Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs – Partie 1

Après voir partagé avec toi les grandes lignes de notre année de préparatifs, il est grand temps de te raconter notre jour J, ça y est !!! Quelle drôle d’impression de me dire que c’est à mon tour de t’apporter mon témoignage, après en avoir lu tant d’autres, qui m’ont tellement apporté… Alors je remonte mes manches et c’est parti, j’ai beaucoup de choses à te raconter !!!

En vacances à J-7 !

Nous partons de nos boulot respectifs le vendredi 3 juin au soir avec M. Montagne, ayant pris 2 semaines de congés pour en avoir une avant et une après notre mariage. La voiture est pleine à craquer pour faire le trajet jusqu’à chez mes beaux-parents, dans la vallée où nous nous marions : derniers cartons de déco, rosiers récupérés chez le pépiniériste, nos habits de lumière, et nos valises. Il pleut dehors mais nous essayons de ne pas y penser en chantant à tue-tête dans la voiture, dans un joli moment de complicité. La météo annonce mauvais pour samedi prochain mais nous nous disons que tout peut encore changer !

Un weekend tranquille avant le début de la course !

En arrivant, c’est déjà un peu la fête, mes beaux-parents ont du baume au cœur, malgré un petit stress qui commence à monter. Nous profitons d’eux le lendemain, le samedi, pour terminer de relier tous nos livrets de messe (pas moins de 180 !).

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Moi je m’éclipse dans l’après-midi pour aller chanter avec ma chorale. En partant, je m’arrête 15 minutes devant l’église du village, où un couple qui a fait la préparation au mariage avec nous est en train de se marier sous la pluie. Je n’ai pas pu retenir mes larmes de me dire que je serai la prochaine mariée à entrer dans l’église, tout en angoissant à l’idée qu’il pleuve pour le nôtre aussi. Il ne faisait guère plus de 9°C… La pluie c’est quelque chose mais, en montagne, elle s’accompagne souvent d’un froid très désagréable !!!

Aller chanter pour un concert a été une excellente idée, un moyen de s’aérer la tête. J’avais hésité à m’engager sur ce concert-là, mais je ne regrette rien !

Le lendemain, M. Montagne et ses parents partent pour la journée rendre visite à une proche qui ne pourra pas se déplacer pour notre jour J. Je profite donc de belles éclaircies matinales pour m’arrêter dans les champs cueillir de superbes chardons, en espérant qu’ils tiendront jusqu’à samedi prochain. De toute façon, je n’aurai pas le temps de venir en chercher aussi loin dans la semaine, donc je tente le tout pour le tout !

L’après-midi, je m’occupe de monter le plan de table en palettes que je te dévoilais dans ma chronique précédente. Dans le garage à cause de la pluie revenue en force, je peux te dire que j’ai franchement caillé et commencé à flipper qu’il fasse aussi froid dans une semaine…

Dimanche soir, nous terminons tous les 4 les dernières serviettes à rouler, au coin du feu… Pour l’instant on essaye d’y croire !!!

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Accélération puissante pour ce lundi et gros coup dur !

Nous décidons de nous lever tôt tous les jours de la semaine. Parce que même si le plus gros est fait, il y a de nombreux détails à régler et des éléments de déco à terminer pour que ce soit parfait samedi.

Je m’attèle à finir de coller les pièces de mon présentoir à fruits DIY pour l’after-bar, puis achat de tasseaux en bois et découpage dans les bonnes dimensions pour pouvoir monter une petite arche à l’entrée de la salle. Pendant ce temps, les hommes s’occupent de finitions sur la fontaine et de faire les socles en bois de nos jarres à boissons. Belle-Maman de son côté est à la cuisine pour préparer plein de bonnes choses à manger pour la semaine intense qui s’annonce.

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

L’après-midi, je viens en renfort, aider M. Montagne à plaquer la mousse sur sa belle fontaine, une tâche minutieuse qui nous demande 3 heures de boulot, sous de belles éclaircies.

La fontaine, c’est une longue histoire que je préfère ne pas détailler, car la technique est assez pointue et particulière à notre métier. M. Montagne a commencé à travailler 1 an avant le jour J dessus. Beaucoup d’efforts, mais aussi, je dois te l’avouer, beaucoup de fierté. Malheureusement, et malgré beaucoup de soin, elle a commencé à fuir 2 semaines avant notre mariage. Après un premier colmatage, nous pensons que le souci de la fuite est réglé lorsque nous la parons de mousse.

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Nous sommes hyper fiers du rendu avec la mousse et nous remettons la fontaine en marche pour vérifier que tout se comporte bien et que la mousse arrive pile au niveau haut de l’eau en état de marche. La catastrophe arrive et nous nous rendons compte que la fuite est de nouveau là, en bien plus conséquent… Impossible de l’utiliser sans inonder la salle des fêtes… Tout cet investissement pour rien…

Le coup est dur et nous partons un peu chacun dans notre coin, pour éviter de communiquer notre stress et notre déception entre nous. J’ai été impressionnée de voir comment chacun a tout mis en œuvre pour éviter un craquage nerveux, et ce pendant toute la semaine. Et ça, ça a été un vrai cadeau !

Le soir, nous faisons l’effort de desserrer les dents : malgré la fuite, malgré la météo qui ne s’améliore pas, nous restons concentrés sur le reste et sur notre beau jour qui arrive enfin ! Nous terminons la soirée en customisant de jolis paniers en bois pour y mettre la lavande qui sera jetée à la sortie de l’église, toujours devant la cheminée allumée.

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Mardi, on ne perd pas le rythme !

Je pars avec mes beaux-parents faire les courses toute la matinée, pendant que M. Montagne tente de trouver une solution pour la fontaine. Côté courses, nous remplissons deux voitures : entre l’eau gazeuse, les boissons pour nos jarres en verre (12L chacune que nous remplirons au moins 2 fois), des compotes et des quarts-quarts pour les goûters de la semaine, les chips pour le retour de noces, les fruits durs pour l’after-bar, il y a de quoi faire. Nous récupérerons le vin blanc, le vin rouge et la clairette de Die pour le repas chez le caviste de la vallée seulement jeudi. Et nous avons déjà acheminé chez mes beaux-parents le vin pétillant de Savoie du vin d’honneur, que nous avons récupéré par le biais de mes parents. Nous passons aussi chercher des fromages de la vallée pour compléter les plateaux à fromage (mes parents en amènent aussi de Savoie).

Le garage se remplit peu à peu :

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

De son côté, M. Montagne n’a toujours pas réussi à colmater la fuite. Son parrain vient demain, peut-être qu’ensemble, ils y arriveront. Il passe donc la fin de journée à terminer les présentoirs des jarres, et ses petites fontaines à boissons pour le vin d’honneur, entièrement de sa création aussi.

Moi je m’active à plein de petites choses : laver les jarres, laver les bouteilles en verre, laver les vases des centres de table, mettre les billes d’eau à gonfler dans chaque vase, m’épiler (SUPER IMPORTANT OF COURSE !!!)…  Et finir nos paniers surprises pour nos invités en secret !

Une fois couchée, le soir, je m’épate de ma capacité, tout comme celle de M. Montagne, à tenir debout toute la journée, à rester concentrer sur tout ce qu’il faut faire, à rayer au fur et à mesure notre to-do list, à faire abstraction de la météo et de la fontaine… J’ai l’impression d’être une sportive de haut niveau, tant physiquement que cérébralement. Mais je n’aurais pas pensé que ce serai si intense, en ayant juste les repas pour souffler. J’en suis fière aujourd’hui, de me dire que j’ai tenu le coup, je suis restée concentrée, que nous n’avons rien oublié, que nous nous ne sommes pas fait dépassés…

Mercredi : on surenchère ???

En nous levant, coups d’œil à deux sur le téléphone de M. Montagne : ils annoncent toujours mauvais pour samedi. AAAAAAAAAh mais quoi !!! Comme toutes les futures mariées qui doivent affronter la pluie, j’ai les boules, le cafard, et je ne peux rien y faire !

Mais je pense aussi à mes parents et sœurs et beaux-frères qui prennent la voiture ce matin pour nous rejoindre vers 16 heures, et j’en ai des papillons dans le ventre à penser à eux, j’ai hâte qu’ils arrivent !!!

J’emmène notre figurine pour la pièce montée à notre pâtissier en chef, avec qui nous avons imaginé notre pièce montée. J’en profite pour chercher un parapluie joli, puisque je me résigne à accepter qu’il fasse mauvais pour notre mariage (mais GRWAAAAAAAAAH !). Et nous n’avons que des parapluies noirs, ce que je refuse catégoriquement ! Je fini par trouver désespérément un parapluie transparent, ça fera l’affaire ! J’imagine notre sortie de la mairie et de l’église sous la pluie, ma traine pleine de boue, le vin d’honneur dans la petite salle des fêtes d’un petit village de montagne (à 15 minutes de chez mes beaux-parents) à la place du magnifique jardin de ce même village sous le soleil, comme nous l’avions tant imaginé… Petit coup de blues, tu l’auras donc compris.

Les hommes de leur côté, aidés du parrain de M. Montagne, dissèquent la fontaine pour trouver pourquoi et comment elle fuie. Lorsque j’arrive, ils ont a priori fait quelques modifications, qui ne se verront pas puisque à l’intérieur même de l’ossature. Il faut maintenant attendre que le mastic sèche pour savoir si oui ou non notre magnifique fontaine, pièce centrale de notre déco de soirée, sera de la partie ou pas. Réponse dans 24 heures !

En attendant, ils s’attellent à transplanter de petits bouleaux dans de gros pots que nous avions achetés dans le printemps et ça rend super bien. Le soleil vient même nous provoquer !

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Après quelques coups de fils (la voisine qui peut nous donner des pivoines de son jardin, l’hôtel qui nous prête des chaises en bois, le pote de mes beaux-parents qui peut venir nous prêter main forte dès le lendemain, les proches chez qui je peux passer chercher des fleurs de leur jardin et j’en passe), nous prenons la direction du village où se déroulera le vin d’honneur, à 1500 mètres d’altitude, la voiture pleine.

Mes parents louent un grand gîte dans ce village, et c’est le jardin de ce gîte qui pourra nous servir de lieu de vin d’honneur s’il fait beau. Mais je suis résignée à devoir tout installer dans la petite salle des fêtes, qui a beaucoup moins d’intérêt… En attendant nous stockons tout, déco et boissons, dans le gîte qui est heureusement spacieux, car la météo peut encore changer même si je n’y crois plus. Nous voyons avec les propriétaires qui sont des connaissances, pour amener un frigo en plus pour stocker les boissons et que le traiteur n’aie qu’à se servir.

Ma famille arrive alors et les retrouvailles sont chaleureuses (famille de bisounours, je te préviens !). Je revois la scène du déchargement de leurs voitures, entre les choses que je ne devais absolument pas voir (gniiii !), les costumes dans leur house que mon papa prend en faisant le fier, les valises et encore quelques boissons. Je vois d’ailleurs passer ma darbouka (tambour africain) de quand j’étais petite… ah bon ? Elle s’invite à la partie celle-là ?? Haha !

Ma petite sœur et témouine n°2 est fière de sa robe :

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Je file ensuite pour aller imprimer le déroulé de la célébration religieuse, pour le pupitre, ainsi que nos livrets de messe de mariés, avec nos prières à dire. Malheureusement, je me rendrai compte plus tard en voulant assembler nos livrets que je n’ai pas imprimé tout ce qu’il fallait… Et l’imprimante est à sec. Tant pis, j’assemble comme je peux pour que mon Chéri ait le déroulé, car il craint de ne se souvenir de rien… Moi je ferai avec un livret classique, et ça ira bien.

Mon énervement monte encore d’un cran lorsqu’une collègue que j’ai invité au vin d’honneur m’apprend qu’elle démissionne par SMS. Woua, merci à 3 jours de mon mariage, je n’avais pas envie d’apprendre que mon retour au boulot sera compliqué. Je bouillonne, mais je fais tout pour ne pas craquer en public.

Quasiment en même temps, un des témoins de M. Montagne arrive. Je suis complétement dépassée, entre l’envie de me réjouir de tous ces proches qui arrivent et l’envie de gueuler un bon coup contre toutes ces petites choses qui vont de travers ! Les hommes s’affairent autour du four à bois allumé pour une soirée pizzas faites maison qui nous fera passer une excellente première soirée tous ensemble !

Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs

Crédits photo : Photo personnelle

Tu vois la future mariée un brin nerveuse ???

En me couchant le soir, j’avoue à M. Montagne que je suis déçue, que pas mal de choses ne se passent pas comme je l’imaginais, que j’ai l’impression que notre mariage ne sera pas à la hauteur de notre investissement… Pour la grande positive que je suis, c’est un sacré coup que j’ai au moral. Heureusement, mon futur mari a les mots pour me rassurer, alors que lui-même n’en mène pas large… C’est un homme en or !

Demain matin, nous récupérons les clés de la salle des fêtes et ce sera le top départ pour un chantier qui devrait complétement la changer… avec ou sans fontaine ?

Et toi, tes derniers préparatifs s’annoncent-ils comme intense ? Ou bien as-tu fais en sorte que tout soit bien terminé en amont ? Raconte !



21 commentaires sur “Mon garden wedding à la montagne : la semaine de préparatifs, entre joies et coups durs – Partie 1”

  • Des socles en bois pour les jarres à boisson ??!!! Alors là c’est du détail !!! Chapeau ! Quant à toi, tu dis que tu as fait un présentoir à fruits et une petite arche… hâte de voir ça. Eh oui, la météo en montagne réserve parfois des surprises… mais ta petite photo donne l’impression qu’il a fait beau… du moins un moment !!!

    • Merci Veronique !! Oui on s’est rendu compte que les robinets des jarres à boissons étaient très bas et que falait soit les surélever soit les mettre au bord de la table (dans un jardin, donc table bancale, donc on a pas prit le risque 😉 !!) ! Aaaah tu vas voir, j’en suis fière de mon présentoirs et de mon arche, je montre ça bientôt !!

  • OUah ton planning de la semaine me scotche! Nous ne serons “off” qu’à partir de mardi soir pour moi et mercredi soir pour Mr Rigolo… Mon objectif est donc de pouvoir anticiper autant de choses que possible. Il va y avoir du stockage à faire ^^
    En tout cas chapeau pour avoir fait tout ça, vous vous êtes vraiment donnés à fond pour ce mariage!

    • Arf, moi aussi je voulais ne pas avoir grand chose à faire la semaine avant le jour J, et au final, comme on avait pas mal de choses volumineuses à assembler, on a quand même été hyper occupés… Et en même temps c’était trop bon d’être dans l’excitation du grand événement à venir !! Bon sauf les couacs qui ont généré du stress forcément … ^^

  • Je me retrouve dans ton article, je me marie samedi prochain (gniiiiii!!!:)) et la météo s annonce désastreuse! ( le prochain qui me dit mariage pluvieux mariage heureux je l étrangle ;)) Nous sommes en congés demain soir et tout est presque déjà calé:)
    Félicitations pour tout ce que vous avez fait! Hâte de voir la suite!:)

    • Hiiiiiiiiiiiiiiiiiii tu vas te marier Mlle Running !!!!! Je croise les doigts très fort pour que la pluie vous laisse un peu de répit samedi !! Vu la saison, vous serez en intérieur de toute façon ? Aaaaah les derniers jours avant le mariage, profite à fond ça passe si viiiite ! Et reviens par là nous raconter ton merveilleux jour si tu as envie, on sera toutes super ravies de te lire 😀 !!
      Féliiiiiicitatiiionnnns en avance !!!!!!!!!

  • Ouiiii tu attaques le récit de ton mariage je suis trop contente !!!
    En tout cas vous vous êtes donnés à fond, c’est dingue tout ce que vous avez abattu comme boulot, j’ai tellement hâte de voir le résultat !

    • Ouiiiii Mme Peach, ça y ééééééé j’attaque !!!! Le résultat a été plus que à la hauteur de nos rêves, c’était magique !!!!!! 😉

  • Whaou, c’est un vrai marathon cette dernière semaine ! Félicitation pour avoir su gérer tous ces petits couacs et avoir gardé ton calme… J’ai hâte de lire la suite et j’espère que tout s’est passé du mieux possible ! Tu nous laisse dans un suspense insoutenable !!!
    Et au fait, où as tu trouvé tes bonbonnes en verre pour les boissons ? J’en cherche partout à louer ou à acheter pas trop chères… ??

    • Coucou Mlle Chihuahua !!!! Oui tu vas voir, la suite n’est que paillettes ….. <3 C'était génial !!! Pour les bonbonnes, je les aies trouvées sur le site internet d'une verrerie dans le sud de la France (Verrerie Flory, tu peux chercher sur google, tu tomberas de suite sur leur site) . Bon moi aussi j'ai cherché du pas cher mais …. pas trouvé dans ces dimensions là et cette qualité ! Donc j'y ai mis le prix (c'est notre cadeau de noel, faut compter au moins 44€ TTC la pièce). Mais elles ont été extraaaaa, je les adooore et j'ai hâte de faire un vin chaud cet hiver dedans ^^ !

      • Merci de ta réponse !
        Vous en avez acheté combien ? Je ne me rends pas trop compte par rapport au nombre d’invité combien il en faut…
        Je suis allée voir sur leur site, je vais peut être me laisser tenter ! Quitte à les revendre ou les louer par la suite !

        • 🙂 Nous en avons acheté 3 : environ 12L chacunes, soit 36L. Nous les avions mises au VH et elles ont été sifflées en très peu de temps. Le second remplissage n’a pas été bu entièrement si mon souvenir est bon. J’en suis vraiment contente en tout cas ^^ Bonne reflexion à toi 🙂

  • Je reviens pour te demander : c’est vraiment une “barbouka” ton instrument ?! Ou c’est juste une faute de frappe et il s’agit d’une “darbouka” ? (tambour du Magrehb). Bon, je vais chercher “barbouka” sur internet, parce que ça m’intrigue.

  • maisssssssssssssssss quel travail de titans!!!!!!!!!!! En tout cas chapeau pour tous ces préparatifs et ….. hâte de lire la suite de ton récit 🙂

    • Oui, y’a quand même un moment dans la semaine où je me suis demandée si on avait pas eu les yeux plus gros que le ventre et si on allait s’en sortir ! Heureusement qu’on a eu du monde pour nous aider, sinon on y serai jamais arrivé ! 😉

  • woaw ça c’est un veritable marathon
    Je suis impressionnée et en meme temps ça me fait très peur en imaginant ce que je vais bientot vivre 🙂
    vite la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *