M-10 (novembre), le dessin de ma robe

Après un article vraiment très long sur la décoration de notre salle de fête, je vais essayer maintenant de te faire imaginer (en bien moins de mots) ce que j’ai porté lors de notre belle journée.

Comme tu le sais déjà, suite à mes essayages en France, j’ai décidé après plusieurs essayages de contacter Christelle Egger, de Cételle La Mariée, une couturière de la région lausannoise pour faire faire ma robe de mariée. Le fait d’avoir une maman couturière et l’article de Madame Suzette m’avaient bien préparée sur le déroulement d’un tel processus créatif.

Tout comme pour d’autres chroniqueuses qui ont vécu une aventure similaire, il y a d’abord eu une première prise de contact pour parler de mes goûts, mes envies et de notre mariage. Puis un autre rendez-vous (dans mon cas, il y en a eu deux) pour échanger sur les croquis qui ont découlé de notre rencontre, prendre les mesures, et discuter étoffes à partir d’échantillons. Est ensuite venu l’accord sur un modèle particulier et le devis. Les essayages en eux-mêmes n’ont commencé qu’en avril (pour un mariage an août et un premier rendez-vous fin octobre) et ont eu lieu en trois fois : la toile (le modèle dans un tissu moins cher, histoire de se faire une idée et ajuster le croquis), le modèle quasiment fini, les dernières retouches.

Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice

Crédit photo (creative commons) : Pexels

Étant donné que Monsieur Pragmatique et moi habitons à l’autre bout de la Suisse, de nombreux échanges se sont fait par email et j’ai systématiquement essayé de combiner un samedi dans l’atelier Cételle avec d’autres rendez-vous pour le mariage. Suite à chaque rendez-vous, j’ai ensuite pris le temps de repenser à ce qui avait été discuté, de mettre des mots sur mes sensations de doutes inexprimées, de poser les questions tardives qui me venaient alors à l’esprit. Je ne pense pas que Christelle ait eu de nombreuses autres mariées qui lui envoyaient un email de débriefing après chaque rencontre, mais je crois que c’est ça qui m’a permis de vraiment bien me projeter dans ma robe et de ne pas en douter le moins du monde, au contraire de Madame Creamy.

Mais revenons au début de cette aventure.

Pour rappel, je souhaitais me diriger vers la chose suivante :

  • Robe ingénieuse modulable (top et jupe séparés) avec jonction peu visible (pour garder l' »effet robe ») et reportable (base sobre)
  • Bustier long en décolleté cœur, à bretelles et sans manches, avec de la dentelle mais suffisamment sobre pour pouvoir être reporté avec un pantalon à une autre occasion
  • Pour la cérémonie religieuse : jupe longue (soit à quilles, soit en tulle coupe princesse) avec idéalement du plumetis parsemé de dentelle qui s’estompe sur la longueur
  • Pour la soirée et/ou le civil : jupe patineuse ou tutu longueur midi
  • Coups de cœur sur d’autres modèles : quilles, plumetis dentelle rebrodée, tissus drapés/plissés, dos en V
  • Pas de satin, de brillants, de boutons dans le dos ou de laçages de corset, ni de gros écaillé sur la dentelle

Après mes divers essayages en boutique et atelier, j’ai esquissé plusieurs idées dont je souhaitais discuter avec la couturière.

Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice
Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice

Ma première idée : une sous-robe à quilles avec un sur-bustier et une sur-jupe – les gros pois symbolisent des plumetis ou des patchs de dentelle

Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice
Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice

Ma deuxième idée : un sous-top en plumetis, une robe relativement simple avec top bustier plissé, deux sur-jupes

Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice
Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice

Ma troisième idée : un top bustier avec un sur-top mi-plissé ni plumetis coulant de façon stylisée comme des « flammes » et deux sur-jupes

Comme tu peux le voir, j’y avais beaucoup pensé et il y avait de quoi beaucoup discuter ! Christelle était très chaleureuse, très ouverte et à l’écoute de mes idées même les plus farfelues.

J’ai montré également des photos de mes divers essayages en expliquant sur chacune ce qui m’attirait et ce qui me déplaisait. Il n’a parfois pas été facile de dire précisément ce qui n’allait pas sur tel et tel modèle par rapport à tel autre, mais Christelle est parvenue à cerner les éléments clefs malgré tout. Elle m’a ensuite montré plusieurs étoffes possibles, et a dessiné quelques croquis et pris un peu de temps pour rechercher les tissus exacts qui pourraient donner vie à ses idées.

La proposition initiale contenait deux croquis : d’une part un bustier en crêpe avec de la dentelle éparse et coulante se clipsant avec des pressions sur une jupe à quilles longueur midi en tulle uni et complété avec un manteau d’organza qui faisait aussi sur-jupe pour la cérémonie ; d’autre part une robe asymétrique avec un plumetis brodé de dentelle sous laquelle vient s’ajouter une sous-jupe longue pour la cérémonie religieuse.

J’aimais beaucoup la deuxième proposition mais trouvait que « trop de plumetis tue le plumetis », et préférais nettement le bustier du premier modèle sans adhérer au concept du manteau d’organza.

J’en ai conclu que choisir l’une ou l’autre des propositions telle quelle me mènerait à des regrets, et j’ai communiqué mes doutes à Christelle qui est alors partie en quête de LA dentelle qui saurait me convaincre et a réalisé un nouveau croquis sur lequel le bustier aurait une dentelle coulante qui viendrait se superposer aux jupes. Cette fois était la bonne !

Nous nous sommes revues en décembre pour en parler et je suis repartie enchantée d’avoir enfin eu un modèle concret qui remplirait mon critère d’ingéniosité technique qui exigeait une robe en deux parties sur laquelle la transition soit insoupçonnée.

Crédit croquis : Cételle La Mariée (cetelle.ch)

Crédit croquis : Cételle La Mariée – partage autorisé par la créatrice

Le croquis pour la robe de cérémonie – Il s’agit d’une jupe longue et d’un bustier coulant à bretelles amovibles

Crédit croquis : Cételle La Mariée (cetelle.ch)

Crédit croquis : Cételle La Mariée – partage autorisé par la créatrice

Le croquis pour la robe du bal, avec bretelles et jupe différentes

J’ai versé les arrhes en début d’année afin que Christelle puisse commander au plus tôt les tissus (notamment la dentelle en provenance d’Angleterre).

Imaginer ma robe de mariée pour la faire coudre par une créatrice

Crédits photo : Photo personnelle

Dentelle rebrodée et plumetis

Peu de temps après, j’avais désormais chez moi le croquis final et des échantillons de crêpe, de tulle et de dentelle (pour permettre à Monsieur Pragmatique de partir en quête de son costume sans faire de faux pas de couleur !)… Et je n’avais alors plus qu’à attendre avec impatience le premier rendez-vous d’essayage en juin ! Mais il te faudra attendre un peu pour voir le modèle en construction !

Et toi, as-tu décidé de faire appel également à une couturière pour ta robe de mariée ? As-tu aussi dessiné tes envies de robes ? Raconte-moi !

Coucou ! Moi c'est Mademoiselle Rationnelle, développeuse logiciel, 27 ans le jour J, franco-suissesse. Lui, c'est Monsieur Pragmatique, conseiller fiscal, 28 ans le jour J, 100% suisse pur jus. Et nous avons organisé à distance notre mariage pour fin août 2017 dans la région de nos racines et de notre rencontre : en Lavaux (au bord du lac Léman, en Suisse). Pour chaque décision et chaque prestataire, nous voulions être convaincus (la voix de la raison) et idéalement aussi persuadés (la voix du coeur) de notre choix. Nos compromis ont donc été longuement discutés et évalués pour trouver le meilleur équilibre possible, et cela a bien entendu donné lieu à des critères parfois inhabituels ou compliqués mais toujours entièrement assumés. Et notre investissement a payé, car nous avons eu un mariage de rêve et totalement à notre image ! Les maîtres-mots directeurs de ce bel événement ? Élégance classique et modernité technophile. Un compromis des plus simples, n'est-ce pas ?

Commentaires

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    6 mai 2020

    Trop chouette cette robe modulable ! C’est vraiment une super idée. J’adore le croquis de ta couturière ! Tellement hâte de voir le résultat sur toi maintenant 😍

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    6 mai 2020

    Le croquis final de ta robe est vraiment canon ! Et c’est une super idée d’avoir des éléments différents que tu pourra réutiliser ! Pour ma part mes robes ont étés conçues par ma mère : elle m’a fait des croquis, envoyé des photos des tissus et même si je n’étais pas certaine pour les sequins par exemple je lui ai fait entièrement confiance et j’ai eu bien raison. Hâte de voir ce que ça donnera sur toi !

  • Avatar
    Madame Pomme de Pin
    Répondre
    6 mai 2020

    Ton projet à l’air hyper complexe. C’est bien que tu ais réussi à rencontrer la couturière qui a su comprendre tes envies. J’ai trop envie de te voir avec la robe finale maintenant que tu nous as montré ces sublimes croquis. Et je suis aussi très curieuse de te voir avec les morceaux de ta robe séparés, reportés dans la vie de tous les jours.

Poster une réponse