Catégorie : Chroniques d’une future mariée

La journée de préparation au mariage religieux : y aller à reculons, revenir avec le sourire !

La journée de préparation au mariage religieux : y aller à reculons, revenir avec le sourire !

Nous avons décidé avec Monsieur Cat de nous marier à l’église. Nous sommes tous les deux baptisés, avons grandi dans des familles croyantes mais pas forcément pratiquantes, croyons en Dieu (à des degrés divers, mais j’y reviendrai), et donc après réflexion et discussion, ça nous a paru logique.

En début d’année 2017, nous rencontrons donc le prêtre de la paroisse qui célébrera notre mariage. Il nous explique qu’avant de commencer la préparation du mariage avec lui, nous devons d’abord faire une journée CPM (le visage de Monsieur Cat se décompose…). Qu’est-ce que c’est que ce truc ??

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire

Je t’avais dit la dernière fois que ma dernière journée avant le mariage, le vendredi 28, donc, avait été chargée. Je reviens à présent te la raconter…

Je commence par ma manucure-pédicure à 10h. Là encore, j’ai énormément de mal à lâcher prise. Je dois gérer mon frère et la maman de Mme Héden qui arrivent par le train (je les aide sur les questions de logistique pour arriver jusqu’à chez moi) et confirmer la réception des boutures.

C’est alors que je reçois un texto glaçant de M. Chat : il vient de se disputer avec sa mère, qui lui a dit des horreurs plus grosses que notre immeuble.

Quand on se fait tirer le portrait

Quand on se fait tirer le portrait

C’est la première fois que nous posons pour un photographe… Alors autant dire qu’au départ, nous ne sommes pas à l’aise. Enfin, surtout Monsieur Cerf, qui met un peu plus de temps à prendre des attitudes naturelles ! Mais au fur et à mesure, grâce à quelques fous rires et surtout grâce à Pauline qui nous met en confiance et ponctue tous ses clichés de « Oh mais vous êtes tellement choux ! », nous nous détendons, nous prenons au jeu et enchaînons avec plaisir les poses, les regards, les sourires, les petites mises en scène, etc.

Nous passons ainsi deux grosses heures (voire trois…) à nous regarder, à boire du thé imaginaire, à nous câliner, à nous réchauffer au coin du feu (ils nous ont même allumé la cheminée : je t’ai dit qu’ils étaient au top dans cet hôtel ?), à nous embrasser et à… crever de chaud !

Nous sommes des futurs mariés connectés…

Nous sommes des futurs mariés connectés…

… ou en tout cas, nous essayons !

Nous avons en effet choisi de mettre en place un site Internet pour nos invités, dont l’adresse a été communiquée dès notre save the date. Si toi aussi, tu veux mettre en place un site Internet pour ton mariage, voici mes quelques conseils et mon retour d’expérience.

Carnet d’aventure 18 : se métamorphoser en nymphe le temps d’une journée, ou la problématique de la mise en beauté

Carnet d’aventure 18 : se métamorphoser en nymphe le temps d’une journée, ou la problématique de la mise en beauté

Aujourd’hui, je reviens pour te faire un aparté beauté.

Il faut bien l’avouer, le jour de ton mariage, en tant que reine du jour, tu souhaites être la plus belle. Pour cela, plusieurs postes semblent importants : la robe, bien sûr, les accessoires, mais aussi et surtout la mise en beauté.

Les livres de chevet de la future mariée

Les livres de chevet de la future mariée

Une fois la date fixée, la famille et les amis informés, il ne reste plus qu’à se lancer dans le grand bain de l’organisation du mariage ! Bien sûr, Internet regorge de conseils, de listes et de rétroplannings en tout genre, mais pour ma part, aimant les livres, j’avais besoin d’avoir du papier dans les mains pour me guider.

Deux ouvrages m’ont particulièrement aidée à poser les bases de notre mariage…

Mademoiselle Moutarde à l’école des DIY

Mademoiselle Moutarde à l’école des DIY

Aujourd’hui, j’entame une longue série de DIY ou, pour les non-anglophones, de “fais-le toi-même”.

Le DIY et moi, c’est une histoire d’amour : avant même de commencer l’organisation du mariage, je savais que celui-ci serait basé sur le fait-main. Je te l’ai déjà dit, j’ai commencé par faire nos faire-part, mais je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin, et j’ai embarqué mon Barbu dans l’aventure… pour le meilleur et pour le pire, c’est ce qu’on dit, non ?!

Je commence donc par la décoration de ma cérémonie laïque : macramé et attrape-rêve.

Quand on court après sa robe de mariée – Partie 5 : le quatrième essayage ou le dénouement !

Quand on court après sa robe de mariée – Partie 5 : le quatrième essayage ou le dénouement !

Début août, n’ayant pas encore été recontactée par la boutique pour programmer l’essayage de la nouvelle collection Bochet promis en avant-première, je me permets de me rappeler à leur bon souvenir. Je ne tombe pas sur ma Mireille la Persévérante, mais sur sa collègue qui n’est pas au courant de notre arrangement. Aïe ! « Je suis confuse parce que la maison Bochet est en congés annuels jusqu’au 4 septembre, alors je ne vois pas trop comment faire… » Ô désespoir !

Elle me promet de se renseigner et de me tenir au courant. Mais je n’ai pas grand espoir et je m’attends à devoir attendre l’arrivée officielle de la nouvelle collection en boutique pour pouvoir enfin trouver ma robe… seulement en septembre, donc (à trois mois du mariage, il y a de quoi commencer à flipper de finir toute nue devant l’autel) !

Quand il a fallu expliquer aux invités ce qu’était un save-the-date

Quand il a fallu expliquer aux invités ce qu’était un save-the-date

Je pense qu’une future mariée a parfois tendance à oublier que ses proches ne sont pas spécialement connectés à la weddosphère, et que certains concepts peuvent parfois paraître incongrus, voire déroutants ! C’est ce qui nous est arrivé pour nos save-the-date : mais je vais d’abord te raconter leur conception.

Notre séance photo “day before”

Notre séance photo “day before”

Nos photographes nous ont proposé de faire une séance photo “day before” (dans leur jargon, ils appellent ça une “love story”, avec l’accent russe qui va bien – tu sais, “lavstari” – qui me fait trop rire), afin de se familiariser avec eux d’une part, et avec le fait de se faire canarder dans tous les sens de l’autre.

Nous nous sommes dit que c’était l’occasion d’avoir de belles photos de nous (en plus de celles du mariage, et surtout, dans un autre cadre et d’autres tenues). Ils nous ont proposé de le faire assez tôt, dès décembre, mais je voulais un joli temps et une belle lumière, du coup, nous avons repoussé à la prochaine occasion des garçons, qui tombait la semaine avant notre mariage.