’obliger à prendre comme nom d’usage celui de mon mari ? C’est top ! (parce que pour l’instant, je suis sûre de ne pas prendre uniquement le nom de mon futur)

          • Je tente de suivre, hein, mais je ne pensais pas que ce post provoquerait autant de commentaires… si je suis à côté désolée !

            Donc si te suis bien, tu n’es pas mariée, donc tu n’as aucun nom d’usage pour le moment ? De toute façon, la banque ne peut pas t’OBLIGER à prendre ton nom d’usage, de surcroit le substituer complètement à ton nom de famille (mais les banques font parfois des choses étranges…), même une fois mariée. Comme je le disais TON nom de famille restera toujours « Jojo » (.. je ne savais pas quoi mettre!). Ensuite, tu pourras demander à mettre l’un ou l’autre ou les 2 (s’il s’agit d’un compte joint) – dans tous les cas sur tes papiers, tu auras forcément « Jojo », je te conseillerais donc de bien conserver auprès de la banque ce nom là, et, au mieux, d’y ajouter celui de ton mari dès que tu auras un papier (comme le disent les autres commentaires, livret de famille ou autre) pour le justifier.

  • Chez nous, c’est Monsieur qui a pris mon nom, j’adore! En plus il lui va mieux!

    quant au débat sur le féminisme, je ne peux m’empêcher de dire quelque chose:
    êtes-vous pour l’égalité entre les êtres humains?
    les femmes sont-elles des êtres humains?

    Si vous avez répondu oui à ces deux questions, vous êtes féministe.

    Dénigrer le mot, c’est le premier moyen de dénigrer le principe derrière…

    • On en croise pas beaucoup, c’est TOP !
      Je suis d’accord avec toi en substance, mais comme je le disais plus haut, le « féminisme » en tant que terme à mainte fois été galvaudé et récupéré à des fins politico-sociales. Loin de moi l’idée de dénigrer l’idée, toutefois, en suivant ton raisonnement, il ne s’agit pas de féminisme mais d’égalitarisme, ce que je trouve beaucoup plus censé : femme-homme, égalité d’existence. Pour ma part cela me semble important justement.

  • Tout à fait d’accord avec toi Margot !
    Ici nous avons tous les 2 des noms de famille assez longs donc nous n’avons pas pu les acoller du coup chacun garde le sien.

  • Alala, je dois dire que ce fut également une grande question lors de notre mariage en septembre…Je voulais conserver mon nom et en même temps avoir le même que nos futurs enfants…compromis: nous accolons nos 2 noms et mon mari le fait également, comme ça nous avons vraiment l’impression de créer notre nouvelle famille ! Bon les réactions du coté de mon cher et tendre n’ont pas été forcément très positives (comme quoi un mari qui change de nom ça soulève des tempêtes mais demander la même chose à une femme c’est tout à fait normal…) et j’ai quand même été « sympa »: son nom est en premier dans l’association 🙂
    Je sais que du coup ça fait un nom d’usage long mais ça me tenait vraiment à cœur qu’on ait tous le même,au final c’est une habitude à prendre…

  • Chez nous aussi, c’est Monsieur qui a pris mon nom 🙂

    De son côté, il n’était pas très attaché à son nom de famille en raison d’un passé familial compliqué. De mon côté, j’étais plutôt contente de garder le mien et de le transmettre à nos futurs enfants. Cette solution nous convenait donc à tous les deux, car j’étais quand même attachée à l’idée de porter l’un et l’autre le même nom (et j’avoue que je ne suis pas fan de la solution d’accoler les deux noms de famille – comment fera-t-on à la génération d’après ?).

    Après, il est certain que ce n’est pas encore tout à fait entré dans les mœurs… Les gens sont souvent surpris. Une hôtesse à l’aéroport a même cru qu’il y avait une erreur sur nos passeports, c’est nous qui lui avons appris cette possibilité ! Mais Monsieur Glenn est toujours content de pouvoir dire : « Ah non, X, c’est mon nom de jeune fille » 😉

  • Le sujet a été traité assez vite chez nous.
    Monsieur Marin a un nom long (9 lettres), à coucher dehors comme on dit, idéal pour marquer des points au Scrabble. Tests à l’appui, mon prénom + son nom sur un formulaire de la poste, ça ne rentre pas dans les cases. Honnêtement, je n’avais pas envie de changer de nom, il trouvait ça un peu triste (« oui mais tu comprends, l’unité du couple, la famille, blablabla… »). Et puis, à la question « et toi, tu prendrais mon nom ? », il a échoué. Fin de la négo.

    J’ai gardé mon nom et j’ajouterai celui de Monsieur Marin sur mes papiers le jour où je me déciderai à aller en mairie faire refaire tout ça. Monsieur Marin en fera autant de son côté et tout le monde est content.

    Juste pour l’anecdote rigolote, chez tous nos prestataires, notre mariage était à MON nom, parce que le sien, personne n’a encore réussi à le retenir autrement que par « ah oui, le nom qui s’écrit comme il s’éternue ». Et depuis, pour les pizzas, le cuisiniste, les livraisons en tout genre, … c’est mon nom qu’on utilise. Mouhahahahaha !

  • Haaaaa…. Merci d’ouvrir le débat sur ce fichu dilemne! Ici, on a tous les deux des noms assez courants, avec un petit côté péjoratif pour celui de Monsieur; Sans enfant, j’aurais choisi de porter son nom, car je ne suis pas fan des noms à rallonge. Seulement nous avons 3 enfants, dont ma fille à moi qui porte mon nom (les deux autres le noms de mon homme). Alors dans un soucis de relier nos noms à tous, et sans mettre ma fille de côté (se retrouver la seule à porter mon nom c’est pas super chouette), du coup j’ai décidé de porter nos deux noms; Monsieur à un peu tiqué au début, mais comprend bien le choix que je fais. La où c’est plus compliqué, c’est de choisir un ordre, car je trouve qu’au niveau de la sonorité, cela sonne mieux avec mon nom en premier, mais lui y est complètement opposé, voulant que ce soit son nom qui soit mentionné en premier….. Dur choix! Mais j’ai une arme: j’accepte de mettre son nom en premier, si lui accepte de porter son alliance à la main gauche (oui, parce que Monsieur est allé tout seul chez le bijoutier commander une alliance à une taille plus petite car il ne se « sentait pas à l’aise » avec la bague à la main gauche….) Inutile de préciser qu’il est hors de question de lui passer la bague à droite! (son argument numéro un: parait qu’en Allemagne on la met à droite). Non mais!

    • Effectivement dans cette configuration, avec des enfants déjà présents, pour relier tout, c’est l’idéal d’accoler les 2 noms. Mais comme quoi, on se retrouve avec un problème de place avant ou après… Ces messieurs (pas tous, je caricature volontairement et parfois ces dames aussi) ont quand même un léger problème d’égo…!

  • Moi j’ai du beaucoup batailler pour faire accepter à mon futur mari que je ne prendrai pas son nom de famille!! pour rien au monde! Il avait comme seul argument, qu’il aurait de la honte en voyant que je suis la seule femme de la famille qui a pas le même nom….ridicule. Je trouve au fond assez machiste cette coutume. Moi je ne renoncerai pas à mon nom par plusieurs raisons:
    1. Je ne suis pas de la même famille que mon marie, c’est-à-dire, j’aurai l’impression d’être sa soeur, sa cousine…je sais pas, d’être consanguins!
    2. Je suis très fière de mes origines, de mes parents, et je ne vois pas pourquoi je renoncerai à leur nom (je porte celui de ma mère et de mon père). c’est un peu comme les avoir avec moi au quotidien.
    3. Niveau administratif c’est une galère pas possible!!!

    Et s’il veut qu’on ait tous le même nom il n’a qu’à prendre le mien, même si je trouve cela bien ridicule! je l’aime et j’ai pas besoin qu’on ait tous les deux le même nom. Lui c’st lui et moi c’est moi et ensemble on forme une famille. Pareil pour les enfants, un nom de chacun, pas de raison qu’il porte uniquement le sien quand c’est moi qui va le porter 9 mois et souffrir pour le mettre au monde, lol!

  • La question s’est posée à la naissance de mon fils, on voulait qu’il porte les deux noms, mais cela fait long, pompeux et assez moche, du coup il porte le nom de son père, je vais donc prendre aussi le nom de mon futur mari (puisque pour moi aussi les deux accolés font long, pompeux et moches…), mais dans l’univers professionnel je compte continuer d’utiliser mon nom, il est très pratique à épeler et les gens s’en souviennent…

  • Pour nous bizarrement la question ne s’est pas posée. Nous sommes « égalitaires » tous les deux (et comme tu dis il est parfois plus féministe que moi) mais pourtant je me suis pas posée la question : je prends son nom.

    Déjà impossible de coller les deux noms, ils ont pas du tout la meme origine géographique ça ferait très bizarre et c’est trop long (et j’aime pas les noms composés). Les gens arrivent ni à l’écrire le mien que j’épèle tout le temps, ni le sien, il épèle aussi alors j’imagine pas le bazar si je dois tout le temps épeler les deux!

    Et je voulais aussi avoir le meme nom que mes futures enfants, justement pour éviter de se trimballer avec le livret de famille chez le médecin, à l’aéroport et compagnie.

    Bon pour le moment, je suis toujours avec mon nom de naissance au jour le jour (pas eu le temps de refaire le passeport apres le mariage, on a nos visas à mon nom de naissance et donc on est aux USA avec ce nom, donc toutes les administrations ici on pris ce nom par défaut). Je prendrais l’autre en revenant en France!

    A+
    Karine

  • On va dire que j’insiste avec la Belgique pour la question du nom de famille mais en vous entendant, que de problèmes et de questionnements pour cette histoire en France !!! On laisse la possibilité d’utiliser des noms différents donc forcément les gens se torturent pour savoir quoi faire ! Si on ne vous avait pas laissé cette possibilité, personne ne se poserait la question.
    La Belgique a opté depuis longtemps pour l’option « une personne n’a qu’un seul nom tout au long de sa vie » : à part une demande pour des motifs sérieux (et payante : entre 50 et 750€) qui doit être acceptée par le Roi (ouais, rien que ça), aucun événement ne donne donc droit à changer de nom.
    Puisqu’il n’est pas prévu légalement de pouvoir changer, ça a donc simplifié la vie de tout le monde dans le plat pays : il n’y a pas de notion de nom d’usage/d’épouse/de jeune fille/etc. (on ne se prend pas la tête, il n’y a donc que « votre nom », du début à la fin), les mamans ont forcément un nom de famille différent de leurs enfants (et tout le monde trouve ça logique … c’est plutôt si vous avez le même nom qu’eux qu’on va se demander s’il n’y a pas des soucis de consanguinité chez vous ! :p ) et pour les féministes que ce point peut chatouiller, personne, nulle part, ne va jamais supposer qu’en tant que femme vous devriez changer de nom.
    Tout est question de traditions et d’habitudes donc. Mais quand même, je préfère ne pas avoir à me prendre le chou pour un truc aussi important (au moins chez nous, la question est pré-réglée).

    • Il est vrai que c’est une question très culturelle. Pour autant – dans mes encrages culturels justement – cela me parait bizarre de ne pas avoir le même nom que mon enfant, ou plutôt, je reformule, qu’arbitrairement (pour des raisons médiévales de filiation légataires, car c’est de ça qu’il s’agit) ce soit le nom de l’homme. En fait, cela véhicule intrinsèquement les notions de pleine possession de l’homme sur le foyer (chef de famille, possesseur des biens et des membres), ce qui me dérange. Mais je suis d’accord dans les faits, c’est du blablatage à partir de moment ou cela n’a pas de prise concrète dans l’esprit social collectif.

      • Oui, je suis d’accord avec ce point, même si je ne suis pas une grande féministe dans l’âme. Là aussi, c’est (en partie) culturel car je suis d’origine espagnole et j’ai donc deux noms de famille qui représentent les deux pôles de ma filiation. Pour moi, ce système est génial (même si passé une génération, on perd de nouveau le nom de la mère). Actuellement, en Belgique, on a également la possibilité de donner uniquement le nom de la mère (même si les parents sont mariés).

  • Alors, moi, j’avais un mari qui s’en fichait, il était prêt à prendre mon nom en accolant au sien et même si j’avais porté le vrai nom de ma famille (et pas un nom qui vient d’un soucis d’administration de petite commune du temps de mon grand-père), il aurait aimé prendre juste mon nom.
    Mais c’est peut-être plus dans les moeurs ici sachant que quand on a été publier les bancs, on devait cocher quel nom d’usage on souhaitait et on avait tous les 2 les 4 possibilités.(Donc techniquement, on aurait pu échanger nos noms pour l’usage, ça aurait bien été drôle).
    Finalement, je ne suis absolument pas attachée à mon nom de naissance puisque ce n’est même pas le vrai nom que devrait porter ma famille et que c’est un nom d’origine néerlandaise, qu’on prononce ici totalement différemment d’en France (donc j’ai déjà eu l’impression de changer de nom quand je suis arrivée ici), j’aime l’idée d’un nom de famille commun pour toute la famille, je ne suis pas forcément fan de noms composés et dans notre cas, ce serait juste trop galère à prononcer pour les français, j’étais donc bien tenté de prendre son nom.
    Sauf que tout mon réseau pro me connait sous mon nom de naissance et je voulais pas prendre le risque de perdre des contacts en changeant de nom.
    Donc je suis madame Sonnom pour la vie privée (facebook majoritairement en fait à l’heure actuelle, j’ai rien changé d’autre mais je pense que ça va venir petit à petit et surtout ça se fera quand on aura des enfants).
    Je reste Madame Monnom pour mon travail.
    Donc pour l’administration, j’ai coché la case sonNom-monNom (ce qui est classiquement ce que faisaient les femmes ici avant, même si elles se présentaient souvent avec qu’un seul des deux noms). Et comme ici, le fichier est centralisé, c’est assez bizarre parce qu’automatiquement, tous les organismes de l’état font donc référence à ce double nom (quelle surprise quand à la chambre de commerce, j’ai pris rendez-vous avec mon nom et on m’a appelé avec le sien).
    Bref, je ne sais pas si ma solution est optimale, mais j’aime bien l’idée d’une double identité privée/publique mais on verra comment ça évolue au fil du temps.
    Tant qu’on continue de m’appeler Claire, je n’ai pas de problème d’identité… 🙂

  • Vous parlez de l’avis du conjoint (qui est très important), mais je pense aussi a l’avis de la belle famille qui aurait fait une jaunisse, voir meme une crise cardiaque si j’avais dit que je ne prenais pas son nom, voir meme qu’il change son nom pour le mien!!^^ déja qu’ils ont eu du mal a comprendre mon choix d’accoler les 2…. je ne vous raconte même pas!
    Moi je suis pour aussi le choix de « mixer » les nom de famille! par exemple prendre les premieres lettre de l’un, et les dernieres de l’autre… Enfin, avec nos noms de famille ca aurait donné des noms de famille super cool… Mais bon, ca c’est pas possible…. mais j’avoue que j’aurais aimer que lui prenne mon nom pour l’accoler aussi au sien…. Mais ca, malgré mes petites insinuation, je ne pense pas qu’il s’y résoudra… tant pis!

    • Je suis « gâtée » de ce côté, parce qu’en fait ma belle-famille est TRES sensibilisée à la question : M. Métal est espagnol, or en espagne chacun garde son nom et l’enfant prend les 2 noms (père prioritaire cependant, je ne sais pas si c’est toujours le cas).
      Ma BM est rodée à l’exercice, quand ils sont arrivés en France elle a du prendre le nom de son mari, y accoler aussi le sien pour que ça corresponde avec le double-nom de M. Métal qui, sinon, avait son nom n°2 orphelin, ce qui intriguait beaucoup l’administration française. Pour autant, ce second nom c’est plus ou moins perdu, il apparait arbitrairement parfois sur certain papier et parfois non (…!). Et quand l’Union Européenne a tenté d’harmoniser ses relations administratives, entre autre la Sécu, ma BM a du reprendre son « vrai » nom, et donc est devenue … veuve ou divorcée (véridique). Cela a été une galère sans nom (c’est le cas de le dire) pour reprendre papier par papier la situation administrative correcte. Bref, autant te dire que face à ça, la seule chose qu’il l’importe c’est que nous soyons heureux et que nous fassions ce que nous convient à tous les 2 !

