Catégorie : Chronique d’un mariage

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan financier

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan financier

Aujourd’hui, j’ai décidé d’être aussi transparente que possible sur le prix qu’a coûté mon mariage. J’espère que cet article ne te choquera pas, car j’ai conscience que l’argent est parfois un sujet tabou, même si je n’ai pas envie que c’en soit un pour moi.

Au début de nos préparatifs, nous nous étions fixé un budget maximum de 15 000€. Voici un petit tour d’horizon de nos dépenses pour voir si nous l’avons bien respecté !

Mon mariage de fin d’été : et quand la nuit nous appartient

Mon mariage de fin d’été : et quand la nuit nous appartient

Des souvenirs de notre soirée de mariage, j’en garde donc des dizaines. Par contre, hum… c’est un peu la fête à la saucisse la pagaille dans ma tête. Et je n’étais même pas pompette, je te jure ! Mais il s’est passé tellement de – belles – choses en si peu de temps que j’ai du mal à rassembler clairement toutes mes idées, et respecter scrupuleusement la chronologie de cette soirée relèverait purement de l’exploit. (Ouais. Carrément !)

Du coup, je me suis dit que c’était tout aussi sympa de te livrer mes souvenirs en vrac, paf, comme ça, de manière spontanée.

Mon mariage mélodieux et convivial, c’est déjà fini ! (Enfin presque…)

Mon mariage mélodieux et convivial, c’est déjà fini ! (Enfin presque…)

Il nous reste tellement d’émotions positives de la veille que nous sommes assez rapidement sur pieds, et nous nous rendons au domicile de la famille Grognon pour y retrouver mes beaux-parents tout neufs ainsi qu’une poignée d’amis hébergés pour l’occasion. On prend quelques minutes pour se remémorer joyeusement les grands moments de la veille, et on file entamer la pénible étape du rangement.

Ce n’est pas l’envie qui nous manquait, mais faute de budget, nous n’avons malheureusement pas pu organiser de brunch du lendemain. Nous avons donc proposé à ceux qui étaient motivés de revenir pour nous aider à remettre la salle en ordre.

Mes trois mariages : étape 1 – Mon mariage en toute intimité à Paris

Mes trois mariages : étape 1 – Mon mariage en toute intimité à Paris

Ça y est, c’est le moment de te raconter comment ces trois jours se sont passés après plus d’un an et demi de préparation. Cette fois-ci, je te dis tout, mais dans l’ordre chronologique ! On est partis ?!

Alors on démarre par… Paris ! Le 10 juin dernier, on s’est dit oui devant M. le Maire avec (juste) mes parents, mon frère et sa copine, le frère de Chouchou qui habite à Paris et sa copine, et nos deux témoins parisiens C. et R.

Quand le wedding blues te guette…

Quand le wedding blues te guette…

« Wedding blues : période de déprime, plus ou moins longue, qui suit le mariage. »

Pas de doute, j’en étais atteinte… Alors avant de te raconter mon mariage, je vais te parler de cette période un peu difficile que j’ai vécue. Je pense vraiment que ce wedding blues n’a aucun rapport avec le degré de réussite de ton mariage, le fait qu’il y ait eu des couacs ou que tout se soit parfaitement déroulé.

Un mariage de Noël à l’ancienne, chapitre XII : vin d’honneur, photomaton et lancer de bouquet !

Un mariage de Noël à l’ancienne, chapitre XII : vin d’honneur, photomaton et lancer de bouquet !

Quinze minutes de route plus tard, nous arrivions les derniers. Nos invités étaient prêts pour déguster un bon verre et grignoter des petits fours. Et du foie gras poêlé que j’avais attendu comme une louve affamée.

Je précise d’ailleurs que j’ai eu la chance de bien profiter « gustativement » (oui, je sais que ce mot n’existe pas) parlant de mon mariage. J’ai extrêmement bien mangé, plus que M. Wayne pour le coup, et c’était formidable. L’avantage d’un petit mariage, c’est que nous avons profité de tout le monde en pouvant nous libérer pour manger un morceau – ou plusieurs, coucou les petits acras !

Mon mariage d’hiver tendre et magique : nos photos de couple

Mon mariage d’hiver tendre et magique : nos photos de couple

Nous aurions très bien pu faire nos photos de couple sur le Domaine de la Ruade. L’endroit est sublime, décoré avec goût, et aurait pu donner lieu à de beaux clichés. Mais nous ne voulions pas être sur place en train de se faire tirer le portrait pendant l’arrivée de nos invités. Nous avons donc préféré nous exiler sur les hauteurs d’un village voisin, afin de profiter de ce moment au calme avant la cérémonie laïque.

À 14h45 tapantes sur le papier (un peu en retard en pratique), nous embarquons dans la mini voiture blanche de ma mère.

Mon mariage classique revisité : notre premier oui

Mon mariage classique revisité : notre premier oui

Monsieur Patate à Raclette ouvre la marche au bras de sa mère. Il monte les marches, je le vois partir et rapidement, il n’est plus à portée de vue.

Je suis tétanisée encore une fois, je n’ose pas avancer. Je vois de loin la vidéaste me faire signe d’avancer, mais je n’y arrive pas… C’est mon père qui m’entraînera avec lui en me prenant la main. Je sens mon cœur battre un peu plus fort à chaque pas que je fais, à chaque marche que je monte, même si mon sourire ne me quitte pas.

Mon mariage mélodieux et convivial : la soirée que nous avons vécue

Mon mariage mélodieux et convivial : la soirée que nous avons vécue

Il est 20h30, l’apéro touche à sa fin et alors que nous devrions commencer à dîner, alors que le traiteur a déjà débarrassé tous les petits fours, je remarque que nos invités préfèrent traînasser à l’extérieur, profitant de la douceur de cette jolie soirée de fin d’été.

Aidée du Grognon, nous essayons de motiver les troupes à rejoindre leurs places, et c’est à ce moment-là qu’on nous souffle à l’oreillette qu’un couple prévu au dîner est absent. Aïe, il nous faut réagir vite. Que fait-on ? On enlève discretos les couverts ou on essaye plutôt de trouver des remplaçants ?

Un mariage de Noël, chapitre XI : notre cérémonie ou un trop plein d’émotions – Partie 2

Un mariage de Noël, chapitre XI : notre cérémonie ou un trop plein d’émotions – Partie 2

M. Wayne a exprimé devant nos proches sa volonté de m’épouser avec un « Oui » franc et sonore. Un « Oui » qui marque le début de notre nouvelle famille. J’attends avec impatience que l’on prononce le fameux « Vous pouvez embrasser la mariée ! » et je ne perds pas un instant.