Le mois avant le mariage : entre panique et douceur…

Je suis maintenant Madame, mais je t’avais promis de te faire partager mes états d’âme, alors un petit retour en arrière s’impose. Voici donc l’article que j’avais prévu il y a quelques semaines. Je ne l’ai pas retouché, pour que tu puisses suivre l’histoire dans le bon sens !

On est maintenant à J-1 mois, faisons un point sur les préparatifs et sur notre état mental.

J’ai beau me dire que tout va bien, qu’on a l’essentiel, la liste des choses à faire/acheter/penser ne diminue pas. Bien au contraire…

Coté organisation

Franchement, on a bien avancé.

  • Le menu et les vins sont choisis
  • On a fourni à notre DJ la liste des slows et la première danse
  • Nos serveurs amateurs vont se rencontrer très bientôt
  • Une amie de ma sœur a été officiellement intronisée wedding planner du jour J (Ouf, mon dieu ! Elle coordonnera tout sur nos indications)
  • Un couple d’amis fera les photos de groupe et le reportage de la journée
  • Un ami sonorisera la journée et la cérémonie

Concernant la cérémonie laïque : la trame définitive a été arrêtée au petit dej’ dimanche dernier, et on a écrit le texte d’accueil. On rencontre nos témoins dans quelques jours pour leur expliquer comment ils vont intervenir et leur soumettre des textes au choix. Grosso modo, on a de quoi se marier dans les règles de l’art.

Reste à tout peaufiner : le candy bar, la déco, les détails qui font l’ambiance.

Coté déco

  • Près de 500 pompons de différentes tailles ont été dépliés.

Pour tout ça, nous avons pu compter sur beaucoup d’aide. Heureusement, car à raison de 5 minutes de dépliage par pompon, Chéri à estimé qu’il fallait plus d’une semaine de 35h, rien que pour les grands ! Nos soirées TV étaient ponctuées du « frouch-frouch » du papier de soie pendant environ trois semaines. Les cartons pleins affluent.

  • 250 petits pavots sont finis.

Ils sont bien rangés dans leurs cagettes, empilées à coté des 10 cartons de pompons. Ils sont protégés, pour que leurs pétales restent bien rouges. Si tu fabriques en avance des éléments en papier crépon / papier de soie, méfie-toi des effets de la lumière sur les couleurs que tu as choisies avec tant de soin.

  • Mon homme assure en faisant des heures de bricolage et de peinture au boulot : un grand merci à son boss !

Il a construit notre arche de cérémonie, entièrement démontable, des panonceaux pour les noms de table, des panneaux indicateurs divers, le bar. Il assure, je te dis…

Il reste le travail de scribe qui me revient de droit, et pas seulement parce que j’écris mieux que lui (tu comprendras un peu plus loin).

  • J’ai acheté un nouveau crayon argenté, pour noter les prénoms des convives du repas sur les escort cards, puis sur les marque-places.

L’avantage, c’est que je peux fractionner ça pour en faire un peu chaque jour. À condition de commencer un jour. Genre, vite !

  • Mes envies de fleurs géantes se concrétisent !

Après une fouille d’internet pour les modèles et tutoriels,et suite à l’examen attentif des exemples apportés en février par une de mes tantes, j’ai enfin finalisé un prototype très concluant. Reste à passer à la phase « industrielle », cette semaine, par exemple. 

Fleur géante

  • Ma galerie photo est au point mort, enfin presque, j’ai réuni 80% des éléments, mais l’assemblage en est à 0%. Bref, ça urge aussi de ce coté-là.

D’autres idées, un temps abandonnées, refont surface. C’est le cas des cadeaux d’invités.

  • Il faut que je sois d’attaque demain de bonne heure : journée confiture, ma belle-mère me montre ses astuces.

Tous ces petits pots rouges, ce sera très joli sur les tables, mais pour cela, il faut 8 litres de confiture !

Coté moral

La maison commence à être un peu encombrée, c’était fatal.

Ça fait des rappels un peu partout, mais ça prend aussi la tête. Le maximum est heureusement relégué dans la troisième chambre de la maison, remplie d’un tas de cartons (rapport aux pompons dont je parlais plus haut), de nappes, serviettes, vases, pots de yaourts en verre… Bon, ok, ça envahit aussi largement le salon.

Depuis le début, on essaie pourtant de rassembler les choses dans des boites, pour ne pas se laisser déborder. L’une de ces boites sera bientôt transformée en urne. Je ne pensais pas avoir besoin d’autant de boites à chaussures ! Si ton homme vient de te demander ta main, tu peux commencer à collectionner les contenants !

invasion de déco de mariage dans la maison

Ça déborde aussi un peu dans nos têtes.

On rêve mariage au moins une nuit par semaine. De préférence en alternance, pour imaginer des scénarios bien tordus, avec péripéties et catastrophes variées. À vrai dire, ça a commencé il y a déjà plusieurs mois, mais en ce moment, ça s’intensifie.

Le pire, c’est le réveil de 4h, quand je commence à faire des listes dans ma tête. J’exploite pourtant à fond les outils que j’ai trouvé ici, coté organisation. À Noël, mon homme m’a offert un carnet spécial dans lequel j’ai fait des rubriques : « salle », « déco » « hébergement » « cérémonie » …

Je m’améliore sur le coté rationnel, en version tradi papier-crayon surtout, car je me suis rendue compte d’un truc que tu maîtrises sans doute depuis longtemps : une idée ne peut pas être à deux endroits à la fois, soit elle tourne dans ton crâne, soit elle est bloquée sur le papier.

Il y a des jours où toute cette masse de choses à entreprendre me coupe les jambes. Alors je ne fais rien, ou tout autre chose, en ayant super mauvaise conscience. C’est le petit goût piquant de la procrastination… Le plaisir acide de sentir l’urgence qui monte, la douce panique. Mon père m’a dit l’autre jour : « Ne pense pas qu’à ça, ça ne durera qu’une journée ! » Je lui ai promis que je ne pense pas qu’à ça, puisque qu’un autre projet est en cours.

Coté autre « projet »

J’ai appris en février que nous avions lancé la construction d’un bébé Orange ! Tout comme Mlle Gourmande, je me marierai avec un bidon tout rond, et cette fois, le mien ne sera pas qu’en chocolat. Youpi-yeah ! On a décidé de ne rien changer. Toutefois il faut bien admettre que cela interfère un chouia avec la préparation du mariage…

enceinte

Je t’entends d’ici : « Mais comment tu vas faire, pour ta robe ? ».

Eh bien a l’heure où je te parle, elle n’est absolument pas finie ! J’avais fait, en novembre, une visite en boutique, avant de me décider à partir à la recherche d’une couturière. Jusque-là, tout va bien. Sauf que faire du « sur-mesure » sur des mesures qui changent, ce n’est pas évident.

Retour à la case boutique en mai, une fois passé le fatidique délai des 3 mois : « Avec si peu de délai Mademoiselle, on n’a plus le temps de commander chez nos fournisseurs. Vous devez en choisir une dès aujourd’hui, parmi les 5 que vous pouvez encore enfiler, et on adaptera. »

Eh bien non ! J’ai trouvé une autre magicienne de l’aiguille, qui n’a pas peur du stress.

Elle m’a dessiné un joli modèle unique, en ajoutant 6 centimètres de tour de taille, en prévision, à mes mesures prises à J-30. On a fait un premier essai cette semaine. Juste avec la doublure et la dentelle posée à l’arrache, histoire d’envisager la chose, j’en avais des frissons de bonheur ! Et en blanc, même pas peur. Par contre, je suis allée échanger les jolis escarpins à talons de 7 cm que j’avais achetés contre leur version ballerine, bien plus adaptée à mon dos over-cambré.

Tu vois pourquoi je veux faire le scribe !

Un petit boulot en avance et assise, c’est totalement à ma portée. Il faut aussi adapter la délégation. On m’a déjà mise en garde sur les efforts physiques, et de toute façon, je vois bien que je ne suis pas au top de ma forme. Un tour au marché aux fleurs, hop, deux heures de sieste ! Alors accrocher toute la déco la veille, brasser les tables, mettre 180 couverts = 48h de sommeil ? Il faudrait voir à ne pas louper le jour J ! J’ai peur de me sentir bien inutile, lors de l’installation. Je sens que ne je vais pas trop aimer ça…

Ha oui ! On a changé un truc, maintenant que j’y pense ! Pour le choix des vins du repas, j’ai fait une vraie dégustation, avec crachoir obligatoire – 100% pas glam’ – mais tout-à-fait satisfaisant. Au goûter d’honneur, je comptais faire mon cocktail vodka-fraise-gingembre. En fait, le cocktail de la mariée sera sans alcool, et servi dans une fontaine. Tu vois le genre, totale révolution !

Voilà aussi pourquoi mes articles se sont espacés. Mon agenda se remplit bien bien vite, avec cette histoire. A J-10, j’ai calé l’écho morphologique, entre le dernier essai de la robe et les mèches chez le coiffeur !

Malgré tout ça, je suis totalement épanouie dans ces préparatifs multiples ! Je pense même que je pourrais être bien plus stressée que je ne le suis. Mon secret ? Je ne travaille pas depuis plusieurs mois. Ce trou dans ma carrière tombe assez bien, j’avoue : cette année, je suis trop occupée à révolutionner ma vie !

Et toi, tu maîtrises tes préparatifs facilement, ou tu te sens aussi un peu submergée ? Tu penses que ce stress-là ne passera pas par toi ? Tu en rêves déjà à J-10 mois ? Tu tiens compte du temps de concrétisation pour tes idées déco ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



10 commentaires sur “Le mois avant le mariage : entre panique et douceur…”

  • waouu félicitation pour tout… je n’aurais pas pus me marier enceinte.. malade malade j’étais, imagine le jour j, beurk beurk, je n’aurais pas profiter du tout.. encore 3mois a tenir pour nous, sa fait 2ans presque et demi que sa dure, j’en peut plus.. et c’est vrai qu’il faut un autre projet derrière sinon j’ai peur de déprimer, déja c’est pas la joie en ce moment, je prend les devant je me soigne..
    pour ne rien oublier j’ai fait un super carnet photo pour la déco surtout et accésoiriser la robe.. super planing afficher en grand dans la chambre (surtout pour l’homme) et j’avoue que bah si c’est pas fait.. tant pis, j’ai ma robe, un oui devant le maire suffit.

    • C’était envisageable parce que je n’ai pas été malade du tout en effet. Dans le cas contraire oui on aurait peut-être tout annulé. A l’inverse je n’aurais jamais pu attendre plus de deux ans après la demande de mon homme ! trop d’impatience.
      Pour ce qui est d’après, en fait il reste plein de trucs à faire mais surtout je n’ai pas envie de tomber dans la nostalgie. Ça ne dure qu’une journée on le sait dès le début.

    • Merci ! J’ai presque toutes les photos je vais attaquer mon récit du jour j promis.
      Par contre la suite de l’aventure bébé n’a pas sa place ici. Après tout même le royal baby se cache des médias

  • Félicitations ! Du coup, à quel stade de ta grossesse étais tu au moment du mariage ? J’espère que tout s’est bien passé 🙂

    • Merci !
      J’étais à la fin de la 25è semaine, ce qui en langage profane nous donne un 5 mois 1/2. J’avais pris des mesures particulières qui ont marché à merveille (je ferais un article là-dessus).

  • Félicitations ! C’est chouette que tout ait pu se dérouler comme prévu « malgré » cette jolie surprise, surtout la partie robe qu’on imagine toujours un peu délicate dans ces conditions… J’ai hâte d’en savoir plus !

  • Hello !
    Oh, ben en remontant un peu dans les articles Dentelle… je découvre tes chroniques, Madame Orange… et je m’attriste d’imaginer que je ne verrai jamais les photos ni ne lirai le récit de ton joli jour au bidou rond…
    En tout cas j’espère (non je suis sûre) que ton mariage a été top… et je te souhaite beaucoup de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *