La réalisation de notre court-métrage « save-the-date »

Comme je te disais dans ma chronique de présentation, je viens juste de démarrer les préparatifs de mon mariage.

Juste après l’étape administrative à la mairie s’est posée la question du faire-part. C’est en naviguant sur le net, il y a quelques semaines, que j’ai entendu parler des save-the-date pour la première fois. Du temps de mon premier mariage, il n’y avait ni Internet ni YouTube ni rien de ce style et j’ai tout de suite su que je voulais un save-the-date version film court-métrage, je trouvais ça génial…

Et puis je me dis que j’aimerais que nos enfants y participent. En effet, nous vivons ce que l’on a coutume d’appeler une famille recomposée et notre mariage impacte forcément nos chères têtes blondes (3 garçons de 16 à 22 ans). Mais il fallait maintenant convaincre Chéri et nos jeunes, ce qui ne fut pas le plus facile. Je te raconte.

La réalisation de notre court-métrage "save-the-date"

Crédits photo (creative commons) : Moleshko

L’art de la persuasion

Un beau soir, Chéri aperçoit des robes blanches sur mon écran et il me demande ce que j’ai trouvé de beau. L’occasion est trop belle et je lui parle avec enthousiasme de cette tendance du save-the-date sous forme de court-métrage que je trouve suuuuper originale.

– Compliqué techniquement, assène-t-il, sans un logiciel professionnel si on veut un résultat qui tienne la route. Et pour le son, c’est encore plus délicat, un son pourri ça te fiche ton film en l’air, etc.

Je précise, si tu ne l’as pas déjà compris, que Chéri est du genre perfectionniste et qu’il ne fera JAMAIS rien d’approximatif dans sa vie, pas même un save-the-date. Qu’à cela ne tienne, j’ai une technique bien rodée pour ce genre d’obstacle. Elle peut paraître légèrement manipulatoire vue de l’extérieur mais elle donne d’excellents résultats : j’ouvre de grands yeux légèrement déçus et lâche d’un air résigné en regardant l’écran « ah oui, ça doit sûrement être des gens qui bossent dans la pub ou quelque chose comme ça ». Et là, le secret de la recette avec Chéri c’est de lâcher (temporairement) le morceau et de laisser mijoter le temps nécessaire. Bon, je sais, il faut une certaine expérience pour réussir avec brio ce type de technique mais c’est justement l’avantage d’avoir la quarantaine bien entamée et déjà un mariage à son passif actif.

Ça ne rate pas. Quelques jours plus tard, Chéri rentre du bureau avec une plaque en carton de deux mètres sur deux recouverte d’aluminium et il me dit :

– Regarde ce que j’ai trouvé, c’est parfait pour la lumière. Et pour le micro, je crois que j’ai ce qu’il faut. Jean-Pierre me prête son « Adobe Première Pro »…

Là, tout en riant sous cape, je fais presque mine de lui demander de quoi il me parle et je minaude alors le plus hypocritement du monde : « Tu ne crois pas que ça va être un peu compliqué quand même ? ».

Bon, le côté technique, c’était fait. Il reste maintenant à convaincre nos trois garçons de devenir acteurs d’un jour. Je lance le sujet le soir même entre la poire et le fromage. L’accueil est mitigé. L’un, qui fait du théâtre depuis 8 ans a besoin d’un scénario et de textes préparés, le second n’a pas envie de se ridiculiser et le dernier semble découvrir qu’un projet de mariage est dans les tuyaux. Qu’à cela ne tienne, encore une fois, je ressors ma bonne vieille technique et leur dit qu’ils ne sont pas obligés, qu’on trouvait juste sympa qu’ils puissent participer à ce film qui restera dans les mémoires. J’applique à la lettre la recette et je n’y reviens pas de toute la semaine qui suit…

La réalisation de notre court-métrage "save-the-date"

Crédits photo (creative commons) : Jay Mantri

L’important : laisser mijoter

Le samedi suivant  (c’est infaillible je vous dis), l’aîné nous demande où en est le film. Entre temps, notre « théâtreux » a eu une idée de scénario et l’aîné nous annonce qu’il a trouvé des extraits de l’Ancien Testament qu’il pourra lire pour son rôle. Nous restons, son père et moi, un peu bouche bée parce qu’il fait une école de commerce et qu’il n’est pas franchement porté, a priori, sur les « Saintes Écritures ». Nous non plus d’ailleurs ! Le plus jeune ne sait toujours pas de quoi on parle et les deux aînés lui suggèrent de jouer son propre rôle, celui qui n’est jamais au courant de rien.

Comme c’est samedi, qu’on les a tous les trois sous la main et qu’on les sent chauds, nous décidons de passer à l’action immédiatement en prétextant des essais d’improvisation. Comme nous venons d’acheter une belle maison, nous en profitons pour filmer chacun dans un endroit différent… ça fera une visite guidée pour nos parents qui vivent loin et qui ne l’ont pas encore vue. Clément dans le jardin, Hugo dans le salon, Tristan dans la salle de jeux, Chéri au bar et moi dans la piscine. Sauf que la température n’est pas franchement très élevée (à peine 24°C) et que je suis objectivement très frileuse. Je vais refaire  plusieurs fois mon bout de scène en claquant des dents, pressée que ce soit la bonne prise, la bonne lumière, le bon son car je n’en peux plus, je grelote.

Au bout d’une heure tout est dans la boîte, Chéri s’enferme dans son bureau : derushage, choix des extraits, de la musique, on sent qu’il s’éclate et il avance vite et bien. C’est quasiment bouclé quand il commet alors une erreur fatale et me demande de quelle couleur je souhaite le dernier texte avec la date du mariage. Il se trouve que  j’ai une idée bien précise : ma couleur du moment, celle avec laquelle je repeindrais à peu près tout ce qui me passe sous la main (volets, placards, déco, chat, etc.) c’est le bleu Aqua.

– Bleu à quoi ? me demande-t-il, les sourcils froncés de celui qui n’a pas ça en magasin.

Me voilà en train de lui expliquer les subtilités d’un bleu qui tire sur le vert mais qui n’est ni du turquoise, ni de l’émeraude… non, un peu plus bleu quand même…. Au bout d’une demi-heure, il me trouve enfin la couleur magique… c’est limite ce qui aura pris le plus de temps. Mais que ne ferait-il pas pour mon bonheur ?

Tout le reste va très vite, on fait une avant-première pour les témoins et on envoie ensuite à tous nos invités et à la famille éloignée un petit texte d’accroche légèrement énigmatique avec le lien pour visionner le film. Ce film raconte notre rencontre insolite sur un volcan de l’île d’Ambrym (archipel du Vanuatu, Océanie) au cours d’un trek qui nous a menés  d’un bout à l’autre de l’île à pied sur 10 jours (sans se laver)… et se termine par l’annonce du mariage.

Nous sommes ravis du résultat qui est très original grâce au talent de Chéri qui assure sur la partie technique. Je suis sûre que tu brûles d’envie de voir notre « chef d’œuvre » maintenant que je t’ai raconté le backstage (pour des raisons que tu comprendras j’ai légèrement flouté les visages) :

Quelques conseils si tu veux te lancer dans un court-métrage « save-the-date »

  • Va sur YouTube regarder quelques save-the-date et tu verras vite ce qui te plaît et ce que tu ne veux pas.
  • Mieux vaut avoir en tête un scénario de base et un fil conducteur pour savoir où aller. Dans le feu de l’action, d’autres idées viendront et le scénario s’enrichira.
  • Le plus compliqué c’est le son. Si tu n’as pas spécialement de matériel professionnel, tu devras veiller à tourner en intérieur ou faire en sorte qu’aucun bruit parasite ne couvre le son. Tu peux aussi bâtir ton scénario en prévoyant une « voix off » et de la musique au montage.
  • Pour le montage justement, il existe des logiciels faciles d’utilisation : Movie Maker ou Pinacle Videospin, téléchargeables gratuitement. Si tu veux un résultat plus professionnel, il y a « Première Pro » mais il faut savoir le manier.
  • Filme plusieurs versions de la même scène, change d’angle, visionne le résultat et recommence. En effet, mieux vaut passer un peu de temps à trier et jeter des rushs que devoir recommencer une scène après-coup car le son est mauvais ou la lumière trop faible.
  • Surtout fais court, 2 minutes maxi et évite les plans trop longs.
  • Pense à t’amuser, ça doit rester un moment fun qui te laissera de beaux souvenirs !

Et toi, ça te tente de te lancer dans une vidéo save-the-date ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



14 commentaires sur “La réalisation de notre court-métrage « save-the-date »”

  • Ah ah j’ai bien ri en te lisant ! Super.
    Mais… on peut se laver en randonnée : même dans les randos où il n’y a pas de lac ou rivière (vive le savon en feuilles) il existe des lingettes (bon, faut les porter dans le sac à dos, et quand on compte chaque gramme…). Moi, j’exige des randos avec rivière ou lac maintenant !!!

    • Ah ben j’ai appris à me laver avec un peu d’eau de pluie et un micro savon…et ça l’a bien fait ! En plus ça nous a permis de « sentir » qu’on était fait l’un pour l’autre 🙂

  • Bonjour Mademoiselle Ambrym, ton save-the-date est d’autant plus génial quand on connaît l’histoire de sa création… Beau travail après des débuts plus que compromis ! Vivement la suite de tes aventures, avec de jolies photos de la Nouvelle Cal pour nous faire rêver ?

  • Aha j’adore ! Et le rôle du petit dernier jamais au courant de rien… On dirait mon frère ! ^^ Nous avons aussi opté pour un save the date vidéo… J’ai eu l’idée saugrenue de faire parler notre chat (la tête de chéri quand j’ai lâché l’idée) et grâce au talent de chéri, à la bonne volonté du chat et aussi un peu grâce au super matos que chéri s’était acheté pour ses études d’audiovisuel, le résultat était vraiment chouette 🙂

  • Le résultat est très pro, original et totalement personnalisé, j’adore ! J’imagine que vius avez eu pas mal de retours de la part de vos proches ?

    Et je suis fan de ta méthode de persuasion… un peu fourbe, mais tellement efficace 😉

  • C’est tout simplement génial de faire participer toute la famille à ce petit film. Vous avez du vous amuser (excepté, peut être, dans l’eau froide…)
    Et le coup du « quoi on m’a rien dit à moi » m’a bien fait rire.
    En tout cas j’espère que les retours n’ont pas été décevant …

  • Absolument génial !!!! J’adore la fin !!!! Bravo, vraiment !!!
    Je vois exactement de quoi tu veux parler, j’ai le même homme à la maison, si…. perfectionniste !!!!

  • On se régale de lire ce texte, vous avez la plume facile, c’est un régal.
    Je pense que le mot manipulatrice peut être employé sans vergogne dans votre cas ! Mais sans être péjoratif, simplement vous avez l’expérience suffisante pour arriver à vos fins….comme toutes les femmes !!!
    Bravo à tous !

  • Je me reconnais tout à fait dans votre histoire! Nous avons aussi tourné dans un petit film pour notre STD et mon conjoint est trés exigeant! Nous avons reussi à boucler le tout et ça a été vraiment un réel plaisir pour nous de le tourner et pour nos invités de le regarder!
    Trés beau travail en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *