Un save-the-date en deux temps, trois mouvements

Maintenant que nous avons trouvé notre salle parfaite, la date de notre mariage est donc sûre et certaine… et voici venu le temps des rires et des chants d’annoncer la nouvelle à la terre entière. Enfin, à nos chers invités quoi.

Notre mariage ayant lieu en Charente, région qui n’est ni ma région d’origine, ni celle de Mr Claddagh, notre mariage demandera un peu d’organisation pour nos invités, d’autant plus que la région est touristique, et qu’en plein mois d’août, les logements sont bien souvent réservés des mois à l’avance ! Nous avons donc souhaité leur annoncer la date le plus tôt possible, pour qu’ils aient tout le temps de réserver leurs vols, leurs ferries, leurs trains, leurs calèches, leur logement, etc.

[Spoiler alert : tu apprendras que les invités ne profitent pas touuuujours d’avoir été prévenus en avance, et nos save-the-date n’ont pas évité les questions existentielles à 3 semaines du mariage, du type « Et comment on fait pour aller de l’église à la salle ? » ou encore « Je n’ai pas encore trouvé de logement et il ne semble plus y avoir grand chose ». Mais j’y reviendrai en temps voulu !]

Pour le moment, emplis de naïveté, de cœurs et de paillettes, nous décidons donc d’envoyer un save-the-date presqu’un an à l’avance. C’est à dire en septembre 2017, pour notre mariage en août 2018. Après avoir expliqué à Mr Claddagh en quoi ça consistait (pour un peu, il voulait envoyer un faire-part directement… sans même connaître l’heure de la cérémonie !), s’est alors posée la question du format du save-the-date en question.

Nous nous sommes rapidement mis d’accord sur un save-the-date par email, parce qu’il était hors de question de dépenser autant que pour un faire-part, sans parler des timbres pour l’étranger. J’avais beau avoir de magnifiques save-the-date sur Pinterest, avec un petit crayon ou un magnet à mettre sur le frigo, soyons honnêtes chère Dentelle, ça ne rentrait pas dans notre budget, et ce n’était pas vraiment essentiel. J’ai donc mené ma petite enquête, et mon ami Google m’a fait découvrir plusieurs sites permettant de créer un save-the-date en ligne. Après avoir regardé plusieurs modèles et le fonctionnement des sites, j’ai choisi Paperless Post.

Crédits photo : Copie d'écran Pinterest

Voici ce à quoi ressemblait mon tableau Pinterest « STD »

Par un beau dimanche du mois de septembre, j’ai dégainé mon Macbook plus vite que l’éclair avant que Mr Claddagh ne saute du lit, et je lui ai fait part de ma trouvaille. Je lui ai proposé de commencer à sélectionner quelques modèles pour pouvoir le finaliser plus tard, et l’envoyer assez rapidement. Ce à quoi Mr Claddagh a répondu : « On regarde ça tout de suite, on le finit aujourd’hui, et on n’en parle plus ». Optimiste, comme tu le vois. (Devant tant d’optimisme, je n’ai pas voulu le contrarier, tout en sachant bien que ce save-the-date n’allait pas « juste » nous occuper un petit après-midi pluvieux de septembre. Oui parce que moi, forte de mes nombreuses lectures de Mademoiselle Dentelle, je savais très BIEN qu’un save-the-date, ça ne se fait pas en un claquement de doigt, sans même parler du f*cking faire-part ! Mais soit, commençons à choisir le modèle.)

En quelques minutes, nous nous étions mis d’accord sur celui-ci. Et après plusieurs essais avec différentes photos, nous avions trouvé celle qui rendait le mieux également. Il ne restait plus qu’à ajouter le texte : nous voulions quelque chose de très simple, pour ne pas avoir à le traduire en français et en anglais : donc la date, le lieu, et puis c’est tout !

Ce qui a pris le plus longtemps fut probablement le choix de la police et de la taille de l’écriture. C’est pour dire.

Crédits photo : Capture d'écran Paperless Post

Et voilà le résultat final, avec l’une de nos photos de fiançailles !

Ensuite, il te suffit d’importer ton carnet d’adresses ou ta liste d’invités sur le site, et hop, tu peux les envoyer par email aussitôt !*

* Cela implique évidemment d’avoir fait ta liste d’invités auparavant. Et d’avoir demandé les adresses email que tu n’avais pas. ET que ton fiancé ait fait de même. Hum. Ce n’était pas le cas de Mr Claddagh, malgré le fait que je le lui ai demandé trois trente-cinq fois. J’ai donc fini par envoyer mes save-the-date de mon côté, car certains invités commençaient à me demander où, quand, quoi, comment, puis à envoyer les siens lorsqu’il a eu toutes ses adresses email. Nos deux côtés ne se connaissant pas et ne vivant pas dans le même pays, il y avait peu de risques qu’un invité tombe sur un autre à la boulangerie en mode « oooh tu as reçu le save-the-date de Mr et Mlle Claddagh ?? – Euuuuh non… ». Voilà voilà.

Les gros avantages d’un save-the-date sur Internet, comparé à envoyer les emails toi-même : tu peux suivre l’état de ton save-the-date, c’est-à-dire voir qui l’a ouvert, qui ne l’a pas encore ouvert. Les invités ont également accès à « plus de détails » en cliquant sur l’email, et peuvent consulter la page de l’événement : tu peux y mettre un plan, l’itinéraire, une liste de logements… Ils peuvent aussi laisser un petit mot sur le mur de l’événement (que toi et tes invités peuvent voir) : nous avons ainsi eu plusieurs réponses positives, un an à l’avance !

Crédits photo : Capture d'écran Paperless Post

Crédits photo : Capture d'écran Paperless Post

Le site propose également de faire imprimer tes faire-part ou save-the-date, et puisque nous les trouvions super jolis, Mr Claddagh a proposé d’en faire imprimer une vingtaine, et de les poster « à l’ancienne » pour nos familles proches, afin qu’ils aient un joli souvenir « matériel ».

Le site étant spécialisé dans les invitations en ligne, je ne m’attendais à rien d’extraordinaire quant à l’impression : et bien j’avais tort ! Nous les avons reçus plutôt rapidement, dans une jolie boîte : l’impression était d’excellente qualité, et le soutien à la clientèle vraiment à l’écoute (nous voulions ajouter une image au verso, option qui n’était pas proposée : nous avons donc été mis en contact avec l’équipe « design » qui a créé notre verso exactement comme nous le voulions, et sans supplément !).

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Et voilà comment nous avions terminé (et presque envoyé) nos save-the-date en un tout petit après-midi, et sans prise de tête ! Mais rassure-toi, le chemin vers les f*cking faire-part ne sera pas une route aussi tranquille…

Alors, je récapitule, pour toi :

Pour un « save-the-date-pas-prise-de-tête-sur-Internet », il te faut :

  • un fiancé (ça aide, en général)
  • une date fixée, 100% fixée (donc avoir trouvé la salle de vos rêves, et avoir eu la confirmation de la mairie et/ou de l’église)
  • un lieu ou au moins une ville 100% fixée aussi (c’est bien joli de prévenir tes invités, mais encore faut-il qu’ils sachent jusqu’où ils vont se coltiner Tata Marguerite dans la voiture)
  • un site Internet sympa qui propose des save-the-date (ça peut valoir le coup de chercher en anglais, puisque nos amis américains sont très portés là-dessus)
  • un après-midi pluvieux au lit
  • un chouia de patience et de créativité (mais pas trop non plus, tu vas t’amuser avec les faire-part dans quelques semaines, n’en faisons pas trop !)
  • une jolie photo de vous deux
  • Facultatif : un verre de vin

Et toi, as-tu envoyé un save-the-date ? Sous quelle forme ? Est-ce que ton fiancé et toi étiez plutôt d’accord ou est-ce que ça vous a pris beaucoup de temps ?

Hey ! Moi, c'est Madame Claddagh (et tu comprendras vite pourquoi), 29 ans, prof de français langue étrangère au pays des moutons. Lui, c'est Monsieur Claddagh, 31 ans, Irlandais pure souche, rencontré il y a presque 4 ans dans la petite ville irlandaise où je vis depuis 7 ans. Nous avons organisé notre mariage à distance pour août 2018, en Charente Maritime ! Au programme : un mariage civil la veille, une cérémonie religieuse bilingue, une belle salle et de vieilles pierres, des bougies, des fleurs et de la dentelle (of course) partout pour un mariage franco-irlandais qui mélange les traditions de chaque côté de la Mer Celtique !

Commentaires

  • Mademoiselle Crapate
    Mademoiselle Crapate
    Répondre
    19 novembre 2018

    Tes save-the-date sont vraiment sympas ! Nous aussi on en a envoyé, mais je sais pas si nos invités ont vraiment compris le concept. Je crois que la plupart ont simplement comprit qu’on se mariait. Le site que tu as utilisé a l’air vraiment pratique : c’est chouette de pouvoir voir les réponses et des infos en plus ! Nous aussi c’était envoyé par mail, mais j’étais passé par photofiltre et le résultat reste amateur meme si je l’aime bien 🙂 Du coup tu nous tease un peu sur les faire parts donc j’ai hâte d’en savoir plus !

      • Mademoiselle Crapate
        Mademoiselle Crapate
        Répondre
        19 novembre 2018

        Haaa ! J’ai hâte de voir ça !

  • Avatar
    Madame Saphir
    Répondre
    19 novembre 2018

    Haha tu m’a bien fais rire ! Moi aussi, je rêvais de SAV magnet, crayon et tutti quanti… C’était « no way » pour M. Golf ^^

    C’est génial ces sites qui te permettent de savoir qui a reçu le SAV, je ne connaissais pas ! En plus, le vôtre est joli et clair, ce qui ne gâche rien. Vous avez été plus efficace que ce que tu imaginais au départ, mine de rien !

    Tu viens nous montrer tes f*** FP bientôt ? 😀

    • Avatar
      Madame Saphir
      Répondre
      19 novembre 2018

      *STD (… et pas SAV) – ça m’apprendra à prendre une pause au bureau sur MD ^^

  • Avatar
    La petite Sirène
    Répondre
    22 novembre 2018

    Ah, Madame Claddagh… les save the date, ce concept abstrait pour nos invités.
    Ca ne m’étonne pas que personne ne se soit inquiété des hébergements dès le STD. Les invités attendent souvent les FFP, voire pour certains attendent que les mariés appellent et prévoient tout pour tout le monde (quoi ? tu ne t’es pas transformée en agence de location de logements ?)
    Mais heureusement, ce n’est qu’un petit soucis au final (même si, nous sommes toutes un peu déçues et/ou énervées quand on a déjà l’impression d’en faire beaucoup).
    De notre côté, sur les 60 STD envoyés, on a eu des réponses de seulement 5 personnes… Espérons qu’ils soient plus rapides pour la réponse au FFP afin qu’on sache combien de repas prévoir.

    • Avatar
      La petite Sirène
      Répondre
      23 novembre 2018

      Nos FFP seront envoyés bientôt et je croise les doigts pour ne pas avoir à courir après les invités.
      Nous demandons une réponse assez tôt car nous devons organiser les couchages au domaine… une longue histoire. Je te dirais comment ça s’est passé.si je ne suis pas débordée d’ici là !
      Pour le traiteur, il nous a bien précisé que nous affinerons le nombre jusqu’à 10 jours avant le mariage environ. Du coup, merci de tes précieux conseils. Ça m’évitera de l’appeler 15 fois pour changer le nombre de convive 😉

    • Avatar
      La petite Sirène
      Répondre
      23 novembre 2018

      Les FFP partent bientôt (on devrait finir leur confection ce week-end)… On verra si nos invités sont du genre à répondre rapidement ou non. On a demandé une réponse assez tôt afin d’avoir le temps de courir après le retardataires.

      Notre traiteur nous a prévenu que le nombre de convives pouvait varier jusqu’à 10 jours. Mais merci de tes précieux conseils, cela m’évitera de lui téléphoner 15 fois.

      Je retiens un point positif non négligeable des préparatifs du mariage : on peut se reconvertir en agence de voyage, créatrice en papeterie, chef de micro-entreprise (parce qu’on est trop fortes pour coordonner les tâches de tout le monde) et ,le plus important de tous les job : wonder woman,! 🙂 et pour ma part je me suis même découvert des talents de peintre… comme quoi !

      • Avatar
        La petite Sirène
        Répondre
        27 novembre 2018

        Oups… je pensais que mon premier message ne s’était pas publié. Du coup j’en ai refais un… Désolé pour la redondance :/

  • Avatar
    maeva
    Répondre
    6 septembre 2019

    Bonjour

    Très joli STD !!!

    Quel est la police d’écriture utilisée pour le « SAVE THE DATE » ?

    Merci d’avance

Poster une réponse