M-10 & M-9 (novembre & décembre), notre repas de fiançailles suivi de bouleversements familiaux

Notre repas de fiançailles

Même si Monsieur Pragmatique et moi nous fréquentions depuis plus de six ans au moment de notre décision de nous marier, nos familles n’avaient passé que très peu de temps ensemble, et elles n’avaient jamais été réunies dans leur entièreté. J’ai été très inspirée par la fête de fiançailles de Madame Litchi et j’ai voulu moi aussi marquer le coup sans les discours ni les jeux, en réunissant justes nos grands-parents, parents et sœurs et les conjoints de ces dernières.

De plus, même si la famille de Monsieur Pragmatique nous avait déjà rendu visite à plusieurs reprises, de mon côté seule ma maman était venue chez nous (et encore, c’était pour nous amener des meubles lors de notre emménagement). Je tenais à corriger cela, et nos fiançailles était l’excuse parfaite !

Il a fallu convaincre ma famille de faire ce grand trajet (Annecy n’étant pas vraiment la porte à côté de Zurich). Mais à l’exception de ma grand-mère malade (et elle nous a enregistré un petit message vidéo de félicitations pour compenser), ils sont tous venus ! Et c’était un très bon moment !

Crédits photo : Photo personnelle

Nos deux familles en plein apéritif, de quoi remplir notre salon

Crédits photo : Photo personnelle

Le repas avec nos deux familles, une grande tablée !

Contrairement à Madame Loco, c’est chez nous que nous avons reçu nos deux familles, et nous avons tout organisé seuls et cuisiné le repas nous-mêmes, pour un événement à l’ambiance bonne enfant. Nos familles ont ainsi pu nous voir en tant qu’hôtes dans notre propre foyer, et non en position d' »enfants de » chez l’un ou l’autre.

Des bouleversements familiaux

Mais la fin d’année 2016 a surtout été marquée pour nous par une série d’autres événements moins heureux.

Crédit photo (creative commons) : Pexels

Les problèmes de santé de ma sœur

Alors que son mariage était initialement prévu moins d’un mois avant le nôtre, Mademoiselle Banzaï, qui se plaignait depuis quelques temps de douleurs persistantes, a reçu un diagnostic très lourd. Elle avait besoin au plus tôt d’une intervention neurochirurgicale qui nécessiterait ensuite de suivre une rééducation de plusieurs mois pour récupérer toute sa mobilité, et dont les conséquences pouvaient changer son quotidien de façon significative (mais ce n’était rien face à l’alternative assez peu optimiste de non-opération).

Comme tu le sais déjà, elle a donc dû repousser son mariage laïque à une date indéterminée (qui à ce jour n’a finalement toujours pas eu lieu, mais elle et son mari ont adopté deux magnifiques chatons depuis). Et ma super équipe de choc a décidé d’avancer mon enterrement de vie de jeune fille à une date ayant lieu avant l’opération de Mademoiselle Banzaï, afin de garantir sa présence « en pleine forme ».

Au final, l’opération de ma sœur a eu lieu en mars, et s’est très bien déroulée, de même que la rééducation qui a suivi, et tout soucis s’est envolé à ce sujet dans nos derniers mois de préparatifs. Mais nous ne savions rien de tout cela quand elle a reçu le diagnostic.

La séparation de mes parents

Depuis quelques temps, avec Monsieur Pragmatique, nous avions l’habitude de fêter les 24 et 25 décembre dans sa famille à lui, d’abord juste avec la famille proche, puis avec la famille étendue (plus de 60 personnes) du côté de sa maman, et ensuite de rejoindre ma famille pour les 26 et 27 décembre.

Cette année-là, quand nous sommes arrivés à Annecy, mon papa n’était pas là. À la suite d’une dispute, il avait décidé de repartir à Paris, et de mettre fin à ce couple dans lequel il n’était plus heureux. Cette nouvelle a été un grand choc. Je ne croyais pas qu’ils passeraient le reste de leurs jours ensemble, mais je pensais qu’ils formeraient encore une équipe unie au moins jusqu’à l’âge de la retraite.

En apprenant leur séparation, j’avoue non sans honte que l’une de mes premières réactions a été de me demander égoïstement si mes parents arriveraient à faire bonne figure à mon mariage…

Aujourd’hui (trois ans après leur séparation), mes deux parents refont leur vie et ont l’air tous les deux plus heureux et épanouis, mais rien de tout ça ne semblait évident sur le moment.

Le décès de ma grand-mère

Crédit photo (creative commons) : Pexels

Je te l’ai dit plus haut, ma grand-mère était malade lors de notre repas de fiançailles et n’a pas pu faire le déplacement pour être avec nous. Quand nous sommes venus à Annecy pour Noël, elle venait de sortir de quelques jours à l’hôpital. Elle est décédée en février juste après une autre de nos visites où elle était de nouveau hospitalisée. Quelques jours après sa disparition, nous avons découvert qu’elle souffrait d’un cancer osseux à un stade très avancé.

Elle était toute fière de parvenir de nouveau à marcher sans sa canne à peine quelques mois plus tôt. Son état s’est détérioré à une vitesse folle et sa mort a été un plus grand choc pour moi que la séparation de mes parents. Il m’a fallu du temps pour réaliser qu’elle n’était plus là du tout, que je ne pourrais plus jamais créer de nouveaux souvenirs avec elle, qu’elle ne verrait pas notre foyer Pragmatico-Rationnel évoluer et grandir. Mais elle connaissait et appréciait beaucoup Monsieur Pragmatique et je suis heureuse qu’elle ait pu apprendre de son vivant notre décision de transformer notre couple au travers du mariage.

Elle me manque encore beaucoup. Ayant passé une partie de son enfance dans la chapellerie de sa grand-mère à Saint-Étienne, je sais qu’elle aurait porté un beau chapeau pour notre mariage, et je l’ai imaginée lors de notre cérémonie religieuse aux premiers rangs avec le grand couvre-chef qu’elle aurait sans nulle doute porté.

J’ai même un temps envisagé de porter en son honneur moi aussi un chapeau pour notre bel événement, d’autant plus qu’il paraît que j’ai une tête à chapeaux. Mais je crois que je n’aurais pas réussi à me concentrer sur le bonheur de notre amour si ça avait été le cas.

Et toi, as-tu vécu des chamboulements émotionnels bien tristes pendant tes préparatifs ? As-tu envisagé un repas de fiançailles ? Raconte !

Coucou ! Moi c'est Mademoiselle Rationnelle, développeuse logiciel, 27 ans le jour J, franco-suissesse. Lui, c'est Monsieur Pragmatique, conseiller fiscal, 28 ans le jour J, 100% suisse pur jus. Et nous avons organisé à distance notre mariage pour fin août 2017 dans la région de nos racines et de notre rencontre : en Lavaux (au bord du lac Léman, en Suisse). Pour chaque décision et chaque prestataire, nous voulions être convaincus (la voix de la raison) et idéalement aussi persuadés (la voix du coeur) de notre choix. Nos compromis ont donc été longuement discutés et évalués pour trouver le meilleur équilibre possible, et cela a bien entendu donné lieu à des critères parfois inhabituels ou compliqués mais toujours entièrement assumés. Et notre investissement a payé, car nous avons eu un mariage de rêve et totalement à notre image ! Les maîtres-mots directeurs de ce bel événement ? Élégance classique et modernité technophile. Un compromis des plus simples, n'est-ce pas ?

Commentaires

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    11 mai 2020

    De tout coeur avec toi. Moi aussi j’ai perdu ma grand-mère quelques mois avant mon mariage et ça aussi été un moment difficile ! Je vois que tu as aussi eu une année pas simple à gérer ! J’espère que malgré tout tu as réussi à vivre pleinement ton mariage et que le contre coup n’a pas été trop dur

  • Avatar
    Madame Presque Relax
    Répondre
    12 mai 2020

    Ho je suis triste pour toi, ce n’est pas facile de vivre autant de bouleversements aussi tristes et de continuer à trouver l’énergie nécessaire aux préparatifs. courage à toi

  • Avatar
    Monsieur Triton
    Répondre
    13 mai 2020

    Que de mauvaises nouvelles et de chamboulements émotionnelles avant le mariage….
    Ça n’a pas dû être facile. J’espère que la suite de vos préparatifs jusqu’au s’est bien passée.

  • Avatar
    Noémie
    Répondre
    14 mai 2020

    Ma pauvre… Ça en fait des choses à digérer… Ça a dû être difficile de reprendre le dessus mais comme tu sembles l’expliquer, la vie continue même si elle n’est pas toujours tendre. Ravie que tu sois parvenue à remonter la pente avec le temps.

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    15 mai 2020

    Je suis tres trste pour toi de lire toutes ses mauvaises nouvelles et si la plupart ont connu un denouement heureux je ne peux qu’imaginer ce que tu as pu ressentir suite au décès de ta grand-mère ! Pleins de pensées meme si c’était il y a quelques temps.

Poster une réponse