  • J’avoue que cette question me travaille beaucoup mais ce n’est pas le mariage qui est pour moi le déclencheur de ce choix de nom. Pour le moment, étant donné que mon passeport est encore valable un certain temps, que mon visa est à mon nom, et que l’université me connait sous mon nom, je n’aurais pas intérêt à ajouter le nom de Monsieur Hamster. Cette question se posera surtout le jour où bébé hamster viendra poindre le bout de sa truffe. Et là j’imagine déjà les multiples discussions et débats, où je suis sûr que je vais perdre… J’aimerais tellement que mon nom soit choisit, car il est en déclin dans ma famille (on manque d’héritiers mâle!)… Et bien sûr, il est hors de question que nos enfants portent un nom double… Calvaire!

    • Melle Ebichu,
      Si j’ai bien suivi et que tu habites bien au Québec, tu n’auras pas à te poser de questions trop longtemps…en effet, c’est comme en Belgique, chaque personne naît avec un nom et le garde toute sa vie ! Tu ne peux le changer que sur demande spéciale en justice.
      Ton permis, ton compte, ton assurance maladie etc, tout est à ton nom de naissance 😉
      Par contre pour un bébé, tu as le choix entre le nom du père,celui de la mère ou les deux dans le sens que tu veux (et ce, depuis plus de 30 ans).

      Évidement, rien ne t’empêche de prendre celui de ton homme pour la vie sociale (lire auprès des amis, dans les activités de loisirs, la bibliothèque etc).

      En fait au Québec, c’est les personnes qui changent de nom qui sont des exceptions et qui sont « hors norme ».

      • Oui effectivement au Québec il est interdit de prendre le nom de l’époux. Cependant nous ne resterons pas au Québec toute notre vie (spoiler!!!!). Une fois rentré en France je vais surement faire des démarches pour prendre un nom d’usage, si et seulement si mes enfants doivent porter le nom de Monsieur Hamster.

  • Ouah !! Quel succès ! Bon courage pour répondre :).
    Sinon, comme j’ai déjà une fille et qu’elle porte nos deux noms, il serait illogique que je prenne le nom de mon fiancé… Mais cela fera l’objet d’une prochaine chronique 😉

  • Chez nous, ca n’a rien a voir avec le féminisme. Je suis une féministe convaincue mais je prendrai le nom de mon époux, comme mes enfants ont pris son nom. Je trouve que c’est une jolie tradition, un peu comme un rite de passage. J’aurais eu de la peine qu’il ne souhaite pas partager son nom avec moi! Comme quoi, chacune d’entres nous voit midi à sa porte… Pour ce qui concerne ma vie pro, je suis la seule personne à exercer ma matière au sein de mon administration, alors mes porteurs de projet finiront bien par me retrouver. Mon prénom est peu courant (voir pas courant du tout du tout) c’est aussi un bon moyen pour me pister! 🙂 J’ai 2 frères et des cousins, mon nom celui de mon papa, (qui aurait pu être différent si ma mère avait voulu autre chose, comme quoi ca tient a rien cette histoire de nom!!) sera donc conservé par ce biais là!
    Bref, j’ai hâte!

  • « si tu choisis, vilaine femme libérée que tu es, de garder uniquement ton nom de famille, prévois de te balader avec ton livret de famille quand tu auras des enfants, sous peine de te voir refuser des soins hospitaliers pour ton p’tit bout par exemple. Et c’est normal quand on y pense… »

    Je comprends la caricature de cette situation mais… pourquoi serait-ce normal ? Parce qu’une femme pourrait enlever un enfant pour… l’emmener à l’hôpital ? Depuis quand la république refuse-t-elle des soins d’urgence aux enfants au simple prétexte qu’ils sont accompagnés d’une personne qui ne porte pas le même nom (s’il ne s’agissait pas d’une urgence, tout aurait été planifié avec le parent, la question ne se pose donc pas) ? Soyons sérieux.

    J’entends souvent cette idée qu’une femme qui ne porte pas le même nom que son enfant ait à prouver de son identité en allant le chercher à l’école. Sauf si l’une d’entre vous a personnellement vécu ça (elle-même, pas une amie/cousine/factrice), j’en reviendrais peut-être, mais pour moi, cela a tout de la légende urbaine. Quand on met son enfant à l’école, on va bien l’inscrire en personne (avec livret de famille à l’appui, dans ce cas c’est normal) ? On communique régulièrement avec les enseignants ? On vient le chercher (presque) tous les jours ? Dans ce cas, pourquoi s’inquiéter si son nom de famille n’est pas le même que celui de son enfant ? Par ailleurs, quant à la situation d’une hospitalisation, on peut légitimement penser qu’un parent présentera le carnet de santé du gamin, où il est fait mention de son ascendance. Qu’il porte le même nom que lui ou non.

    Bref, encore une inquiétude qui n’a pas de fondement destinée à faire culpabiliser les femmes qui ne portent pas le même nom que leur progéniture, ce qui, dit en passant, est très courant dans beaucoup d’autres pays (Italie et Espagne notamment) et ne défrise personne.

    • Alors, il ne s’agissait pas d’une hospitalisation – c’était à l’hôpital, mais je ne sais plus quel acte cela concernait – mais promis promis, je recontacte mon amie et je t’explique ici même la situation très précisément.
      Effectivement, un enfant malade dans un hall d’hôpital ne nécessite pas de papier !!!! Comme un adulte d’ailleurs !
      Le « c’est normal » est plus une sorte d’ironie ou de constat d’échec : le système administratif français n’est pas prévu pour des vérification d’identité d’urgence, ce qui parfois pose problème – la lourdeur de la paperasse paralyse beaucoup de formalités. J’ai mon idée personnelle sur les autres systèmes plus performants qui existent, mais avec leur vices aussi, toutefois ce n’est pas le débat ici.

      Je ne cherche bien entendu pas à faire culpabiliser les femmes, bien au contraire. Ce n’est pas parce que je soulève des incohérences du système (qui sont de surcroit rares dans les faits) que je l’approuve.
      Et comme je viens de le signaler plus haut dans un commentaire, j’épouse un espagnol, je suis donc pas mal rodée aux autres problématiques de conservations-accolages de noms de ce pays.

  • Bien sur qu’il est complètement faux de devoir se balader avec son livret de famille…. Mes 2 fils ne portent pas mon nom, et si je dois les emmener en urgence à l’hôpital, c’est la carte vitale qu’on va me demander, même nom ou pas! Et encore, même sans aucun document je suis sûre qu’ils les prennent.

    Les seuls moments ou on doit présenter le livret, c’est pour une ouverture de compte par exemple, une inscription à l’école ou à une activité, mais quel que soit les noms de famille c’est pareil pour tout le monde.

    • Pour mémoire, j’ai une amie qui travaille en crèche qui m’a aussi plusieurs fois raconté la même chose.

      Prenons un cas X (vraisemblablement mon cas plus tard) où c’est M. Métal qui s’occupe majoritairement de bébé. Certes l’inscription a été réalisée par les 2 parents, on a donc bien l’identité de Mme Mymakao et M. Métal, dans le dossier au fin fond du bureau de la directrice. Mais voilà, Mme Mymakao ne va jamais chercher bébé à la crèche, ses horaires ne lui permettent, c’est toujours M. Métal qui y va et qui connait donc bien le staff de la crèche. En plus, depuis le temps, le staff a évolué, si bien que les quelques personnes qui auraient pu connaitre Mme Mymakao, à l’exception de la directrice, lors de l’inscription par exemple, se font rares (et ne travaillent pas 24h/24 et 7j/7…)
      Mais, un soir où Mme Mymakao a enfin pu se libérer, elle décide d’aller chercher sa progéniture.
      Elle se retrouve donc face à l’assistant(e) maternel(le), qu’elle n’a jamais vu et qui ne l’a jamais vu non plus. Elle jure que c’est bien sa fille (C’est vrai regardez son nez !). Malheureusement, la directrice n’est pas là, avec le pot que t’as le bureau est fermé ou bien les 20 autres bébés hurlent dans la crèche et comme il y fort à parier que le personnel soit en sous-effectif, la priorité de la personne en face de Mme Mymakao n’est pas, dans l’immédiat, d’aller retourner le bureau de sa directrice pour remettre la main sur ton dossier… Non, vraisemblablement, elle va lui demander ses papiers… qui n’auront pas le même nom (si Mme Mymakao n’a pas fait figurer un nom d’usage).

      La situation te semble ubuesque – pour moi pas du tout : je te promets qu’elle arrive régulièrement. Je ne dis pas que c’est normal, et je te donne pas la fin non plus (« donna » ou « donna-pas » l’enfant contre la carte d’identité?) car quelque soit la réponse, elle n’est pas bonne ! L’appartenance à la famille ne s’évalue pas sur la carte d’identité, c’est un fait. Mais cela, parfois (souvent), facilite les choses, à tort, je te l’accorde : il y a fort à parier que face à quelqu’un qui vient de se coltiner une journée entière de boulo, peut-être même qui a fait des heures sup’ pour arranger une collègue, la fatigue personnelle aidant, et bien, si Mme Mymakao présente ta carte d’identité avec marqué épouse : Métal, la personne en question lui refile le mouflet, voire même en s’excusant… Ce n’est pas logique, ça n’a aucune forme de validité administrative, ça peut même faire peur, mais c’est humain ..!

      • Ok, j’ai bien lu ton exemple. Seulement, les crèches ne sont pas de simples « parcs à enfants », les enfants y sont individualisées au possible, leurs parents aussi, les équipes – sauf disfonctionnement – savent à qui elles ont à faire, elles ont échangé avec les parents pendant les temps d’adaptation, lors d’échanges avec les parents, ceux-ci préviennent de qui viendra chercher l’enfant. Et en cas de doute, de vrai doute, admettons qu’une maman vienne chercher son enfant, sans que personne ne l’ait jamais, un simple coup de fil au bureau de la Direction permet de vérifier la chose (parce qu’il y a toujours une Directrice ou une adjointe de presente en crèche). Et dans ce cas, cela arriverait une fois, pas deux sur 3 ans de crèche le risque n’est quand même pas énorme. J’ai oublié de préciser que je parle en connaissance de cause: je travaille en crèche, et je n’ai JAMAIS été confrontée à ce problème!

        • Comme quoi chaque structure peut être différente (surtout selon sa grosseur, néanmoins une petite structure peut aussi limiter ce problème).

          Je ne te parle bien entendue pas d’un cas courant : mais je pense que tu sais aussi bien que moi qu’il y a la théorie et la pratique – exemple basique puisque tu travaille en crèche : ton quota d’enfant par professionnel est TOUJOURS respecté ? Si c’est le cas, accroche-toi à ton poste, tu es dans structure formidable (par les temps qui courent… je veux même bien venir trinquer avec toi!).

          Il s’agit d’un exemple inspiré du réel, qui certes ne se produit pas tout les lundis, voire est tellement rare que justement il est mis en exergue (et non, je répond d’avance, il ne s’agit pas non plus de stigmatiser le personnel de crèche que je respecte énormément par ailleurs), il s’agit juste de pointer un écueil qui s’est produit et pourrait se reproduire, et qui, force est de constater, n’est en gros « la faute à personne » ou « la faute au système ». Et oui, tout à fait d’accord, le risque que ça se produise sur un durée de crèche est de l’ordre d’une seule fois (et de plus sur 1 milliard…), ce qui n’est pas grand chose.
          Soyons claires : je ne cherche pas du tout à te convaincre que j’ai raison là-dessus, mon exemple est concret et je ne vais pas prêcher 1000 an pour t’en convaincre, si tu juges bon de remettre en cause ma sincérité, je ne pourrais de toute façon rien y faire – de mon côté, je ne doute pas du tout que tu n’y aies jamais fait face dans ton métier (encore une fois, structure au top!), cela me rassure même…………. C’est quoi l’adresse de ta crèche ? Je chercherais potentiellement une place dans quelques mois 😉

          • Je ne remets pas du tout en question la réalité de ton anecdote, mais bon, quand même, avant même de penser à devoir justifier son nom de famille, la moindre des choses en tant que parent c’est soit de se présenter au personnel de crèche (déjà pour montrer un intérêt à son enfant, lui faciliter son adaptation), ou au moins que l’autre parent prévienne l’équipe que la maman va venir, en donnant son nom, point. Car personnellement, même si la maman porte le même nom de famille que l’enfant, et qu’elle vient pour la première fois, il est une erreur GRAVE que de lui donner l’enfant sans avoir vérifié avant dans les dossiers qu’elle est bien la maman… Et je ne travaille pas dans une crèche exemplaire, juste qui applique les lois, le règlement intérieur, parce qu’en tant que personnel de crèche, si on est tant soit peu intelligente, on se doute bien que l’on risque gros dans cette affaire…. Moralité: même nom de famille ou pas, cela ne change rien, on doit vérifier l’identité des parents (où de n’importe qui vient chercher un enfant pour la première fois).

        • « Moralité: même nom de famille ou pas, cela ne change rien, on doit vérifier l’identité des parents » Ah mais tout à fait d’accord ! C’est pour ça que je disais que quelque soit la réponse, elle n’était pas bonne !

  • J’ai toujours entendu mon père taquiner ma mère sur le fait qu’elle avait voulu garder son nom de jeune fille accolé à son nom de femme marié, alors les deux noms ne m’ont jamais dérangée.
    Maintenant que c’est à mon tour, je dois dire que j’ai un peu de mal à me faire à l’idée d’abandonner mon nom qui a certains avantages (comme d’être le premier de la liste généralement ^^), mais qui est difficile à écrire. Celui de chéri n’est jamais prononcé correctement par les interlocuteurs, mais plus court et plus simple à écrire …
    De toute façon j’ai déjà à moitié changé, puisque le courtier, la banquière et le constructeur de la maison nous voient déjà comme un couple marié et ne parlent que du dossier Sonnom, au point que l’on cherche mes papiers sans les trouver… vu qu’ils sont à Monnom !!
    Et je dois dire que je n’ai pas vraiment envie d’avoir un nom différent de celui de mes enfants, juste par égoïsme !!

  • C’est une question qui me turlipine beaucoup en ce moment ! Il est établi que nous auront un nom, un seul, parce que j’y tiens. Je veux le même nom que mes enfants pour une certaine unité familiale (je ne dis pas que ceux qui n’ont pas le même nom n’ont pas d’unité hein, pas du tout, mais moi je ne serais pas heureuse si je n’avais pas le même nom que mon mari ou mes enfants).
    Mais, lequel choisir ? J’aime mon nom, il est plutôt chouette, pas hors du commun mais pas banal non plus, pas au début des listes mais pas loin non plus, les gens ne s’arrête pas dessus mais ne l’oublie pas non plus. Mais s’il le prends, il aura les jolies initiale PD. C’est moyen quand même :/ Le sien, il est juste moche et commun au possible, et fait une assonance ridiculement moche avec mon prénom.
    Mais mon homme est un amour et à proposé un deal : on tire à pile ou face ! Celui qui gagne voit son nom utilisé par la famille, et celui qui perds par compensation pourra choisir le 2ème prénom des enfants. C’est pas trop chou ?

  • Super intéressant comme article (et bien écrit en plus), merci d’avoir posé les chose et mis en questionnement d’autres. J’aime bien la façon dont tu définis l’amour, même si elle n’est pas romantique…
    Je trouve également « intéressant » pour l’homme de prendre le nom de son épouse, et j’avoue que je n’y avais jamais pensé ! On a tellement encore le modèle patriarcal de la société-d’il-n’y-a-pas-si-longtemps, qu’on a du mal à s’en défaire, même quand on le voudrait !
    Tout comme vous, on est un couple qui aime l’équité homme/femme et qui – non se bat mais agit au quotidien pour cela. Et la question du nom de famille ne devrait pas tarder à se poser 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *