Mon mariage Sixties : à la Mairie 1ère partie

Je suis très heureuse d’intégrer officiellement la Team des chroniqueuses Madame ! J’ai hâte de te raconter notre belle journée de septembre en détail…

Avant cela, je te propose un petit come-back sur notre cérémonie à la Mairie, qui a eu lieu en juin dernier. Dans un de mes derniers billets, je t’avais laissée sur une arrivée plutôt zen. Nous débarquons à pied, main dans la main, le sourire aux lèvres, sous le soleil exactement. Presque à la cool, en fait !

Mais quand nous apercevons au loin nos proches qui sont déjà réunis sur le parvis, nos cœurs s’emballent ! On y est, ça devient concret ! Ce qui me frappe d’emblée, c’est qu’ils sont tous très beaux dans leurs habits de lumière, des étoiles dans les yeux.

C’est parti pour les accolades, les embrassades, les petits mots…  je suis sur mon nuage ! Nous ne sommes pas nombreux – mariage en petit comité oblige – pourtant je ne sais déjà plus où donner de la tête. Je remarque à peine les nombreux étals du marché installés à quelques pas de nous et les badauds qui nous regardent !

Mlle Birdy

Comme nous ne sommes pas encore tout à fait au complet, on en profite pour papoter un peu. Les derniers arrivants ont à peine le temps de nous rejoindre que l’officier d’état civil annonce solennellement « Mariage Birdy-Bird ? Veuillez me suivre ! ».

Oh la la ! La pression monte d’un cran ! Nous nous regroupons façon troupeau joyeusement désorganisé pour monter le grand escalier qui nous mènera  à la salle des mariages. Le Bird prend le bras de sa maman, je prends celui de mon parrain. Je lui ai demandé quelques semaines plus tôt de me conduire devant M. Le Maire… et je suis contente qu’il ait accepté car en toute honnêteté, je ne sais pas si j’aurais eu le courage de gravir ces marches seule.

Arrivés à l’étage, ce n’est pas encore notre tour, nous devons patienter dans l’antichambre. On nous confirme alors que pas moins de 17 mariages sont programmés le même jour que le notre (on est en 2ème position, avec un passage prévu à 11h10 pétantes) !

Petit checkpoint « identité » pour nous et nos 4 témoins : ma cousine, mon frère et les deux frères du Bird. Avec un frisson d’effroi, je me revois 3h  plus tôt, juste avant de partir chez  le coiffeur,  en train d’hésiter devant mon sac à main… « Est-ce que je prends mon passeport, sachant qu’ils ont déjà mis une copie dans notre dossier ? ». Heureusement, j’ai suivi mon instinct et j’ai embarqué le précieux sésame « au cas où » ! Imagine la cata si je l’avais laissé sur la commode… Bref. Du coup, je m’assure que tout le monde a bien de quoi prouver son identité.

Après avoir montré patte blanche, c’est de nouveau l’attente… 1 ou 2 minutes pas plus, qui me paraissent tout de même être une éternité. Je choisis de m’isoler de l’effervescence générale pour prendre une petite photo d’une des poches de ma robe – la robe à poches, c’est tellement pratique, ma bride ! – un cliché de mon papa et de moi bébé, que j’aime tout particulièrement. Je tenais à avoir un moment de recueillement perso juste avant la cérémonie, une pensée rien que pour lui

Finalement, la porte s’ouvre et nous voyons sortir les mariés qui nous précèdent, accompagnés de leur proches. On échange un petit sourire entendu et je jette un coup d’œil à la robe de la mariée bien sûr!   Voilà, c’est à nous ! Un peu intimidés, nous découvrons la salle des mariages et  je tombe immédiatement sous le charme. Je n’imaginais rien de spécial, mais je suis frappée par le cachet de l’endroit et me sens tout de suite à l’aise.

Emotion

Nos familles s’installent derrière nous, tandis que nos témoins prennent place en ligne, sur le côté, ce qui nous permettra, en tournant légèrement la tête, de les voir tout au long de la cérémonie civile. Une très chouette attention, je trouve !

L’adjoint au Maire prend la parole et se présente.

Avec le Bird, on a du mal a réprimer un grand sourire : la personne qui va nous marier est compétente dans les domaines de l’écologie urbaine, du développement durable et solidaire… Ça nous parle carrément, puisque dans nos jobs respectifs, nous intervenons régulièrement sur ces problématiques. C’est de bon  augure, tout ça.

On sait que la cérémonie doit durer 15 min maxi, mais on est agréablement surpris par le fait que l’adjoint ne l’expédie pas en 4ème vitesse. Il prend le temps de nous raconter quelques anecdotes sur sa fonction de célébrant de mariages avec humour et décontraction, avant de passer à la lecture des articles… Il nous épargnera d’ailleurs celui sur la solidarité des époux au niveau de la dette, “pas hyper romantique”, apparemment supprimé du Code depuis l’adoption du Mariage pour tous.

Dans ma tête, je t’avoue que c’est un peu flou. J’ai du mal à réaliser que le moment qu’on attend depuis près d’un an 1/2, c’est maintenant. Mais en même temps, je suis super heureuse d’être là… En discutant avec le Bird après coup, il me dira qu’il a eu la même sensation, l’envie de se dédoubler pour pouvoir être à la fois acteur et spectateur de la cérémonie !

Arrive l’instant fatidique et magique de l’échange des consentements, avec le rappel de l’état civil.

Au moment du mien, gros couac, l’adjoint écorche le nom de jeune fille de ma mère… Il se reprend, mais l’écorche encore plus ! Ma tante, hilare, lui donne la bonne prononciation mais peine perdue, il n’y arrive pas. On s’y met tous et ça part en fou rire général ! On reprend quand même notre sérieux pour le “oui”. Et voilà, nous sommes mari et femme ! On s’enlace et on s’embrasse sous les bravos…

Jeunes mariés

Autre moment d’émotion, quand nous nous approchons de nos témoins et que mon frère me serre fort dans ses bras pour me féliciter. Pas besoin de parler, on sait, c’est tout.

Il reste simplement à signer les registres et à récupérer le livret de famille… Là, une QCMPEPSCQC – question con mais peut-être pas si con que ça – m’assaille : est ce que je dois parapher avec ma nouvelle signature de Madame Birdy-Bird ou faire comme d’habitude ? Je suis un peu troublée du coup, je crois que je fais une petite bafouille hybride qui ressemble plus à un gribouillage…

Signature de l'acte

Le mot de la fin revient à l’adjoint, qui me complimente à nouveau sur mon bouquet DIY – il avait déjà noté son originalité à notre arrivée – et qui nous souhaite tout simplement un “mariage durable”, private joke inside.

Bouquet DIY

Nous cédons la place au prochain mariage et redescendons sur le parvis, pour les traditionnelles photos !

La suite au prochain épisode avec – attention TEASER – un epic fail qui te fait sans doute cauchemarder et qui m’est arrivé, le jour de mon mariage !

Toutes photos : BabouchKAtelier

Et toi, tu l’imagines comment, ta cérémonie civile ? Toi aussi, tu crains un peu les mariages à la chaîne ? Tu penseras à prendre tes papiers d’identité ? Ton bouquet, tu le fais toi-même ? Raconte ! 



8 commentaires sur “Mon mariage Sixties : à la Mairie 1ère partie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *