La préparation de mon mariage religieux : la galère administrative

Entre nous

Avant de te laisser commencer à lire cette deuxième chronique sur les préparatifs religieux de mon mariage, je souhaite revenir avec toi sur les vives réactions suscitées par ma première chronique.

Au début, je n’ai pas compris pourquoi certains commentaires étaient aussi virulents. Et puis j’ai lu ces commentaires, j’ai relu ma chronique et mes copines chroniqueuses m’ont donné leurs avis (merci Mme Irbis pour ta franchise).

Au fur et à mesure, j’ai pu me rendre compte de ce qui vous a gêné. Cependant, vos suppositions et votre mauvaise interprétation de mes propos m’ont touché.

Cette première chronique n’est que négative parce que les seuls ressentis que j’avais, jusqu’à cet instant, l’étaient ! J’y ai beaucoup réfléchi et j’ai décidé de laisser mes trois chroniques suivantes telles que je les ai écrites.

Je suis désolée si mon récit t’offense ou te dérange. Je ne fais que raconter mon expérience et les émotions que j’ai éprouvé face à tout ça. Mon but n’est vraiment pas d’alimenter une polémique. Mais je comprends que tu préfères peut-être que mes réflexions soient plus tournées vers Dieu que vers moi-même.

Au travers de tes commentaires, j’ai pu saisir des aspects du monde du bénévolat pastoral qui m’étaient inconnus, une discussion est née de tout ça. J’espère que mes chroniques serviront à ce que l’ignorance des non pratiquants ne soit pas perçue comme du mépris.

Merci à celles qui ont apprécié ce billet et qui m’ont témoigné leur soutien, j’ai même reçu un mail réconfortant…

La dernière fois que je t’ai laissé, je t’expliquais donc les premières contraintes que nous avons rencontrées pour l’organisation de la cérémonie religieuse.

Je viens de découvrir que la préparation religieuse, qui est obligatoire, se déroule sur des jours où on travaille. Ce qui veut dire que je vais devoir demandé un traitement de faveur à la paroisse, que je ne fréquente pas, pour pouvoir suivre cette préparation. Comme si ça ne suffisait pas que mon futur soit athée, il faut en plus que je la ramène !

Tu imagines bien que je n’étais pas impatiente à l’idée de me présenter au secrétariat du Père P. pour demander ce qu’il faut pour monter un dossier mariage. Surtout que c’est eux qui vont préparer le dossier mais que je ne marie pas ici !

La préparation de mon mariage religieux : la galère administrative

Crédits photo (creative commons) : James Bolger

Doudou, moi, et le mariage religieux

Je prends le temps de réfléchir à tout ça, et je me renseigne tranquillement sur les moments où le secrétariat du Père P. est ouvert. Je te fais grâce de mon “Youhou” habituel : le mardi et le vendredi matin de 10 heures à 12 heures, enfin je crois.

Avec Doudou, nous parlons souvent de notre mariage et, même si ça le saoule plus vite que moi, je constate qu’il a beaucoup d’envies et d’idées qu’il aimerait voir se réaliser.

Cependant, à chaque fois que nous abordons le sujet de la cérémonie religieuse, je me heurte à un mur ! Doudou est excédé par les contraintes administratives et, depuis qu’il a appris qu’il fallait rémunérer le prêtre, un nombre à trois chiffres apparemment pour une bénédiction de 30 minutes, il ne veut rien savoir. Pour lui, on paye donc on doit pouvoir faire comme on veut !

En plus, toutes les idées de Doudou sont difficilement réalisables dans une église. Et, celles qui le sont, sont tellement originales que je ne suis pas sûre qu’elles soient comprises par le prêtre et par nos invités ! On ne sait jamais si le Père accepte alors je ne te donne pas d’exemple, Doudou tient à ce que se soit une surprise !

Moi, je voudrais juste pouvoir organiser cette cérémonie sereinement.

Les fameuses contraintes administratives

À huit mois du mariage, je me décide enfin à aller me renseigner au secrétariat du Père P. Je tombe sur une petite dame très gentille, amie avec ma coiffeuse qui lui a déjà parlé de moi. Je patiente pour rencontrer le prêtre et lui exposer ma situation.

C’est bon, le Père P. est d’accord pour que nous fassions le dossier et la préparation ici. Je lui parle aussi de notre problème d’emploi du temps pour les réunions et il voit avec la secrétaire pour qu’elle demande au couple, qui s’occupe de ça, de nous voir séparés du groupe à des moments où nous serons disponibles.

Ce n’était pas si terrible finalement ! La gentille petite dame commence à remplir mon dossier en attendant que je ramène toutes les pièces nécessaires. Et elle me tend la fameuse lettre d’intention type, dont parle Mlle Sucrée dans sa chronique sur la préparation du mariage religieux. Je lis “Mariage entre deux catholiques”, je lui dis que – par contre – mon marie est athée, donc doit-il aussi remplir ce document ?

Elle a eu beaucoup de mal à comprendre que bien qu’il soit “baptisé catholique”, il ne croit pas en Dieu. Elle n’a visiblement pas l’habitude de rencontrer ce cas de figure, et me demande de faire part au Père P. de ce nouvel élément.

Le Père P. me répond “et bien c’est mieux ça que d’être dans une secte” ! Euh… oui c’est vrai !

Pas d’objection du Père P., me voilà repartie avec la liste des pièces à fournir.

Les pièces à fournir dans ma paroisse…

Par acquis de conscience, je rappelle la paroisse de mon village, pour lui dire que je me marie toujours ! Et j’en profite pour leur demander de quelles pièces elle a besoin pour son dossier. Et là, c’est la surprise ! Il faut la copie des pièces d’identité des témoins et leur date de baptême ! Et oui sinon c’est trop facile…

Doudou pète littéralement une durite en apprenant qu’il doit demander ces pièces à ses témoins. “Ils ne veulent pas non plus leurs analyses d’urine, et leurs actes de naissance tant qu’on y est ?”, “Pour un acte qui n’a rien d’officiel c’est n’importe quoi” !

Bien que j’ai du caractère, j’ai toujours été plus modérée que Doudou… J’ai bien tenté de lui expliquer que c’était officiel pour l’Église et que, quand tu choisis une cérémonie religieuse, respecter les règles et les traditions de la religion en question c’est normal. Ce serait trop beau qu’on puisse choisir que les modalités qui nous arrangent. Et, en attendant, je commence à en avoir raz-le-bol de ses réactions excessives !!!

Je me rends au secrétariat du Père P. déposer les pièces pour le dossier, à trois mois et demi du mariage il serait temps ! La gentille petite dame est présente à la paroisse le lundi et m’a permise de venir à ce moment-là, même si normalement le secrétariat est fermé. J’apprécie l’attention !

Vue la réaction de Doudou, je n’avais rassemblé que les pièces d’identité de mes témoins. Étant donné que les deux paroisses ne demandent pas la même chose, je me suis dit que ce n’était peut-être pas obligatoire et que ça pourrait passer. En fait, la petite dame a carrément refusé de prendre les pièces qui ne sont pas demandées dans “son” dossier ! Bon, beh, je les enverrais moi-même, et ça me laisse un peu plus de temps pour convaincre mon mari…

Sur ce, et en pleine écriture de cette chronique, je reçois un coup de fil de mon Papa en me disant que la secrétaire de ma paroisse en métropole a essayé de me joindre et que je dois la rappeler de suite.

Ni une ni deux je rappelle. Je rassure la dame en lui disant que le dossier est en cours et je la préviens que je lui enverrais moi-même les pièces “recalées” par la gentille petite dame.

Et bien la secrétaire s’est mise en colère !!! Selon elle, elle demande les pièces que tout le monde devrait demander, “La Réunion c’est aussi la France” !!! Et, en plus, le dossier doit être validé par l’évêché, avant qu’elle le récupère !

En fait mon dossier va faire : ma paroisse ici -> évêché de Saint-Denis -> évêché de Perpignan -> ma paroisse en métropole.

Bon, je temporise, ça devient une habitude ! Je lui dis que je retournerai voir la dame, pour l’obliger lui demander gentiment de rajouter les éléments manquants.

La dame de ma paroisse m’annonce aussi qu’il n’y aura pas de prêtre le jour de mon mariage. Le temps d’une seconde, mon souffle s’est coupé ! Je me suis dit zut, j’ai prévenu presque deux ans à l’avance que je souhaitais me marier ce jour-là et, à trois mois du mariage, ce n’est plus possible ?!

En fait, un des prêtres est en vacances dans son pays d’Amérique du Sud, et l’autre est absent. C’est donc un diacre qui nous mariera, ouf ! Pas de panique.

Après tout, ça ne me dérange pas qu’un diacre nous marie et ça peut, un peu, détendre Doudou. Pourquoi pas donc ?

La prochaine fois, je te raconterai comment ces évènements m’ont fait passer l’envie de me marier à l’église.

Et toi, ton mari est athée, ou d’une autre religion que la tienne ? Ça a été difficile de monter ton dossier pour l’église également ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



43 commentaires sur “La préparation de mon mariage religieux : la galère administrative”

  • Les actes de baptème des témoins, des papiers que tout le monde demande ? euh… Je me suis préparée à Paris et mariée en Bretagne, on ne nous a jamais demandé quoi que ce soit pour nos témoins, à part leurs noms ! Elle exagère un petit peu cette bonne femme 😉

    • C’est bizarre que l’on vous demande les actes de naissances et les dates de baptêmes de vos témoins car dans la paroisse où je me suis mariée il n’y a pas eu ce genre de demande. Après c’est vrai que certaines paroisses sont plus exigeantes au niveau des documents à fournir que d’autres et je peux comprendre que ton fiancé a mal réagit fasse à cette demande.

  • Je confirme, pas besoin d’acte de baptêmes des témoins : 2 des nôtres n’étaient pas baptisés, ça n’a posé aucun problème. La secrétaire de votre paroisse en métropole n’a pas l’air facile !
    Je compatis pour les difficultés administratives. Déjà, entre deux diocèses de métropole, ça m’a stressé, alors j’imagine pour toi ! (Et on m’a fait le même coup que toi pour les prêtres, sauf que les diacres n’étaient pas disponible non plus et qu’on m’a proposé un prêtre retraité que je ne voulais surtout pas ! Heureusement qu’on a trouvé une solution de secours.)

  • Je tenais à commenter cet article afin de te remercier pour la décision que tu as prise de ne pas modifier tes articles sur ta préparation au mariage catholique avant publication ! En effet, ce que la grande majorité des lectrices du blog souhaitent lire, ce sont des articles sincères, et du vécu. Le fait qu’ils aient été écrits avant l’affluence de commentaires sur ton article précédent aura évité que ton point de vue soit altéré par les avis des autres.
    Je trouve tes articles sur le mariage catholique déculpabilisant !
    Je me suis moi-même mariée à l’Eglise, alors que ni moi ni mon mari ne pratiquons la religion catholique. C’était pourtant extrêmement important pour nous, et on ne concevait pas se marier autrement.
    On connaissait le déroulement des préparatifs et de la cérémonie uniquement parce que ma soeur s’est mariée récemment. D’ailleurs nous avions des a priori assez négatifs car ils se sont sentis jugés pendant leur préparation catholique, et on avait peur que l’on nous demande de rendre des comptes sur la manière dont on pratique notre foi.
    Au final, nous avons apprécié la préparation au mariage, car nous avons eu affaire à des bénévoles très ouverts d’esprit (je souhaite à tout le monde une préparation comme la notre!).

  • On ne nous a pas non plus demandé de papier pour les témoins à l’église… Et je n’ai rien non plus eu à fournir pour le mariage de mon amie où j’étais témoin à l’église.
    Après, oui, c’est un acte administratif du point de vue de l’église, tu es officiellement dans des registres et les lettres d’intention sont une preuve en cas de remise en compte du mariage (il existe aussi des “tribunaux” catholiques, on va par exemple regarder les lettres d’intention pour déclarer un mariage nul, si un des piliers n’étaient pas respectés au moment du mariage).

    Pour la question de payer, ça m’avait soupiré aussi parce qu’on a fait “payer” deux fois (dans la paroisse où on a fait la prépa et dans celle où on s’est marié) et puis après, j’ai vu les tarifs d’officiants pro de cérémonie laïque et je me suis rendue compte que les dons à l’église, c’était peu finalement… Et puis, j’ai aussi remis en perspective par rapport à la mairie néerlandaise qui te fait payer sauf si tu veux te marier le lundi matin à 9h (ce qu’on a fait) et si tu veux te marier un samedi, c’est 600 euros outch.
    Mais après je comprends que ton mari réfractaire à se marier à l’église n’a pas la même perception…

    J’ai hâte de lire la suite et voir ce que vous avez décidé finalement. Le mariage à l’église catholique est quelque chose de très fort du point de vue de l’église (d’où les pré-requis) et du coup, c’est un grand acte de compromis et d’amour de la part de la personne qui ne croit pas de se lancer dans ce processus et d’accepter un certain nombre de choix (si vous vous mariez bien à l’église, ton mari doit accepter que tu élèves tes enfants dans la foi).
    Après, je n’ai aucun jugement sur votre choix, c’est une histoire profondément personnelle de savoir si les piliers du mariage catholique (liberté, fidélité, indissolubilité, fécondité…) vous correspondent…
    Dans tous les cas, bon courage pour la suite parce que tu as l’air d’avoir à faire pas mal tampon 😉

  • Je te trouve extrêmement zen !!!
    Je suis moi même croyante mais pas pratiquante, je vis ma foi comme bon me semble. Mon futur mari est athé et non baptisé donc pour moi ça a réglé la question du mariage religieux.
    Je te trouve courageuse dans tes démarches. Cela ne doit pas être facile de concilier les attentes de ton mari en plus de l’administratif surtout à des milliers de kilomètres.

  • Oh ouiiii la suite! (ok, c’était juste ma petite crise de folie de la journée, spéciale pour toi Mlle Roudoudou!^^)

    Sur le site internet de ma paroisse (ouaip, ça a beau être une petite paroisse de campagne, ils sont “in”!), ce qui m’a réellement choqué, c’est le tarif indiqué pour une bénédiction. Qu’on participe financièrement aux préparations, à la gentillesse du prêtre (enfin je l’espère qu’il sera gentil!), je l’entends parfaitement, mais qu’on indique “Bénédiction : 200€”, là c’est un peu fort de café non?

    Je me retrouve vraiment dans ta chronique car mon Bouchon est déjà làs, avant même d’avoir commencé ces préparatifs religieux!

    Allez courage, et vivement le prochain épisode!

    • Franchement 200€ ça me parait tout à fait raisonnable par rapport à tout ce que coûte un mariage, mais si vraiment un couple ne peut pas se le permettre, je suis sure que la paroisse acceptera de les marier quand même (bien sur, si le jour du mariage la marié porte une robe à 1000€, ils risquent de demander des explications !).
      Encore une fois, l’église vit des dons des fidèles (ou moins fidèles). Il faut bien payer l’entretien des bâtiments, les charges (impôts, électricité, chauffage…) les salaires des prêtres et des personnes qui travaillent pour le diocèse (parce que tout ne peux pas être fait par des bénévoles).
      Si on ne paye pas à la mairie, c’est parce que ces frais sont pris en charge par nos impôts. Mais depuis la séparation de l’église et de l’état, il n’y a plus d’impôt pour le clergé ! Évidement, si chacun donnait tous les ans au denier de l’église, on pourrait peut-être ne pas demander d’aide à ceux qui se marie, ou se font baptiser, mais ce n’est pas comme ça que ça marche aujourd’hui.

      • Uhbnji, je me suis sans doute mal exprimée: ce ne sont pas les 200€ en eux même qui m’ont choqué, mais le fait qu’on nous donne un tarif précis…
        Nous comptons bien participer financièrement, ce don est important pour nous, mais ça me choque qu’on puisse indiquer des prix fixe pour une prestation religieuse…200€ pour une bénédiction, 300€ pour un baptème, et si vous prenez un enterrement en plus, on vous rembourse 20%…
        Tu comprends, c’est vraiment le fait qu’on t’impose un tarif qui me choque, pas le tarif! ^^

        • C’est vrai que normalement c’est un don, et je reconnais que j’ai été surprise aussi qu’on m’annonce un montant (qui était en dessous de ce que j’avais prévu, mais finalement, j’ai donné le complément directement au prêtre qui nous a marié et qui ne dépendait pas de la paroisse). Je pense que les paroisses le font de plus en plus parce que beaucoup ne savent pas combien donner. Mais je pense vraiment qu’il est possible de donner moins si nécessaire (ou plus évidement !).

        • Comme toi Mademoiselle Nanoops, je suis surprise par le prix précis et en même temps, je me suis tellement triturée l’esprit pour essayer de déterminer ce qu’il était raisonnable de donner que je pense que ce n’est peut être pas si mal. En tout cas, une des bénévoles de ma paroisse m’a dit que généralement, les mariés donnent 75euros mais que si c’était trop pour nous, nous pouvions donner moins. Mais je me voyais mal 75euros ou moins quand je sais le prix que me coûte le mariage dans sa globalité.

        • Moi j’ai déjà vu des “vous pouvez donner ce que vous prévoyez de dépenser lors de votre mariage pour deux invités”.
          J’avais trouvé la formulation intéressante.

  • Je n’avais pas commenté le premier article parce que tout ce que tu disais me semblait très juste et je ne m’étais donc pas vraiment intéressée aux commentaires.

    Je suis exactement dans le même cas que toi : mon mari est baptisé mais athée et moi je suis croyante mais pas pratiquante. Et j’avais aussi l’impression d’être intruse en voulant me marier à l’église et faire baptiser ma fille (je l’avais évoqué Dans ma Tribu). Il a fallu que je me justifie auprès de tous mes proches et j’ai un peu vécu les séances de préparation comme des interrogatoires sur la fermeté de ma foi et ma connaissance du catéchisme (heureusement, j’ai de beaux restes !) (mon mari, quant à lui, a été traumatisé). Est-ce qu’il ne suffit pas de croire en Dieu pour avoir envie de faire bénir son union et intégrer sa fille à l’Église ? Ou est-ce que maintenant c’est réservé aux gens qui vont tous les dimanches à l’église, connaissent la bible sur le bout des doigts et prennent le thé avec le prêtre deux fois par mois ?

    Moi c’est cela qui m’avait choquée. J’ai l’impression que depuis que le catholicisme est moins répandu et que la question de faire ou non un mariage religieux se pose vraiment, que ce n’est plus automatique comme avant, il faut sans cesse se justifier si on n’est pas connu pour notre ferveur à la messe. Comme si au fond ta seule motivation était que l’église, c’est classe, mais que tu la salissais en y mettant les pieds.

    Voilà voilà, faut croire que moi aussi ça m’a un peu traumatisée 😉 Je plussoie les autres commentaires, l’église m’a demandée beaucoup de choses, mais pas les actes de baptême des témoins (l’une n’était même pas baptisée !). Et normalement le don est libre, c’est bien pour ça qu’on parle de don 🙂

    • Il t’est arrivé exactement ce que je craignais: de devoir justifié notre choix de nous marier à l’Eglise. Et c’est pourquoi je disais souhaiter à tous une préparation comme la notre ! Nous avons été accueillis par des gens charmants et ouverts d’esprit, qui sont ravis que des jeunes qui ne vont pas à la messe, qui ne pratiquent pas (et qui ne boivent pas le thé avec le curé mdr) fassent le choix de se marier à l’Eglise.
      Moi qui m’attendait à me justifier ou à être jugée, j’ai été rassurée par les bénévoles sur la légitimité de notre demande de nous marier à l’Eglise ! Et ça devrait être comme ça plus souvent !
      Quel dommage que votre préparation se soit transformée en examen sur vos connaissances du cathéchisme et sur vos réelles intentions !

  • Salut les filles !
    En fait elle demande les dates de baptême des témoins pour pouvoir demander à la paroisse concernée les actes de baptême, pas de naissance heureusement !!!
    Pour ma paroisse en métropole c’est 6 témoins maxi et il faut qu’au moins 2 soient baptisés, ouf pour nous c’est bon!
    En ce qui concerne Doudou c’est vrai qu’il est particulièrement fermé sur ce coup là… Je ne peux pas t’en dire plus pour ne pas gâcher la découverte des autres chroniques, mais promis à la 4ème je réponds à toutes tes questions. Et tu verras ma zenitude s’emiette peu à peu…

  • Oula, ton Doudou est pas facile sur ce coup la! J’espère que ça va finalement se passer comme tu veux… Mais je sais pas pour quoi, je sens que c’est que le début…
    Courage!!!

  • Je confirme les autres commentaires : agnostique jamais baptisée, j’ai récemment été témoin du mariage catholique d’une amie, et on ne m’a rien demandé…
    Sinon je lis tes chroniques avec attention car je m’y retrouve un peu : nous vivons dans un pays des Antilles et préparons un mariage religieux pour notre retour en France. Nous commençons la préparation dans notre pays d’accueil (à l’étranger donc) et… on improvisera en rentrant pour la suite. De plus, mon fiancé est croyant (et pas moi donc). J’espère que je ne lui prends pas trop la tête avec mes souhaits pour la cérémonie… Bon courage à toi pour concilier les desiderata de tout le monde !
    (et moi aussi j’ai commencé par avoir des ressentis négatifs au début des préparatifs du mariage, en particulier parce que mes amis catholiques ont porté des jugements expéditifs et pas toujours sympas sur nos motivations et souhaits. Je ne dis pas qu’ils avaient complètement tort, mais que ce n’était pas toujours exprimé très délicatement. Avec du dialogue, beaucoup de réflexions sur moi et pas mal de soutien de mon fiancé, ça s’est amélioré et au moins les choses sont très claires dans ma tête maintenant. J’en ai pour ma part tiré la conclusion que moins on en révélerait sur l’aspect religieux, mieux ce serait, alors je t’admire et te remercie d’avoir choisi de continuer à nous faire part de ton expérience !)

  • Contente de lire la suite et surtout que tu aies décidé de ne rien changer ! Dur, dur ton doudou quand même…
    Nous aussi, notre paroisse nous demande les dates de baptême des témoins donc j’en déduis qu’ils doivent être obligatoirement baptisés.
    Comme quoi, d’une paroisse à l’autre…
    Vite ! La suite de vos aventures !

  • Heureusement qu’on ne me demande pas l’acte de baptême de mon témoin, il est juif! On aurait bien ri tous les deux!
    Nous sommes chanceux, nous ne faisons pas voyager notre dossier de mariage, j’envoie moi-même tous les documents à Père D. comme ça il n’y a qu’un seul dossier, celui qui est dans la paroisse qui va nous marier. La seul chose que nous avons fait ici au Québec est notre préparation religieuse et récupérer notre dérogation.
    Pas de tout repos ton chéri, au final le mien n’a pas beaucoup insisté pour que j’accepte le mariage religieux. Et c’est pas plus mal!

  • J’ai été désolée de constater qu’encore à notre époque, les questions religieuses enflamment toujours les débats…
    Merci à toi de nous faire partager tout ça avec franchise et honnêteté ! Je te trouve extrêmement courageuse et te souhaite tout le meilleur pour la suite.

  • Hahaha j’ai beaucoup ri en lisant ce billet 🙂 J’aime beaucoup la répartie de ton chéri parce qu’au mot près j’aurais eu la même réaction et je comprends ses sentiments. Il t’aime vraiment en tout cas.
    Et courage pour les formalités administratives, le plus dur est fait!

  • Oh tu es du côté de perpi pour ton mariage religieux ? Je vais le suivre avec encore plus d’intérêt vu que c’est chez nous 🙂
    Et bien contente de ne pas faire de mariage religieux, moi qui déteste les papiers j’aurais été servie sinon … La ceremonie laique c’est moins compliqué au final !! Il vous en a fallu du courage surtout toi coincée au milieu de tout ça !
    Hâte de connaître le fin mot de l’histoire !!

  • Alors alors je n’avais pas non plus répondu à ton premier article parce qu’il ne m’a pas choqué en soi : tu es croyante, tu as donc tout à fait le droit à mon sens de “profiter” de l’Eglise catholique pour célébrer ton mariage religieux, point. Même si je comprends et compatis aux arguments d’Ornella concernant la désertion des paroisses et ce que ça a comme conséquences… Pour ces raisons d’ailleurs, je trouve scandaleux que des baptisés non-croyants fassent une cérémonie religieuse, c’est un manque de respect total vis-à-vis des bénévoles, des curés, de l’institution et de la religion en elle-même ! Je ne sais pas ce qu’il en est en France mais c’est un cas qui se présente très souvent en Belgique, où une grosse frange de la population est baptisée mais n’entretient plus aucun lien, ni spirituel ni participatif, avec l’Eglise…
    J’admire le courage dont tu fais preuve pour braver ces soucis administratifs et le rejet de ton mari par rapport à tout ça ! Je crois que j’aurais fini par laisser tomber devant l’ampleur de ces “obstacles” hihi.

    Ceci étant dit, je ne suis absolument pas dans cette situation donc j’ai aussi un peu de mal à comprendre pourquoi on voudrait s’imposer un tel embêtement ! 😉 Mon mari et moi sommes tous les deux baptisés catholiques (tradition très ancrée dans nos régions comme je disais plus haut) mais nous ne sommes pas du tout croyants. Nous aimions bien le cadre et le charme que donne une église à une cérémonie de mariage mais nous étions d’accord qu’il s’agissait d’une très mauvaise raison pour s’y marier 😉 Je pense que nous aurions accepté de passer par là si l’un des deux avait été croyant, même si quand je vois ce que ça demande comme préparation et énergie, j’aurais peut-être changé d’avis en cours de route !

  • Pour etre strictement pragmatique, les maries doivent etre baptises et confirmés pour avoir accès au sacrément du mariage.
    Les témoins doivent etre baptises (cathos ou protestants)
    Et tout ca c est nettement indique sur le site du Vatican
    Donc si certaines paroisses sont plus laxistes (ou tolérantes?) que d autres, la “législation catholique romaine” existe et on se doit de la respecter.

      • Il n’y en a pas à ma connaissance dans la droit canon. L’obligation de baptême ( voir de confirmations dans certains pays ) ne s’applique qu’au baptême, les témoins de baptême et de mariage pouvant être d’une autre confession.

  • Merci Mlle Roudoudou pour ton petit message au début. J’attendais en fait que tu fasses éditer ton ancien article en ajoutant un message pour temporiser “les deux clans” qui continuaient à s’opposer dans les commentaires (j’ai moi-même arrêté de commenter les commentaires qui se rajoutaient peu à peu parce que les personnes ne semblaient pas comprendre les deux points de vus qui ont été développés au fur et à mesure des commentaires, à croire qu’elles ne lisaient pas tout avant de commenter, on continuait à se prendre des remarques parce qu’on avait osé donner notre avis (c’est comme ça je l’ai ressenti).) Tu as compris ce qui nous avait embêtées dans ton 1er article, c’est le plus important à mes yeux. Pour ma part, je ne te demande pas de changer tes écrits, mais de savoir qu’on ne sera pas toujours d’accord avec ce que tu as écrit, mais tu as sûrement été prévenu de ça avant de commencer à écrire !
    Je suis plutôt contente de voir que vous avez pu trouver une solution aux problèmes d’horaires, ta première impression négative a pu se transformer en autre chose.
    Le fait de payer l’église pour un service est normal à mes yeux. Même en Alsace où la rémunération du prêtre est assurée (bon, il ne gagne pas non plus des mille et des cents !) il faut payer le Centre de Préparation au Mariage indépendant de la paroisse (les couples bénévoles sont formés, une salle est mise à notre disposition pour cette rencontre, ça leur rembourse donc ça) et l’église pour la mise à disposition de l’église, le chauffage si c’est en hiver (pour une salle aussi on paye, non ?), la présence du célébrant, le nettoyage de l’église en général (je ne voudrais pas venir avant pour nettoyer !), la présence d’un animateur de chants par exemple si tu n’apportes pas le tien… S’il y a une somme fixe, c’est pour s’assurer de pouvoir payer tous ces frais. Peut-être que chacune d’entre vous qui s’est étonnée de voir une somme précise aurait donné l’équivalent, ou peut-être même plus ? C’est tout à votre honneur. Mais qui vous dit que c’est le cas pour tout le monde ? C’est la crise partout, les gens donnent moins mais les frais augmentent ! Les sacrements sont un des moyens pour les paroisses de faire rentrer les sous dans les caisses pour payer les frais réguliers, et irréguliers tels que par exemple des travaux de mises en conformité pour l’accueil du public (le mois dernier on eu droit aux comptes annuels du conseil de fabrique, il y a tellement de frais auxquels on ne pense pas en regardant une église ! les quêtes ne suffisent malheureusement plus…) Peut-être comprenez-vous maintenant le fait que des paroisses indiquent la somme ? Tout en sachant que dans ma paroisse il est toujours précisé que le coût ne doit pas être un problème. Ca reste une église et pas un notaire 😉
    Par contre je ne vois pas en quoi il serait normal que le fait de payer entraîne le droit de faire tout ce qu’on veut ? Peut-être expliqueras-tu le point de vue de ton mari plus en détails plus tard ? Si ce sont des choses qui ne vont pas dans une église, est-ce que ton mari réalise ce que c’est qu’une église pour les personnes qui y travaillent, qui viennent y prier ?
    Concernant le dossier de mariage, je ne comprends pas pourquoi ton mari s’énerve (en fait, j’ai beaucoup de mal à comprendre les réactions que tu nous montres, tu as dû le comprendre) quand il entend qu’il faut une copie de la carte d’identité (il la fallait aussi pour la mairie, non ? en tout cas, c’était comme ça dans ma mairie) C’est un moyen d’avoir les vrais noms et prénoms, sans faute, une preuve officiellement. C’est quand même un dossier administratif que l’on remplit. Te retrouver dans une telle situation ne doit pas être facile, parce qu’au final les informations demandées ne doivent pas être bien difficile à obtenir. Est-ce que ton mari deviendra de plus en plus difficile au fur et à mesure ?
    Concernant la personne qui célèbrera notre mariage, nous lui avons demandé nous-même s’il peut le faire, comme ça nous choisissons le prêtre. On n’aura pas de surprise à J-quelque jours 😉
    Maintenant j’ai hâte de voir ce que la suite donnera, et pourquoi tu risques de vouloir tout abandonner.

  • Contente de voir que tu as rencontré une “gentille petite dame” et un homme d’Eglise qui accepte que ton mari soit athé. J’ai beau être athée et très critique envers les églises (catholiques, juives ou autres), je ne suis pas choquée que l’on demande les copies des pièces d’identité des témoins (sinon, on pourrait raconter n’importe quoi). De même, il est bien normal de donner de l’argent à l’église si on choisit de s’y marier. C’est vrai (pour reprendre les propos de madame Nanoops) que ça choque de voir un tarif affiché, mais au moins ça donne une idée (et tant mieux si certains peuvent donner plus) plutôt que de mettre les gens mal à l’aise parce qu’ils ne savent pas ce qu’il faut donner. Peut-être la paroisse pourrait-elle afficher les tarifs d’une manière moins conventionnelle : un petit texte expliquant à quoi sert cet argent, préciser que les sommes indiquées le sont à titre indicatif. Si les idées de ton homme sont difficilement réalisables dans une église, pourquoi pas louer l’église pour une cérémonie “à votre façon” : mêler des textes religieux auxquels tu tiens, et ses idées à lui. Bien sûr, pour que cela ait une certaine “valeur religieuse”, il faut qu’un homme d’Eglise accepte d’être une sorte de maître de cérémonie. Mais cela s’est fait (cf. l’article sur Mademoiselle Dentelle) alors pourquoi pas ?! En tout cas j’espère que vous avez trouvé ce qui vous convient.

    • C’est drôle que tu parles de ça Véronique. Au début dans ma paroisse, on ne savait pas comment abordé le sujet de la participation financière. Du coup la première fois on a pris le pli de faire le récapitulatif des coups comme des professionnels qui facturaient un service comprenant du coup la préparation au mariage plus la cérémonie. On arrivait à un total d’a peu près 1248€ ( comprenant rémunération du prêtres au taux horaires, rémunération des “employés” pour la préparation au mariage,moyens logistiques…) même si la plupart des paroissiens ont compris le parti pris humoristique de la chose, cetains ( beaucoup ) sont arrives avec des gros chèques, ou des paiements en plusieurs fois. Là on s’est dit euh M…., on s’est raté là. En fait c’était vraiment à titre indicatif pour expliquer les prix que l’on voit affichés clairement dans d’autres paroisses.
      On a testé la méthode sans prix, la on a eu droit à des chèques de 10 euros. Euhhh lol, on va jamais y arriver.
      Finalement, on était un peu comme partout, on ne savait toujours pas comment parler de cette fichu participation financière.
      On a donc laissé ça , à la charge de la personne qui suit les mariés, le but étant de leur faire comprendre les coûts engendrés, sans pour autant leur mettre le couteau sous la gorge. C’est terrible de parler d’argent en France, un vrai combat.

  • Jojo : je ne crois pas que “le doudou” de melle Roudoudou ait mal réagi sur le fait de fournir les copies des pièces d’identité mais plutôt sur le fait de donner les dates de baptême des temoins, ce qui signifie: poser des questions, se renseigner… bref, peut-être une perte de temps pour lui.
    Mais bon, peut-être que je me trompe…

  • Melle Roudoudou, ton ami n’a pas l’air très ravi de tout ça, et comme tu disais dans ton article précédent, son avis compte énormément aussi. Le mien était probablement pire que le tien quand on s’est rencontré (pourtant baptisé, confirmê etc….). Mes activités à la paroisse était même devenu un sujet de dispute. Comment on en est arrivé la aujourd’hui? On a décalé notre mariage de quasiment deux ans. On peut etre athée sans avoir de réactions épidermiques à l’église. Ce qu’avait mon mari à l’époque. Je lui ai donc trouvé ou donné la possibilité de discuter ou de travailler ( ça a juste pris un an youhouuuu) pendant un an sur son ressenti avec Dieu et l’institution. On a plusieurs prêtres sur le secteur qui s’en occupent. Renseigne toi dans ta paroisse si cela existe. Avec moi les discussions tournaient court car il y avait trop d’affect. En discuter avec quelqu’un d’extérieur peut peut être apaisée certaines tensions. Mais d’envisager les choses différemment de réfléchir à ce que l’on désirait réellement, et du mariage dont on avait envie. La route était longue mais aujourd’hui on est très content du cheminement effectué. Bon courage à toi!

  • Ornella, Jojo, Véronique, je vais tenter de vous répondre à toutes en même temps.
    Un petit point sur vos commentaires de la première chronique. Même si j’assume ce que j’écris j’ai eu d’abord le sentiment de me faire dégommer! En fait je suis tout le temps plus ou moins perché dans le monde des bisounours ou tout est simple! et pas une minute je m’attendais à CES réactions parce que simplement je racontais ce qui mettait arrivé comme je le fais depuis le début.
    Après j’ai relu “avec votre coup d’œil” si je peux me permettre, et j’ai vu la place que je laissais aux mauvaises interprétations Aïe!
    C’est pour cette raison que j’ai pansais “lisser” mes chroniques suivantes. Je ne voulais plus être mal comprise, ni vous blesser. Et puis la rédaction et d’autres chroniqueuses m’ont conseillé de ne pas me censurer et j’ai choisis de simplement faire une mise au point.
    Soyons honnête j’ai quand même modifié 2 ou 3 phrases sur l’ensemble de mes chroniques qui laissaient trop de place à l’interprétation…
    En ce qui concerne Doudou il a toujours des avis très tranchés sur les choses mais là c’est vrai il est complètement hermétique! Après ce qui a compliqué les formalités administratives pour lui, c’est que Doudou communique peu! Ses témoins sont des gens très proches mais il n’avait même pas leurs numéros…Alors il a l’impression que de les contacter pour leur demander de scaner leurs pièces d’identité et de rechercher leurs dates de baptême (il faut souvent mettre les parents à contribution) ça aller les déranger!
    Pour ce qui est du “on paye on fait comme on veut” je lui ai fait remarquer que chez nous les clients payent leur gâteaux mais la composition n’est pas à la carte ni le décors etc… Et comme vous l’avez fait remarquer nous ne sommes pas dans une relation commerciale! Ce qui le déranger le plus c’est d’avoir besoin de l’accord du célébrant pour tout même si on est respectueux! Comme voir notre chanson d’entrée recalée parce qu’elle ne plaît pas au prêtre… Mais on est bien d’accord c’est normal que le prêtre soit au courant et valide les originalités de mon mari!
    Avant de vous lire je mettez dit qu’une cinquantaine d’euros de participation c’était bien, et puis j’ai vu le nombre de timbres et d’enveloppes dont ma gentille petite dame avait besoin… Sans compter les frais cachés, assurance, petites fournitures (stylos, papiers, produits d’entretien, réparation du matériel etc) et maintenant je me dis que 150 € serait quand même plus appropriés. Je ne sais pas encore si je devrais régler quelques choses ici, mais si on ne me demande rien je porterai au moins une boite de macarons à la gentille petite dame. Effectivement quand on organise son mariage il y a beaucoup de frais, j’ai pas trop de sous en ce moments 🙁 et puis j’ai peur que de donner 20 € ici on me prenne pour une radin!

    • On ne s’imagine pas toujours ce que représente l’administration et quelque part le mariage à l’église n’étant pas “obligatoire”, ils ont droit de fixer les règles du jeu. Je suis protestante mais nous avons emprunté une église catholique pour le mariage et j’ai trouvé normal qu’ils aient tenu à savoir ce qu’on allait y faire exactement. Peut être que c’est aussi fait pour savoir si vous êtes d’accord sur la signification de cette engagement, il faut gardé à l’esprit que pour eux c’est super sacré et que même si on n’adhère pas, on se doit de le respecter. Ces cours préparatoires sont là pour être sûr que quelque part ton doudou ne se sente pas un peu contraint de faire tout ça et que ça signifie un minimum pour lui, il ne faudrait pas qu’il vive une cérémonie si importante comme une obligation ou pire de la comédie… Donc si à la fin cela n’est pas pour vous bah ça vous aura rendu service et vous trouverez quelque chose d’autre qui corresponde mieux à vos besoins;-)

  • J’ai oublié mais je compatit avec toutes vos expériences et je vous souhaites du courage!

    Vous allez me trouver mégalo, mais je suis ravie qu’il vous tarde de lire la suite 😉 je me sens comme une auteur de saga ! JK Rowling et Stéphanie Meyer n’ont qu’à bien se tenir!

  • Bonjour, je comprend ton parcours du combattant etant protestante et ma moitié catholique, le choix du mariage religieux à était très dur, soit on se mari chez les protestant avec la présence d’un catholique pour faire une “prière” pas de signature dans le registre catholique donc comme si mon homme ne s’ était jamais marié ou dans une église catholique avec la présence de mon pasteur pour la liturgie signature des deux registres. Avec en prime un joli petit papier qu’on signe ni vu ni connu comme quoi on s’ engage à donner une éducation catholique à nos futurs enfants. Donc la on réfléchit, vu comment mon homme s’ est fait recevoir par un prêtre de sa ville natal qui ne veut plus que le diacre fasse des mariages, qu’il es jaloux de lui. Si on fait un mariage catholique sa sera dans notre ville actuel avec un prêtre plus social. Pour l’instant c’est cet etape de mon mariage qui me donne du mal.

  • Madame Roudoudou, d’abord merci de prendre le temps de nous répondre.
    Tu dis que votre chanson d’entrée a été recalée parce qu’elle ne plait pas au prêtre ! A moins d’avoir choisi “je vais et je viens” de Gainsbourg (je ne sais plus le titre de cette chanson !!), je trouve ça fou ! A l’époque où je donnais des concerts, avec le groupe, on avait entre autres endroits joué dans une église. On avait dû remplir un papier avec les titres et noms des compositeurs du programme pour avoir l’accord préalable de l’église. Mais le prêtre m’avait dit qu’il n’y avait aucun problème. Il m’avait même dit qu’un concert était aussi une façon de faire vivre son église. Comme quoi, là encore, ça dépend sur quelle personne on tombe !
    Bon courage à toi, à vous, et que les choses évoluent bien pour vous.

    • Véronique, je me suis (encore) mal exprimée, nos chansons d’entré et de sortie n’ont pas été recalées par le prêtre. il m’a dit qu’un membre de la famille devait aller lui faire écouter les chansons et qu’il verrait s’il les jugent appropriées. Du coup avec Doudou on a eu peur que nos chansons soient recalées si elles ne plaisaient pas au prêtre…
      Finalement ce n’est pas le prêtre qui nous mariera mais le diacre alors on verra avec lui et on croise les doigts 🙂

  • COUCOU mademoiselle Roudoudou, j’aime bien ta chronique continue ainsi!
    J’ai très envie de me marier depuis quelques mois mais monsieur n’est pas trop d’accord… je me pose néanmoins des questions , je suis plus ou moins athée, lui c’est un faux musulman comme je l’appelle lol (il ne mange pas de porc mais me dit qu’il ne croit en rien, que c’est juste une habitude familiale) , je me demande donc comment faire de notre mariage autre chose qu’une formalité mais quelque de spirituel, un sens vraiment profond pour nous. (il veut se marier hein, mais pas dans 6 mois quoi, rien d’officiel).

    J’ai hâte de savoir ce que vous avez choisis ça m’intéresse!

  • Ah le mariage, il faut vraiment prendre ça au sérieux, c’est un énorme engagement. Pour éviter tout désagrément supplémentaire, veuillez vérifier à ce qu’il n’y ait aucun erreur dans vos dossiers.

  • Ah le mariage, il faut vraiment prendre ça au sérieux, c’est un énorme engagement. . Pour éviter tout désagrément supplémentaire, veuillez vérifier à ce qu’il n’y ait aucun erreur dans vos dossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *